publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > L’éco-prêt : peut mieux faire ?
16-02-2010
Mots clés
Consommation
France
Pratique

L’éco-prêt : peut mieux faire ?

Taille texte
L'éco-prêt : peut mieux faire ?
 
L'éco-prêt, le gouvernement s'en félicite. En neuf mois, 75 000 de ces crédits verts ont été accordés aux Français. Au-delà des chiffres, ce dispositif est-il vraiment un succès ? Peut-on y apporter des améliorations ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Prenons une famille de quatre personnes, logée dans une maison de Bretagne. Lassés de dépenser des fortunes pour payer leur facture de chauffage chaque hiver, les Durand ont décidé d’isoler leur maison. En fouillant un peu sur internet, Philippe est tombé sur l’outil idéal : l’éco-prêt à taux zéro. Pour en bénéficier, la famille doit faire un choix entre deux stratégies. Première possibilité : elle peut opter pour l’"amélioration énergétique globale de sa maison" et réduire d’un coup la consommation de sa maison à 80 kwH par mètre carré et par an. Deuxième option : elle peut choisir des travaux parmi un "bouquet" de six mesures : isolation de la toiture, des murs, remplacement des fenêtres, du système de chauffage, installation d’un chauffage ou d’un système d’eau chaude branché aux énergies renouvelables. "Le problème avec le bouquet c’est qu’il n’impose pas d’objectif de performance", souligne Raphaël Claustre, directeur du Comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER), aurait préféré que les Durand n’ait d’autre choix que "l’amélioration énergique globale".

En l’occurrence, ça tombe bien car c’est l’option que les Durand, ambitieux, ont retenu pour leur maison. Mais le bâtiment est vétuste et consomme avec gourmandise 180 kwh pour chaque mètre carré. Pas de problème. Le gouvernement a tout prévu. Pour eux, l’objectif est baissé à 150. Une erreur pour les associations écologistes. "Seuls les 80kWh pourront permettre d’atteindre le Facteur 4”, soit la division des émissions de CO2 par 4 en 2050, souligne Yann Louvel des Amis de la Terre. Mais voilà. "Pour ramener une habitation qui consomme 180 kwh à 80kWh, il faut faire des travaux de grande importance qui risquent de coûter plus cher que l’enveloppe de 30 000 euros prévue par le gouvernement", avance Mathieu Wellhoff, économiste à l’Ademe.

17 000 euros empruntés en moyenne

Or, le gouvernement n’est pas prêt de revoir son prêt à la hausse. Les Durand pourront disposer de 20 000 euros s’ils choisissent de suivre deux mesures du bouquet, 30 000 s’ils en retiennent trois ou visent l’amélioration globale de leur demeure. "Avec 30 000 euros, on peut déjà faire pas mal de rénovations. Pour une maison de 150 m2, ça veut dire 200 euros investis par mètre carré. C’est déjà pas mal !”, souligne Raphaël Claustre. De toute façon, les Français semblent plutôt jouer ici la carte du raisonnable. Le montant moyen de l’éco-prêt s’élève à 17 000 euros pour les neuf derniers mois. Un montant remboursable sur dix ans. “C’est une durée convenable, ajoute M. Claustre. L’important c’est que le montant des remboursements soit équivalent aux économies d’énergie réalisées.” En clair, que l’argent sorti de la poche des Durand y rentre à nouveau grâce aux économies réalisées sur la facture d’électricité.

Simplifier la procédure

Pour préparer son dossier, Philippe demande une facture au fournisseur chargé de lui fournir une chaudière solaire et un devis à l’artisan qui viendra l’installer. La bouche en cœur, il va voir son banquier... qui n’y comprend rien. D’autant que le devis est rédigé à la main - d’une écriture incompréhensible - et livré sur une feuille volante. Pour Arnaud Berger, directeur Développement durable pour le groupe Banque populaire-Caisse d’Épargne, les filières doivent s’attacher à simplifier la chaîne d’information qui relie le particulier à la banque et passe par le fournisseur et l’artisan, former tous les acteurs et unifier devis et factures selon des modèles bien établis. "Les banquiers ne sont pas des spécialistes des techniques d’économie d’énergie. Il faut leur pré-mâcher le travail au maximum pour qu’à terme signer un éco-prêt ne prenne pas plus de temps qu’un prêt normal. Soit environ 10 minutes”, opine Mathieu Wellhoff. D’autant que les éco-prêts, populaires, risquent de se multiplier au cours de l’année 2010.

Et les Durand, finalement ? Malgré la complexité et la lenteur de certains dossiers, ils ne se sont pas découragés. La famille bretonne vit désormais dans une maison plus verte.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour

    Attention aux arnaques, Je me nomme Lisa BICHON.Je viens vous fais part de mon expérience personnel afin d’évité au maximum de personnes de tomber dans le mème piège que moi.J’ai été victime d’une escroquerie sur un site de rencontre d’une somme total de 8500 Euros,on ma orienté vers plusieurs organismes de sécurités en France la Police, la Gendarmerie et même la Police interpole en France grande était ma tristesse quand ils m’ont dit qu’ils peuvent pas grande chose pour moi.Une amie qui a aussi été victime de ce genre d’escroquerie après lui avoir expliqué ma situation et ce qui m’ait arrivé, elle m’a conseillé et m’a donné l’adresse E-mail d’un Inspecteur de Police d’office de lutte contre la cybercriminalité à contacté pour trouver de solution à mon problème, chose que j’ai faite en me mettant en contacte avec cet inspecteur de Police qui m’a aidé dans un premier temp à ouvrir un dossier contre ces escrocs puis m’a exorté à collaboré j’ai donc envoyé tout les mails échangés et preuves de virements effectués.Apres quelques jours d’enquètes minitieuses il a réussir a mettre la main sur mes escrocs et finalement je suis soulagée et tous ces fonds que j’avais perdu m’ont été remboursés plus des frais de dédommagement et une lourde peine d’emprisonnement contre ces personnes de mauvaise foi. Pour cela, je vous donne l’adresse mail de cet inspecteur de Police et J’exhorte tous ceux qui ont été victime de tout sorte d’arnaque en Cote d’Ivoire, au Bénin,Nigeria ou plusieurs pays africain a prendre contacte avec cet inspecteur de police qui m’a aidé à récupérer mes sous des mains de ses escrocs. Voici l’adresse mail pour le contacter : office.cybercriminalite.olcc@cyberservices.com / organisme.fraud@outlook.fr 

    19.09 à 21h20 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Grand merci à Mme Solange BORDAT pour m’avoir parlé et mis en contact avec un Monsieur intègre au nom de André SCHNEIDER un homme très sérieux et compétent. Suite à de nombreux rejets de dossier par les banques j´ai eu mon prêt de 40.000€, il est vraiment généreux tout comme tu l’as si bien dit, il m’a permis de réaliser mon projet. Au départ je n´y croyais pas mais ma curiosité m’a poussée à essayer mais finalement j´ai pu obtenir ce prêt. Je viens de ce part vous informé pour que désormais vous ne perdez plus aussi le temps et sachez à qui vous adressez quand vous serez dans le besoin car il est prêt à aider quiconque.
    Voici son adresse électronique : pfinanceschneider@gmail.com
    Cordialement

    15.05 à 13h56 - Répondre - Alerter
  • Nous avions fait la démarche pour profiter d’un éco-pret. On a fourni à notre banquier les devis conformes (disponible sur le site de l’ADEME, donc les formulaires type existent, mais encore faut-il le savoir). Le banquier se renseigne rapidement en interne, OK, pas de soucis.
    Aujourd’hui les travaux sont finis et le banquier ( du CA pour ne pas nommer la banque) nous annonce que le prêt a été refusé : motif, il vient d’apprendre, au bout de trois mois de dépot de dossier, qu’il ne faut pas commencer les travaux (a fortiori les finir) avant acceptation du dossier par sa caisse régionale . Ce sont bien ces 2 "pauvres" collègues de la caisse régionale en charge de toutes les demandes d’eco-prêt pour la région qui lui ont répondu si tardivement et par la même, ébranlé notre dossier.

    Morale de l’histoire : toutes les banques n’ont pas mis en face les moyens d’information et d’organisation interne pour que les eco-prêts soient facilement mis en place par leurs agents.

    17.02 à 17h26 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité