publicité
Accueil du site > Actu > Le geste vert > J’ai testé : le compostage en ville
Article Abonné
31-01-2010
Mots clés
Recyclage, Déchets
France
Pratique

J’ai testé : le compostage en ville

Taille texte
J'ai testé : le compostage en ville
 
Message au citadin en manque d’odeur d’humus : l’heure du compostage est enfin arrivée ! En bas de l’immeuble, c’est la fête des déchets alimentaires. Règles de bon voisinage bienvenues.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°11 - Février 2010

65 millions de carnivores

« Réduisons nos déchets », me tanne le gouvernement à la télévision, à la radio et dans les pages des magazines. Comme il est hors de question de voir un robot en boîtes de conserves me pister dès que je fais mes courses, je plonge la tête dans ma poubelle. Un tiers de son contenu est fermentescible, soit 120 kg par an. Et c’est les mains pleines de coquilles d’œufs que je m’inscris au cours de « Je composte en ville ». Eh oui, la décomposition au fond du jardin, ce n’est pas uniquement pour ceux qui ont des hectares de terrain.

Maître de séance, Jean-Jacques Fasquel met les points sur les « i » dès le début : « Un compost n’est pas une poubelle de jardin ! » L’art de la fermentation accélérée, ce spécialiste l’a expérimenté dans le jardin de son immeuble, en plein cœur du XIIe arrondissement de Paris. Et pas tout seul dans son coin, puisque 50 familles – 150 personnes – participent désormais à cette œuvre collective. Convaincre ses voisins n’a pas été si difficile. « Apporter son “ bio-seau ” une fois par semaine au composteur, c’est quand même plus marrant que descendre sa poubelle au deuxième sous-sol », glisse-t-il. Après un an d’utilisation, le bac à compost a donné naissance à plusieurs dizaines de litres d’amendement, un humus très fertilisant.

Les bestioles sont mes amies

Mais pour transformer les épluchures en terreau, il ne faut pas rater l’étape cruciale du tri. Car le principe d’une bonne décomposition, c’est le subtil équilibre entre matières carbonées et azotées. Pas de panique et pas besoin des manuels de chimie du lycée : c’est assez simple. Côté carbone : le bouquet de Saint-Valentin fané, les coquilles de ma légendaire soupe aux noix et même l’essuie-tout de la cuisine. De la paille et de la sciure en fond de sauce. Côté azote : les épluchures, les feuilles vertes et même le marc de café puisqu’il est bio. L’os de la côtelette, lui, doit être broyé, mais n’en abusez pas non plus. Quant aux restes de sole à l’armoricaine, gare aux mauvaises odeurs ! En revanche, oubliez la poussière d’aspirateur et la litière de Minouche. « Le compost, c’est l’apprentissage de la modération, il ne faut pas vouloir tout y mettre. Mais c’est aussi un truc de feignant : on laisse faire ! », reconnaît Jean-Jacques Fasquel.

Car composter, c’est aimer tout un tas de bestioles qui vont mâcher le boulot. Les bactéries qui dégradent l’amidon, les champignons qui grignotent la cellulose, les cloportes et les vers eisenia foetida, les rois du compost… Puis d’autres amis pour donner l’alerte. Des moucherons ? J’ai sans doute laissé traîner une peau de banane. Des fourmis ? Damned ! Le compost est trop sec. Une souris ? Il est mal mélangé et des tas de paille se sont formés. L’arme absolue du maître composteur, c’est la « baguette-aérateur ». Bon, OK, un manche à balai fera l’affaire. Remuer le bac, c’est aussi 45 mn d’exercice hedomadaire, que je ne passerai plus à soulever des haltères à la salle de gym en écoutant Britney Spears. —


RENNES, LA PIONNIERE

Rennes s’est lancée dans le compostage citadin il y a une quinzaine d’années. Près de 16 000 bacs ont été installés par la ville et aujourd’hui 17 % des foyers sont équipés. Par ailleurs, plus d’une centaine d’immeubles se sont dotés de composteurs collectifs.

Illustration : Adrien Albert

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Anonyme : Compostage

    Bonjour
    Je trouve cette idée très intéressante. Mais quelles sont les démarches à suivre si on souhaite que des bacs de compostage soient installés dans sa ville ?
    Merci
    Laurence

    4.02 à 09h10 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité