publicité
Accueil du site > Actu > Techno > La Réunion invente la plantation solaire
Article Abonné

La Réunion invente la plantation solaire

Taille texte
La Réunion invente la plantation solaire
(Crédit photo : Akuo Energy)
 
Des panneaux photovoltaïques chapeautant des terres agricoles, c’est l’innovation d’Akuo Energy, une PME française. Reportage au milieu de la citronnelle et des géraniums de l’île.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 24 - avril 2011

Fukushima : la fin d’un monde

Entre les rubans de panneaux photovoltaïques qui épousent les courbes du terrain de Pierrefonds, au sud de la Réunion, Marie-Rose Séverin cueille d’énormes brassées de citronnelle. L’agricultrice rayonne : les 25 000 touffes d’herbe aux effluves acidulés ont profité du soleil tropical ; tout comme les 35 000 plants de géranium Bourbon. La récolte est ensuite acheminée quelques kilomètres plus haut, dans une coopérative. Là, dans un alambic qui sent bon la tradition, les plantes sont distillées et transformées en huile essentielle. Les flacons seront vendus aux touristes ou exportés en métropole.

Cheveux blonds flottant au gré des alizés, Marie-Rose s’enthousiasme : « On va sauver notre patrimoine. » La « cuite de géranium » a en effet presque disparu de l’île. Sur cet oasis montagneux et volcanique, les terres exploitables sont rares et donc hors de prix. Et la canne à sucre, subventionnée par l’Europe, plus rentable que les plantes odoriférantes, vampirise les surfaces disponibles.

Ile tartinée

Marie-Rose a pu se lancer, fin 2009, grâce à l’appui « inespéré » et à l’idée d’Akuo Energy, une PME française qui produit de l’électricité éolienne et photovoltaïque dans une dizaine de pays. L’agricultrice occupe à titre gracieux les quatre hectares du terrain de Pierrefonds, sur lequel Akuo a installé 21 000 panneaux solaires. Si la PME n’avait pas fait de la place aux plantations, 30 000 panneaux auraient pu être posés, soit une puissance de 3 mégawatts d’électricité au lieu des 2,1 actuels.

Pourquoi ce « sacrifice » de la part d’Akuo ? C’est en fait le lobby agricole de la Réunion qui l’a imposé. Le vice-président de la chambre d’agriculture, Jean-Bernard Gonthier, l’assume sans détour : « On est contre le photovoltaïque au sol, qui nous prend les bonnes terres. » Au ministère de l’Agriculture, Jean-Luc Bernard-Colombat, directeur délégué de la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, dénonce lui aussi « les fermes solaires qui tartinent l’île de panneaux sans s’occuper de ce qu’il y a dessous ».

Eric Scotto, le président d’Akuo, qui s’est reconverti dans les énergies renouvelables après avoir fait fortune dans l’informatique, a donc dû innover. Cet autodidacte de 43 ans a imaginé le concept d’« agrinergie ». « C’est une cohabitation gagnant-gagnant. Grâce à nos investissements, l’agriculteur, d’un coté, dispose d’un outil de travail performant. Et de l’autre, on nous autorise à utiliser des terrains pour développer notre activité », détaille ce précurseur, dont la ferme solaire de Pierrefonds a été inaugurée l’an dernier par le président Nicolas Sarkozy.

Menace sur les prix

En janvier, Akuo a poussé plus loin le concept en mettant en service la première exploitation sous serres solaires de l’île, d’une puissance d’un mégawatt, sur la commune du Tampon. Les panneaux photovoltaïques, surélevés, laissent entièrement libre la surface au sol, où fleurissent 350 000 lys et 45 000 anthuriums. La toiture, qui alterne cellules solaires et tôles ondulées translucides, assure une protection contre les cyclones, la chaleur et les fortes pluies. « Grâce aux serres, j’aurai une production étale sur l’année, sans mauvaise surprise », se réjouit Jean-Louis Payet, solide gaillard à la voix posée. L’horticulteur a mis 15 000 m2 à disposition d’Akuo, qui, en contrepartie, a investi 6,7 millions d’euros dans la pose de la structure métallique.

Il serait beaucoup plus rentable pour Akuo d’installer un maximum de panneaux sur la plus petite surface possible, à même le sol. Pourtant, malgré un surcoût de 50 %, la PME s’y retrouve. « Notre retour sur investissement se fera sur douze ans, détaille Eric Scotto. On espère réaliser des profits dans six à huit ans. » La société va d’ailleurs exploiter trois nouvelles fermes solaires sous serres à la Réunion. Celles-ci produiront 4,8 mégawatts et permettront à des agriculteurs de cultiver des légumes et des fruits bio, des pitayas notamment.

Mais ce projet a été établi en 2007, quand le prix de vente du kilowattheure à EDF s’élevait à 60 centimes. Depuis, le gouvernement l’a revu à la baisse plusieurs fois. Et le manque à gagner menace un autre projet d’Akuo, plus original encore : la couverture d’une prison de l’île par 31 000 panneaux photovoltaïques. La pose et la maintenance devaient être en partie assurés par une trentaine de détenus. —


EDF craint le black-out

Le concept d’« agrinergie » a encore du mal à se faire une place au soleil. Pourquoi ? A cause du manque de fiabilité de l’électricité photovoltaïque. « Intermittente » – il n’y a pas de rayons par mauvais temps –, l’énergie solaire provoque des variations de puissance « énormes et dangereuses sur le réseau », rappelle Patrick Bressot, le directeur régional d’EDF. Aussi, sur une île non alimentée par le nucléaire comme la Réunion, les énergies intermittentes ne doivent pas dépasser 30 % de la production d’électricité. « Sinon, on risque des délestages, voire le black-out », prévient Patrick Bressot. Selon EDF, ce seuil sera atteint « à la mi-2011 ». Conséquence : l’électricien menace de ne plus se fournir auprès des fermes solaires à certaines périodes, ce qui les condamnerait. Le photovoltaïque avec stockage de l’électricité permettrait d’éviter ces aléas. Akuo avait répondu à un appel d’offre national, mais le gouvernement a rejeté tous les projets, jugés « trop coûteux ». Si bien qu’à la Réunion, EDF est en train d’achever une centrale thermique – au diesel – et projette la construction de turbines à combustion au fioul !
Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • C’est triste de réaliser que les politiques locales ne sont pas capables d’anticiper les défis environnementaux et se retrouvent toujours au pied du mur à devoir prendre les décisions les moins mauvaises... Investir dans des centrales à énergie fossile sur une île, c’est aberrant !

    14.04 à 14h42 - Répondre - Alerter
  • Très beau projet et belle maîtrise des enjeux énergétiques que celle développée par Akuo.

    Par contre, les arguments et le mode opératoire proposés par EDF sont visiblement destinés à étouffer de telles initiatives :
    - les technologies de pompage - turbinage (notamment développées à l’étranger et dont le Brésil a prévu de faire un démonstrateur phare en marge de Rio 2016) permettent désormais le stockage d’énergie fiable et efficace, et donc de lisser la charge de manière verte (hydraulique), avec un bon rendement,
    - en modifiant la tarification pour avoir plus de consommations de jour (en période de production), ce qui est facile à l’échelle de l’île, il n’y a plus de variations forte entre offre et demande (et le tarif jour-nuit a été conçu dans les années 60 notamment pour justifier le nucléaire en métropole),
    - enfin, un raccordement diversifié d’énergies renouvelables aurait pour beaucoup moins cher la même efficacité que les projets mis en avant, avec une production de valeur-ajoutée et une mise en avant du savoir-faire local plus importante.

    12.04 à 16h41 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité