publicité
Accueil du site > Actu > Conso > J’ai testé : le pressing écolo
Article Abonné
26-01-2011
Mots clés
Consommation
Eau
France

J’ai testé : le pressing écolo

Taille texte
J'ai testé : le pressing écolo
(Illustration : adrien albert - www.leterrier.info/le-terrier-Adrien-Albert-illustrateur.html+)
 
Laver, c’est pas du propre. La faute aux produits débarbouillants. Et si la solution passait par le nettoyage au sable ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 22 - février 2011

Serons-nous tous gros demain ?

« Mimi Cracra, l’eau elle aime ça ! Tant pis si ça mouille, je fais des patouilles. » Toute petite, Mimi m’a appris à dégueulasser mes vêtements en toute impunité. Aujourd’hui, grâce à elle, ma penderie s’apparente à Beyrouth après quinze ans de guerre civile ! Véritable souillon, ennemie jurée du fer à repasser, amatrice de côtes-du-Rhône et de robes colorées, je suis un don du ciel pour les pros du détachage. Sauf que le pressing, c’est moche pour les ressources en eau, la santé du salarié et celle des voisins. Le nettoyage à sec utilise du perchloroéthylène, un solvant qualifié de cancérigène probable. En décembre dernier, une information judiciaire pour « homicide involontaire » a été ouverte à Nice (Alpes-Maritimes) pour éclaircir la mort d’une vieille dame qui habitait au-dessus d’un pressing et dont l’autopsie a révélé des traces importantes de… « perchlo ». Plusieurs ONG ont également demandé l’interdiction du produit. Alors, que fait-on ? On appelle la mère Denis pour qu’elle raboule avec son battoir ? Tsst, tsst : allons plutôt enrichir un pressing écologique.

Ledit pressing signe-t-il le retour de l’artisan détacheur qui s’inspire de produits du terroir pour venir à bout des taches ? Que nenni, on est dans la haute technologie. Des Américains ont développé une sorte de sable liquéfié, le silicone D5 – pour decamethylpentasiloxane – que l’on retrouve parfois dans certains shampooings ou déodorants. Le nettoyeur plonge délicatement vos chiffons dans le D5 avant d’y ajouter des lessives biodégradables pour parfaire le débarbouillage. Selon la société Sequoia qui a obtenu le brevet d’exploitation du procédé GreenEarth pour la France, le D5 – aussi appelé Siloxane – ressemble à un « liquide doux, incolore et inodore ». Il se dégraderait par photosynthèse en soixante jours et à 90 % en sable. Mais rares sont les pressings qui le balancent dans les bois pour vérifier… Ce que Sequoia ne dit pas, c’est que des études sont en cours pour déterminer l’impact environnemental et sanitaire du D5, que le Canada qualifie de « substance préoccupante ».

De la jonquille au poussin

Le pressing Sequoia le plus proche de ma penderie se situant à plus de 20 mn en vélo (il n’en existe que 15 en France), j’ai emmené ma robe jonquille, victime d’un méchant bourgogne, dans un pressing à la devanture nature (c’est-à-dire bleue et verte). « Ici, on recycle nos eaux usées », m’a-t-on assuré. Concernant le « perchlo », le tenancier m’a prévenue : « Euh, la robe est très tachée. » Résultat : le jaune pétant a fait place à une version poussin bien moins glorieuse. Délavée, mais propre ! En revanche, RAS concernant le repassage de la chemise en soie. Reste une énigme : pourquoi est-ce environ 20 % plus cher que dans les pressings traditionnels ? —


Laver plus vert et plus maison

Sequoia reste, à ce jour, la seule chaîne de pressings écologiques en France. Outre l’usage de produits et de méthodes écocompatibles, leurs boutiques recyclent l’eau utilisée et s’éclairent aux LEDs. Si vous vous refusez au pressing, il est possible de se concocter un petit détachant très efficace avant la machine. Dans un verre d’eau, touillez une grande cuillère de liquide vaisselle et une autre de glycérine. Badigeonnez sur les taches et enfournez dans le tambour.
Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste errant dans les sujets environnementaux depuis treize ans. A Libération, mais de plus en plus ailleurs, s’essayant à d’autres modes d’écriture (Arte, France Inter, Terra of course, ...). Il y a deux ans, elle a donné naissance (avec Eric Blanchet) à Bridget Kyoto, un double déjanté qui offre chaque semaine une Minute nécessaire sur Internet.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Visiblement, il y a maintenant d’autres pressing écologiques.
    J’ai relevé l’existence de Ecolo-Pressing et de Aqualogia.
    Utilisent-ils le même procédé que Sequoia ?
    A Terra Eco de prolonger l’enquête !

    18.02 à 19h06 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : Sable

    Il est peu étonnant que ça délave : le sable est abrasif.

    5.02 à 13h36 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité