publicité
Accueil du site > Actu > Société > Le poulet donne l’aile au Cameroun, la cuisse à la France
Article Abonné
30-05-2013
Mots clés
Alimentation
Agriculture
Afrique
France

Le poulet donne l’aile au Cameroun, la cuisse à la France

Taille texte
Le poulet donne l'aile au Cameroun, la cuisse à la France
(Crédit photo : julien duriez)
 
Dans les années 1990, les volatiles européens congelés inondaient les marchés de Yaoundé. Jusqu’à ce que les producteurs locaux leur volent dans les plumes. Aujourd’hui interdits, ils parviennent encore parfois à se frayer un chemin.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 48 - juin 2013

Les hypers en bout de course(s)

La station balnéaire de Plouescat, dans le nord du Finistère, attire les touristes avec sa jolie halle du XVIe siècle, ses cultures d’artichauts, d’oignons, d’échalotes et bien sûr, sa plage de sable blanc. C’est aussi dans cette petite commune bretonne qu’est installée, depuis plus de trente ans, la société de négoce de viande et de produits de la mer Brittania. Dans un bâtiment en pierres de granit, là où la baie du Kernic s’ouvre sur l’océan, les employés de cette PME vendent et achètent des denrées – produits de la mer et viande, dont de la volaille – aux quatre coins de la terre. « Quand on parle de négociants de viande, on imagine aujourd’hui des traders avec plein d’écrans. Nous, nous sommes huit, avec vue sur la mer », s’amuse Léda Griot. La jeune femme est chargée de la vente de volailles, principalement à destination de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale. Brittania se fournit dans toute l’Europe, et même jusqu’au Brésil, dont la production de volaille est en plein essor. Mais aucune cargaison n’est débarquée à Plouescat. La marchandise est directement envoyée à Dakar, Accra ou Abidjan, en quelques clics.

Comme Brittania, des dizaines d’entreprises de négoce françaises, néerlandaises ou espagnoles achètent, par tonnes, de la viande de poulet aux producteurs pour la transporter et la revendre en Afrique, du Sénégal au Ghana, en passant par la Côte d’Ivoire. En 2012, l’Union européenne a exporté ainsi plus d’un million de tonnes de poulet, soit 8 % de sa production.

Cou, croupions et pattes

Contrairement au Moyen-Orient, où les poulets européens sont vendus entiers, les conteneurs réfrigérés qui partent vers l’Afrique sont chargés des morceaux les moins chers, qui sont aussi les moins nobles. Sur les bêtes destinées à la découpe, les producteurs prélèvent en effet d’abord les cuisses et les blancs, qui sont écoulés en Europe. Restent le cou, les ailes, le croupion, les pattes et les abats. Avec les poulets déclassés – trop petits – ou cassés au cours de la découpe, ils forment la catégorie « gras B ».

« En Europe, on ne peut rien faire des bas morceaux, ça ne correspond pas à nos habitudes alimentaires », précise Léda Griot. La destruction par équarrissage coûterait un bras. Selon les cours, les producteurs choisissent donc « soit de vendre ces bas morceaux à des usines d’aliments pour animaux, soit de les exporter », explique Bénédicte Hermelin, directrice du Bénédicte Hermelin directrice du Groupe de recherche et d’échanges technologiques, une ONG qui lutte pour un développement solidaire. C’est ainsi que des piles de pattes ou d’ailes de poulets produits en Europe se retrouvent sur les marchés d’Afrique. « Les pattes et ce genre de morceaux, moi, je ne saute pas dessus », avoue Daniel Jaouen, producteur pour Doux, leader du secteur, à Plonéour-Lanvern (Finistère). Mais il paraît que les Africains aiment ça… »

Comme la plupart des éleveurs français, allemands ou italiens, l’aviculteur breton ne se charge pas de la vente de sa viande. Membre d’une filière intégrée, il se fait livrer poussins et aliments par Doux. Il lui rend ensuite des poulets – arrivés à terme à quarante-cinq jours – qui sont abattus et vendus par le géant de la volaille, dont les élevages intensifs renferment, en moyenne, 25 000 poulets et peuvent atteindre, dans les plus gros, 35 000 volatiles. « Les producteurs sont souvent montrés du doigt. Mais les consommateurs ne savent plus à quoi ressemble un poulet, s’agace pour sa part Didier Renoult, producteur de poulet Label rouge en Normandie, à deux pas du Mont-Saint-Michel. Plus personne n’achète de poulet entier pour ensuite lever les filets, couper et cuisiner les cuisses. On veut du déjà préparé, voire du déjà cuisiné. »

Manioc et mangues vertes

Dans les étroites allées encombrées du marché d’Essos, à Yaoundé, la capitale camerounaise, pas de trace de plats préparés. La pluie de la nuit a transformé le sol en boue. Les vendeurs – principalement des femmes – s’affairent pour la mise en place. Les étals se colorent de piles de bâtons de manioc, de piments rouges et de petites mangues vertes. Tout au fond du marché, un grand préau est réservé à la viande. Un homme saigne un cochon, pendu par les pieds. Perchée sur les cages de ses poulets, « Mama Chicken », comme la surnomme tout le monde, harangue les premiers clients. Ici, comme dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale, le poulet est, de loin, la viande la plus consommée. Et quand il est importé, son prix est particulièrement attrayant. Il coûte 1 600 francs CFA le kilo (2,44 euros), contre 2 000 francs CFA (3,05 euros) pour son homologue local.

A l’approche notamment des fêtes de Noël ou de Pâques, les familles qui désiraient préparer des plats de viande se sont mis au poulet congelé. Les femmes qui tiennent les « tournedos », ces petits restaurants qui proposent des plats uniques à chaque coin de rue de la capitale, ont commencé à se fournir dès les années 1990 en viande d’importation. Ses avantages ? Elle est vendue plumée et prête à l’emploi, alors que les poulets locaux sont proposés vivants. De 1994 à 2003, l’importation de volatiles congelés est ainsi passé de 60 tonnes à 22 154 tonnes, rien que pour le Cameroun ! Hervé Teguia, étudiant dans les années 1990, se souvient de l’arrivée de ce poulet en Afrique, qui mettait en danger la filière locale. « Il n’avait ni la couleur ni le goût du poulet camerounais, et pourtant je me suis jeté dessus. C’était une aubaine », sourit, casquette vissée sur la tête, le trentenaire, qui défend aujourd’hui les intérêts des producteurs agricoles camerounais. Il est employé par l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (Acdic) et rend, ce jour-là, visite à Fridolin Onada, qui élève des volailles dans le village de Nyom, à moins d’une heure de route de Yaoundé. Les trois poulaillers de l’aviculteur, formés de claies de bambou posées sur un sol de béton, ont une capacité totale de 1 000 à 1 500 animaux.

A partir de 1997, les bâtiments entourés de bananiers et de champs de manioc sont restés vides, de longues périodes durant. « Le poulet congelé a inondé le marché », se souvient Fridolin Onada, qui s’est lancé dans l’élevage dans les années 1980. Ses bêtes, amenées vivantes à Mvog-Ada, le marché de gros de Yaoundé, ne se vendent alors plus. En 2004, il décide de réagir. Il adhère à l’Acdic, qui vient de voir le jour. Très active, l’association tente de sensibiliser la population et les autorités camerounaises. Et pratique des tests à partir des morceaux de poulets congelés vendus sur les marchés de Yaoundé. La viande importée se révèle être porteuse de nombreuses bactéries. La faute à une chaîne du froid mal respectée entre l’arrivée des conteneurs sur le port de Douala – la capitale économique du pays – et la vente sur les marchés, parfois à même le sol.

« L’Europe plume l’Afrique »

L’Acdic publie des journaux spéciaux et organise des événements à destination des consommateurs. Dès le mois d’octobre 2004, des ONG occidentales, comme Oxfam et SOS Faim, relaient l’action de l’association et lancent la campagne « Exportations de poulet : l’Europe plume l’Afrique ». La sensibilisation ne suffit pourtant pas. Pour sauver la filière locale, l’objectif est de faire interdire toute importation de viande depuis l’étranger. « Derrière les importateurs locaux, il y a des responsables politiques qui ont le bras long et qui auraient pu contourner les règles cherchant à limiter les importations, explique Hervé Teguia. La seule mesure efficace pour protéger la filière, c’était l’interdiction totale. » Forte de ses soutiens internationaux et grâce à la mobilisation populaire qui s’organise, l’Acdic finit par obtenir gain de cause, en 2006.

Fait unique dans toute la sous-région, le Cameroun interdit alors toute importation de viande étrangère. Pris au dépourvu, Brittania déroute alors vers le Ghana, en urgence, des bateaux entiers, chargés de conteneurs de poulets, en route pour Douala. « On a eu une baisse d’activité pendant six mois », se souvient Léda Griot. Mais rapidement, le négociant breton s’est concentré sur d’autres pays de la région et, pour lui, les affaires ont repris.

Pour vérifier que l’interdiction est bien respectée au Cameroun, Hervé Teguia mène, deux fois par mois, des contrôles sur les principaux marchés de Yaoundé. Il note parfois la présence de poulet congelé, importé illégalement via le Nigeria ou la Guinée équatoriale, qu’il signale aux autorités. En mars 2013, à l’approche des fêtes de Pâques, le ministère du Commerce a ainsi détruit une tonne de poulet d’importation. Mais le fait reste rare. Sur le marché des grossistes de Mvog-Ada, à Yaoundé, les cages de poulets locaux vendus vivants, puis abattus et plumés sur place – un gage de fraîcheur –, ont remplacé les congélateurs et le « carrefour des congelés », dans lequel les cartons de poulet d’importation étaient débarqués il y a quelques années encore.

Depuis l’interdiction, plusieurs autres pays africains ont suivi le mouvement. En 2005, c’est le Sénégal qui a cessé ses importations au moment où la grippe aviaire frappait. La Côte d’Ivoire a, quant à elle, élevé les taxes pour les produits venus de l’étranger. Le Nigeria, le pays le plus peuplé de la région avec 170 millions d’habitants, a lui aussi restreint le commerce des poulets congelés.

« Carrefour des congelés »

Pourtant, « du poulet de contrebande est transporté de nuit dans le pays, dans des conditions sanitaires préoccupantes » via le Bénin, rapporte le site Internet Agritrade, spécialisé dans les questions agricoles. Et l’offre de poulet européen bon marché n’est pas prête de décroître. L’Afrique aurait importé 1,3 million de tonnes de cette volaille en 2012 – les chiffres précis ne sont pas encore connus –, soit 11 % des importations mondiales, contre 260 000 tonnes en 2000 ! « Comme la consommation de poitrines de volaille augmente dans l’Union européenne, le volume de morceaux ‘‘ de moindre qualité ’’ à écouler augmente lui aussi », écrit ainsi Agritrade. Plus de cuisses et de blancs de poulet dans nos supermarchés, c’est davantage de croupions à écouler en Afrique. —

A Nyom, le poulet nourrit ses paysans

En 2006, avec l’interdiction de l’importation de poulet, Fridolin Onada a fédéré la dizaine d’éleveurs de son village. Ensemble, les paysans ont construit de nouveaux poulaillers et acquis un broyeur-mélangeur pour produire eux-mêmes la nourriture à partir de leurs cultures de maïs. « Nos poulets sont vendus au bout de quarante-cinq jours. On obtient en un mois et demi un revenu. L’élevage peut à nouveau nourrir son homme », résume le producteur, installé sur une chaise branlante sur le pas de sa porte. Il estime qu’un élevage de 500 poulets rapporte jusqu’à 10 000 francs CFA (15,25 euros), par mois et par éleveur, l’équivalent du salaire d’un professeur en début de carrière. Les éleveurs espèrent pouvoir bientôt acheter un véhicule pour emmener leurs animaux jusqu’au marché de Mvog-Ada, à Yaoundé. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Etudiant en histoire à Lille (Nord) puis à l’Institut pratique du journalisme de Paris, Julien a rencontré et interviewé, pour Terra eco, la moitié des poulets de Yaoundé, au Cameroun. Un temps pigiste pour la presse économique, il gère aujourd’hui la rubrique « Solidarité, économie sociale et engagement » du site Internet La-croix.com. Il s’intéresse à la microéconomie, aime faire de la photo, de la rando en Sologne, du vélo à Paris et cuisiner, le dimanche, du poulet (français) entier, parfumé au citron et citronnelle.

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Anonyme : Problèmes

    On évoque les problèmes des producteurs et vendeurs africains.

    Qui des problèmes des poulets ? Vous êtes prêts à être enfermés par 35.000 ? Cette article ne suggère-t-il pas un certain spécisme dans les problèmes ?

    18.06 à 05h17 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité