publicité
Accueil du site > Actu > Société > Les animaux OGM nourriront-ils la planète ?
22-06-2012
Mots clés
Alimentation
Monde

Les animaux OGM nourriront-ils la planète ?

Taille texte
Les animaux OGM nourriront-ils la planète ?
(Un saumon transgénique AquAdvantage et un saumon classique, au même âge - Crédit: AquaBounty)
 
Les animaux génétiquement modifiés sont prêts à garnir nos assiettes. Mais les Européens, réticents à en consommer, sont plus sensibles au bien-être animal qu'à l'argument selon lequel ces animaux résoudraient la faim dans le monde.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Mis à jour le 28 novembre 2013. Le saumon génétiquement modifié de la firme américaine AquaBounty Technologies se rapproche des assiettes à grands coups de nageoire. Le gouvernement canadien vient d’autoriser en début de semaine la production à des fins commerciales des œufs de ce « Frankenfish », dans la couveuse de l’entreprise, située sur l’île-du-Prince-Edouard. L’Agence gouvernementale de l’environnement justifie cette autorisation par le fait que les œufs génétiquement bidouillés – tous femelles, tous stériles, selon la firme – ne seraient pas nocifs pour l’environnement ni pour la santé humaine. Malgré l’autorisation de passer d’une production expérimentale à une production à grande échelle, ces œufs et les poissons qui en découleront ne pourront être vendus tant que les organes de régulation nationaux ne l’auront pas autorisé. La Food and drug administration américaine aurait dû se prononcer sur le sujet il y a quelques mois. Sa décision est toujours attendue.

Un saumon qui grossit deux fois plus vite, il y a anguille sous roche... Anguille de roche plutôt, puisque c’est avec un gène de ce poisson qu’une société américaine a remanié le patrimoine génétique des saumons d’Atlantique pour accélérer leur croissance. Ces animaux transgéniques pourraient bien être les premiers à se faire une place dans nos assiettes. Bientôt. Jusqu’à présent, à travers le monde, aucun animal aux gènes bidouillés n’est autorisé à entrer dans la chaîne alimentaire humaine. L’arrivée prochaine sur le marché des animaux OGM à des fins de consommation humaine pourrait, selon certains, résoudre les problèmes d’insuffisance alimentaire.

Une question de mois avant que les Américains n’y goûtent

Le saumon AquAdvantage®, de la firme américaine Aquabounty Technologies située dans le Massachusetts, est depuis 2010 en cours d’évaluation par la Food and Drug Administration (FDA), l’agence de santé américaine. Ce poisson transgénique a la capacité de grossir deux fois plus vite qu’un saumon d’Atlantique classique. Il peut arriver sur le marché en 16 à 18 mois, au lieu des trois ans habituels.

La recette ? Prélever, sur le saumon chinook du Pacifique, le gène produisant une hormone de croissance et en modifier l’expression à l’aide d’un gène antigel présent chez l’une anguille de roche américaine. Intégrer le tout aux œufs de saumon d’Atlantique qui, normalement, ne produit l’hormone de croissance que lorsqu’il est dans une eau chaude. La version transgénique la sécrète toute l’année, ce qui accélère sa croissance.

Le comité vétérinaire de la FDA estime avec « une certitude raisonnable » que ce saumon transgénique ne diffère pas d’un saumon d’Atlantique classique et est sans danger pour l’humain. Pour la FDA, les probabilités de dispersion des saumons OGM dans l’environnement sont « très basses », car les sites de production des œufs au Canada et d’élevage des alevins dans des bassins confinés en terre ferme, au Panama, sont jugés sûrs. Par ailleurs, l’industriel met en avant le fait que tous ses poissons sont des femelles stériles. Donc même s’il y a fuite de saumons transgéniques en pleine mer, il n’y aurait pas de croisement des espèces. La FDA n’a cependant pas encore donné son feu vert à la commercialisation de ce « Frankenfish », petit nom que lui donnent ses détracteurs, car des incertitudes demeurent sur les risques d’allergie.

Toutefois, l’autorisation de ce saumon serait l’affaire de quelques mois. Et cela ouvrirait une brèche, car d’autres animaux génétiquement modifiés attendent d’être mis sur le marché, comme le porc Enviropigs, dont les excréments moins riches en phosphates sont plus respectueux de l’environnement, ou les poules qui ne transmettent pas la grippe aviaire.

Des animaux transgéniques pour produire plus, ou mieux

Les modifications génétiques d’animaux à des fins de consommation humaine tendent soit à réduire le coût de production des bêtes, en les rendant résistantes aux maladies, en facilitant leur reproduction ou en augmentant la quantité de viande ou de lait produits, soit à améliorer la qualité de la production et à diminuer son impact sur l’environnement.

Au rythme où croissent la population (nous sommes 7 milliards aujourd’hui et serons 9 milliards en 2050) et la demande humaine en protéines animales, les besoins grimpent en flèche. Les Chinois mangeaient 4 kg de viande par personne et par an il y a 40 ans. Aujourd’hui, ils en engloutissent 54 kg. C’est toujours moins que les Américains qui avalent 124 kg de viande chaque année, et 89 kg pour les Européens. Pour assouvir l’appétit de barbaque des humains, 20 milliards d’animaux sont élevés, en ce moment-même, sur la surface du globe, rappelait récemment lors d’un colloque au Sénat Thierry Pineau, responsable du département Santé Animale de l’INRA. Sans compter les milliards de poissons qui engraissent dans les fermes piscicoles.

Alors que 850 millions de personnes ne mangent déjà pas, aujourd’hui, à leur faim, et que plusieurs milliards d’humains ne consomment que rarement de la viande, combien d’entre nous auront de la bidoche à se mettre sous la dent d’ici quelques années ?

Une solution à la faim dans le monde ?

A l’image des plantes OGM, les animaux génétiquement modifiés à des fins de consommation humaine sont présentés par leurs défenseurs comme un moyen de répondre à nos besoins alimentaires. « Boycotter ces animaux génétiquement modifiés serait une crétinerie de premier ordre », avance Louis-Marie Houdebine, ex-directeur de recherche à l’Inra. « Bien sûr, la famine est un phénomène complexe lié à de nombreux facteurs, dont politiques, explique-t-il. Mais les animaux génétiquement modifiés sont un élément de solution à la famine, car ils constitueraient un apport de nourriture significatif », avance le chercheur, tout en reconnaissant toutefois que « le saumon, aliment de luxe, ne sera jamais accessible aux plus pauvres, même génétiquement modifié ». Pour ce cofondateur de Bioprotein Technologies SA, start-up spécialisée dans la production de biomédicaments à partir de lait d’animaux transgéniques, les manipulations génétiques sont le « simple prolongement de la sélection des espèces que les humains effectuent depuis la création de l’agriculture ».

A contrario, Gilles-Eric Séralini, auteur de Ces OGM qui changent le monde (éd. Flammarion, coll. Champs actuel) et président du Conseil scientifique du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique, s’inquiète de l’arrivée prochaine des animaux OGM dans nos ventres. Pour leurs conséquences sur l’environnement d’abord. Il estime en effet qu’« il peut déjà y avoir des saumons transgéniques en liberté, ce qui serait un drame car cela aurait forcément un impact sur la biodiversité d’ici quelques années ».

Breveter le vivant, un facteur de famine

Pour leurs conséquences sur l’accès à la nourriture ensuite : « Il y a une forte volonté de l’industrie de breveter les souches animales afin de contrôler l’agriculture et de rentabiliser des technologies chères et difficiles, estime-t-il. Cela impliquerait de devoir payer des royalties aux industriels détenteurs de ces brevets pour faire se reproduire les bêtes. Cela n’aiderait en rien à nourrir le monde. Ce serait même bien davantage un facteur de famine ! »

Ce à quoi Louis-Marie Houdebine répond qu’« il ne s’agit pas de breveter le vivant dans son ensemble mais une centaine d’espèces tout au plus ». « Le brevet en soi n’est pas immoral, mais l’application peut être non équitable », admet-il toutefois, en convenant qu’il ne faut pas aveuglément accepter tous types d’animaux génétiquement modifiés, mais bien de regarder « projet par projet ».

Gilles-Eric Séralini, qui est également expert sur les OGM pour le gouvernement français et l’UE, aborde aussi la question des animaux génétiquement modifiés sous un angle plus éthique. Pour lui, la création de ces « chimères » est la manifestation d’une « volonté de l’homme de s’approprier le monde ». « C’est la première fois depuis que la vie sur terre existe qu’une espèce est capable de s’approprier le patrimoine héréditaire d’êtres vivants à des fins de production industrielle », s’inquiète-t-il. Reste à savoir si ces animaux trouveront des mangeurs.

Homme démiurge mais public hostile

La Commission européenne, certaine que l’autorisation des animaux OGM aux Etats-Unis ou en Chine – pays en pointe sur le sujet - n’est qu’une question de temps, a peur que les industriels de l’UE ne loupent le coche technologique. Elle a donc créé Pegasus (référence au cheval ailé, une autre chimère), un groupe de travail chargé d’évaluer l’opinion publique européenne sur le sujet et de cerner les blocages... pour mieux les décoincer.

Pegasus doit rendre son rapport début juillet mais il ressort des travaux préliminaires que les Européens sont réticents à consommer des bêtes transgéniques. Pas tant en raison de leur impact possible sur l’environnement (qui serait moindre que celui des plantes, car la reproduction ne passe pas ici par la dispersion dans l’air ou le transport des gamètes) que pour des questions éthiques et de bien-être animal. Les pertes animales dues aux manipulations génétiques qui échouent sont jugées moins acceptables que les perte de plantes.

Si toutes les associations européennes de promotion du bien-être animal sont opposées à la commercialisation d’animaux OGM, ce n’est pas le cas de leurs homologues américaines. Elles voient au contraire d’un bon œil les manipulations génétiques destinées à créer du bétail sans corne, pour éviter la souffrance d’être décorné, ou à ne faire naître que des poussins femelles pour empêcher l’élimination des mâles par les producteurs d’oeufs.

Dans les années qui viennent, le scénario le plus probable est celui de l’autorisation, dans certaines régions du globe seulement, d’animaux génétiquement modifiés pour être mangés. Pas sûr que cela résolve la faim dans le monde. Mais ça laissera le temps aux Européens d’avoir l’eau à la bouche, ou de perdre l’appêtit, c’est selon.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
17 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les scientifiques se prennent pour Dieu(x) ou la nature. La position metphysique que cela implique face a la nature me semble aller au dela meme de la domination de celle ci. Certains grecs pourraient avoir peur de cette hubris qui risque de se retourner contre nous.

    Il me sembe que la plupart des techniciens lies aux ogm ne doivent pas avoir de croyance religieuse. Mais la aussi la metaphysique risque de se retourner contre eux.

    Quant a largument de mettre fin a la famine, il me semble ideologique et faux. Des agricultures, non de l elevage, et des systemes economiques plus respectueux de la nature et de la justice me sembleraient plus efficaces.

    2.12 à 07h02 - Répondre - Alerter
  • J’ai hâte de goûter au saumon, au porc, au criquet au ver de terre génétiquement améliorés et qui augmentent la biodiversité. Cela sera un geste pour sauver la planète d’une explosion nucléaire dans le gaz de schiste.

    30.11 à 21h37 - Répondre - Alerter
  • Historie : OGM

    Depuis que l’agriculture existe l’homme sélectionne les gènes favorables et élimine les autres sans le savoir et avec une efficacité évidente mais très lente . Les essais d’ O.G.M. sont la forme scientifique de cette sélection . On ne voit pas pourquoi ce serait répréhensible . Quant à prouver préalablement l’innocuité d’une technique , comme le demandent les écolos, tout être pensant comprend bien que c’est matériellement impossible . Il faut donc continuer les études dans ce sens, sans idéologie mais en "mettant le paquet" car la France ,à cause de ces farfelus, a pris un retard énorme qui ruinera sans doute notre agriculture .

    25.06 à 13h08 - Répondre - Alerter
    • Emmanuel Dudret : OGM

      Vous eussiez pu choisir tout autre pseudo que cet "Historie" bien mal à propos. Prenez la peine de vous documenter (pas la peine d’aller chercher chez les farfelus, tout est disponible sur le site de la FAO !) quant aux causes de la ruine de la paysannerie par l’agro-industrie et à leurs corollaires (mort bactério-chimique des sols, empoisonnement durable - dans le vrai sens du terme ! - de la ressource en eau, effondrement de la pyramide alimentaire par disparition accélérée des espèces (édifice au sommet duquel nous figurons, au passage, ipso facto dont nous sommes l’espèce la plus dépendante !), j’en passe et des meilleures !
      Bref, ça sert à rien de m’énerver, mais je me pose la question de savoir ce que vous venez foutre sur ce site au rebours évident duquel vous vous situez.
      Bon appétit, pour votre régime actuel, mais aussi pour vos futurs repas biotechnologiques !

      25.06 à 14h02 - Répondre - Alerter
    • Je vois donc qu’il ne s’agit pas d’un site de discussion mais d’un groupe de lobbying . Le dogmatisme ne fera pas avancer la science . L’homme a connu et surmonté des problèmes de toutes natures et - c’est sa force - a trouvé les parades convenables qui l’on fait prospérer jusqu’à nous !Restez dans votre club d’adoration mutuelle mais cessez d’occuper l’espace .

      25.06 à 17h33 - Répondre - Alerter
      • Emmanuel Dudret : OGM .

        Votre commentaire initial ayant entraîné ma réponse vous situe quant à vous de l’autre côté de l’échiquier du dogmatisme, dirait-on, celui des scientistes à œillères concentrés sur leur fuite en avant et qui balaient tous les constats du dédaigneux revers de main de leur suffisance.

        Des parades convenables, dites-vous ? Certes, mais jusqu’à un certain point et dans une mesure bien étriquée au regard du nombre massif des "progrès" qui nous valent notre "prospérité" actuelle et celle de la biosphère, et celle mirifique à venir de stress hydrique, d’anoxie des sols arables, de réversion des puits de carbone, de montée des eaux et d’effondrement d’une agro-industrie basée sur la chimie pétrolière, le tout dans un contexte de surpopulation ingérable.

        Alors, permettez-moi de me gausser grassement de votre "cessez d’occuper l’espace", que je vous retourne sous la forme "allez donc conquérir celui intersidéral !", il doit bien exister à quelques centaines de milliers d’années-lumière une planète vierge d’espèce à néo-cortex que l’homo dit sapiens saura tout aussi bien ruiner dans un enthousiaste anthropocène délocalisé sous la gouverne éclairée de vos semblables ! Le clonage ultime, en quelque sorte !

        25.06 à 20h06 - Répondre - Alerter
        • Martine 44 : OGM .

          Tout-à-fait d’accord avec votre énervement, Monsieur DUDRET ! c’est à cause de gens comme ce Monsieur que notre pauvre monde est en train de s’auto-détruire !
          Et puis... on le lit pas TERRA ECO quand on se moque de l’avenir de la planète !

          26.06 à 12h19 - Répondre - Alerter
  • Arrêtons de croire ces parasites qui veulent nous vendre des OGM sous prétexte de régler le problème de la faim dans le Monde !
    Le Monde n’a pas besoin d’eux !
    C’est eux le problème !!!

    25.06 à 10h59 - Répondre - Alerter
    • Tout-à-fait pitoune, ils nous ont déjà fait le coup de la faim dans le monde avec l’agriculture intensive et les pesticides, puis les plantes OGM, et ils ont l’indécence d’en remettre une couche !

      Afin de savoir si ces animaux cuisinés dans nos assiettes seraient nocifs pour la santé, je propose de les tester d’abord sur ceux qui mettent tant d’énergie à vouloir les mettre sur le marché, à savoir les responsables des industries de l’agro-alimentaire, des gros syndicats agricoles, des autorités sanitaires sous lesquelles la France et l’Europe croule, des traders qui surfent sur la vague des profits de ces industriels sans conscience humaine, et des politiques qui disent "Amen" à ces gros lobbying.
      Puisqu’ils sont prêts à nous les faire manger, c’est qu’ils les jugent inoffensifs.

      Une telle étude doit durer sur plusieurs générations, car "bidouillage de gènes" dit maladies génétiques et "risque sur les générations suivantes".

      26.06 à 09h06 - Répondre - Alerter
    • ... et puis tout ça n’est qu’une affaire de gros sous pour eux ! c’est à celui qui s’en mettra le plus plein les poches, sans se préoccuper de l’avenir de la planète : la faim dans le monde n’est pas leur préoccupation première !

      26.06 à 12h12 - Répondre - Alerter
    • 128 points ! Mais c’est e9norme ! Ce chat est mliuelt que moi ! Et du moins si il n’a pas jailbreake9 son ipad c’est un chat qui a achete9 une apllications a 79 centimes ! Vous m’excuserez du mauvais jeu de mot mais : Chat Alors ! J’suis e9pate9 !

      6.08 à 18h22 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Monsieur Gilles-Eric Séralini n’est pas et n’a jamais été expert OGM pour le gouvernement français et l’UE.

    23.06 à 20h45 - Répondre - Alerter
  • ... en tout cas, réduire de manière significative notre consommation de viande et poisson.

    La production industrielle d’animaux depuis 50 ans est une barbarie sans nom : élever des animaux au grand air, heureux de vivre, et en consommer seulement de temps en temps comme l’Homme l’a toujours fait est très différent.

    L’Occident en consomme aujourd’hui nettement trop, d’où les problèmes de santé type diabète, cardiaques, cancers etc. ... Or le soja et les légumineuses sont d’excellentes sources de protéines !

    Le pire étant qu’on importe des céréales (OGM !) du Brésil ou d’ailleurs pour engraisser vaches et cochons occidentaux au lieu de nourrir des millions d’humains qui ont faim, y compris dans ces pays exportateurs.

    Alors, si on le voulait vraiment, les solutions existent déjà : ce serait d’utiliser différemment les productions ACTUELLES de céréales/soja au niveau mondial.
    Si elle est autorisée, la viande OGM fera la fortune de quelques-uns, mais ne résoudra en rien la faim dans le monde.

    23.06 à 14h22 - Répondre - Alerter
    • La solution du soja comme protéïne végétale n’est pas, à mon sens, la bonne solution, car ne pas oublier que la culture du soja produit une déforestation sans précédent dans certaines régions du monde... mais je suis d’accord avec vous sur le fait d’une part de réduire la consommation de viande et de poisson (ce que je m’efforce de faire personnellement), et de remplacer par des protéïnes végétales (mais autres que le soja !).

      26.06 à 12h09 - Répondre - Alerter
      • Allo ? L’écrasante majorité du soja qui provoque la déforestation c’est justement le soja industriel qui sert à nourrir les animaux !

        Si on arrêtait de bouffer des milliards d’animaux tous les ans (qui n’ont rien demandé), on aurait ÉNORMÉMENT moins besoin de péter la forêt pour y coller de la monoculture de soja.

        Donc SI, le soja en tant que protéine est une solution tout à fait louable et qui va dans le bon sens. Si on prend du soja bio / local c’est encore mieux.

        J’enfonce le clou pour que ce soit bien clair : quand vous décidez de faire un repas avec du soja, vous consommez moins de soja que si vous mangiez un steak. Et en plus vous savez d’où il vient. Et qu’il n’a pas participé à la déforestation. Et qu’il n’y a pas d’OGM dedans.

        26.06 à 21h05 - Répondre - Alerter
  • Il faut tester les gènes de justice sociale et d’humanisme sur certains hommes politiques.
    Si nous avions eu un Sarkozy OGM, nous n’en serions pas là !

    22.06 à 18h40 - Répondre - Alerter
    • Mis à part l’Eugénisme sous jacent de votre proposition, j’apprécie son humour :-) !
      Par contre nous avions déjà un SGM (Sarkozy génétiquement modifié), il avait pas mal de gènes "Le Pen" dans son ADN. Mais pour en avoir un d’acceptable, immense chantier, il y aurait eu moins de travail à partir d’un ADN de "Bisounours".

      25.06 à 09h19 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité