publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > La croissance durable, une riche idée pour les pauvres
10-05-2012
Mots clés
Economie
Monde

La croissance durable, une riche idée pour les pauvres

Taille texte
La croissance durable, une riche idée pour les pauvres
(En misant sur une gestion à long-terme de la pêche, la Namibie a stimulé son économie. Crédit photo : © John Hogg/World Bank - Flickr)
 
Plus d'un milliard de personnes sont privées d'électricité et 900 millions d'eau potable. Seule une croissance durable permettra aux pays en développement de prospérer, assure un rapport de la Banque mondiale, publié ce jeudi.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Comment un pays en développement parvient à augmenter ses richesses et à embaucher des milliers de personnes ? Grâce aux largesses d’un investisseur chinois ? Faux. A la découverte d’un gisement de pétrole ? Faux. En misant sur le développement durable ? Bingo !

La preuve. Peu après son indépendance de l’Afrique du Sud en 1990, la Namibie réorganise son économie. Le gouvernement de ce pays dit du « Sud », classé 130e rang mondial selon son produit intérieur brut (PIB), se lance dans la valorisation d’un secteur phare : la pêche. Il promulgue une législation basée sur une gestion à long terme des richesses halieutiques. A cette date, cette ressource ne représente que 4% du PIB. Elle atteint 10,1% en 1998 et le pays crée jusque 14 000 emplois.

Les raisons d’un tel succès ? Avoir parié non seulement sur la production croissante de richesses, mais surtout sur la protection de l’environnement et la résorption des inégalités. Car si la Namibie avait poursuivi l’exploitation forcenée, elle aurait grillé toutes ses cartouches d’un coup.

Une croissance oui, mais une croissance verte

Ces vingt dernières années, la croissance économique mondiale a sorti 660 millions de personnes de la pauvreté. Une croissance qui, pourtant, n’a jamais été autant responsable d’exclusions. Cette conclusion est rendue par la Banque mondiale dans son rapport « un chemin vers le développement durable » publié ce jeudi 10 mai et présenté au Global Green Growth Summit à Séoul (Corée du Sud).

En 1992, le sommet de la Terre de Rio (Brésil) s’était focalisé sur l’aspect social et environnemental, « mais avait oublié de mentionner la croissance ». Plus d’un mois avant le sommet Rio+20 (du 20 au 22 juin), les auteurs du rapport, les économistes Marianne Fay et Stéphane Hallegate, rappellent l’importance d’inclure cette notion dans les débats.

Le rapport martèle que « la croissance inclusive doit être verte ». En clair, il s’agit de concilier d’une part la croissance rapide, nécessaire à la prospérité des pays et surtout à celle des pays en développement, et d’autre part, l’impératif d’une meilleure gestion de l’environnement. L’un n’allant pas sans l’autre.

Une solution peu coûteuse

Contrairement à ce qui est dit communément, opter pour un mode de production de richesses qui soit durable n’est pas plus coûteux. L’étude soutient que la croissance dite « traditionnelle » n’est pas pérenne et gaspille les ressources naturelles. En gérant ces matières premières avec une visée à court terme, les États se mettent une balle dans le pied. En prenant comme exemple l’agriculture, le rapport rappelle qu’avec la croissance actuelle – qui a permis l’enrichissement des populations – la production agricole s’est étendue et intensifiée, générant une destruction de l’écosystème. Entre 2000 et 2010, 5,2 millions d’hectares de forêts ont été abattus chaque année, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Or, « investir dans le capital naturel est une bonne politique de croissance », explique le rapport. La Chine a par exemple lancé, sur le plateau de Loess, un programme de protection de l’écosystème, de reforestation et de restauration des rizières. Dans la foulée, le revenu des ménages a presque doublé, grâce à l’amélioration de la production agricole. Les travaux ont permis de réduire les inondations et les glissements de terrain et de renforcer la résistance à la sécheresse. Autrement dit, investir dans l’environnement, c’est faire d’une pierre deux coups : protéger les ressources et stimuler l’économie.

« Dire que les pays pauvres devraient d’abord se focaliser sur les besoins humains, étant donnée leur faible empreinte carbone, est une erreur » , insiste le document de la Banque mondiale. Mais pourquoi donc des individus qui luttent pour se nourrir et se loger verraient la protection de la biodiversité ou la lutte contre le changement climatique comme une priorité ? Parce que, répond l’étude, « l’environnement local affecte leur quotidien, avec un impact significatif sur leurs revenus et leur qualité de vie ». Ces pays ont justement intérêt à suivre dès aujourd’hui une voie de croissance plus verte que celle des nations industrialisées. La Banque mondiale assure qu’il serait bien plus coûteux pour eux d’attendre avant de s’intéresser à l’environnement. Pourquoi remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui, en sachant pertinemment que demain... ce sera pire ?

Et l’inertie politique tua la création d’emplois

Alors si la formule magique existe, pourquoi les États traînent-ils à l’adopter ? Les auteurs du rapport expliquent qu’une telle croissance « bute sur l’inertie politique, l’inertie des comportements et le manque d’outils de financement ». Pourtant, les gouvernements qui ont misé sur cette manière de produire et de consommer, ont vu leur PIB augmenter. Et ce, pour les États les moins développés comme les plus industrialisés.

La Corée du Sud est aujourd’hui « le plus vert de tous les pays, avec 80% des fonds investis dans des projets à destination de l’environnement », comme le développement des énergies renouvelables, des bâtiments économes en énergies, des véhicules à faible consommation de carbone, du chemin de fer, et une meilleure gestion de l’eau et des déchets, etc. Ces programmes ont permis, selon les chiffres de la Banque mondiale en 2010, de créer 500 000 emplois.

En 1987, le Premier ministre norvégien Gro Harlem déclarait : « Ce dont nous avons besoin est une nouvelle ère de croissance économique, une croissance forte et en même temps durable, pour l’environnement et pour la société. » C’était il y a 25 ans.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Née au bout de la Loire, un pied dans l’Atlantique, l’autre embourbé dans la terre, elle s’intéresse aux piafs et aux hortensias, observe ses voisins paysans et leurs élevages bovins. Elle enrage devant les marées noires. Licenciée en lettres, elle sort diplômée de l’Institut pratique du journalisme de Paris en avril 2012. Elle scrute les passerelles qui lient les hommes à leurs terres. Parce que raconter la planète, c’est écrire au-delà des pommes bio et du recyclage de papier.

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Comme vous avez raison... la croissance durable n’est que de la poudre aux yeux pour continuer à s’enrichir sur le dos des autres mais avec une grosse différence... les gens vous aime car vous faite dans le green...

    Malheureusement les dés sont jeter, Nous n’avons qu’une solution pour sortir de la trajectoire sur laquel ont nous à mis, trajectoire qui nous envoient droit dans le mure, et ca va faire très mal...

    la, les solutions existent, mais elles ne vont pas dans le sens d’une croissance, bien au contraire, et cela est très bien expliqué sur le forum de www.ceremovi.org

    Malheureusement le monde n’est pas près pour ce changement, bien trop heureux de pouvoir profiter de son confort matériel au dépend de son bien vivre réel.

    enfin, ne nous plaidnons pas, ils nous reste encore nos yeux, pour regarder la fin arriver et ensuite pour pleurer car nous n’aurons rien entreprit...

    Hier nous le savions, aujourd’hui nous fermons les yeux, demain... il est déjà trop tard...

    22.05 à 13h44 - Répondre - Alerter
  • La croissance durable ? Cette phrase est un contresens, on ne peut croitre indéfiniment dans un milieu fini.
    Il faut penser stabilisation, aussi bien économique que démographique, sinon nous allons dans le mur de la pénurie.

    22.05 à 10h02 - Répondre - Alerter
  • Vive l’Age de Faire et le BIB, Bonheur Intérieur Brut, au lieu du PIB, putasserie internationale brevetée !!!

    14.05 à 11h06 - Répondre - Alerter
  • A quand un billet de Bridget Kyoto "Je déteste le PIB" ?
    Comme c’est triste de continuer à mesurer le "Développement" avec un outil du siècle dernier, le PIB, qui ne mesure qu’un aspect du DD !
    Le PIB ne mesure qu’approximativement la dimension "économique" (ce qui d’ailleurs est un sérieux contre-sens, car moins on fait d’économies, plus on augmente le PIB).
    Quand sortira-t-on de ce stupide cercle vicieux ?

    Par ailleurs, cela ne doit pas empécher de se réjouir sur les exemples cités où préservation de l’environnement entraine un impact sur les deux autres piliers du DD, le social et l’économie.

    11.05 à 08h52 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité