publicité
Accueil du site > Actu > Santé > J’ai testé… la contraception alternative
25-08-2011
Mots clés
Sciences
France

J’ai testé… la contraception alternative

Taille texte
J'ai testé… la contraception alternative
(Illustration : Julien Couty pour « Terra eco »)
 
Moi, j’aime les enfants mais surtout en photo. Pour éviter le berceau à la maison, les solutions ne manquent pas : préservatif, stérilet, pilule… Efficace mais je tique sur la chimie et les contraintes. Examinons les autres possibilités. Pas de la divination, hein. Des méthodes sérieuses !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 28 - septembre 2011

La contre-attaque du nucléaire

Il y a quelques mois, je vous ambiançais sur la méthode idéale pour perdre dix kilos et optimiser son cycle reproducteur (Mais si, le régime Dukan). Cette fois-ci, j’ambitionne d’expliquer comment passer à l’acte sans craindre le mixage de patrimoine génétique. En gros, s’envoyer en l’air sans donner la vie. Attention, ce test se penche sur une méthode de contraception naturelle, garantie sans chimie, ni intrusion physique (ni capote, ni stérilet ne sont concernés). Car on peut être une adepte du « no kid » ET du « no chemicals ». On est chiante ou on ne l’est pas. Donc, farfouillons du côté des alternatives.

Mais d’abord, pourquoi éviter la pilule, qui a tant œuvré pour la libération des femmes, m’objecterez-vous ? Plus de cinquante ans après sa mise au point, elle alimente encore des pages et des pages de revues médicales. Certaines études affirment que, combinée à la clope et aux verres de vin, elle démultiplie les risques de cancer du sein, d’accident cardio-vasculaire, de thrombose veineuse… Dans l’autre camp, on estime qu’elle diminue les risques de kyste ovarien, de fibrome, de cancer de l’ovaire, de l’endomètre, du colon… « Dans le doute… », disait ma grand-mère. Certes, mais l’abstinence, c’est aussi, ce que je veux éviter !

Des œufs dans les testicules

Ce qui me chiffonne aussi, c’est l’impact sur l’environnement de la pilule. Bourrée d’hormones synthétiques, elle perturbe nos amis les poissons. Eliminées par nos urines, ces hormones passent le filtre des stations d’épuration et finissent dans les rivières. Conséquence : les poissons mâles se féminisent, nous disent les chercheurs. Notamment ceux du laboratoire d’écotoxicologie de l’université du Havre, qui étudient ce dérèglement chez les gardons depuis 1998. Ils ont vu des mâles produire des œufs au sein de leurs testicules. Certes, d’autres molécules chimiques pourraient être en cause mais « dans le doute », moi, j’évite la pilule (parce qu’arrêter la miction, ça va être coton).

Avec les méthodes naturelles, on dispose d’une variété de choix. On peut faire comme mémé et pratiquer la technique du retrait. Môssieur se libère où bon lui semble mais pas dans notre appareil reproducteur. Pour des leçons de jouissance alternative, munissez-vous d’un Kamasutra.

Doit-on mentionner la très périlleuse technique du docteur Ogino-Knaus impliquée dans nombre « d’accidents » ? Elle nécessite au minimum des cycles très réguliers et une tête bien faite puisqu’il faut déterminer sa période péri-ovulatoire au doigt mouillé… Autant le dire, elle présente un fort taux d’échec. Moins ragoûtant mais, paraît-il, efficace : la lecture dans la glaire cervicale qui se base sur l’observation de nos sécrétions. Pour ça, je vous laisse chercher sur Internet.

Le TAO, thermomètre assisté par ordinateur

Soufflée par une copine lestée de trois enfants et rétive à la stérilisation, la solution viendrait peut-être d’Allemagne. Il s’agit de la méthode du thermomètre assisté par ordinateur. Il faut d’abord comprendre qu’autour de l’ovulation, il se passe plein de trucs dingues, notamment des écarts de température corporels d’environ 0,5° C. Un ordinateur de poche, appelé le Lady-Comp (pour « computer », pas pour « compulsive », enfin…), prend notre température au centième près.

Au saut du lit, premier geste : glisser sous la langue une pastille reliée à un fil et attendre à peine quelques secondes le verdict de la machine. Durant le premier mois, mieux vaut se protéger d’une autre façon, le temps que l’appareil fasse connaissance avec votre cycle reproducteur. Dans ce cas, il allume sa loupiote orange. Au cycle suivant, dès le milieu du mois (quand le follicule est mûr, pour les pros des menstrues), le voyant passe au rouge pour une dizaine de jours. Traduire : zone fertile, voire ultra-fertile à l’horizon. Gaudriole alternative ou lecture de polars au menu ! Au pic de ma fécondité, le rouge clignote. Ceinture ! Verrouillée à triple tour ! Puis c’est à nouveau le feu vert pour la fête du slip.

Comme il s’utilise chaque jour, ce thermomètre ultra-précis est aussi contraignant que la pilule : à ne pas oublier en voyage, ni au fond du sac. En cas de grosse crève ou de gueule de bois, éviter VRAIMENT de compter sur lui. En dépit de ces écueils, il remplit tous les critères. Sauf qu’il y a un hic : son prix. 495 euros ! « No kid », « no chem », mais surtout « no comment » ! —


Repères

Près de la moitié des Françaises en âge de procréer recourent à la pilule, environ 20 % aux contraceptions barrières (préservatifs, diaphragme) et 18 % au stérilet. Autour de 2 % des femmes fertiles n’utilisent aucun contraceptif et 4 % ont définitivement fermé le ban en ayant recours à la stérilisation volontaire.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste errant dans les sujets environnementaux depuis treize ans. A Libération, mais de plus en plus ailleurs, s’essayant à d’autres modes d’écriture (Arte, France Inter, Terra of course, ...). Il y a deux ans, elle a donné naissance (avec Eric Blanchet) à Bridget Kyoto, un double déjanté qui offre chaque semaine une Minute nécessaire sur Internet.

19 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour connaissez-vous une boutique qui vend le test d’ovulation ?

    7.03 à 14h24 - Répondre - Alerter
  • Pendant la ménopause, la femme dit adieu à ses menstruations mais cette période est accompagnée de plusieurs signes et symptômes de la ménopause pouvant être ressentis différemment selon la femme.

    19.08 à 01h58 - Répondre - Alerter
  • Bon pour l’argumentaire sanitaire : au demeurant l’homme "moderne", la femme "moderne" n’a de cesse de nier les lois de Dieu pour ’on se demande bien pourquoi !) nier en même temps son existence... le problème de fond est quand même la décadence et les effets psychologique sur la machine humaine de la transformation du corps humain en machine à bouffer, à jouir et à tenter de s’auto-satisfaire à tout prix avant de laisser à regret la place aux autres. L’imagerie médicale à démontré depuis un certain temps que dans le cerveau, le pilotage de la reproduction et des plaisirs associé et incompatible avec la créativité... ainsi la pauvreté de l’art contemporain, des écrits etc... c’est en fait un bon de satan pour la destruction de l’homme. Pour ma part j’ai tiré un trait sur ces fariboles et je déplore que la gente féminine supposée libérée acquière une mentalité de soudard sous prétexte d’une supposée émancipation ! Vive les bébé puis la créativité dans les relations sociales en tout cas ! Le sexe c’est dépassé !

    19.07 à 08h18 - Répondre - Alerter
  • aurel : Puritanisme

    Enfin un article sur la contraception avec une problématique qui m’intéresse grandement.
    Bien sûr que ce thermomètre n’a rien d’un contraceptif et l’auteur de l’article le dit plus ou moins en montrant toutes ses faiblesses.
    Mais y en à marre de ces commentaires tous plus puritains les uns que les autres.
    Bien sûr que le problème du SIDA est toujours aussi important mais cet article n’est pas destiné à un public d’adolescents qui déjà eux même sont tellement sensibilisés à la question.
    Faire référence au "pauvre" pays africains comme prétexte pour ne jurer que par la contraception par la pilule c’est tout simplement honteux et hors contexte !
    Et puis êtes vous aveugles pour ne pas vous posez de questions quant au but réel de ces grandes firmes pharmaceutiques qui ne pense qu’à maximiser les bénéfices sur notre santé peu importante les effets secondaires tant qu’ils sont acceptés par la "majorité". Le grand scandale du Médiator et de la complicité de l’État ne vous fait pas un temps soit peu réfléchir.
    Oui il faut continuer à faire de la recherche sur les moyens contraceptifs de différentes natures pour correspondre à la diversité des femmes et cet article participe à cette réflexion et ouvre de nouveaux possibles.

    3.01 à 14h33 - Répondre - Alerter
  • Je suis un peu atterrée par cet article. Une de mes connaissances utilise en effet ce "Lady Comp", mais qui parle d’abstinence pendant les jours "où le voyant clignote rouge" ?
    Pourquoi se priver pendant ces jours là alors que le préservatif et les spermicides ont prouvé leur efficacité ? (il y a toujours des risques, je l’accorde, mais sacrément réduits).

    Et puis à quoi bon utiliser quelque chose qui n’est pas fiable quand on est malade ou qu’on a trop bu la veille ? Une contraception doit pouvoir nous protéger en toute circonstance !

    Mon avis sur la question, c’est qu’on ne parle pas ici de contraception, mais de technique d’abstinence. Alors ma super pilule, je la garde, avec tous les risques que ça comporte.

    28.12 à 11h55 - Répondre - Alerter
    • Je comprends tout à fait ce que tu veux dire...Mais moi qui ais le Ladycomp depuis pas mal d’année je peux te dire que ce n’est pas qu’un moniteur d’abstinence...au contraire,après une pilule qui m’a un peu chamboulé ma libido (ce n’est pas le cas de tout le monde) j’ai redecouvert l’envie et la liberté avec le LC.au début quand c’etait rouge et que j’avais envie, sans contrainte on se protégeait...puis petit à petit,après presque 2 ans, moins on utilisait la capote les jours rouge plus l’abstinence adaptait mes cycles à notre rythme de vie.Je m’explique : tout le monde sait bien que quand c’est rouge (periode fertileà c’est là qu’on en a le plus envie.et quand c’est vert (periode infertile) on n’a pas envie (en gros) et bien après des mois de pratiques où quand c’est rouge je me mets en condition,et mon corps dit non et quand c’est vert idem je me mets en condition (et il y a moyen de faire jouer son imagination ;)) et mon corps dit oui ! je peux ,par experience, vous dire qu’aujourd’hui j’ai conditionné mon corps à la contraception naturelle : quand c’est rouge je ne veux pas et quand c’est vert c’est open bar:p Le petit hic de cette methode et c’est là où les mentalités doivent changer:c’est que le mec joue un grand rôle dans la réussite de cette methode ! il est tout aussi impliqué que la femme ! la responsabilité et partagée ! le plaisir aussi :)

      5.03 à 14h35 - Répondre - Alerter
    • il faut savoir ce qu’on veut dans la vie ! tout choix est un rennoncement ! et ça tant que les gens ne l’accepterons pas, ils ne serons pas épanouis..
      bref moi je l’ai le Ladycomp et je trouve ça genial ! on ne fait pas l’amour H24 7jours sur 7, ça c’est dans les series tv ou dans les fantasme des mecs ;) non on vit en fonction de la nature,de mes cycles,de notre rythme de vie..et c’est parfait.bien sûr qu’il y a des moments où on reve de le faire mais étant dansune periode feconde il faut trouver d’autre solution : faites place à votre imagination:il n’y a pas que la penetration qui donne du plaisir ! et puis rien ne vous empeche de vous protéger les jours rouges :)
      après on ne vous impose rien..mais acceptez que ce genre de methode fasse des heureux !et bien plus que ce qu’on croit ;)

      28.04 à 10h22 - Répondre - Alerter
  • Moi pour la contraception j’utilise toujours la même chose. Je prends la pilule ceraztte. Cerazette me convient car j’ai très peu d’effets secondaires contrairement à ce que je ressenter avec les autre pilules.

    16.09 à 12h37 - Répondre - Alerter
  • Lorsque j’ai lu cet article, j’ai surtout pensé à un gag. Car, comme beaucoup d’autres lecteurs l’ont écrit, de nombreux contraceptifs sont venus en aide aux femmes, notamment contre l’avortement, etc. Mais aussi aux Hommes de manière générale : en effet, comme l’a souligné "juliette_Shi-zen", le préservatif permet AUSSI de se protéger contre les MST telles que le sida (qui fait des ravages dans le monde entier rappelons le)... Dommage que ces avantages aient été omis durant cet article, qui le rend moins crédible et qui finalement ne joue pas sont rôle de prévention...

    Alors, si on veut vraiment parler d’une "contraception alternative 100% BIO", suivez la voix de l’église et prônez l’ ABSTINANCE car l’acte charnel ne serait à utiliser que pour la procréation :-P Ce qui signifie : ceinture de chasteté le reste du temps ^^ avec la bénédiction de son partenaire (unique) sous entendue... (? !)
    Mais, honnêtement, de nos jours, cette solution est extrémiste (mais pourtant très efficace j’en suis convaincue)...

    Conclusion : Ce sujet, qui maintenant ne serait plus un tabou dans notre société, reste quand même à aborder avec beaucoup de précaution car il est très facile d’omettre des choses importantes et une prise de position deviendra toujours source de débat... Car, avant toute chose, nous parlons ici de santé mais aussi de plaisir :-)

    16.09 à 09h22 - Répondre - Alerter
  • bon ben moi j’ai fait le tour des pilules, stérilets, éponges, capotes, crèmes, ovules & Co depuis l’âge de 17 ans et je vais me la jouer radicale à 50 balais, 4 magnifiques (grands) enfants, toujours aussi épanouie, je tourne la page les amies et je vous laisse à vos états d’âme car c’est décidé, pour fin 2011 j’ai programmé l’option médicale de ne plus concevoir, place aux autres :) et vive ma nouvelle vie !

    12.09 à 23h16 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Attention danger ! La chimie n’est pas à chasser systématiquement, on dirait une chasse aux sorcières votre affaire. Le mercure, l’arsenic c’est naturel, est-ce bon pour autant pour l’organisme ?
    Méfions-nous du retour en arrière, il n’était pas bon être une femme au début des années 60, avec la peur d’être enceinte et tous ces avortements clandestins qui ont coûté combien de vies à des jeunes femmes ??
    Vive la pilule ou toute contraception adaptée à chacune. non au retour en arrière.
    Travaillons sur les effets secondaires des médicaments plutôt que de les rejeter dans une bataille d’un autre âge.
    Des millions d’Africains attendent l’accès à des médicaments très chimiques mais très très utiles. Alors réflechissons à ne pas nous tromper de bataille.

    Et puis votre super thermomètre il est rempli d’electronique, comme truc naturel on fait mieux .

    Très belle journée

    12.09 à 11h54 - Répondre - Alerter
  • Bonjour.

    Bon.
    1/ des études / métaétudes très pro et internationales ont prouvé que les problèmes hormonaux dans les rivières ne mettaient pas en cause la pilule. En fait c’est une thèse lancée par le vatican.
    2/ la pilule, oui, contient des risques, comme tout médicament. Oui, si on lit la boite qui va avec il y a de quoi flipper d’avoir un cancer ou des maladies cardiovasculaires. Sur votre boîte de paracétamol, aussi.
    3/ dommage de ne pas, justement parler des capotes (bio, il y en a) qui est le seul moyen de contraception + blocage de mst (tout le monde n’est pas en couple je suis sure que des lectrices seraient ravies d’en savoir plus)
    4/ la méthode du thermomètre ne fonctionne que, je dis bien que (c’est important sinon ça n’a aucune valeur) si on prend sa température toujours à la même heure AVANT de mettre le pied hors du lit.
    5/ "chimique" n’est pas un gros mot, sinon out la mayonnaise et le mélange bicarbonate de soude / vinaigre blanc pour nettoyant bio, ça aussi, c’est chimique, hé oui.

    12.09 à 11h24 - Répondre - Alerter
  • Bonjour.

    J’ai écrit un article sur le sujet dans le shi-zen d’avril dernier (www.shizen-lemag/numero).
    Bon.
    1/ des études / métaétudes très pro et internationales ont prouvé que les problèmes hormonaux dans les rivières ne mettaient pas en cause la pilule. En fait c’est une thèse lancée par le vatican.
    2/ la pilule, oui, contient des risques, comme tout médicament. Oui, si on lit la boite qui va avec il y a de quoi flipper d’avoir un cancer ou des maladies cardiovasculaires. Sur votre boîte de paracétamol, aussi.
    3/ dommage de ne pas, justement parler des capotes (bio, il y en a) qui est le seul moyen de contraception + blocage de mst (tout le monde n’est pas en couple je suis sure que des lectrices seraient ravies d’en savoir plus)
    4/ la méthode du thermomètre ne fonctionne que, je dis bien que (c’est important sinon ça n’a aucune valeur) si on prend sa température toujours à la même heure AVANT de mettre le pied hors du lit.
    5/ "le chimique c’est mal" on en a parlé aussi d’ailleurs, en juin si je ne m’abuse => "chimique" n’est pas un gros mot, sinon out la mayonnaise et le mélange bicarbonate de soude / vinaigre blanc pour nettoyant bio, ça aussi, c’est chimique, hé oui.

    12.09 à 11h20 - Répondre - Alerter
  • Franchement je ne comprends pas le fait d’être rétif à la moindre chimie... C’est très tendance, mais je ne comprends toujours pas. Les progrès de la science sont effacés sous le prétexte d’un gros complot marketing de Sanofi et je trouve cela dommage (il est d’ailleurs probable que lorsque l’on se mettra à croire au complot marketing du bio, ce sera l’extrême inverse, wahou, j’ai hâte).
    Certes on peut refuser la pilule pour soi, mais faire du prosélytisme sur des méthodes qui marchent moins bien, qui sont plus chères et au moins aussi polluantes (lady comp), je ne vois pas l’intérêt...
    Personnellement j’ai un implant et je peux comprendre que certaines n’en veuillent pas, chacune son corps et chacune sa contraception. Mais ce système marche bien avec moi, c’est de la chimie mais aussi et surtout une libération totale... Je n’ai pas besoin de règles pour me sentir femme, ça tombe bien :-)
    http://www.zonezerogene.com/magazine/choisir-de-ne-pas-avoir-ses-regles-ni-peche-moral-ni-danger-medical/18/01/2011/

    12.09 à 08h20 - Répondre - Alerter
  • Pour une sécurité absolue, pourquoi ne pas attendre la ménopause ?

    12.09 à 00h15 - Répondre - Alerter
  • Je viens de lire cet article dans le numéro papier du mois d’Août et les bras m’en sont tombés ! Quand on connait les chiffres d’avortements dû à une contraception défaillante car mal "prise" on se demande quelle inconscience pousse cette journaliste à appeler "méthodes sérieuses" les méthodes de contraception qu’elle recommande...
    Ok, la pilule c’est pas l’idéal, je rejoins l’auteur là dessus.
    Mais évoquer, sérieusement, le retrait (!) ou la lecture dans la glaire cervicale...

    D’autant que mes méthodes de détection d’ovulation (glaires, Ogino, température) ne sont pas contraceptives, elles indiquent les jours d’abstinence recommandés..

    Comment peut on conclure qu’une machine électronique à 495€ dont la fabrication et le recyclage ont un impact certain, une machine qu’il ne faut pas oublier, qui ne marche pas quand on est malade, répond à la demande de l’auteur "je tique sur la chimie et les contraintes".

    Comment peut-elle écarter le DIU (Dispositif Intra Utérin, vrai non du stérilet, qui ne rend absolument pas stérile), existant depuis quelques années aussi pour les femmes n’ayant pas eu d’enfant, qui n’est qu’un morceau de cuivre en forme de T de 4cm de long placé dans l’utérus, (oui, il y en a enrichi aux hormones, mais je ne parle pas de ceux là), qui une fois posé assure une contraception sans aucune contrainte pendant 5 à 10 ans ?
    http://martinwinckler.com/article.p...

    9.09 à 12h14 - Répondre - Alerter
  • Je viens de lire cet article dans le numéro papier du mois d’Août et les bras m’en sont tombés ! Quand on connait les chiffres d’avortements dû à une contraception défaillante car mal "prise" on se demande quelle inconscience pousse cette journaliste à appeler "méthodes sérieuses" les méthodes de contraception qu’elle recommande...
    Ok, la pilule c’est pas l’idéal, je rejoins l’auteur là dessus.
    Mais évoquer, sérieusement, le retrait (!) ou la lecture dans la glaire cervicale...

    Comment peut on conclure qu’une machine électronique à 495€ dont la fabrication et le recyclage ont un impact certain, une machine qu’il ne faut pas oublier, qui ne marche pas quand on est malade, répond à la demande de l’auteur "je tique sur la chimie et les contraintes".

    Comment peut-elle écarter le DIU (Dispositif Intra Utérin, vrai non du stérilet, qui ne rend absolument pas stérile) en cuivre, existant depuis quelques années aussi pour les femmes n’ayant pas eu d’enfant, qui n’est qu’un morceau de cuivre en forme de T de 4cm de long placé dans l’utérus, (oui, il y en a enrichi aux hormones, mais je ne parle pas de ceux là), qui une fois posé assure une contraception sans aucune contrainte pendant 5 à 10 ans ?
    http://martinwinckler.com/article.p...

    8.09 à 09h09 - Répondre - Alerter
  • Merci pour cette contribution, je me permets d’y ajouter mon petit grain de sel. Il existe d’autres méthodes de contraception, par exemple : le stérilet en cuivre, ou un mélange d’huiles essentielles .... :-)

    30.08 à 14h49 - Répondre - Alerter
    • On ne parle presque jamais non plus des spermicides type unidoses Pharmatex, pourtant ça marche très bien, même si, bien sûr, comme le préservatif, il faut les utiliser à chaque rapport. Après avoir eu deux enfants, je les ai utilisées jusqu’à la ménopause sans problème et je précise que je n’avais pas eu de problème de fécondité pour avoir mes enfants car j’ai été enceinte un mois ou deux après avoir arrêté la pilule.

      12.09 à 09h16 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité