publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > justicelux > Le groupe de Flavio Becca est-il construit sur du sable ?

justicelux

Par REblog
25-07-2015

Le groupe de Flavio Becca est-il construit sur du sable ?

Le groupe de Flavio Becca est-il construit sur du sable ?
Flavio Becca s’est construit un empire. Se laissant emporter par ses passions plus que par la raison économique, il a investi tous azimuts dans des entreprises en acquérant une équipe cycliste, Leopard-Trek, un club de foot-ball, le F91 Dudelange, ou la marque de montres de luxe Anonimo. Afin d’obtenir les faveurs des hommes politiques allemands, il s’est acheté un immense territoire de chasse dans ce pays pour recevoir ses nouveaux amis. En apparence, l’empire Flavio Becca reste donc une valeur sûre…

L’envers du décor

En apparence seulement. En effet, l’empire Becca est constitué de plus de 85 sociétés dans les domaines des services financiers et des biens immobiliers. Chaque entreprise est relativement petite pour passer outre la réglementation imposée aux grandes sociétés. Si cette stratégie peut s’avérer payante dans certains domaines, dans d’autres elle pose problème. Ces compagnies ne sont pas assez importantes pour soumissionner les gros contrats. Ce fut le cas pour le projet pharaonique du stade national au Luxembourg. Flavio Becca possédait déjà une partie des terrains… Pourtant, le stade qui aurait dû être construit en 2011, n’a jamais vu le jour. Les autorisations de construction ont sans cesse été reportées par les autorités luxembourgeoises, et ce, malgré les appuis politiques dont Flavio Becca se targue. Son partenaire dans ce projet, le Groupe Guy Rollinger, s’est senti floué par les multiples promesses non tenues et a porté plainte contre son ancien associé. En outre, Guy Rollinger a déclaré que de nombreuses factures n’ont jamais été payées par Flavio Becca. Pire, le groupe Becca n’avait pas la trésorerie pour mener ce projet à terme. Il a dû émettre 500 millions de prêts hypothécaires garantis par seulement 600 millions d’actifs.

2011 une année noire

Au début de l’année 2011, Flavio Becca se sentait encore invincible, mais les ennuis se sont enchaînés les uns après les autres. En septembre, sa maison et ses bureaux ont été perquisitionnés par la police suite à une plainte pour abus de biens sociaux. L’équipe Leopard-Trek à qui il avait promis 15 millions d’euros sur quatre ans, s’est désintégrée et il a été obligé de revendre sa licence en 2013.

Le cercle des amis fidèles

Malgré tous les déboires accumulés depuis quatre ans, Flavio Becca a gardé un cercle d’amis si fidèles qu’ils acceptent de prendre tous les risques pour lui. André Wilwert est Président d’Anonimo SA. Marc Streibel est le directeur Financier de Kurt Constructions, une entreprise appartenant également à Becca et qui a des ennuis avec la justice pour abus de biens sociaux. Daniel Gillard siège dans 25 conseils d’administration de sociétés appartenant à Flavio Becca.

Ces derniers n’ont manifestement pas compris que le château de cartes risquait de s’effondrer sur eux…

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS
publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité