publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Jean Viard : "Ne voyons pas les retraités comme une charge pour la (...)
17-02-2010
Mots clés
France
Interview

Jean Viard : "Ne voyons pas les retraités comme une charge pour la société"

Taille texte
Jean Viard : "Ne voyons pas les retraités comme une charge pour la société"
 
Le sommet social du début de semaine a marqué le coup d'envoi du débat sur la réforme des retraites, pour l'instant focalisé sur la durée des cotisations et l'âge du départ en retraite. Et si on élargissait le débat ? Trois questions à Jean Viard, sociologue et directeur de recherches au Centre d'étude de la vie politique française (Cevipof).
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Terra eco : Quelle est votre vision de l’évolution des retraites ?

Jean Viard : "La société a changé, elle est dominée par la culture du temps libre, qui s’exprime notamment au moment de la retraite. On est passé grosso modo de 100 000 heures de loisirs au cours de la vie (c’est à dire hors travail, sommeil et études) en 1900 à 400 000 heures aujourd’hui. Beaucoup de gens ont une période de minimum 20 ans où ils ont de nouveaux projets. Mais en 1945 le système n’a pas été créé avec cette idée de vie après le travail, on n’a pas inventé les règles qui vont avec cette nouvelle étape. Pour les nouvelles générations, il faudrait se mettre à calculer en heures, pouvoir suivre au fur et à mesure combien on doit à la société. Si une année je veux travailler comme un fou 50 heures par semaines puis partir 6 mois avec ma copine au Bangladesh, pourquoi pas ? Il faut aussi laisser la possibilité de partir à la retraite à mi-temps. Il faut rendre les acteurs responsables, possesseurs de leur temps."

Et du côté financier ?

"Aujourd’hui les retraites sont un monde obscur et personne ne sait ce qu’il touchera. C’est donc essentiel de mettre des barrières fortes car la peur de vieillir pauvre est très forte. Pour moi un geste politique majeur serait de dire qu’on ne laissera personne avoir moins d’un certain revenu. C’est une question de morale, on ne peut pas laisser quelqu’un de 70 ans avec 300 euros par mois. Mais il faut compter que la situation est différente quand on est propriétaire de sa maison ou qu’on touche deux loyers. La poche de pauvreté se situe surtout au niveau des femmes seules, qui ont souvent travaillé à mi-temps. Et est-ce qu’on ne peut pas avoir une réflexion plus large sur la question des revenus dans notre société ? On dit qu’il faut cotiser plus mais le système empêche les gens de travailler plus longtemps. Je pense qu’il faut arrêter la progression des salaires après 50 ans comme l’ont fait beaucoup de pays développés. A cet âge là les enfants sont élevés, on a fini de rembourser ses emprunt... C’est quand on a 30 ans qu’on a besoin d’un revenu fort. Le problème c’est qu’en France le salaire est lié au statut, au prestige, pas au besoin. Quand on gagne plus, on est plus puissant. Sauf que du coup on vous fout dehors."

Le débat est donc selon vous trop restreint...

"Environ la moitié des retraités rêvent de déménager pour retrouver leur région d’origine ou celle où ils passaient leurs vacances. C’est donc aussi une question géographique, et un enjeu majeur pour libérer du logement en centre-ville. Il faut penser le retraité comme un aménageur du territoire, au même titre que le tourisme par le passé. Je conseillai au maire d’Apt (Vaucluse) qui fait face à une zone industrielle en faillite : « pourquoi ne négocies-tu pas avec Paris pour faire des HLM ? Tu aurais 2 000 mecs vachement contents au cœur du Lubéron et 2 000 logements de moins à construire à Paris. » Cette migration peut être intégrée dans une stratégie de densification de l’étalement urbain, car les immeubles de quelques étages où l’on n’est pas loin du centre-ville et où l’on peut faire ses courses à pied correspondent à leur mode de vie. Les retraités sont aussi de grands moteurs en terme de liens social, par exemple ils sont très impliqués dans le secteur associatif. Là aussi il y a un autre champ de réflexion, car on parle à terme de 20 millions de personnes. Ils ne sont pas une charge pour la société mais une ressource pour un territoire. Surtout si on se place au niveau européen : la France peut être la première terre d’accueil de riches retraités, qui sont créateurs d’emplois. C’est comme une industrie lourde, un énorme secteur économique qui se met en place."

Jean Viard est spécialiste des questions des temps sociaux (vacances, 35 h) et d’espace (aménagement, agriculture). Il a notamment publié aux éditions de l’Aube, dont il est fondateur, "Le Sacre du temps libre, la société des 35 heures" (en 2002) et "Lettre aux paysans sur un monde durable" (en 2009).

A lire aussi sur terraeco.net :
- Seniors : comment les remettre (ou les garder) au boulot
- Vieillir en Chine n’est pas une sinécure

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste, collaborateur régulier pour Terra eco.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Etudiante à L’université AIX-Marseille dans les années 66-70 j’ai plaisir à constater la perénité de l’engagement à gauche de Jean Viard que j’ai côtoyé avec notamment Denis Guénoun , Edith Canestrier et Jean claude Bourdin personnes charismatiques qui ont contribué à enrichir la réflexion du mouvement étudiant au moment ou commençaient à accéder à la Fac des éléments issus de milieux modestes dont je fais parti .J’ai réussi ma carrière professionnelle dans le domaine de la santé au service du public . Maintenant en cessation d’activité je suis moi même fidèle à mes convictions ancrées à gauche contre l’ultra libéralisme et la préservation des acquis sociaux , comme la retraite à 60 ans ,la semaine de 35 heures sans parler de la préservation de l’environnement ....Rassembler la gauche et le peuple de France avec notamment le Front de Gauche , débattre de ses propositions et avancer dans la voie d’un socialisme à visage humain , changer la constitution régalienne de 1958 pour élargir le droit à la parole des citoyens .Les retraités ne sont pas une charge pour la société ils contribuent de par leur expérience et leur capacité à penser à innover à participer à la dynamique du changement et préparer l’avenir

    12.03 à 13h02 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à vous,
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec quelques postulats présentés par monsieur Viard.
    Il ne faut pas confondre "heures de loisirs" et "heures libres" bien souvent...vides. Le fait est que lors du passage aux trente cinq heures, nous n’avons pas mis en place une société de loisirs basée sur le triptique : culture, hobbies et sport. La plupart du temps libre est passé devant un écran. Un écran d’ordinateur pour les plus jeunes et devant TF1, pour le plus âgés. Beaucoup est à construire dans ce domaine !
    Au niveau financier, le débat est tronqué. La réalité est que plus de la moitié des retraités vivent très bien. Ils tiennent à bout de bras l’industrie touristique dans notre Pays. Le minimum vieilliesse est attibué massivement à des femmes sans mari, donc sans pension de reversion et provenant de l’agriculture, du petit commerce ou de l’artisanat. Mais, si les retraités ne représentent que 19% de la population, ils détiennent 69% du patrimoine. Ce qui est bien normal, puisqu’ils ont oeuvré toute une vie. Mais que fait cet argent ? Majoritairement, il sert à refaire de l’argent sur le marché financier mondial. Mais pas au dynamisme des terroirs locaux ? Aucune solidarité intra-générationnelle n’est proposée ? Le plein emploi, qui permettrait de sauver le système n’est même plus une revendication de la gauche modérée. Pourtant, entre une politique du "loisirs", une politique d’entretien et une politique préventive, il y aurait de quoi s’attaquer enfin à ce fléau.
    Quant à penser le retraité comme un aménageur du territoire, il est nécessaire de poser d’énormes gardes fous. D’abords, parce que l’éxil massif des retraités vers le sud participe de la désertification de nos campagnes. La situation des digues privées dans le Langue d’Oc tient de ce phénomène. Les nouvelles populations ne se sentant pas investit par l’entretien du territoire, délaissent les digues.
    Un aménagement du territoire sain voudrait que les personnes âgées puissent vivre chez elles jusqu’au bout. Mais, l’offre immobilière ne le permet pas. Il y a un peu plus d’un million de retraités qui perçoivent l’APA. Ils ont, donc, des problèmes de mobilité. On peut dire que dans les 36 000 villages de France, une personne dans cette situation vit. Or, chaque village de France est loin de disposer d’un seul appartement spécifique. Et, chaque année, la population vieillissant, nous aurons plus de personnes en difficulté de mouvance et elles auront de plus en plus de difficultés à vivre.
    Quand je parle de la fortune des retraités et du manque de solidarité intra-générationelle. Je pense d’abord que tous ces fotunés devraient investir dans ces appartements, plutôt que pour ouvrir une usine en Chine, ou détruire la fôrêt primaire indonésienne pour y planter des palmiers à huile.
    Cordialement
    Thierry Fouquereau

    13.04 à 18h28 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité