publicité
Accueil du site > Actu > Culture > L’environnement primé par l’art
12-03-2012
Mots clés
Diaporama

L’environnement primé par l’art

Taille texte
Suiv

« Praeter Naturam » : « Entrelacer l’art et la science », tel est le but de l’Américain Brandon Ballengée, qui souhaite étudier la population et la santé des amphibiens dans un laboratoire « Bio Art » ouvert. © BB

Prec
Suiv

Le projet des Italiens Andrea et Raffaella Spagna Carretto s’appelle « Pedogenesis », un nom issu des mots grecs qui signifient sol et naissance. Ils cherchent la rencontre des quatre éléments et de la vie à travers ce composteur organique à effet de serre. ©A&R SC

Prec
Suiv

Parmi les neuf artistes du groupe RADO Corrèze, Maxence Riflet présente « Retour à la bergerie avant la marée ». Ce projet est le résultat d’une résidence d’artistes dans le pays de Tulle. © RADO

Prec
Suiv

4.

« Dernières bouchées sauvages » explore des pratiques de chasse et de cuisine avec des espèces disparues ou rares. Ici, « Jeannot montre un lagopède blanc » empaillé. Ce projet se penche désormais aussi sur « l’amour que portent les anciens bergers pour leurs bêtes », commente l’artiste Suzanne Husky. © SH

Prec

« Seeds of change », (« Les semences du changement »), fait le tour de sites de ballast dans les ports européens. Le ballast, c’est des pierres, du sable... qui servait à stabiliser les navires marchands. Des bateaux, tombaient des graines venues des quatre coins de la planète. Elles germaient dans ces sols. La brésilienne Maria Thereza Alves montre ici le vieux port de Marseille, à la végétation façonnée par plusieurs sites de ballast. © MTA

 
Qui sera l'heureux lauréat de la troisième édition du prix COAL ? Depuis 2010, cette association récompense un artiste impliqué dans la recherche environnementale. Verdict le soir du 13 mars.
SUR LE MÊME SUJET

250 artistes au départ, dix sélectionnés. Chaque année, ils sont plus nombreux à participer au prix COAL (Coalition pour l’art et le développement durable). L’objectif ? « Favoriser l’émergence d’une nouvelle culture de la nature et de l’écologie », explique l’association.

Dans cette troisième édition, c’est la ruralité qui est à l’honneur, au travers de ses crises, territoires, liens sociaux, de sa biodiversité... Le jury, entre artistes et acteurs environnementaux, est composé entre autres d’Anne-Marie Charbonneaux, présidente du Centre national des arts plastiques et de Jean-Guy Henckel, directeur national du réseau Cocagne. Le lauréat sera connu et récompensé le 13 mars à Paris. Il recevra une somme de 10 000 euros pour réaliser son projet. Ce prix sera le tremplin d’une exposition européenne, la Biennale Art et ruralité 2013.

L’année dernière, c’est Stefan Shankland qui remportait le prix pour « Marbre d’ici » à Ivry-sur-Seine, un projet de construction urbaine et artistique alliant art, ville et développement durable.

Une sélection des dix projets nominés en 2012 :

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité