publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Des hydroliennes dans la Seine, ça ne coule pas de source
1-07-2010
Mots clés
Politique
Electricité
France

Des hydroliennes dans la Seine, ça ne coule pas de source

Taille texte
Des hydroliennes dans la Seine, ça ne coule pas de source
 
SUR LE MÊME SUJET

Huit hydroliennes sous les ponts de Paris pour exploiter l’énergie des courants : sur le papier, l’appel à projet lancé cette semaine par la mairie de la capitale paraît avant-gardiste. Mais pour Jean-François Daviau, président du fabricant d’hydroliennes Sabella, il est « totalement contre-productif ». Sur le blog Eco(lo) tenu par la journaliste Audrey Garric, il explique que la vitesse de la Seine est trop faible pour garantir une efficacité énergétique et un intérêt économique, il dénonce même une « communication écolo abusive ».

Même réaction chez Philippe Gouverneur, Monsieur énergies marines au Syndicat des énergies renouvelables : « impossible d’amortir les installations et d’attirer les financements ». Les candidats ne risquent pas de se bousculer car la Ville précise que « le financement du test est à la charge du prestataire qui sera retenu », poursuit la journaliste (qui collabore à Terra eco).

Denis Baupin, l’adjoint Vert au développement durable, justifie l’expérience par « l’impact pédagogique » : « Vélib’ a aidé les Parisiens à réaliser qu’on pouvait se déplacer à vélo dans la ville. Les énergies renouvelables éveilleront la conscience des Parisiens sur la nécessité d’être vigilant sur leur consommation. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste, collaborateur régulier pour Terra eco.

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Merci à TERRAECO ne nous ouvrir les yeux.
    On savait se déplacer à vélo avant Vélib. L’intérêt du Vélib, c’est la (relative) disponibilité de vélos dans l’ensemble de Paris et de places de parking, places qui font cruellement défaut pour les vélos personnels. L’argent dépensé pour ce genre de gadget, les hydroliennes, serait mieux employé en installant quelques dizaines de milliers de places pour les vélos à Paris.
    A moins que la Marie de Paris préfère amplifier le développement anarchique des 2 roues motorisés, encombrants les trottoirs en toute impunité, "accidentogènes", bruyants et jusqu’à 10 fois plus polluants que la voiture (d’après un rapport de l’ADEME).

    6.07 à 22h46 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité