publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Jacques Weber : « Il faut taxer toutes les consommations de nature (...)
21-05-2010
Mots clés
Biodiversité
France
Interview

Jacques Weber : « Il faut taxer toutes les consommations de nature »

Taille texte
Jacques Weber : « Il faut taxer toutes les consommations de nature »
(Illustration : Wozniak)
 
SERIE : QUEL AVENIR POUR LA BIODIVERSITE ? 2/5 De plus en plus d’entreprises ajoutent une ligne dans leur bilan comptable : celle de leur impact sur la biodiversité. L’économiste Jacques Weber a assisté, non sans surprise, à ce revirement qui pourrait s'accélérer avec une taxation de toutes les consommations de ressources naturelles.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Une maison écolo pour tous !"
Mise à jour le 7 mars : L’économiste et spécialiste de la biodiversité, Jacques Weber, vient de décéder. Nous avions eu le privilège de rencontrer ce grand Monsieur à plusieurs reprises. Toujours, il avait témoigné sa confiance dans la sagesse et la raison humaine à mieux considérer les écosystèmes. Retrouvez ci-dessous un entretien qu’il nous avait accordé en 2010 dans le cadre d’une longue série sur l’avenir de la biodiversité.

Depuis la révolution industrielle, les entreprises puisent sans compter de quoi faire fructifier leurs résultats dans la biodiversité. Et si ce recours à la nature se retrouvait taxé ? L’économiste et anthropologue Jacques Weber détaille cette nouvelle donne qu’il appelle de ses vœux.

Pourquoi les entreprises ont-elles soudain envie de se mêler de biodiversité ?

Je ne suis pas psychanalyste des entreprises, je suis économiste. Il y a cinq ans, quand nous avons débuté nos recherches avec un certain nombre de sociétés et l’association Orée (1), nous cherchions à évaluer le niveau de dépendance des entreprises par rapport à la biodiversité. Cette dépendance se situe entre 30 % et 100 %, selon les branches d’activité, en termes de matières premières. Pour ce qui est des technologies qui reposent ou copient le monde vivant, elle est de l’ordre de 30 %. Dans ces dernières, on trouve aussi bien les fermentations lactiques qui donnent le fromage, le pain, le vin ou la bière, que la ventilation des termitières en architecture ou les combinaisons des nageurs en « peau de requin ».

Vous estimez, en fait, que le monde économique n’a pas le choix. Il dépend dans tous les cas de l’environnement.

Mais c’est une évidence ! Il est même ahurissant que l’on ait pu oublier cette dépendance. En fait, ce qui est nouveau, c’est qu’elle est désormais mesurable et que la façon d’appréhender la relation entreprise-biodiversité a changé. Les impacts de l’activité d’une entreprise sur l’environnement ne sont plus externes, ils constituent des coûts internes. Or, le rôle d’un manager consiste à accroître les profits par l’augmentation du chiffre d’affaires et la réduction des coûts. La question de la biodiversité peut donc être formulée dans le langage ordinaire de l’entreprise.

C’est une révolution économique ! Vous dites que les entreprises, au moins les plus avant-gardistes, sont en train de mettre en place des outils de pilotage interne tournés vers la biodiversité. Une «  comptabilité verte  » en somme ?

Je ne sais pas ce que « vert » veut dire, ni « révolution économique ». Quand je lis les documents que nous propose le gouvernement sur ce qu’il appelle la « croissance verte », sincèrement j’ai le sentiment que cette croissance est aussi noire que verte. Laissez donc le vert là où il est. D’ailleurs, l’espèce humaine est une espèce vivante, elle n’est pas verte pour autant. Mais revenons à ces outils. Nous serons dans quelques semaines en mesure de présenter une nouvelle forme de comptabilité, issue des travaux d’Orée auxquels ont participé les experts-comptables. Il va s’agir de disposer d’un outil de comptabilité des flux entrants et sortants des matières vivantes dans le bilan des entreprises et entre les entreprises.

Avec en point de mire, comme on l’a déjà fait pour la mesure carbone, un « bilan biodiversité ».

C’est l’idée. Et c’est d’ailleurs le souhait des entreprises. Elles ont compris que le système de régulation actuel était appelé à changer. Les entreprises tentent d’anticiper les changements. La prime sera versée à celles qui sauront s’adapter ou, mieux, à celles qui auront imaginé ce qui vient. Je fais l’analogie avec un parent qui s’interroge sur ce qu’il pourra répondre à l’enfant qui l’interroge sur ce qu’il a fait pour préserver le monde. Il en va de même pour l’entreprise qui se veut responsable.

Des entreprises qui ont largement modifié leur vision de la biodiversité en quelques années : c’est une bonne nouvelle !

Le temps où elles pensaient leur contribution à la biodiversité en finançant la préservation de quelques espèces emblématiques est derrière nous.

Mais 2010, année de célébration de la biodiversité, est une occasion rêvée pour les entreprises d’user, voire d’abuser, de l’argument écolo pour promouvoir leur marque.

Le pessimiste est celui qui estime que « rien ne saurait aller plus mal ». L’optimiste, celui qui lui répond « Mais si ». Pour résoudre le problème, il faut reformuler les questions. Le prisme sur lequel se cale notre système est en train de changer. Il n’y a guère de suspense, les choses vont se faire. Les entreprises sont nombreuses à comprendre l’intérêt d’intégrer la biodiversité dans leur stratégie. Pour ce qui est du greenwashing, le problème est-il si grave ? Je ne crois pas. Il s’agit d’un épiphénomène, relevant de la politique d’image, qui n’entrave pas la tendance générale.

Vous évoquez un monde qui change. La biodiversité – l’interaction du vivant – joue un rôle clé dans ce basculement. Décrivez-nous votre raisonnement.

La crise qui secoue le monde aujourd’hui n’est pas une crise économique ou financière. C’est une crise écologique profonde, durable, dont les symptômes sont économiques et financiers et dont les coûts sont sociaux. Les niveaux atteints par les cours des matières premières à la veille du déclenchement de la crise, en juillet 2008, témoignent de l’importance croissante de leur rareté. Or, pour sortir de cette crise, on a parlé de « green new deal », de croissance verte souvent limitée à une réflexion énergétique. Dans ces grands programmes qui sont supposés remettre nos économies sur les rails de la prospérité, il n’est peu, voire pas, fait mention des écosystèmes et des ressources vivantes. Mon hypothèse de travail est qu’il serait nécessaire que la richesse que créent nos économies puisse reposer sur l’entretien ou l’amélioration des écosystèmes. Et ce, alors que c’est leur dégradation qui crée aujourd’hui la richesse. Une telle hypothèse suppose un basculement des régulations, le remplacement de tout ou partie des taxes et charges pesant sur les salaires et sur l’outil de travail. Il faut une taxation de toutes les consommations de nature : énergie, eau, ressources renouvelables et non renouvelables.

Vous proposez en fait de rendre très coûteuse la destruction de la biodiversité et très rentable son entretien ou son accroissement ?

Oui. Pas seulement de la biodiversité, mais aussi des écosystèmes, ainsi que la surconsommation de ressources fossiles. Il faut d’abord apporter une réponse mondiale à la crise. Toute régionalisation ou nationalisation des solutions serait inefficace. La création d’une Organisation mondiale de l’environnement (OME), proposée par Jacques Chirac et reprise par Nicolas Sarkozy et Lula notamment, serait un préalable à une action mondiale. On pourrait, par exemple, mettre en place une taxe sur l’énergie avec redistribution mondiale en raison inverse de la consommation. Ainsi disposerait-on d’une incitation à l’efficacité énergétique et d’un mécanisme transparent de financement en faveur des pays en développement, faiblement énergivores. Plus localement, la taxation des consommations de nature peut, selon les cas – comme pour l’eau – être directe, ou passer par l’instauration de marchés de droits, notamment pour la pêche. Tous les secteurs d’activité (agriculture, forêts, tourisme) seraient concernés, en substitution des charges sur le travail et sur l’outil de travail en forte diminution. Répétons-le, il s’agit de substitution, non d’accroissement. Le coût global de production doit rester inchangé.

Donnez-nous un exemple.

Prenez l’eau. Aujourd’hui, on en gaspille 70 % par évaporation lorsque l’on irrigue une terre par aspersion. Pour limiter ce gaspillage et la surcharge en pesticides et en nitrates qui va avec, on peut mettre en place une taxe. Ou imaginer la création de marchés de droits dans lesquels on remettrait aux agriculteurs le droit à un volume initial. Charge à eux de se vendre des droits d’irrigation. Ils seraient aidés à changer de mode d’arrosage et à économiser l’eau. Ce type de marché de droits pourrait être étendu à l’utilisation des engrais et des pesticides. J’insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’alourdir la facture, mais de renchérir tout ce qui va à l’encontre de l’intérêt général et de favoriser ce qui va dans son sens.

Cela ne sert guère les pays du Sud.

Comme je le disais, un tel basculement des régulations n’a de sens qu’à l’échelle mondiale. Une organisation internationale – l’OME – dont l’objet est de réguler ces taxes et ces marchés de droit est nécessaire. Il faut bien se souvenir qu’aujourd’hui, 2 conflits sur 3 trouvent leurs racines dans des conflits d’accès ou d’usage de ressources renouvelables.

Une ère de chantages écologiques du Sud envers le Nord s’ouvre-t-elle ?

Pas besoin d’aller si loin. Je me souviens d’un congrès de France Nature Environnement, en 2009. Un agriculteur, membre d’une organisation syndicale, disait : « J’ai une zone humide sur mon exploitation que je veux bien ne pas assécher pour faire du maïs, mais il faudra me payer. » Nous sommes entrés dans une possible ère du chantage écologique. Une ère dans laquelle le service écologique trouve sa contrepartie financière – ce qui est très positif –, mais dans laquelle il devient également possible de clamer : « Si vous ne me payez pas, je détruis mes forêts. »

Revenons aux entreprises. Sont-elles plus avancées que la sphère administrativo-politique en matière de compréhension de l’urgence ?

Je ne parlerais pas d’urgence – je laisse cela aux ONG –, mais de priorité. A ma grande surprise, les entreprises ont intégré le souci du devenir du monde vivant. Et plus les jours passent plus ce souci devient pour elles un enjeu majeur. Malheureusement, la sphère politique n’en est pas là. J’ai la conviction – pour être entré en contact avec le plus haut niveau de décision politique – que nos dirigeants ont compris les enjeux et les mécanismes. Mais pour différentes raisons, les priorités ont changé. Ce qui a été fait sur la taxe carbone, par exemple, m’a mis dans une colère qui ne faiblit pas. C’est d’un amateurisme sans nom et une erreur colossale. On ne peut décider puis revenir en arrière. Mieux vaut se taire.

Vous pensez malgré tout pouvoir convaincre nos dirigeants d’agir dans votre sens ?

Ce n’est pas mon sens. C’est celui de l’histoire. Les entreprises l’ont bien compris. Il faut donc faire du billard à trois bandes : passer par le privé pour toucher le public. Et vous verrez que le mouvement s’enclenchera. —

(1) www.oree.org


JACQUES WEBER

Chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), il est aussi membre du comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot et vice-président de l’association « Les petits débrouillards ». Présent au comité scientifique de Natures Sciences Sociétés, de l’International Journal of Sustainable Development, du Journal of Sustainable Agriculture et de Population and Environment.

1946 Naissance à Yaoundé (Cameroun)

1971-1978 Recherches en économie rurale au Cameroun

1979 Découvre les ressources naturelles avec la pêche au Sénégal

1984-1991 Crée et dirige le département d’économie de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer)

1993 Crée l’unité « Gestion des ressources renouvelables et environnement » du Cirad

2002 Directeur de l’Institut français de la biodiversité

Sources de cet article

- « Vers un monde responsable ? », Jacques Weber (Prospective stratégique, août-septembre 2009)
- Un éléphant dans un jeu de quilles : l’homme et la biodiversité, Robert Barbault (Seuil, 2006)
- « Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes », Bernard Chevassus-Au-Louis, Jean-Michel Salles et Jean-Luc Pujol (La Documentation française, Centre d’analyse stratégique, 2009)
- « Intégrer la biodiversité dans la stratégie des entreprises », Joël Houdet (Orée, Institut français de la biodiversité, Natureparif, 2008)
- Prosperity without growth (en anglais), Tim Jackson (Earthscan, 2009)

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les entreprises auront tôt fait de récupérer cette notion d’économie de la nature pour leurs profits. cf la taxe carbone qui engendre beaucoup de désordres dans les populations autochtones. Faudra-t-il un jour payer l’air qu’on respire ? Donc pas d’argent pas de vie ? Weber était un type bien mais il s’était engagé sur une fausse piste.

    10.03 à 11h20 - Répondre - Alerter
  • Je suis heureux de voir l’évolution de la pensée de Jacques Weber qui intégre maintenant dans sa réflexion la fiscalité environnementale. Quand, il y a deux ans, j’avais envoyé un mail pour expliquer la méthode des contributions incitatives à plusieurs experts du comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot, il avait été le seul qui avait eu la politesse de me répondre. Mais sa réponse était teintée de scepticisme.

    Son évolution est donc encourageante car cela prouve que, de manière progressive, les économistes intelligents, dont il fait partie, intègrent l’outil fiscal, longtemps remisé dans la boîte des outils économiques considérés comme dépassés. Il décrit aussi la prise de conscience par les entreprises du de l’intégration du coût environnemental dans leur stratégie.

    Ayant le privilège de réfléchir à cette question depuis bien plus longtemps que lui, je tiens à mettre en avant quelques points de désaccords, points sur lesquels, il aura sans doute l’occasion d’évoluer dans les années à venir !

    J’en vois principalement trois, qui constituent autant de croyances, qu’il va falloir dépasser.

    1-Croire que la fiscalité environnementale doit avoir une dimension internationale, voir mondiale. Il propose par exemple, la création d’une Organisation mondiale de l’environnement qui "pourrait, par exemple, mettre en place une taxe sur l’énergie avec redistribution mondiale en raison inverse de la consommation". Si l’idée est séduisante, elle est malheureusement inapplicable. Dans le vaste jeu concurrenciel de la mondialisation, de nombreux pays auront beau jeu de refuser de la mettre en place, ruinant tout espoir de généralisation.

    Il faut, au contraire, commencer localement, installer des taxations à l’échelle de petites unités politiques (commune, région), mais des contributions incitatives qui apporte une plus-value à ces unités, engendrant la multiplication de ces contributions.

    2-Penser que, pour être efficace, une taxation écologique doit être significative et donc élevée. L’instauration d’une taxe "significative" a des effets pervers démotivants. Elle entraîne des résistances importantes dans l’opinion publique et auprès des entreprises, quoi qu’en dise Jacques Weber, car on craint la perte de "compétitivité" et le jugement d’un électorat qui refuserait l’impôt par principe.

    Il faut, au contraire, instaurer des contributions très petites, minces, symboliques. Mais à la condition de respecter deux principes clés des contributions incitatives :

    - Leur augmentation est prévue, planifiée, connue à l’avance. Cette prévision, déjà imaginé par les promoteurs de la taxe carbone, permet aux acteurs économiques et aux consommateurs, d’anticiper sur leurs achats.

    - les recettes des contributions incitatives servent intégralement à investir dans l’économie verte, dans la catégorie, le secteur dans lesquelles elles ont été prélevé.

    3-Croire que la taxation écologique va entraîner l’abolition des taxes sur le travail : cela "suppose le basculement des régulations, le remplacement e tout ou partie des taxes et charges pesant sur les salaires et sur l’outil de travail".

    Cette vision est erronée et naïve : en plein débat sur les retraites, cela supposerait, par exemple, que l’on finance les futures retraites par une taxation sur l’essence ou la pêche. Cette organisation de la confusion des genres entraînerait tellement d’effets pervers qu’il n’est pas difficile de comprendre que cette idée n’a aucun avenir : elle supposerait que nos retraites dépendent ... de la consommation de pétrole !

    Il faut, au contraire, revendiquer l’idée que la taxation écologique est un nouvel étage de politiques publiques, qui le rend certes, plus complexe. Mais mélanger problèmes écologiques et sociaux serait passer du complexe au compliqué. Il faut éviter le "basculement des régulations", accepter l’idée que la régulation environnementale se suffit à elle-même, possède sa propre logique qu’il faut intégrer.

    Conclusion : La prise de conscience écologique imprègne, petit à petit, tout le corps social. Ce qui est plus difficile, car plus récent, c’est l’acceptation de nouveaux modes de régulation sociales.

    Les réticences qui s’expriment à propos de la fiscalité environnementale proviennent le plus souvent de représentations erronées sur la question. Les avancées intellectuelles de Jacques Weber sur la question prouvent que la réflexion sur la question est en plein bouleversement.

    http://www.fiscalite-environnementa...

    16.06 à 18h20 - Répondre - Alerter
  • Jose Duque : DS Vzla

    Je suis d´accord avec Dr. Weber a propos de la concientisation des entreprises pour la conservation de l ´environnement, nous pouvons voire des entreprises qui si introduissente les perspectives de l´environnment dans leurs stratégies d´affaires, mais dans ce contexte on voit aussi que cette initiative et prises par un minimum des entreprises, dans ce point, la dimension environnemental est plus puissante que toutes les autres dimensionne ensemble, pour cela il est nécessaire un message plus fort vers le secteurs des affaires, il faut plus de coopération entre les uns et les autres, il est necessarire un veritable solidarite, que a mon niveau de connaissance est tres faible. Il est vraiment urgent un changement des strategies des nos relations entre pays, il est necessaire aussi aller plus vite de facon d´arriver avant que tout soit fini !!!

    Jose Duque
    www.iidec.org
    jose.duque76@gmail.com
    Venezuela

    27.05 à 15h23 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité