publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Que transporte-t-on vraiment sur les routes de France ?

Que transporte-t-on vraiment sur les routes de France ?

Taille texte
 
Dans l'Hexagone, plus de 80% des marchandises qui arrivent dans notre assiette, nos armoires ou nos foyers sont transportées par la route. Et elles émettent des tonnes de CO2. Regardons de plus près.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Sources de cet article

- Les statistiques sur le site du ministère de l’Environnement

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

9 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je pense que ces chiffres de l’ADEME peuvent gentiment etre multipliés par 2 pour compter le retour en général à vide des camions.
    Avec notre association citoyenne taca (taca.asso.fr) nous essayons de fournir un outil simple et sensible d’appréciation de notre empreinte carbone. Nous comptons seulement le carbone (et pas le CO2 qui nécessite de multiplier par 3,67) et pour l’alimentaire nous comparons le poids du produit avec son poids carbone. Les viandes rouges tournent à 6 kg Carbone par kg de viande (et 10kg C pour le veau !) tandis que la volaille et le porc (qui ne ruminent ni l’un ni l’autre au méthane) sont environ à 1kg de carbone pour 1 kg de viande. Les fruits et légumes de saison sont à moins de 100gde carbone par kg,, tandis que les fruits exotiques amenés en avion peuvent dépasser le kg de carbone (selon la distance parcourue).
    Tout celà pour dire que sous reserve de validité des chiffres de cette étude, le transport "national" sur route a un impact marginal sur la tonne de produit (toujours moins de 10 kg de CO2 par tonne, soit moins de 0,3% de carbone pour le poids du produit transporté).

    12.07 à 10h45 - Répondre - Alerter
  • 1) La presque totalité des transports spécialisés (carburants, liquides, gaz,...) et une partie des autres se fait avec des retours à vide
    2) les logiques d’économie d’échelle conduisent à augmenter la taille des unités de production. Il existe probablement une taille optimale en matière de CO2ce qui ne correspond pas forcément avec celle qui conduit à l’optimum économique du moment
    3) la plupart de la logistique se fait à partir de plateforme de distribution concentratrice de flux ce qui économique en matière financière mais probablement moins en matière de CO2. En tout cas, ce n’est pas le critère que l’on cherche à optimiser

    16.01 à 08h07 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à Tous.
    Merci pour ces chiffres qui permettent de donner une estimation des flux qui vont entrer chez nous.
    Il aurait été intéressant de mettre en opposition les flux routiers générés par les déchets, qui sont collectés, transférés, regroupés, amenés au tri, valorisés, ré acheminés, et qui vont in fine exploser les distances parcourues......
    Bien à vous

    3.12 à 13h53 - Répondre - Alerter
  • C’est super interressant mais j’ai un doute.Qui peut m’éclairer ?

    Prenons, les tomates. Moyenne 117km. Je suis pas expert en agriculture mais je doute fortement que les tomates poussent en moyenne à 117km des gens ? Si ???? En plus je parle même pas du fait qu’une proportion de tomates viennent même pas de France.

    Je ne vois qu’un autre explication à moins de découvrir qu’on a en moyenne tous des tomates cultivées à 100km... C’est que les tomates arrivent par avion ???? train ????? jusqu’à un dépot qui lui est à 117 km de nous consommateurs.

    J’avoue que cela me surprend pas mal. Merci à celui qui pourra m’éclairer.

    2.12 à 11h52 - Répondre - Alerter
    • Karine Le Loët : Chiffres franco-français

      Bonjour,

      Merci de votre message. En fait les chiffres donnent simplement les kilomètres parcourus en moyenne sur les routes de France. Bien sûr si ces tomates viennent d’ailleurs il faut ajouter à leur bilan les kilomètres parcourus depuis leur pays d’origine jusqu’aux ports, aéroports...
      L’idée était de montrer ce qui se trouve sous la bâche de nos camions et combien le transport de ces produits sur notre territoire occasionne d’émissions en France.

      Cordialement

      Karine Le Loët
      Journaliste

      2.12 à 11h58 - Répondre - Alerter
      • meme en admettant qu’on ne regarde que la part francaise des distances parcourues, la centaine de km pour les tomates me semble étonnante... avons-nous donc tant de serres chauffées du côté de Lille ? on aimerait avoir accès aux calculs...

        2.12 à 22h15 - Répondre - Alerter
        • Je suis bien content de votre message et je remercie aussi Mme Loët qui intervient sur cet échange.

          J’ai le sentiment que ce tableau de l’Ademe est un peu contreproductif car involontairement
          il peut tromper en laissant penser que l’on consomme "locavore" avec nos tomates.

          La réponse de Mme Loët confirme que le transport international en amont n’est pas compris.
          je reste sceptique vomme vous sur le fait que la produuction est soit à moins de 117km, soit arrive par train/avion.

          In fine, le tableau de l’Ademe n’a pas à mes yeux un objectif de statistiques brutes, mais de demontrer pour éduquer.
          Dans ce cas, je prefèrerait largement voir le bilan carbone moyen des tomates réparti entre production, +chauffage, conditionnement,
          transport longue distance et transport local. Je comprends que l’Ademe souhaite montrer d’autres choses mais je suis très méfiant
          des conclusions attives => ma tomate fait 1g de CO2....

          Pour le lait, le résultat est certainement plus exact car le lait grosso modo ne se transporte pas à l’état brut.
          Mais après dès lors qu’on commence à s’interroger, on se demande se qu’on doit en conclure.
          Merci pour ce sympathique échange en tous les cas.

          3.12 à 09h53 - Répondre - Alerter
    • Attention, les chiffres de distance sont *par tonne*. Donc si les tomates parcourent en moyenne 117km/tonne et qu’un camion transporte 2 tonnes de tomates, ça veut dire que chaque tomate a parcouru 2*117=334km.

      22.04 à 15h27 - Répondre - Alerter
      • Ah. Et donc et donc, si j’achète 500 g. de tomates chez le marchand je peux dire qu’elles ont parcouru 58 mètres et 50 centimètres "en moyenne" ? De quoi rend compte ce chiffre, en pratique ?
        A vrai dire il n’y a que 20 mètres (en moyenne, également) entre l’endroit de mon potager où je fais pousser mes tomates et l’endroit de ma maison où je les cuisine. Le jour où je vois passer un camion dans mon jardin, je sors la 22 nomdidju !

        22.04 à 15h54 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité