publicité
Accueil du site > Actu > Déchets > Les Toulousains glanent plus pour jeter moins
Article Abonné
24-05-2012
Mots clés
Recyclage, Déchets
France

Les Toulousains glanent plus pour jeter moins

Taille texte
Les Toulousains glanent plus pour jeter moins
(Crédit photo : DR)
 
Dans la Ville rose, une association récupère et ressuscite meubles, vaisselle et luminaires destinés au rebut.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Végétariens : et s’ils avaient raison ?"

Combien de fois s’est-on plaint de voir, dans nos déchetteries, des canapés en bon état ou des lampes à peine endommagées alors qu’un coup de peinture ou une vis pourrait les remettre sur pied ? A Toulouse, l’association La Glanerie sauve de l’incinérateur mobilier, vaisselle, jouets, matériel informatique, livres… et un peu d’électroménager, récupérés dans les six déchetteries de la communauté urbaine du Grand Toulouse.

60 structures en France

Après nettoyage et remise en état, l’objet est comme neuf. Parfois, il est complètement démonté, détourné, puis relooké, comme ce salon fabriqué à partir d’un tas de palettes en bois. Une fois les déchets entrés dans la ressourcerie, aucun risque qu’ils ne retournent à la poubelle. « Tout est valorisé et revendu », assure Aurore Front, codirigeante de La Glanerie. Créée en 2003, l’association a signé il y a deux ans une convention avec le Grand Toulouse et collecte environ dix tonnes de déchets par mois. La communauté urbaine se donne pour objectif, d’ici à 2013, de réduire de 8 % le volume d’objets destinés à l’enfouissement.

« Au début, le principe était très répandu en Nord-Pas-de-Calais et Picardie », explique Aurore Front. Aujourd’hui, 60 structures existent en France. Les ressourceries adhèrent toutes à un réseau national, signent une charte et doivent remplir quatre missions : la collecte, la valorisation, le réemploi – qui se traduit à Toulouse par une vente des objets à petit prix – et l’éducation. Aurore Front anime ainsi des ateliers dans les écoles : « L’idée est que les enfants comprennent le cycle des déchets et réfléchissent à notre façon de consommer. Parce que la première étape est d’en produire moins. » —

Impact du projet

21 salariés, dont 14 en insertion

Dix tonnes de déchets collectées par mois

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité