publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > La fraise d’hiver
27-10-2005
Mots clés
Environnement
France

La fraise d’hiver

Taille texte
 
Rouge et parfumée, elle se faisait désirer. Aujourd'hui, elle est partout en toute saison. Une ubiquité qui se paye très cher.
SUR LE MÊME SUJET

Elle se joue des climats, des sols et des saisons, trônant désormais sur nos étals de janvier à décembre. Un bonheur pour le consommateur ? Pas si sûr. Car entre la version de ce fruit - disons d’été - qui n’avait besoin que d’eau, de soleil et de fertilité, et celle qui traverse les saisons, le cycle économique a subi de sérieux bouleversements.

Pour la production d’abord : entre les engrais, artificiels pour la plupart, les fongicides et les insecticides, la culture des fraises ressemblerait presque à une expérience de chimiste. Cultivées dans le sud de l’Espagne [1], ces variétés consomment par ailleurs une grande quantité de tourbe (compost naturel) importée par voie terrestre des pays baltes notamment : pour rejoindre l’Andalousie, elle parcourt environ 4000 kilomètres par camion.

A sa charge encore, les ressources humaines pour la récolter : en grande partie d’origine étrangère, la main-d’œuvre venue d’Afrique et, plus récemment, d’Europe orientale est souvent exploitée.

Des organisations écologiques, estiment au final qu’il faut "environ 20 fois plus d’énergie" pour cultiver ces fraises d’hiver que pour celles de saison. Sans compter le dernier point : bien que ferme, rouge vif et bien calibrée, la fraise d’hiver n’est ni goûteuse ni sucrée.

[1] En 2001, une étude de l’autorité sanitaire américaine (FDA) avait analysé 100 000 échantillons de 46 fruits et légumes. La fraise cultivée en Espagne était placée parmi les 12 produits les plus contaminés par les résidus chimiques.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le jardinier étonné : La fraise d’hiver

    j’ai actuellement dans mon jardin (dans le Gard) des fraises qui sont recouvertes entièrement par de petites feuilles vertes qui tombent par la suite. Je n’ai jamais vu çà, mes voisins non plus. Pouvez-vous m’éclairer sur ce phénomène. Merci

    9.12 à 13h59 - Répondre - Alerter
  • dragoeco : La fraise d’hiver

    Dans le sud de l’Espagne, 5.000 hectares sont consacrés à la culture fraisière, empiétant sur une des zones humide les plus remarquables d’Europe, le parc Doñana, qui couvre une surface de 100.000 hectares, qui abrite plus de 300 espèces de vertébrés et où près de 500.000 oiseaux viennent chaque années passer l’hiver. Or, l’énorme quantité d’eau nécessaire afin d’amener une fraise à maturité est telle que les forages permettant leur irrigation on déjà réduit les apports d’eau douce de moitié dans le sanctuaire voisin, menaçant ainsi non seulement le fragile équilibre écologique de cette magnifique région mais également les producteurs eux-mêmes.

    Dragoeco

    Voir l’article lié :

    Voir en ligne : Des fraises rouges de honte

    9.04 à 11h59 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité