publicité
Accueil du site > Actu > Ma ville > Les écoquartiers font-ils des écohabitants ?
5-03-2014
Mots clés
Urbanisme
Par Rue89

Les écoquartiers font-ils des écohabitants ?

Taille texte
Les écoquartiers font-ils des écohabitants ?
(Crédit photo : marco1003 - flickr)
 
Pas toujours facile pour les habitants de l’écoquartier de Bonne, à Grenoble, de s'adapter à leurs nouveaux logements verts, que des experts ont imaginé sans eux. Reportage.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Madame B., 42 ans, a emménagé en 2009 dans l’écoquartier de Bonne, implanté sur une ancienne friche militaire de Grenoble. Pour elle, c’est l’opportunité de se rapprocher du centre-ville et de quitter L’Arlequin, quartier emblématique des années 1960 en banlieue grenobloise. Comme beaucoup de ses nouveaux voisins, elle attendait ce changement de résidence depuis plusieurs années.

Lorsqu’elle arrive dans son nouveau logement, elle découvre non sans surprise des nouveautés pour le moins intrigantes : une façade végétalisée sur le balcon, des interrupteurs coupeurs de veille dans le salon, un lino écologique en marmoleum, un nouveau type de ventilation appelé double-flux, un nouveau système de chauffage. Le bailleur social n’a d’ailleurs pas caché son enthousiasme. C’est une chance d’habiter dans un bâtiment aussi innovant, qui protège la planète. « Avec tous les efforts que nous avons fait jusqu’à présent, aux habitants maintenant d’en prendre soin ! »

Les écoquartiers sont encore peu connus du grand public. Pourtant, sous l’impulsion des lois Grenelle (2008) et des nouvelles réglementations thermiques, ils fleurissent sur l’ensemble du territoire. Avec plus de 550 projets en cours et 300 000 logements en chantier, ces nouveaux quartiers « verts » et « écolos » s’affichent désormais comme la nouvelle mode urbaine du moment. Et cette mode n’est pas seulement technique ou constructive, elle est surtout et avant tout sociale. Car c’est toute une nouvelle manière d’habiter qui est imaginée dans ces nouveaux quartiers.

Mais qu’en disent les habitants ? Comment vivent-ils au quotidien ces nouveaux bâtiments « verts » et la multitude d’innovations qui s’y trouve ? J’ai enquêté dans un bâtiment social du premier écoquartier de France à Grenoble, lauréat du « Grand concours national » organisé en 2009 par le ministère de l’Ecologie.

« Les araignées sur le balcon, c’est un peu flippant »

Madame B. ne comprend pas pourquoi la façade végétalisée, dont l’objectif environnemental est de limiter les surchauffes l’été, est installée aussi près de son balcon. Quelque peu agacée, elle explique : « C’est magnifique, du lierre, on a du lierre qui pousse partout. Il m’envahit mais bon c’est un mur végétal, il paraît que c’est très beau. Mais en attendant, il y a plein d’araignées, plein de bestioles. Ça fait franchement crade. Et toutes les petites bêtes qui vont avec... Donc moi, je mets du produit spécial, parce que franchement les araignées sur le balcon, super, quoi, c’est un peu flippant. » Et lorsque Madame B. découvre un jour une limace en train de faire la sieste au soleil dans sa cuisine, la riposte monte d’un cran. Elle détourne aussitôt le système d’arrosage du bailleur afin de faire mourir le plus rapidement possible ces plantations hostiles.

Quant au lino écologique présent dans tous les logements, le responsable de résidence est clair lors de la remise des clés : « C’est une innovation écologique autonettoyante, sans PVC, composée d’huile de lin et de farine de bois, donc à entretenir avec très peu d’eau et sans produits ménagers. » Mais Madame B., tout comme l’ensemble de ses voisins d’étage, ne s’y résout pas, malgré une « odeur de colle » assez désagréable lors des lavages à grandes eaux.

« Ils disent qu’il faut le nettoyer à l’eau claire ! Mais vous voyez au bout de dix ans à n’utiliser que de l’eau, c’est dégueulasse ! Moi, je suis désolée, je lave pas à la Javel pour pas l’abîmer, mais moi, je mets du produit. Déjà, au début, le gars, il me dit : “Faut nettoyer à sec.” Je lui dis “pardon ?” Il me dit : “Juste un coup de balai !”Je lui dis : “Au bout de deux ans, c’est dégoûtant, non mais vous rigolez.” Moi je lave comme je lavais à L’Arlequin. »

Pour tenter de contourner l’« odeur de colle » lors du lavage, Madame D., une de ses voisines, a même acheté jusqu’à cinq produits ménagers différents ! Avant de se résoudre quelques semaines plus tard à brancher un diffuseur de parfum commercial : « L’essentiel pour moi, c’est que ça sente bon, que ça sente le propre quoi, lorsque je fais le ménage. »

« Si les invités éteignent le téléphone, imagine la galère »

A l’étage du dessus, Monsieur G. découvre tardivement le fonctionnement de l’interrupteur coupeur de veille dans son salon. C’est le responsable de résidence qui, lors d’un bref échange sur le palier, lui explique le mode d’emploi. L’objectif est d’utiliser cet interrupteur le soir pour couper tous les appareils branchés du salon : télévision, lecteur DVD, décodeur, chaîne hi-fi, etc. Autrement dit, un éco-geste « tout simple » pour économiser de l’énergie et sauver la planète !

Mais lorsque Monsieur G. entend ces explications, une autre idée lui vient à l’esprit. Se servir de l’interrupteur non pas pour éteindre les veilles, mais pour faciliter l’éclairage d’une lampe d’appoint : « Du coup, pour me servir de cet interrupteur, j’ai branché là-bas, avec la lampe, c’est pratique. Ça éteint la lampe depuis ici, pas la peine de se baisser. […] Parce que si on fait comme ils disent, et qu’on met la télévision et toutes les box, ça éteint tout : le téléphone, Internet, la Free box, c’est l’horreur. Dès que t’as des invités qui viennent, ils veulent allumer la lumière et en fait ils éteignent le téléphone : t’imagines la galère, quoi ? »

Monsieur G., tout comme l’ensemble des habitants de ce nouveau bâtiment « vert », ne semble décidément pas encore vraiment adapté aux nouveaux bâtiments « verts » et à ses merveilles technologiques. Il semble même quelque peu décalé. A moins que ce soit précisément l’inverse ? A moins que ce soit plutôt l’habitat qui ne soit pas adapté aux habitants et à leurs habitudes ?

Voilà en réalité le débat de fond largement occulté dans les écoquartiers. Car ces nouveaux aménagements reproduisent une idée désormais devenue banale en urbanisme. Ce serait l’habitant qui poserait problème, et ce serait à lui de s’adapter aux innovations que les experts imaginent sans son concours ni son point de vue. Raison pour laquelle l’ « homme durable » espéré des écoquartiers pourrait fidèlement succéder à l’ « homme moderne » cher à Le Corbusier et aux Grands ensembles des années 1960...

Cet article a initialement été publié sur Rue89 le 2 mars 2014

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Vincent Renauld est ingénieur, chercheur en urbanisme. Et blogueur sur Rue 89

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ma première réaction à la lecture de cet article : serait-on le 1er avril ?
    Ah, en fait, non.

    Bon, alors quelques réponses de bon sens : si jamais quelqu’un éteint par mégarde la multiprise, il n’y a qu’à la rallumer, et d’ici 2 minutes maximum, la box est réinitialisée...
    Et si on trouve le lierre joli, faut accepter qu’il y ait de petites bébètes dedans...
    Mais bon, si les gens font preuve au maximum de mauvaise volonté, c’est pas gagné...

    7.03 à 22h53 - Répondre - Alerter
  • Au début, les gens ont eu du mal à s’habituer aux WC à l’intérieur des maisons avec la chasse d’eau, et puis aussi à la poubelle à l’intérieur de la cuisine. Ils trouvaient tout ça dégueulasse, et ces salauds d’experts qui leurs disaient que c’était pour l’hygiène et la salubrité publique ! Même que le préfet Poubelle a obligé les parisiens à s’équiper d’un récipient pour collecter les ordures, c’était une intrusion intolérable dans la vie privée.

    7.03 à 12h54 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité