publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > Environnement > Le pétrole flambe, la planète tremble
8-11-2007

Le pétrole flambe, la planète tremble

Taille texte
 
A plus de 98 dollars le baril, la dépendance au pétrole coûte cher. L'addition environnementale est encore plus salée.
SUR LE MÊME SUJET

De record en record, le cours du baril de pétrole flirte avec le seuil historique et hautement symbolique des 100 dollars. Dans les dernières heures, et pour la première fois de son histoire, le cours du brut léger (Light Sweet Crude Oil) a franchi la barre de 98 dollars sur la bourse d’échanges des matières premières de New York (NYMEX).

Parmi les explications : les tensions géopolitiques, le niveau plutôt faible des stocks américains alors que les spécialistes redoutent un hiver rigoureux dans l’hémisphère nord, mais aussi la pression des spéculateurs. Ces derniers tendent à amplifier les mouvements de hausse et de baisse, et en fonction de leurs choix d’investissement, le franchissement du seuil de 100 dollars ne se fera peut-être pas immédiatement.

Quoi qu’il en soit, tout semble indiquer que répondre à la demande croissante d’or noir dans les prochaines années deviendra de plus en plus complexe. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) table, dans son scénario « tendanciel », sur une demande d’environ 116 millions de barils de pétrole par jour à échéance 2030. Or, rien n’indique que la production pourra suivre le rythme de cette demande effrénée.

Pétrole brut contre propos bruts de décoffrage

Le Financial Times rapporte ainsi des propos « bruts de décoffrage » tenus par Christophe de Margerie, le directeur général du groupe pétrolier français Total, qui vont à l’encontre de cette vision « optimiste » de l’AIE : « 100 millions de barils par jour est désormais une perspective optimiste. (...) Ce n’est pas mon opinion, c’est celle de l’industrie, ou celle de ceux qui ont pour habitude de parler clairement, honnêtement, plutôt que dire ce que leur auditoire souhaite entendre », assène Christophe de Margerie.

Plusieurs conséquences sont alors à redouter. D’abord, une poursuite de la hausse des prix, et un retour de l’inflation (ce que redoute déjà la Banque centrale européenne). Ensuite, un risque de ralentissement de l’activité économique dû à cette hausse du prix du pétrole (et d’autres matières premières, plus généralement).

Carburants lourds... de conséquences

Tout cela aura, parallèlement, un impact sur l’environnement. Reprenons le scénario de l’AIE (116 millions de baril par jour). Celui-ci implique une augmentation des émissions de CO2 de 55% entre 2004 et 2030 ! On sait déjà que la planète, aujourd’hui en surchauffe, ne tiendrait pas un tel choc.

Mais il y a plus grave. Si le prix du pétrole augmente et que la demande reste forte, les producteurs chercheront à mettre en oeuvre de nouvelles techniques d’exploitation. Un excellent article de Business Week (29 octobre 2007) fait le point sur les « carburants alternatifs » : gaz et charbon liquéfiés, biocarburants, pétrole superlourd et schistes bitumeux. Aujourd’hui ces matières premières fossiles représentent autour de 2 millions de barils par jour (2% de la production mondiale). En 2030, leur production pourrait dépasser 10 millions de barils/jour (entre 9 et 10% de la production, selon les prévisions). Ces carburants sont encore plus émetteurs de CO2 que le pétrole.

Inflation, tensions géopolitiques, crises économiques et suicide environnemental : c’est le monde que nous promet un baril de pétrole autour de 100 dollars aujourd’hui.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bien vu pour cet article, mais étant un « pro » de la recherche pétrolière, je voudrais apporter quelques infos sur ce que pensent certains dans notre profession !
    -  Il ne faut pas croire les yeux fermés L’IAE ! ainsi que les économistes. Vous en avez pour preuve le Monsieur de Total qui est déjà en dessous à 100 M de barils au lieu de 116 ! ils se préparent……
    -  Vous trouverez sur le site http://www.peakoil.net/ « en anglais » une réflexion que les « pros » mènent depuis quelques années. Pour faire bref c’est probablement beaucoup plus grave que ce que la rue pense ! On est peut être arrivé au PIC de production maximum à environ 86 M barils comme ces jours ci. On est donc loin des 100 ! déjà pessimistes du Monsieur Total. Voir aussi le site des experts allemands http://www.energywatchgroup.org Vous y trouverez une analyse excellente sur nos réserves pétrolières ainsi et il ne faut pas avoir peur que deux autres sur respectivement le nucléaire et le charbon…..ou l’on y voit que les réserves des ces énergies « inépuisable » ne sont pas aussi inépuisables que cela ! Il y a de quoi avoir des idées noires ……
    La question n’est pas les 100 US$ (le court actualisé de la crise de 85 étant 104 US$) le baril mais plutôt quand va-t-il monter vers les 150 ! car on ne pourra pas du jour au lendemain remplacer les millions de barils manquant !

    Voila amis terriens vous avez de quoi lire et réfléchir !

    15.11 à 16h29 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité