publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > L’avenir de New York se fera-t-il sans nucléaire ?
17-01-2012
Mots clés
Nucléaire
Etats-Unis

L’avenir de New York se fera-t-il sans nucléaire ?

Taille texte
L'avenir de New York se fera-t-il sans nucléaire ?
(Centrale d'Indian Point. Crédit photo : Tony the Misfit - flickr)
 
La ville reste très dépendante de l'atome, produite par la centrale d'Indian Point. Devant le risque d'accident, les autorités s'interrogent : A-t-elle des solutions de recours ?
SUR LE MÊME SUJET

La question agite les débats des séances législatives de la ville de New York : l’avenir de la Grosse Pomme se fera-t-il sans nucléaire ? Le gouverneur Andrew M. Cuomo affiche fermement son attention de prendre cette voie. Son argument ? A l’aube du premier anniversaire du tristement célèbre accident de Fukushima, un cataclysme similaire aux portes de la mégapole américaine inquiète. Mais dans cette affaire, le bon sens se heurte à d’autres enjeux, économiques ceux-là.

Double zone sismique et centrale nucléaire

Au cœur des discussions, la centrale d’Indian Point qui, du haut de ses réacteurs, domine la ville de Buchanan, à 38 kilomètres au nord de New York City. Entergy Corporation, la compagnie assurant son exploitation, affirme que l’installation n’a aucune chance de subir le sort des réacteurs japonais. Mais une étude publiée en 2008 par le Lamont-Doherty Earch Observatory de l’Université de Columbia ne se veut pas aussi rassurante : la centrale serait en effet construite sur une intersection jusque-là non identifiée de deux zones sismiques actives. L’argument scientifique va dans le sens du discours martelé par le gouverneur Cuomo : Indian Point doit fermer car elle menace directement une zone trop densément peuplée (près de 6 730 habitants/km2 à New York) pour espérer pouvoir évacuer la population en cas d’accident.

Problème : la centrale produit aujourd’hui quelque 2 000 mégawatts et fournit ainsi plus de 25% de l’énergie de la ville de New York et du Comté de Westchester. Deuxième problème : cette énergie nucléaire est bon marché.

Le hic des centrales à gaz

La ville pourrait-elle se passer de cette ressource énergétique à bas prix et assurant une large couverture des besoins énergétiques locaux ? Ceux qui y répondent « oui » ne manquent pas d’idées. Entre autres solutions alternatives, le développement de centrales à gaz. Ces installations, en quelques années, sont devenues très rentables, notamment du fait du prix du gaz : en 2008, son prix est passé aux Etats-Unis de 12 dollars le Decatherm (1) à 3 dollars actuellement (9,42 à 2,35 euros), rendant le gaz compétitif avec l’énergie nucléaire. La ville soutient ainsi l’amélioration ou la construction de plusieurs centrales à gaz locales, notamment dans le Queens. Cette perspective fait cependant grincer les dents parmi certains groupes environnementalistes, comme l’African american environnementalist association. Motif de leur courroux : ce sont les communautés les plus défavorisées, vivant dans des quartiers comme Harlem, qui vont payer le prix de la construction de nouvelles centrales à gaz à New York, via leurs émissions polluantes.

A l’opposé de cette source d’énergie conventionnelle, des solutions plus vertes. L’état dispose en effet de nombreuses ressources hydroélectriques et de fermes éoliennes, installées au nord de l’Etat, voire même en provenance du Canada. Mais cette énergie là peine à arriver jusqu’à la mégapole, les réseaux l’acheminant étant victimes d’un embouteillage chronique. Les troupes du gouverneur Cuomo soutiennent le déploiement d’une ligne électrique connectant la ville de New York au New Jersey, l’Etat voisin, d’où 660 mégawatts pourront transiter pour approvisionner Manhattan. Des projets utilisant l’énergie des marées sont aussi dans les cartons.

Eolien, énergie des marées : pas encore prêts

Cela sera-t-il suffisant ? Une certitude : ces alternatives ne sont aujourd’hui pas encore prêtes à remplacer l’option nucléaire. Pour voir la fermeture prochaine des réacteurs d’Indian Point, il faudra pourtant qu’elles aient fait leurs preuves d’ici 2013 et 2015 : ces années-là, devraient successivement s’arrêter deux réacteurs de la centrale. Mais l’exploitant a d’ores et déjà déposé une demande pour prolonger leur exploitation vingt années supplémentaires.

(1) 1 Decatherm = 1 000 pieds cube = 28 mètres cube

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ouais ouais ouais, croyez vous, cherrrrs administré(e)s, que vos ministres prennent le temps de lire ce qui dérange ?! J’avoue que personnellement, je ne me consacre pas à jongler avec les chiffres et autres %. L’étude de moi-même et de mes congénères, suffit largement à occuper la réalité du quotidien..."Le Vivre", c’est autre chose que "le" lire.

    28.01 à 10h50 - Répondre - Alerter
  • Indian-Point 2
    (6/3/2000)

    Des analyses préliminaires de l’exploitant Con Ed et de l’autorité de sûreté américaine NRC indiquent que la rupture du tube de générateur de vapeur qui s’est produite le 15 février dernier aurait pour origine une fissuration de 6,2 à 7,5 cm dans la partie cintrée du tube en U et serait due à de la corrosion sous contrainte de l’alliage inconel 600. La fissuration a été trouvée par des examens vidéo effectués à l’intérieur des tubes avec des caméras à flexibles. D’autres examens sont en cours à l’extérieur des tubes. L’exploitant revérifie les données de l’inspection effectuée en 1997 pour voir s’il y avait des indications de fissuration à cette époque.
Des représentants officiels des comtés de la banlieue nord de New-York se sont entretenus avec des membres de la NRC. S’ils estiment que les échanges d’informations ont été excellents, ils n’ont, par contre, obtenu aucune garantie quant à la sûreté des réacteurs d’Indian Point et, ajoute une déléguée du Comté de Westchester : " je ne peux pas dire qu’ils [les membres de la NRC] se sentent à l’aise concernant la sûreté à long terme de la centrale ". 
La Con Ed espère pouvoir effectuer le rechargement du combustible du réacteur au mois d’avril.

    (D’après Nuclear News Flashes, 3 mars 2000. Las Vegas Sun 29 février 2000)

    Indian-Point 2
    (20/2/2000)

    USA, État de New-York : fuite radioactive à la centrale d’Indian Point par rupture d’un tube de générateur de vapeur du réacteur lndian Point-2. Ou comment des signes précurseurs négligés conduisent à un incident sérieux.

    Résumé

    La fuite radioactive sur un générateur de vapeur du réacteur Indian Point-2 le mardi 15 février à 19h20 a entraîné le déclenchement d’une " Alerte " de niveau 2 qui semble correspondre au plan d’urgence interne (PUI) de niveau 2 comme celui que nous venons de connaître à la centrale du Blayais fin décembre. Des inspecteurs de l’autorité de sûreté NRC (Nuclear Regulatory Commission, équivalente à la direction de la sûreté des installations nucléaires DSIN) ont été dépêchés sur le site et des experts en sûreté nucléaire ont contrôlé les opérations depuis Philadelphie avec un centre opérationel de la NRC établi à Rockville. Les autorités gouvernementales tant locales que de l’État de New-York ont été prévenues.

    Le réacteur a été arrêté manuellement à 19h29 puis le générateur de vapeur défaillant a été isolé. L’alerte a été maintenue jusqu’à mercredi 16 à 18h50, le réacteur ayant été mis en état d’arrêt à froid après baisse de la pression et de la température de l’eau du circuit primaire.

    Les autorités responsables -la NRC, l’exploitant et les autorités de l’État de New York- affirment qu’il n’y a eu aucun risque pour les employés et la population car " l’augmentation de radioactivité détectée au voisinage du site est négligeable ". Cependant, d’après une dépêche de l’Associated Press, en dépit des assurances de l’exploitant " certains habitants ont toutefois exprimé des sentiments de peur et de colère pour n’avoir pas été avertis. Quelque 250.000 personnes vivent dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres et 15,5 millions dans un rayon de 80 km "


    La centrale d’Indian Point est située sur la rivière Hudson à Buchanan dans l’État de New York, à une soixantaine de km au nord de New-York City, à moins de 40 km des limites de l’agglomération. Elle comprend 2 réacteurs en fonctionnement, Indian Point 2 et 3.
    La fuite radioactive est due à la rupture d’un tube de l’un des 4 générateurs de vapeur du réacteur Indian Point 2. C’est un réacteur PWR Westinghouse (comme nos réacteurs) d’une puissance nette de 994 Mwe et l’exploitant est la Compagnie Consolidated Edison. Il a été couplé au réseau en juin 1973 et a donc plus de 26 ans. D’après le département de l’énergie des Etats-Unis (DOE) la licence d’exploitation du réacteur 2 est valable jusqu’en 2013.

    Rappels

    Rappelons que les générateurs de vapeur (GV) sont les échangeurs de chaleur à tubes verticaux, entre l’eau du circuit primaire et du circuit secondaire. Très schématiquement, l’eau du primaire circule sous pression et haute température dans les tubes du générateur de vapeur et cède sa chaleur à l’eau du circuit secondaire qui se transforme en vapeur allant alimenter la turbine productrice d’électricité.

    Chaque GV est un bazar énorme de plus de 300 tonnes, d’une vingtaine de mètres de haut comportant un peu plus de 3300 tubes en U (mais ce U est à l’envers, avec la partie cintrée en haut). Les tubes, de diamètre extérieur 2,22 cm avec une paroi mince de 1,27 millimètre d’épaisseur, sont en Inconel 600, un alliage très sensible aux phénomènes de fatigue vibratoire et de corrosion. Ces tubes peuvent donc se fissurer et une fissure importante peut entraîner la rupture brutale du tube. Un corps " migrant " peut aussi user un tube et provoquer sa rupture comme cela a été le cas à Tihange (Belgique) en juillet 1996. Une fraction des tubes est donc fissurée et ces tubes défectueux " fuient " : on mesure le débit de fuite pour qu’il ne devienne pas trop important (il y a un critère de débit de fuite dit " acceptable "). On bouche les tubes défectueux qui risqueraient de se rompre. Il faut donc contrôler l’intégrité des tubes (méthodes par courants de Foucault, inspection télévisuelle entre autres) mais cela représente environ plus de 50 km à contrôler !

    Pourquoi craint-on la rupture de ces tubes ?

    Les tubes de GV constituent les 2ème et 3ème barrières de la " défense en profondeur ". La rupture d’un tube met en effet en communication le circuit primaire, radioactif, avec le circuit secondaire avec rejets radioactifs dans l’environnement. La probabilité de rupture d’un tube de GV s’est avérée avec le nombre d’incidents de ce type répertoriés dans le monde au cours du temps (le " retour d’expérience ") 100 fois plus élevée que les prévisions initiales.

    Sur nos réacteurs de type Westinghouse, comme celui d’Indian Point, lors d’une rupture complète d’un tube GV il faut impérativement que la conduite pour ramener le réacteur dans un état " sûr " soit manuelle. En effet, dans le cas contraire, d’après Jacques Libmann, (Approche et analyse de la sûreté des réacteurs à eau sous pression, INSTN, 1987) si les opérateurs laissent l’installation se comporter sous la seule influence des automatismes et que la situation se prolonge sans intervention humaine " on finirait alors par dénoyer les éléments combustibles provoquant la rupture des gaines et le transfert direct des produits de fission volatils vers l’environnement, situation véritablement catastrophique [souligné par moi]". L’auteur ajoute aussitôt pour nous rassurer que cette situation est heureusement invraisemblable, des procédures détaillées ont été étudiées et mises au point et que dans ces conditions les rejets peuvent être limités à des valeurs acceptables. En somme, il faut vraiment compter sur la compétence des opérateurs et leur rapidité d’exécution et l’auteur ne définit pas ce qu’il entend par " valeurs acceptables " des rejets. Acceptables par qui ? Par l’exploitant ? On n’a pas demandé à la population ce qu’elle jugeait " acceptable ".

    Signe précurseur de la rupture : le débit de fuite augmente mais reste dans les normes ; aucune action correctrice n’est effectuée.

    D’après Nuclear News Flashes du 18 février, les informations fournies par l’autorité de sûreté américaine NRC indiquent que le volume des fuites pour l’ensemble des 4 générateurs de vapeur était de 3,78 litre par jour (1 gallon par jour) en octobre 1999. Le 6 février dernier le GV qui sera plus tard responsable de l’incident a soudain un taux de fuite 1,5 fois plus élevé que l’ensemble des 4 GV auparavant, puis 3 fois plus élevé (environ _ litre par heure). Cependant le critère " acceptable " de fuite est respecté puisqu’il est de 17 litres par heure par GV donc rien n’est fait. Le 15 février, rupture du tube. D’après les premières estimations la fuite aurait atteint de 75 à 100 gallons par minute soit de l’ordre de 20 000 litres par heure.

    Deux jours après l’incident les experts de la NRC sont toujours incapables de dire quel volume d’eau radioactive a fui du primaire vers le secondaire, il est question de 20 000 litres. A notre connaissance il n’y a pas eu, hors du site, de mesures de radioactivité par des associations indépendantes.

    Le réacteur est en arrêt à froid pour une durée indéterminée afin d’être inspecté et réparé.

    Quelques remarques

    Cet incident montre que le respect des critères de fuite acceptables n’est pas une garantie de non survenue d’un incident (qui peut tourner en accident grave si les opérateurs réagissent mal ou pour une autre raison). D’ailleurs on sait bien que dans le cas d’amorçage d’une fissure circonférencielle la rupture peut survenir sans qu’il y ait eu aucun signe préalable de fuite.

    On devrait donc, en toute logique, tenir compte de tous les incidents quels qu’ils soient, même s’ils apparaissent comme mineurs au niveau de leurs conséquences immédiates. Cette approche de l’importance des incidents " précurseurs " n’est jamais prise en compte dans les évaluations officielles de sûreté alors qu’elles apparaissent comme fondamentales dans toutes les catastrophes industrielles qui surviennent dans notre société, qu’elles soient chimiques, nucléaires ou autres.

    Un autre point où les conséquences radiologiques dans l’environnement peuvent être très graves : le cas où plusieurs tubes de GV seraient rompus. Par exemple par fouettage sur les tubes voisins d’un tube rompu ou par rupture simultanée de plusieurs tubes résultant d’une dépressurisation brutale du circuit secondaire. Ceci pourrait se produire par une brèche sur la ligne de vapeur principale du secondaire. Un exemple : si au lieu de la fissuration qui s’est produite à Fessenheim sur un tronçon (le " tronçon protégé ") de la ligne de vapeur principale du circuit secondaire on avait eu une rupture " guillotine " de la tuyauterie. Cette éventualité a conduit au remplacement des " tronçons protégés " de tous les réacteurs 900 MW du parc (Gazette Nucléaire 113/114 mars 1992, Libération 6-7 février 1993).

    A ce propos il ne faudrait pas oublier que les lignes de vapeur principales de nos réacteurs plus récents présentent aussi nombre de défauts métallurgiques qui sont d’ailleurs souvent d’origine, présents dès la mise en route. Il y a bien longtemps qu’on n’a plus entendu parler des défauts de Saint-Alban etc. On aimerait être sûr qu’il y a bien un suivi métallurgique de ces parties sensibles. Rien n’ayant été publié à ce sujet nous pouvons douter que ce genre d’événements soient pris en considération par les autorités de sûreté.
    Ceci revient aussi à insister sur le fait que les incidents qui ne donnent pas lieu à classification dans l’échelle INES peuvent avoir des conséquences importantes dans les séquences incidentelles et accidentelles ultérieures. Il faut se souvenir que l’échelle INES est une échelle de communication et pas une échelle de sûreté.

    L’incident d’Indian Point nous rappelle fort à propos que " les études probabilistes pour une sûreté au meilleur coût " effectuées actuellement par les chercheurs d’EDF aboutissent à augmenter la taille des défauts jugés critiques pour les tubes de GV. Espérons que le programme de bouchage des tubes ne sera pas conditionné par une optimisation de ce genre fondée sur des critères strictement économiques ! (Gazette Nucléaire 165/166, avril 1998, p.29)

    Pour terminer ajoutons que, concernant Indian Point2, l’examen de l’efficacité de ce réacteur (rapport entre l’énergie électrique réellement fournie et l’énergie qui aurait dû être fournie si le réacteur avait fonctionné normalement à sa puissance nominale) montre que les problèmes d’Indian Point 2 datent de plusieurs années. Nous donnons ici les efficacités de ce réacteur depuis 1989

    1989 : 52,10%
1990 : 60,47%
1991 : 45,12%
1992 : 91,09%
1993 : 68,89%
1994 : (nous n’avons pas les donnée)
1995 : 56,99%
1996 : 90,53%
1997 : 37,29%
1998 : 29,17%
1999 : aucune donnée disponible actuellement

    Ces données sont extraites d’Electronuc mémento publié en France par le Commissariat à l’Energie Atomique. Elles révèlent les dysfonctionnements rencontrés par ce réacteur au point de faire chuter son efficacité à moins de 30%. Ce réacteur Westinghouse n’est pas un succès économique ! Il est vraisemblable de penser que ce sera le prochain réacteur à être arrêté définitivement. D’après la NRC la dégradation des tubes de GV a contribué à la décision d’arrêt définitif du réacteur Trojan dans l’Orégon. Dans les 5 prochaines années 11 centrales américaines vont procéder au changement des générateurs de vapeur. Cependant " d’autres exploitants peuvent choisir la fermeture des réacteurs au cas ou la réparation ou le changement des composants [défectueux] s’avèrent prohibitifs du point de vue économique ".

    Le réacteur Indian Point-3 de 965 Mwe a été couplé au réseau en 1976 et l’exploitant est NYPA, la New-York Power Authorities (compagnie d’électricité de l’État de New-York). D’après le réseau antinucléaire " Citizens Awareness Network " des défauts de conception existent pour les deux tranches 2 et 3 et l’ingénieur de sécurité et chef de projet Robert D. Pollard a démissionné de son poste en 1976 en les citant. Pour lui, les réacteurs d’Indian Point étaient " en attente d’accident ", " an accident waiting to happen ". (Il a été ensuite le président de l’Union of Concerned Scientists. Mais l’UCS, comme nombre d’associations américaines se préoccupent actuellement des changements climatiques et très peu du maintien en fonctionnement des réacteurs vieillissants).

    Quant à Indian Point-1, réacteur PWR Babcock et Wilcox de 225 Mwe, couplé au réseau en 1962 il a été mis en arrêt définitif en 1974 pour défauts sur le circuit de refroidissement du cœur. Le cœur a été déchargé depuis 1976 et le combustible usé stocké en piscine sur le site en attente d’un site de stockage définitif. Le projet de démantèlement soumis aux autorités de sûreté date de 1980 mais les opérations de démantèlement n’ont pas commencé.

    Bella Belbéoch, 20 février 2000.

    
Indian Point en 1970 :

    "Indian Point en 1970, une avarie sur les échangeurs a nécessité l’intervention de sept cents plombiers recrutés d’urgence dans l’État de New York et dans les États voisins, chacun ne pouvant rester que quelques minutes en « zone chaude » avant de retourner se mettre au vert, dosimètre saturé pour deux ou trois ans."

    Extrait du "Crépuscule des atomes", Louis Puiseux, Hachette 1986.

    18.01 à 14h19 - Répondre - Alerter
  • Absolument d’accord avec Darna, gaspillage.

    Par contre, je suis surpris par l’absence de mention de l’approvisionnement de NY en électricité provenant de barrages hydroélectriques installés au Québec ... leur part pourrait augmenter !

    18.01 à 12h31 - Répondre - Alerter
  • Pas d’Ekovores à New York ? Que ce soit là bas ou ici, la cause principale du problème de production d’énergie, réside en une mauvaise gestion, voire gaspillage, de consommation.

    18.01 à 11h29 - Répondre - Alerter
  • Aïe l’orthographe : on dit "prendre cette voie", pas "prendre cette voix"...

    18.01 à 10h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité