publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Le panda et la baleine > Le marronnier conventionnel des études sur la nourriture bio

Le panda et la baleine

Par Haðed
9-09-2012

Le marronnier conventionnel des études sur la nourriture bio

Le marronnier conventionnel des études sur la nourriture bio
Régulièrement, des études sont publiées, révélant l'absence de vertu significative de l'alimentation bio sur la santé. Ces "scoops" complètement à côté de la plaque font les choux gras (et plein de pesticides) des médias bien conventionnels.

Encore une étude... Et celle ci a le talent de s’appuyer uniquement sur... les études précédentes. Quelle surprise alors de découvrir que le résultat ne diffère pas de ce qu’on avait déjà pu lire. Alors que "leur" crise provoque un recul catastrophique sur les questions environnementales, les médias, le Figaro en tête, ne se sont pas privés d’en rajouter une couche. Alors comme ça, le bio ne serait meilleur ni pour la santé ni en termes nutritionnels. Et même sur France Inter, pour bien cultiver le sens du débat, on invite pour commenter cette étude un scientifique de... l’INRA ! Ce dernier explique que ces résultats sont dus aux efforts considérables effectués par les agriculteurs conventionnels pour réduire leur consommation de pesticide. Mais bien sûr, c’est donc pour ça que leur utilisation a encore augmenté en France l’an dernier... Et puis, selon l’inénarrable Figaro, les agriculteurs bio revendraient leur marchandise 25% plus cher que les conventionnels, pourtant pas avares d’efforts, on vient de le dire. On ne constate nullement ces différences de prix en vente directe. Peut-être que les distributeurs, supermarchés en tête, se sucrent sur la tête des consommateurs ? On peut en tout cas le déduire, mais pas le lire dans le Figaro.

Tous ces médias semblent donc se demander pourquoi on mange bio. La réponse est pourtant simple. On ne mange pas bio pour son bien-être personnel, mais parce que ça contribue à diminuer la pollution de la planète. Un peu comme consommer local, en somme. On pourra bientôt nous apprendre que manger des produits n’ayant pas beaucoup voyagé n’a pas non plus de vertus nutritionnelles meilleures que les produits mondialisés...

L’impact sur la santé, de tout le monde et pas seulement de ceux qui consomment bio, sera réel quand la part de bio aura considérablement augmenté. En attendant, nous sommes de plus en plus nombreux, consommateurs ou producteurs, à choisir cette voie comme le colibri de la légende amérindienne reprise par Pierre Rabhi.

Et si ces études étaient correctement interprétées, on en déduirait que consommer bio est un geste altruiste et plein d’espoir. Bien loin des conclusions des médias porte-parole des lobbies...

COMMENTAIRES ( 28 )
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les journaux télévisés passent leur temps à mentir, il faut le savoir.Ils ne sont là que pour la propagande et les intérêts de la classe dominante.Mentir sur les produits biologiques est un petit mensonge comparé à certain de leurs délires.Je pense notamment aux guerres pour sauver la veuve et l’orphelin, du pur cinéma avec carrément des films en studio, fausses blessures, faux morts, faux charniers et vrais experts de l’embobinage.Bienvenu dans le monde à l’envers, celui ou les modérés veulent la guerre pour la paix et les extrêmes la paix pour de vrai.
    Sinon le plus gros défaut de l’agriculture conventionnelle, c’est quelle n’a pas compris ce que c’était que la terre .Du coup elle transforme les champs en désert petit à petit.De moins en moins d’humus de plus en plus de cailloux.Vivement tout en bio

    20.09 à 22h08 - Répondre - Alerter
  • Ferme du puisou : Le bio trop cher ?

    Il est difficile de comparer les prix : nous (la ferme du puisou), nous le faisons chaque semaine pour fixer nos prix.
    C’est sûr que par rapport à de la tomate espagnole à 0.99€ le kilo, on est plus cher mais le goût n’est pas le même.
    Quand les gens nous disent qu’on est plus cher (par reflex ?), nous leur demandons les prix de la grande distribution. Résultat : ils n’en connaissent pas un.
    Les gens achètent en supermarché sans regarder les prix, ils font confiance...
    Alors quand ils ont un prix CLAIREMENT affiché sur une tomate, ils se réveillent et se rendent compte que le coût de la vie à augmenter depuis...

    15.09 à 09h48 - Répondre - Alerter
    • Bioreporterre.com : Le bio trop cher ?

      Je pense que l’on peut retourner le problème. Plutôt que se lamenter sur la cherté (supposée) du bio peut être faut-il se demander pourquoi le non bio est si peu cher (et encore, pas toujours). J’enfonce ici des portes ouvertes mais pourquoi le filet de boeuf est si cher alors qu’un hamburger ne coute que quelques euros ? Pourquoi les fraises espagnoles sont si peu chers par rapport á la gariguette ? Il serait temps d’ouvrir les yeux sur la qualité des éléments que nous consommons. Nous avons la possibilité aujurd’hui de choisir entre la qualité et la quantité. Qu’on ne nous dise pas que le bio est quelques fois plus cher, il faut juste savoir ce que l’on veut dans nos assiettes.

      20.09 à 22h25 - Répondre - Alerter
  • Bien sur que les produits bio sont bien meilleurs pour la santé que les produits issus de l’agriculture conventionnelle. Bien sur, que les multinationales qui s’arrogent le droit de posséder les variétés, ou qui inondent le marché avec leur molécules chimiques n’ont rien d’altruiste. Bien sur que les traitements, pesticides, fongicides, insecticides, sont dangereux pour la santé (je vous rappelle ce accablant reportage "la mort est dans le pré") ; et bien sur le combat est loin d’être gagné.
    D’un coté, il y a l’argent de l’autre la vie ...
    Pour toutes ces raisons nous consommons bio ma famille et moi, ça coûte un peu plus cher, (quoi que), (les rendements pour les surfaces données ne sont pas les mêmes) mais le jeu en vaut la chandelle. C’est tout une démarche, elle commence par ma santé et se poursuit par la santé de ceux que j’aime et la santé de ma planète.
    Alors en un mot pour cet article , Bravo continuons ! (ça en fait deux)
    Pour tout ceux qui pensent ne pas avoir accès à l’alimentation bio à cause du prix ouvrez les yeux, mettez vous aux fourneaux, arrétez les boîtes, autres plats préparés, prenez le temps pour vivre, et eventuellement allez voir ce site
    http://www.basebio.com

    Amicalement

    Jérôme

    14.09 à 10h45 - Répondre - Alerter
    • Tout à fait d’accord avec toi. Le bio n’est cher que si on le veut bien ! il y a aussi la solution d’adhérer à une A.M.A.P. (pour ceux qui n’ont pas de jardin, moi j’en ai un, donc la solution A.M.A.P. n’est pas satisfaisante pour moi). Le coût est modéré et permet d’éviter les frais de transport, les intermédiaires, et permet de faire vivre des cultivateurs en bio. Enfin, toutes les raisons d’y adhérer, quoi !
      Je crois que les personnes (et j’en connais des tas) qui se butent ( car "buter" est bien le mot !) sur le coût du bio, ne vont pas très loin dans leur raisonnement. Pour faire baisser le coût, il suffit aussi de privilégier l’association des légumineuses et des céréales (il y a de très bonnes recettes pour peu qu’on se donne la peine de chercher) pour éviter le coût de la viande, puisque cette association permet d’être complète et d’apporter des protéines végétales.
      Pour faire avancer le débat, je vous conseille l’excellent livre (disponible dans les BIOCOOP) de Gilles DAVEAU : "LE MANUEL DE CUISINE ALTERNATIVE". En ce qui me concerne j’ai suivi pas mal de ses cours qu’il dispense dans certains magasins bio autour de NANTES.

      14.09 à 15h22 - Répondre - Alerter
  • On mange aussi bio quand on le peut car le bio reste cher et pas abordable pour tout le monde.Demandez à un mec au SMIC qui a une famille avec des enfants et qui vit dans un HLM s’il mange BIO.Pour moi, le bio c’est bien mais c’est encore et surtout synonyme de bobo....

    13.09 à 21h34 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    On mange aussi bio quand on le peut car le bio reste cher et pas abordable pour tout le monde.Demandez à un mec au SMIC qui a une famille avec des enfants et qui vit dans un HLM s’il mange BIO.Pour moi, le bio c’est bien mais c’est encore et surtout synonyme de bobo....

    13.09 à 21h33 - Répondre - Alerter
    • Pour te répondre, je suis étudiante, sans vraiment trop de sous mais je mange en partie bio (pas tout bien sûr !) et je m’en sors ! Il faut juste faire attention à ce qu’on achète et être prêt à cuisiner, ne pas acheter les plats tous préparés bio qui coûtent une fortune. Je fais juste très attention lorsque je fais mes courses pour finir le mois mais en allant aux fins de marchés, en achetant beaucoup en vrac et en cultivant 2-3 trucs ça le fait !

      13.09 à 21h39 - Répondre - Alerter
  • Personnellement je mange bio quand même pour mon bien être personnel ! Après il est évident que manger bio et local est un geste altruiste et raisonné envers la planète. Mais si l’on pousse un peu plus loin alors je vous conseil un livre très bien :http://www.seashepherd.fr/france/20...
    Il s’agit d’une interview avec le Capitaine Paul Watson, co-fondateur de Greenpeace, fondateur de Sea Shepherd Conservation Society, grand activiste du milieu marin (mais pas que) et écologiste de première heure. Dans ce livre il aborde de nombreux problèmes comme, tout d’abord le massacre des baleines, des requins et autres animaux marins, mais aussi des problèmes plus profond liés directement aux modes de fonctionnement des différentes sociétés ainsi que notre alimentation catastrophique.

    Bonne lecture à vous

    P.S. Si vous souhaitez soutenir Sea Shepherd voici un lien direct vers l’organisation :http://www.seashepherd.fr/france/no...

    et profitez-en pour signer la pétition qui permettrait à la France de se positionner en tant que terre d’accueil pour le Capitaine Watson :http://www.seashepherd.fr/france/ac...

    13.09 à 17h13 - Répondre - Alerter
  • Merci !!!!!!!!!!!!!!

    13.09 à 16h23 - Répondre - Alerter
  • Je ne sais pas qui a écrit cet article, mais merci !
    Emmapom

    12.09 à 15h06 - Répondre - Alerter
    • Je suis aussi passionnée par la nature et préoccupée par l’avenir de la planète et de nos enfants. A la maison nous consommons beaucoup de produits bio ou issus du commerce local, néanmoins je ne suis pas de gauche. A la lecture de cette article une seule question m’est venue à l’esprit pourquoi l’écologie en France est-elle l’apanage des gauchistes ?

      12.09 à 21h36 - Répondre - Alerter
      • D’abord parce que le partie écologiste en France se consigne à gauche, et que la droite n’a que des revendications électorales concernant l’écologie, mais rien de concret qui peut agir dans le long terme. Et oui, on ne peut pas engraisser les entreprises et les mettre au bio ! Tout comme la "gauche" libérale généralement, même s’il me semble que plus on penche à gauche, plus la sincérité écologique se fait sentir.
        Il y a d’un côté les libéraux, qui attendent que l’écologie soit une prise de conscience générale grâce à la hausse du niveau de vie et de l’éducation (faudrait-il croire que cela va venir de dieu ?) et ceux qui s’activent aux quotidiens pour lutter. La vrai gauche, pas celle au pouvoir, serait la seule pour qui le privilège de parler et d’agir pour l’écologie serait légitime, puisque seule véritable et honnête...

        13.09 à 16h48 - Répondre - Alerter
      • Je me suis souvent posée la même question.......

        18.09 à 18h23 - Répondre - Alerter
      • En réponse à votre question, je vous invite à examiner le site Internet suivant :

        www.alliance-ecologiste-inde...

        Vous découvrirez sans doute que l’amalgame fait entre l’approche écologiste et la gauche n’a plus lieu d’être.
        Bien sincèrement.

        Bernard CHUZEVILLE
        Citoyen du Monde

        17.10 à 09h23 - Répondre - Alerter
  • très bon article sur ce sujet pourtant élimé...
    cependant personne ne semble soulever la contradiction qui consiste à affirmer dans le même document que le bio n’apporte aucun avantage sur la santé... et la phrase suivante, que la seule différence est la présence de résidus de pesticides dans les végétaux non-bio !
    on en revient juste au pb des doses, jugées toxiques ou pas ... alors qu’on commence à bien montrer les effets neuro-toxiques par exemple, même à des doses très inférieures aux fameuses normes...
    c’est là que la "méconnaissance" du sujet, la mauvaise foi ou carrément la partialité des auteurs permettent d’aboutir à ces conclusions que je qualifierais de "conventionnelles" !

    12.09 à 14h09 - Répondre - Alerter
  • defdef : Vive le potager

    Au moins on sait ce que l’on mets (rien :-) ) sur nos légumes !
    Et c’est un très bon relaxant le soir après le boulot et l’occasion de discuter au lieu de fournir des parts de cerveaux disponibles à la publicité TV.
    Du coup, on n’a même plus besoin de TV ;-) = la liberté (comme le vélo).

    12.09 à 12h34 - Répondre - Alerter
  • Bravo pour cet excellent article, avec lequel je suis complètement d’accord. Ceci dit, même sur le sujet traité par les auteurs de la publication (produits bio et santé), ils se plantent complètement comme je le montre dans l’analyse que je viens d’en faire (à lire sur le site www.mangerbiocestmieux.fr, rubrique actualité).

    Merci aussi à Bioreporterre pour ses précisions sur les financeurs de l’université de Stanford, ce qui ne les empêche de préciser que cette étude a été réalisée sur leurs fonds propres, sans financement extérieur. Evidemment, si leurs "fonds propres" viennent de Cargill et compagnie...

    12.09 à 10h58 - Répondre - Alerter
  • Manger bio, pour moi, c’est pouvoir manger une pomme (après l’avoir lavée quand même !), sans l’éplucher, et donc profiter des vitamines et autres nutriments cachés dans la peau, qu’on ne peut pas manger quand ces fruits sont gorgés des 36 traitements de pesticides qu’on leur fait subir en conventionnel...
    Et puis, comme le dit l’auteur de cet excellent "coup de gueule" que je partage, manger bio ce n’est pas que pour sa propre "petite" santé, c’est comme pour s’abonner à ENERCOOP pour l’électricité, on sait bien que l’électricité qui arrive dans les prises est la même pour tout le monde... Mais si tout le monde devenait adhérent d’ENERCOOP, on serait bien obligés d’arrêter le nucléaire ! Pareil pour le bio, si tout le monde voulait du bio, on serait bien obligés d’arrêter le conventionnel... Non ?

    12.09 à 10h55 - Répondre - Alerter
  • Bien sûr que si on mange bio pour soi et pour sa santé ! Nous ne sommes pas (que) des messies sauveurs de la planète en croisade contre les multinationales ! Toutes les études montrent que les produits bio contiennent plus d’antioxydants dont on connaît aujourd’hui le rôle capital dans la prévention des maladies cardiovasculaires, du diabète et du cancer. Et sur le plan toxicologique, on ne mesure pas encore l’impact des pesticides contenus dans les produits conventionnels, même à faible dose : les seuils sont calculés sur des expositions uniques à une seule molécule. Quid de l’effet cocktail de ce que nous ingurgitons chaque jour dans l’alimentation et dans l’air que nous respirons ?

    12.09 à 10h38 - Répondre - Alerter
  • BIO ou STIC (Sans Traitement de l’Industrie Chimique) ?
    Un jour à un producteur de légumes BIO j’ai demandé : "quand vous préparez la terre, la charue est-elle tirée par des chevaux ou des boeufs ?" et il m’a répondu "par mon tracteur" alors je lui ai répondu "c’est di BIO diesel". Le véritable BIO, pas le STIC, n’existe que trés peu, mais quand on dit BIO, ce n’est jamais véritablement BIO, c’est plutôt de l’agriculture plus saine...du STIC comme je l’appelle.

    12.09 à 09h38 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,
      Combien de fois aurait-je entendu ce discours...
      BIO veut dire, à la base, "issu de l’agriculture biologique" ! En gros, il existe des organismes certificateurs (AB entre autres), et si on veut adhérer, on doit remplir certaines conditions. ÇA N’EST QU’UN LABEL ! Comme Label rouge ou autre.
      Et puis les médias et les publicitaires ont provoqué des dérives... Aujourd’hui on fait des voitures BIO, de l’essence BIO, des stylos BIO, et j’en passe...
      Si ton producteur BIO avait mis des bœufs devant sa charrue, on aurait pu appeler ça de l’Agriculture Ancestrale, ou autre chose, peu importe, puisque que ça ne serait qu’un label...

      13.09 à 19h05 - Répondre - Alerter
  • C’est presque en oublier que l’université qui a publié cette brillante "étude" a reçu, dans le cadre du programme "food security & environment", 3 millions de dollars de Gargill, que la fondation Gates participe activement à ce projet et "subventionne" également l’université. Sans oublier que Monsanto, qui travaille main dans la main avec celle-ci sur de nombreux projets, compte parmi ses actionnaires la fondation Gates... Faut-il ne voir dans ces coïncidences fortuites que le fruit d’un esprit malveillant ?
    Jugez par vous même : http://tinyurl.com/bnv8gt3

    12.09 à 08h57 - Répondre - Alerter
  • Aaah merci ! j’ai cru aluciner vendredi soir devant le journal de France2 sur l’"espèce" de débat d’expert le bio est-il bon ou mauvais pour la santé !...
    Ils ont effectivement "juste" oublié de dire que tous les pesticides finiront à un moment donné dans l’eau qu’on va boire... Mais c’est pas grave hein, on réglera ce problème plus tard...
    Et dire que des millions de personnes ont vu ça...

    12.09 à 00h12 - Répondre - Alerter
  • Soulignons que les etudes sur le bio concluent tout de meme qu’il y a moins de pesticides dans les produits bio, et ca, c’est deja un grand avantage en faveur de ce mode de production il me semble !
    Et puis, l’etude ne s’interesse pas aux micro nutriments tels les antioxidants ou les omega 3. De premieres etudes sur le sujet laissent a penser que les produits bio en contiennent plus que les produits conventionnels.
    Allors continuons a creuser la question, on manque aujourd’hui cruellement d’etudes fiables sur le sujet !

    11.09 à 20h07 - Répondre - Alerter
    • Jusqu’à présent, la seule étude fiable que j’ai trouvée, reste la réaction de mes papilles ainsi que du reste de mon organisme.
      Les parfums artificiellement injectés, l’aspect impeccable des aliments ne pallient pas à leur manque de saveur (en sachant que + c’est riche en éléments nutritifs constituent également les composants du goûteux). Ne se souciant aucunement du salaire mirobolant offert par les entreprises de production en agro-alimentaire industriel, mon corps ne peut me mentir.

      12.09 à 09h55 - Répondre - Alerter
  • Acheter, manger bio c’est tout ça et c’est aussi un engagement personnel pour que les producteurs bio, locaux tant qu’à faire, puissent continuer à vivre et produire, face à ces hydres de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution...

    Merci pour cet article !

    11.09 à 19h23 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Nous sommes un couple de trentenaires amoureux de la nature et passionnés, notamment par les baleines (surtout Jeanne) et les pandas géants (surtout moi). Jeanne est née en Ariège, où nous vivons et où elle exerce sa profession d’infirmière. Quant à moi, je suis comédien, souvent sur Toulouse, à une heure trente de mon logement... On cherche comment mieux faire, on se pose de nombreuses questions, qui ne nous sont pas exclusives. Pour les partager et pour tenter d’y répondre ensemble, j’ai décidé de participer à l’Appel des ambassadeurs de terra Eco en ouvrant ce blog.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité