publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > La patate à tout bout de champs
Article Abonné
4-12-2008

La patate à tout bout de champs

Taille texte
 
Poussant sous n’importe quelle latitude, la pomme de terre est annoncée comme la pépite alimentaire de demain. Depuis 2005, les pays en développement en produisent plus que les pays industrialisés.
SUR LE MÊME SUJET

Yaïguéré Tembély, dite Fifi, a la frite. Cette agronome de la région de Mopti (Mali), en manque de terres cultivables, a trouvé son or noir : la pomme de terre. En 1999, l’association Agro sans frontière avait déposé 10 caisses de 25 kg de plants de tubercules dans son association de femmes, Ya-g-tu. Aujourd’hui, dix ans après, Fifi et ses dames commandent un millier de caisses à l’entreprise bretonne Germicopa. De quoi planter de la patate dans 310 villages de la zone et faire vivre près de 45 000 personnes.

L’opération est rentable : une seule caisse de plants achetée 18 000 francs CFA (environ 30 euros) génère une récolte qui rapportera jusqu’à cinq fois plus. « Au début, les hommes pensaient que cette histoire de pommes de terre allait “faire tourner” la tête de leur femme. Mais quand ils ont vu qu’ils pouvaient manger de la viande une fois par semaine au lieu d’une fois par mois, ils ont changé d’avis ! », souligne avec malice Yaïguéré Tembély. Les revenus tirés de la pomme de terre ont permis de développer un planning familial régional et un programme de lutte contre l’excision. Mais avant tout, les dames de Fifi ont chassé la faim de Mopti.

1 patate sur 5 est chinoise

Car la patate est une pépite. « Elle offre une réponse aux batailles de sécurité alimentaire. Par rapport à la surface cultivée et à l’effort fourni, elle peut produire 2 à 4 fois plus de nourriture que le riz ou le blé », s’exclame Ruth Egger, présidente du Centre international de la pomme de terre, basé au Pérou. Sans compter qu’elle se plaît sur tous les terrains. Des hauts plateaux andins jusque dans les plaines subtropicales de l’Inde, la pomme de terre se fond dans le paysage. En revanche, lourde et périssable, elle ne supporte pas les longs trajets. Pas de cotation en Bourse non plus.

Certains, comme la Chine, ne s’y sont pas trompés. Le géant asiatique en met chaque année sur les étals 70 millions de tonnes, soit un peu moins de 20 % du tonnage mondial. Pékin a même interdit l’utilisation du tubercule pour la fabrication de biocarburant. Globalement, la production des pays en développement a augmenté de moitié en dix ans. En Afrique subsaharienne, la surface de récolte a presque doublé sur la période. Mais alors que la consommation moyenne en Europe de l’Ouest atteint 75 kg par an et par habitant, les Indiens eux se contentent de 17 kg. En clair, il n’y a pas encore assez de pommes de terre pour tout le monde.

Des légumes cabossés

Car la patate souffre aussi de quelques inconvénients. Un tubercule se reproduit par multiplication végétative. En conservant une partie de la récolte, il est ainsi possible de la replanter pour la suivante. Et pas de miracle, le tubercule reproduit également ses défauts : sensibilité aux parasites, champignons, virus… En 1996, les paysans équatoriens ont ainsi vu débarquer la teigne, un papillon inconnu jusqu’alors de leurs parents. Selon les scientifiques, il a fallu environ vingt-cinq ans à l’insecte pour descendre du Guatemala.

En sacs à pommes de terre de terre bien entendu. « Ces ravageurs n’ont pas d’ennemis naturels là où ils arrivent », explique Jean- François Silvain, chercheur à l’Institut de recherche et développement. D’après Olivier Dangles, son collègue, qui travaille sur le terrain, ce prédateur a engendré plus de 250 000 dollars (195 000 euros) de pertes et menace la sécurité alimentaire de dizaines de milliers de petits paysans.

Les changements climatiques n’arrangent rien.

« Dans les Andes, berceau de la culture, de nombreuses communautés sont confrontées à des phénomènes météorologiques de plus en plus imprévisibles. Ils ne savent plus quand planter, quand récolter », affirme Olivier Dangles. Autre souci : les supermarchés des villes exigent des produits améliorés et bien calibrés. Or c’est plutôt vers des variétés natives, pas toujours très élégantes, que se cache la solution.

Pour le scientifique, « conserver la biodiversité de la culture est essentiel pour augmenter la capacité de résistance des paysans aux aléas ». En multipliant les variétés cultivées, certaines d’entre elles feront (peut-être) obstacle aux fléaux à venir et permettront du coup aux paysans de rester indépendants vis-à-vis du marché.

« En Afrique, avec de bonnes semences, on peut passer de 5 à 30 tonnes par hectare. Mais pour l’instant, ces semences restent la propriété des pays du Nord », insiste Bernard Jouan, président d’Agro sans frontière. En Europe, les scientifiques travaillent depuis des décennies à la production de plants de patates sains et résistants. L’année dernière, notre continent a ainsi exporté 998 000 tonnes de plants. Et il n’existe, en Afrique sahélienne, aucune organisation de production et de multiplication de semences. Fifi rêve de mener sa propre recherche agronomique en produisant et multipliant in vitro. Elle souhaite ainsi créer une patate adaptée au plateau dogon. Mais à 50 millions de francs CFA (75 000 euros), l’investissement est trop lourd. Et sans aide, difficile de créer la « Belle du Mali ». —


La plus grande banque du monde au Pérou

L’Irlande a expérimenté le pire scenario, car elle ne disposait que de quelques variétés de pommes de terre. Quand le mildiou détruisit la récolte de 1845-1846, un million de personnes moururent de faim. A Lima, au Pérou, le Centre international de la pomme de terre, fondé en 1971, s’est donné pour mission de sauvegarder la biodiversité. La plus grande banque génétique du monde y rassemble 5 000 variétés de pommes de terre, dont plusieurs centaines d’espèces sauvages andines. « C’est un bien commun, à la disposition des scientifiques du monde entier », rappelle Ruth Egger, sa présidente.

Sources de cet article

- Le site de l’Année internationale de la pomme de terre

- Le Centre international de la pomme de terre au Pérou (anglais et espagnol)

- Le comité national interprofessionnel

- La Direction du développement et de la coopération suisse (rubrique « dossiers »)

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les Dames Fifi à Mopti, ont u de la chance que des caisse de plant leurs était déposer et qu’ils ont fait l’effort de les planter, un excellent exemple d’évolutions possible, mais ce qui manque surtout dans tout régions du monde aux il y a du sous développement, est comment ce mètres en communauté large auto gestions, dans la quelle il a tout individu de tout les familles impliquer, responsable désigner par les membres de la communauté a tout niveaux, Comptabilité complet des activité, développer l’agriculture a une plus grand échelle et y ajouter des activité supplémentaires comme service, réparation divers, constructions, fabrications, transport, et autres, ça manque bien souvent et surtout la mécanisations, seulement après cela l’aide aux développement mondiale aurait une possibilité a réussir, je suis sur après de telles mise en place le remboursement de l’aide aurait besoins de peut d’années.

    5.12 à 02h30 - Répondre - Alerter
    • Votre message paraît intéressant, mais vos nombreuses fautes d’orthographe surtout et de Français empêchent de bien le comprendre. Pourriez-vous faire un effort dans ce sens ? Merci d’avance.

      18.12 à 13h07 - Répondre - Alerter
      • Il n’y a pas de f majuscule à "français" quand il s’agit de la langue. Commencez par balayer devant votre porte. ;-)

        18.12 à 17h23 - Répondre - Alerter
      • vs critiker les personne ki ecrive mal mais c a vous de faire un effort si vs aler sur des site pour critiquer bas alé acheter des livres sa sera surment plus cher mes vous nous eviterez de nous rapeler que sur terre ya tjr des personne pour ns embéter. l’intéligence est inée c la connaissance qui s’acquière !!!!!!

        21.02 à 15h03 - Répondre - Alerter
        • Je vous trouve bien mal luné(e) et bien mal embouché(e) de répondre de cette façon agressive à quelqu’un qui vous demande très gentiment de faire un effort d’écriture afin de mieux vous comprendre, d’autant que cette personne vous signale que votre message est intéressant. C’est bien beau de revendiquer le droit de faire des fautes d’orthographe, mais quant à être à la limite de l’illisibilité en la revendiquant, et au passage insulter presque votre lecteur, c’est un manque de savoir-vivre ! Si vous souhaitez partager agréablement des infos avec d’autres internautes, montrez donc un peu plus de considération à ceux qui prennent le temps de vous lire, et vous aurez des retours encourageants.
          A bon entendeur, salut ! YOYO

          2.04 à 00h16 - Répondre - Alerter
  • Cela fait plus de 60ans que de multiples sélections de différentes variétés de pommes de terre (solanum tuberosum, à ne pas confondre avec solanum lycopersicum, la tomate) sont effectuées de par le monde, et notamment en Bretagne, région en pointe depuis des décennies dans ce domaine, afin de les adapter à de multiples sols et climats .

    Le Maghreb notamment( Maroc, Algérie, Tunisie,Lybie,Egypte, Syrie, Turquie Irak, etc..) est depuis longtemps un très grand producteur et... importateur de "Pommes de terre de sélection" ( semences ).. Françaises.

    Parce que nos pères et nos grand-pères sont passés par là depuis bien longtemps. Alors, les jeunôts, un peu moins de prétention : Changez donc le titre de votre rubrique...

    " L’économie expliquée PAR mon Grand-Père",

    serait certainement un titre de rubrique plus adapté !!

    4.12 à 15h01 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité