publicité
Accueil du site > Actu > Ma ville > Le palmarès des villes durables

Le palmarès des villes durables

Taille texte
Le palmarès des villes durables
(Crédit photo : romain joly)
 
Vertes, innovantes, solidaires. Avant les municipales, « Terra eco » a classé pour vous les 30 plus grandes villes de France. Et la médaille d’or est… bretonne.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 55 - mars 2014

Poissons : fraude à l’étiquette

Dans une ville idéale, les citadins respirent un air aussi pur qu’à Besançon et peuvent se promener dans des jardins comme ceux de la cité franc-comtoise, où la surface d’espaces verts par habitant est la plus importante des villes françaises. La cité de nos rêves aurait bien sûr un faible taux de chômage et une vie associative dynamique, à l’instar de Rennes, et serait plutôt égalitaire, à l’image de Grenoble, dont l’indice de Gini (1) est l’un des plus faibles de France.

Nitrates et toilettes publiques

Cette ville devrait être accessible à tous – familles, handicapés, personnes âgées –, privilégier les mobilités douces (vélo, tram, covoiturage…) et le lien social, via la culture ou l’habitat participatif. Sur ces critères aussi, les trois villes précitées se distinguent. C’est pourquoi elles trustent le podium du palmarès des villes durables de Terra eco. Ce classement inédit des 30 plus grandes villes françaises a été établi sur leurs performances dans 20 critères, de la quantité de nitrates par litre d’eau au nombre de toilettes publiques, de la production d’énergies renouvelables aux émissions de CO2… Une tâche délicate, car malgré le développement des Plans climat et des Agendas 21 (2), ces données ne sont pas toujours accessibles ou exploitables.

Le tiercé gagnant – Rennes, Grenoble, Besançon – ne surprend pas du tout Catherine Decaux, directrice générale du Comité 21, un réseau qui comprend notamment 180 collectivités. « Ces villes ont engagé de longue date des politiques structurées autour des trois piliers du développement durable – l’économie, l’écologie, le social –, dans une démarche d’Agenda 21, ou de Programme Facteur 4 (3) à Grenoble. A un moment donné, elles ont décidé de secouer le cocotier et l’ont fait en concertation avec les habitants. Située dans une vallée encaissée, Grenoble a, par exemple, pris à bras le corps les questions de mobilité pour résoudre ses problèmes de pollution de l’air (problèmes qui ne sont pas résolus, Grenoble est classée à la 28e place sur ce critère dans notre enquête, ndlr). A l’arrivée, cela se traduit par une meilleure qualité de vie pour les habitants. »

Simple hasard ? Ce sont aussi trois villes à gauche depuis une ou deux générations et historiquement des lieux d’expérimentations. Expérimentations sociales avec les coopératives paysannes et ouvrières, comme les Lip, en Franche-Comté, puis écologistes : le premier écoquartier de France se trouve à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes, qui s’emploie par ailleurs à préserver les terres agricoles, et la vague de retours en régie municipale de l’eau a débuté à Grenoble.

L’autre tiercé gagnant

Bizarrement, lorsque Terra eco et OpinionWay demandent aux Français quel patelin de l’Hexagone se rapproche de la ville idéale, l’ordre change radicalement : Bordeaux est la plus citée, suivie de Nantes et Montpellier (respectivement par 17 %, 14 % et 12 % des personnes interrogées). Outre leur attractivité naturelle, avec l’Atlantique et la Méditerranée, ces villes profitent des retombées de leurs politiques (tramway et aménagement des quais à Bordeaux, culture à Nantes…), mais aussi de leur communication efficace. On en oublierait presque les 25 % de pauvres à Montpellier (21e des 100 plus grandes villes françaises) ou que Bordeaux est la cinquième ville la plus embouteillée de France : si la cité attire des nouveaux habitants, le coût du logement a explosé, et les gens s’en vont (en voiture) peupler les campagnes. Aussi, dans le palmarès de Terra eco, Nantes est-elle 7e, Bordeaux 9e, et Montpellier 19e. Allez, mesdames et messieurs les candidat-e-s aux municipales et aux scrutins qui viennent, encore un petit effort pour concilier rêve et réalité… —

(1) Cet indice mesure les inégalités de ressources au sein des villes. Une valeur faible signifie donc que la population est, de façon homogène, pauvre… ou riche.

(2) Ensemble d’engagements adoptés par les communes en faveur du développement durable.

(3) Engagement qui consiste à diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre


SOMMAIRE

TABLEAU L’intégralité du palmarès des villes durables en chiffres De la parité aux espaces verts, de la qualité de l’air à l’accessibilité handicapés, voici les résultats de chaque ville de notre classement.
ÉCLAIRAGE Rennes porte la couronne La Bretonne est la gagnante de notre palmarès. Piétonne, avec un faible taux de chômage et une vie associative dense, elle a bénéficié de choix politiques ambitieux.
SONDAGE Français, quelle est pour vous la ville idéale ? Elle est propre, avec un taux de chômage bas et des transports en commun. Découvrez les résultats de l’enquête « Terra eco »/OpinionWay sur la ville idéale des Français.
INTERVIEW « Certains élus s’intéressent avant tout aux résultats des élections… » Gilles Demailly, maire PS d’Amiens depuis 2008, est un ovni : il ne se représente pas en mars et, pendant son mandat, il a mis l’accent sur l’écologie. Non sans mal.
FOCUS Sept bonnes idées arrivées près de chez vous ! De la Sarthe à La Réunion, voici des communes qui portent des initiatives novatrices et rafraîchissantes. Copieurs, faites votre marché !
REPORTAGE Växjö fait feu de tout bois pour être la plus verte Ici, dans le sud de la Suède, les habitants se chauffent grâce aux déchets de la forêt et roulent au biogaz local. Et les autorités accélèrent encore le mouvement.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Franchement désolant de telles publications dignes d’un publi-reportage électoral...
    Comment un magazine peut-il si ce n’est à moindre frais, classer les 30 plus grandes villes de France alors qu’il y a une centaine de départements donc d’autant de lieux dénigrés !
    Et celui qui connait le pays, doit se tordre de rire quand au classement final de ville comme Grenoble sachant qu’elle est parmi les plus polluée de France !
    Besançon et son air pure... Rappelons au passage qu’une telle ville ayant une usine d’incinération comme tant d’autres, rejette dans l’atmosphère de la dioxine hautement cancérigène ! Que seule une étude américaine avait soulevé le loup il y a 20 ans et qu’à ce jour, aucune usines d’incinérations n’est clean !
    Le reportage continue en citant que pour le public, sans doute le plus nombreux à voter, Bordeaux arrive en tête malgré ses bouchons, je ne parle pas de ceux qui servent au bouteilles de vins dont les vignes sur-traités de pesticides, doivent aussi déboucher le nez des riverains...
    Quand au fameux Tram qui sabote tous les budjets et amplifie la baisse du pouvoir d’achat, ce n’est qu’un leurre, un jouet pour qlqs privilégiés, lisez le blog du collectif REC.
    (archives du 2014/02/09)
    Et l’on continue à endormir les gens en parlant d’analyse de l’eau sachant très bien que seuls qlqs éléments sont analysés, qu’il n’y a jamais de recherches sur les PCB, les métaux lourds, les médicaments humains ou vétérinaires !
    Et cela ne surprend pas Mme Decaux qui souligne que ces villes oeuvres sur l’économie alors que les industries ont toutes désertés. quand au social, qui le paye sinon nous tous !
    En prime à Besançon, les poubelles à puces, un renouvellement globale du parc complètement illusoire et coûteux puisque la moitié concernent des HLM ou bâtiments privés où il est impossible de savoir qui paye pour qui...
    La soit disante protection des terres agricoles, mais pour quoi faire sinon de l’intensif hyper-polluant !
    Bref, un condensé de conneries.
    Urgence, changeons ce monde, lisez le livre interdit "Têtes à Flaques" ; _ Politique, social, santé, éducation, religion, 600 pages pour vous prouver que tout est possible, pour le prix d’un paquet de cigarettes.
    En ligne sur : thebookedition.com/tetes-a-flaques
    ou
    Tapez le titre dans la recherche.
    (Ces 600 pages ne rapportent que 1 euro à son auteur)

    2.03 à 01h06 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité