publicité
Accueil du site > Actu > Le geste vert > Je mets des ruches dans mon jardin
6-04-2010
Mots clés
Biodiversité
Pratique

Je mets des ruches dans mon jardin

Taille texte
Je mets des ruches dans mon jardin
 
Ca fait 8 ans que ce maudit prunier n'a pas donné l'ombre d'un fruit. Mon collègue de boulot, qui a deux ruches, croule sous les kiwis, les poires et les scoubidou-bidou. Et il a du miel gratos toute l'année. Karine, ma pomme d'amour, que dirais tu d'adopter 40 000 abeilles ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Comment faire ?

Pour les ruraux ou « rurbains » qui disposent d’un jardin, entretenir une ruche et ses petits pensionnaires, c’est l’assurance d’avoir de beaux arbres fruitiers dans son jardin, de belles azalées et de beaux bégonias. Et quelques pots de miel avant l’été... Il n’y a pas vraiment de prix fixe pour une ruche : comptez de 80 à 230 euros pour une ruche plus ou moins bien équipée. Dans les frais annexes, vous pouvez toujours acheter la tenue, le fumoir et louer une centrifugeuse pour faire la récolte par vous même.

Une ruche demande un minimum d’entretien, et il n’est pas toujours facile de trouver un essaim par ses propres moyens, quand il ne se fait pas piller par un autre ou quand il ne succombe pas à un hiver trop froid ou trop humide. Le plus aisé demeure l’achat d’une colonie avec sa reine. De nombreux sites vous guideront à l’aide de conseils avisés pour bien réussir votre essaimage.

Pas de jardin ? Professionnel ou particulier, vous avez la possibilité de parrainer une ruche et ses petits habitants, un étrange partenariat qui vous rapporte plusieurs pots de miel par an et vous offre la bonne conscience d’avoir contribué au repeuplement des abeilles. Rendez-vous sur les sites « Un toit pour les abeilles » et « La Banque du Miel » pour de plus amples renseignements. Par ailleurs, notez que les ruches installées en villes produisent 3 fois plus de miel que celles de la campagne, avec un résultat tout aussi savoureux.

Pour quel résultat ?

Les abeilles et autres insectes pollinisateurs représentent par leur action :
- la reproduction de plus de 80 % des espèces végétales
- la production de plus de trois quarts des cultures dans le monde
- la majorité des cultures fruitières, légumières, oléagineuses et protéagineuses, de fruits à coques, d’épices et de stimulants (café, cacao)
- 35 % de la production alimentaire mondiale en tonnage 

- 10 % du chiffre d’affaires de l’agriculture mondiale


- 153 milliards d’euros par an
- 20 000 personnes en France dans la filière apicole (miel et autres produits de la ruche), dont 2 000 apiculteurs professionnels
- 98 000 éleveurs amateurs en France. (source Un toit pour les abeilles )

Impact écologique

Une fameuse maxime que l’on attribue - apparemment à tort - à Albert Einstein subodore que si les abeilles venaient à disparaître, il resterait 4 ans d’existence à l’humanité. Une perspective qui a de quoi foutre le bourdon... Cette hécatombe a un nom : le Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles. Il est très essentiellement le fait des insecticides, notamment le Gaucho et le Regent, officiellement interdits depuis 2004 mais encore utilisés par certains horticulteurs peu scrupuleux. En France, depuis 1995, près de 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année. En 10 ans, 15 000 apiculteurs ont cessé leur activité. Enfin, dans certaines provinces de Chine désertées par les abeilles, des horticulteurs se sont mobilisés pour faire la pollinisation...à la main. Bon courage !

A lire aussi sur terraeco.net :
- 500 chercheurs au chevet des abeilles

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Étudiant à Sciencescom Nantes. Stagiaire à la rédaction de terraeco.net.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • chrysprolls : C’est fait !!!

    Nous voici propriétaires de deux belles ruches récemment installées sur un terrain à la campagne, sous les conseils d’un apiculteur !

    Nous attendons nos nouvelles locataires avec impatience. Laissant faire la nature pour le moment, si dans un an les ruches ne sont pas habitées, nous achèteront un essaim chez lui.

    28.04 à 15h26 - Répondre - Alerter
  • Apiculteur Amateur depuis 4 ans maintenant, Je crois qu’il faut un peu expérience pour posséder quelques ruches. De plus une seule ruche est un non sens car en cas de perte il faut tout recommencer et trouver un nouvel essaim. Ça peut vite faire une facture un peu salée.

    Les rucher écoles sont une bonne source d’information et d’expérimentation chercher s’en un prêt de chez vous. Pour ce qui est de outillage, certain matériel sont INDISPENSABLE un vêtement de protection et un enfumoir.

    Bargiel, J-Pierre

    8.04 à 11h25 - Répondre - Alerter
  • Amateurs d’abeilles (je dispose d’un rucher personnel de 10 à 15 ruches), je souhaite réagir au ton léger de cet article.

    Apiculteur est un métier. Côtoyer des essaims peut s’avérer dangereux pour soi ou l’entourage proche.
    Pour ces raisons, plutôt que d’aller sur Internet chercher quelques conseils utiles, une véritable formation me paraît largement préférable !

    Il existe des stages d’une semaine (rien de trop) qui permettent de découvrir le minimum à savoir. Ils sont dispensés par des apiculteurs professionnels ou par de simples passionnés.
    Un aspect essentiel : le comportement à avoir dans son approche de la ruche, dans son ouverture, dans la manipulation des cadres. Cela ne s’apprend pas sur Internet.

    De plus, si l’article propose "une ruche dans son jardin", chaque département fixe des distances règlementaires. Exemple, dans l’Eure, 100 m d’une habitation ou d’un établissement collectif.
    Bien se renseigner sur les aspects légaux et sur votre responsabilité (le fils du voisin se fait piquer, et ? ...) pour prendre la décision réfléchie d’installer une ruche.

    Enfin, si les pesticides sont vraisemblablement les premiers responsables de l’hécatombe des abeilles, ne négligeons pas la possibilité de l’impact des rayonnements électromagnétiques de nos antennes et téléphones mobiles de rurbains.

    7.04 à 09h28 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité