publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Immigrés : ce qu’ils rapportent à la France
Article Abonné
22-09-2010
Mots clés
Immigration
Emploi
France

Immigrés : ce qu’ils rapportent à la France

Taille texte
Immigrés : ce qu'ils rapportent à la France
(Illustration : Olivier Marbœuf)
 
La question de l’immigration ne s’envole pas avec les charters. Elle est pointée du doigt à chaque fois que l’on parle retraite, chômage, précarité… « Terra eco » a sorti calculette et experts pour remettre les faits à leur place.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 18 - octobre 2010

La voiture électrique est-elle faite pour vous ?

Un slogan simplificateur : « 3 millions de chômeurs, ce sont 3 millions d’immigrés de trop. » Avec ces mots piqués aux nazis, le Front national affirme que les étrangers prennent le travail des Français et vident les caisses de l’Etat… Las ! Le seul cas extrême des travailleurs sans papiers démontre le contraire : faute de trouver assez de femmes de ménages ou de maîtres-chiens, des milliers d’entreprises françaises cherchent des bras, quelles que soient leur couleur et celle de leurs papiers. Si ceux-ci sont faux, c’est tout bénef pour les finances publiques, qui perçoivent des impôts sans reverser un centime.

Blinder les frontières, voire reconduire les quelque 400 000 clandestins à la frontière, constituerait même une double peine pour l’économie française. Selon toutes les études sérieuses, l’immigration n’est pas une béquille, elle contribue directement à la croissance, l’emploi et l’augmentation des salaires. Ami étranger, voici donc quatre arguments-clé pour ta demande de visa.

1/ « Le sale boulot tu accompliras »

Dans la foulée de la grève des Latinos aux Etats-Unis, le mouvement « 24 heures sans nous » a appelé, le 1er mars dernier, tous les immigrés à ne pas aller travailler. Objectif : montrer que, sans immigrés, des pans entiers de l’économie française seraient paralysés. En 2007, ils représentaient 42 % des salariés dans le nettoyage industriel, et 25 % à 30 % dans la restauration. Lors de la grève des travailleurs sans papiers, la CGT a révélé que le quart des 160 000 agents de sécurité étaient sans papiers, bien qu’un agrément des pouvoirs publics leur soit nécessaire !

Comment cette situation est-elle possible ? Parce que les employeurs peinent à recruter dans les métiers DDD (dégueulasses, difficiles et dangereux). « Sans droit au chômage ou à des prestations sociales, les migrants n’ont pas d’autres alternatives que de travailler, analyse Jean-Christophe Dumont, expert à la division des migrations internationales de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Comparé à leur situation antérieure, un mi-temps payé 600 euros n’est pas dévalorisant, même pour nettoyer des bureaux ou faire caissière 2 heures le matin et 2 heures le soir. Mais pour quelqu’un qui vit déjà ici, qui a des charges familiales et bénéficie d’aides diverses, pourquoi travailler pour gagner 50 euros de plus, alors qu’il devra payer des frais de garde pour ses enfants, son transport, etc. ? Pas étonnant qu’on se retrouve avec des résidents qui n’acceptent plus ces métiers. »

Même son de cloche dans d’autres secteurs plus « nobles » : de nombreux hôpitaux seraient sur le flanc sans leurs praticiens étrangers, moins bien payés que les Français, mais prêts à faire des gardes de nuit et à vivre dans des petites villes.

2/ « Délocaliser sur place tu permettras »

Selon l’anthropologue Emmanuel Terray, la main-d’œuvre étrangère – clandestine ou non –, est « un réservoir de flexibilité » : elle permet à la fois de « délocaliser sur place » des secteurs non délocalisables (BTP, services à la personne), et d’« amortir les crises », car les précaires sont les premiers licenciés. « Résultat : le taux de chômage des étrangers est le double de celui des natifs, mais comme ils ne votent pas… » Les politiques d’immigration restrictives, qui n’empêchent jamais les gens de circuler mais leur rend la tâche plus compliquée, auraient en outre l’avantage d’entretenir une « armée de réserve » clandestine et corvéable à merci.

Faut-il donc ouvrir davantage les frontières ? Non, répond Geneviève Roy, vice-présidente de la CGPME, la confédération des petites et moyennes entreprises. « Nous avons 3 millions de chômeurs et 300 000 emplois non pourvus. On doit répondre à cette inadéquation par la formation et par de meilleures conditions de travail. Ainsi, la restauration a diminué ses horaires, augmenté les salaires et créé une mutuelle. » Le syndicat patronal condamne par ailleurs la « distorsion de concurrence » générée par l’exploitation de sans-papiers par certains employeurs.

3/ « A la Grandeur de la France tu contribueras »

Non seulement les immigrés ne mangent pas le pain des Français, mais ils donnent du grain à moudre : 0,2 point de croissance pour 100 000 entrées, et un emploi créé pour une arrivée, selon l’économiste Joël Oudinet. « Les résultats qu’on retrouve dans tous les pays d’accueil sont contraires aux idées reçues véhiculées par beaucoup de nos hommes politiques, estime-t-il. Les immigrés ne mettent pas au chômage les Français, car ils occupent des emplois complémentaires, moins qualifiés. Même si un maçon français se retrouve en concurrence avec un turc, le prix des maisons va baisser, et donc accroître les revenus globaux, qui vont ensuite alimenter la consommation et l’emploi. »

Avec sa politique d’ « immigration choisie », la France voudrait limiter les entrées aux plus talentueux. « Mais les immigrés très qualifiés ne viennent pas chez nous à cause de l’opposition absurde entre immigration de travail et immigration familiale, analyse le philosophe Michel Feher, du collectif « Cette France-là ». Ils ne veulent pas rencontrer d’embûches au moment de faire venir leurs femmes et leurs enfants, ou de faire renouveler leurs papiers. » A l’arrivée, les effets de l’immigration sur l’économie sont donc « plus modestes en France que dans d’autres pays pour la raison simple qu’on accueille moins d’immigrés (étrangers nés à l’étranger, ndlr) », juge Jean-Christophe Dumont, de l’OCDE. Ils ne représentent que 8,5 % de la population, contre 13 % en Allemagne ou 14 % en Espagne, même si l’opinion publique a l’intuition contraire car elle ajoute aux 5 millions d’étrangers les “ deuxièmes générations ” nées en France. » L’Hexagone est même en queue de peloton des pays riches pour les arrivées d’immigrés. Le mythe de l’invasion a du plomb dans l’aile.

4/ « Les finances publiques tu renfloueras »

L’immigration coûte 27 milliards d’euros à l’Etat, selon Jean-Paul Gourevitch, du quotidien Le Cri du contribuable. Le hic, c’est que le calcul de cet essayiste n’a rien de scientifique, signale Michel Feher, : « Jean-Paul Gourevitch “ oublie ” de compter parmi les contributions des travailleurs immigrés les cotisations patronales payées par leurs employeurs, soit 60 % des cotisations aux organismes publics de protection sociale ! Il inclue en revanche dans les coûts les frais occasionnés par la non-régularisation des sans-papiers (expulsion, contrôle des frontières, etc.). » Ces dépenses sont évaluées à plus de 2 milliards d’euros par « Cette France-là », mais à seulement 232 millions d’euros par le ministère de l’Immigration. Pour dissiper ce flou, un audit sur la politique migratoire a été lancé par 20 parlementaires de toutes tendances, avec les chercheurs de « Cette France-là ». Selon l’économiste Joël Oudinet, premier auditionné, pas de doute, « les migrants sont contributeurs nets au budget de l’Etat. Ils déboursent plus en impôts qu’ils ne reçoivent de prestations sociale. Ils arrivent déjà formés, et sont peu représentés parmi les plus de 65 ans, qui “ coûtent ” le plus en dépenses de santé, car beaucoup rentrent dans leur pays d’origine pour leur retraite. »

L’immigration est ainsi un efficace anti-rides. Selon le Conseil d’orientation des retraites (COR), augmenter les entrées de 50 000 personnes par an réduirait le déficit des régimes de retraites d’un demi-point de PIB (de 1,75 à 1,25). « Ce n’est pas négligeable, et pourtant le COR ne joue pas sur cette marge de manœuvre dans ces prévisions, qui tablent sur 100 000 entrées par an », s’étonne Joël Oudinet. C’est un choix « politique », comme celui de ne pas calculer précisément les bénéfices de l’immigration contrairement à d’autres pays, estime Michel Feher. « L’immigration ne va pas empêcher le vieillissement de la France, mais elle peut ralentir le processus, et apporter du dynamisme culturel et économique. » « La France a tout à gagner à une politique plus ouverte », conclut Jean-Christophe Dumont, de l’OCDE. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Courageux cet article qui a le mérite de présenter d’autres aspects de l’immigration. Comme l’Allemagne, la France et de nombreux pays européens ont besoin d’immigrés. Si l’on peut souhaiter de leur faciliter l’intégration par l’obligation d’apprendre la langue ( a condition que ces cours soient gratuits), les politiques de gauche comme de droite ont peur de justifier le besoin d’immigrés à cause de la présence du Front national et de ses thèses simplistes et dangeureuses, mais aussi parcequ’il existe en France au moins 10 à 15% de gens racistes et de nombreuses désinformations.

    Merci pour cet article et je pense qu’au moment des élections de 2012, il serait bon de rendre votre article encore plus documentés en chiffres et avis d’experts.

    Sincèrement.

    28.12 à 10h21 - Répondre - Alerter
  • victorj : Contradiction

    Ce n’est pas parce que les entreprises françaises ne parviennent pas à mobiliser les 3 millions de chômeurs français qu’il est légitime de faire appel à l’immigration et de laisser ces 3 millions demeurer à la charge du contribuable.

    Par ailleurs, certaines entreprises, qui ne peuvent délocaliser (bâtiment, restauration, nettoyage...) choisissent, en effet, ces salariés sans papiers afin de ne pas avoir à respecter un droit du travail trop contraignant. Quant aux salariés français, soit ils acceptent une baisse de leurs conditions, soit ils perdent le job au profit des immigrés qui participent, par leur concurrence déloyale, à tirer les salaires français vers le bas. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les ouvriers français se sentent mieux représentés par la droite nationale car elle seule représente désormais leurs intérêts de classe...

    Dans tous les cas, on ne peut pas déplorer le chômage élevé des immigrés et en même temps prétendre qu’ils participent à l’économie du pays. Ainsi, l’article met sur le compte des immigrés les cotisations patronales alors que ce ne sont pas eux qui les paient et alors qu’elles auraient été payés si des travailleurs français avaient été embauchés à leur place. Quant à la proportion d’immigrés, elle n’est que de 8,5% si on ferme les yeux sur les multitudes de personnes qui ont acquis automatiquement la nationalité sans avoir fait l’effort de s’assimiler et qui échappent donc à ces statistiques.

    Les faits sont têtus et les français, outre l’effet néfaste sur leur économie, perçoivent bien l’hostilité croissante que manifestent les immigrés et leurs descendants à leur égard, hostilité qui se manifeste par une sur représentation dans la délinquance (à conditions sociales identiques) et qui s’explique par un mode de vie et une culture incompatibles avec notre civilisation.

    Chacun a le droit de rêver à un monde métissé où tous fraterniseraient. Hélas ce rêve de bisounours est en train de se transformer en cauchemar brésilien...

    30.09 à 14h14 - Répondre - Alerter
    • Comment, vous, démographe, pouvez affirmer des choses aussi grossières. Vous faites un amalgame systématique entre immigrés et sans papiers. Dois-je vous rappeler qu’un immigré ( ou celui que l’on assimile comme tel bien que présent sur notre territoire parfois depuis plusieurs générations) a souvent des papiers.
      Comment un démographe peut-il affirmer que "leur culture" n’est pas compatible avec la nôtre. Qu’il y a plus de délinquance chez eux ( c’est qui eux ?) que chez nous ??? à conditions sociales égales... Comment pouvez-vous affirmer de telles choses alors même que les statistiques ethniques n’existent pas en France. Vous contribuez largement à diffuser des idées comme si elles étaient des faits. Ces idées sont en train d’envahir notre pays et rendent en ce moment l’atmosphère irrespirable.

      7.10 à 09h39 - Répondre - Alerter
    • Et je m’étonne pour ma part qu’un potentiel sympathisant du Front National lise Terra Eco...

      16.10 à 10h09 - Répondre - Alerter
      • Jean-Christophe : Ils sont partout

        Je parle bien entendu des sympathisants (ou militants) de la droite extrême. Ils hantent les forums (du Monde à terra Eco, en passant par Yahoo bien sûr...) et sont beaucoup plus actifs que les démocrates, qui eux agissent en pleine lumière.

        Mais l’article prête le flanc à la critique en évoquant ce "réservoir de main d’oeuvre taillable et corvéable à merci". Personnellement je ne souhaite pas que nous maintenons dans une situation de "sous-précarité" des hommes et des femmes du Sud, pour le seul motif qu’ils serviraient de "régulateur" à notre économie capitaliste...

        Le fond du sujet c’est selon moi que les immigrés sont désormais indispensables à nos sociétés vieillissantes, ils apportent leur démographie et leurs bras, mais aussi ils consomment, évitent les fermetures d’écoles en y scolarisant leurs enfants, et nous ouvrent les yeux sur "ailleurs".

        Sans immigrés, notre nation se répartirait progressivement entre "Hespérides" de luxe et mouroirs pour les pauvres (selon ce que MM Fillon et Woerth auront bien voulu nous laisser comme retraite) ; Vivre "entre gaulois" avec la moitié de la population de plus de 60 ans, Vercingétorix doit se retourner dans sa tombe, lui qui a vécu une des époques de métissage les plus intenses sur notre sol !

        PS : et vive la censure quand elle empêche les racistes de parler : pas de Liberté pour les ennemis de la Liberté

        19.10 à 21h29 - Répondre - Alerter
    • Il ne faut pas être trop regardant sur la logique de l’argumentatrion pour prétendre que les cotisations patronales versées au titre du travail des salariés immigrés n’est pas dû à leur activité ! Votre raisonnement : si l’emploi était tenu par un français les charges seraient tout de même versées. Avec des si, le FN serait au pouvoir. La vraie question, c’est : si l’immigré ne s’en chargeait pas, ce boulot serait il effectué ici ? En réalité, tout un pan de notre économie, en zone grise, ne tient le coup que parce que les immigrés le font vivre en acceptant des conditions dégradées, voire dégradantes. Nous pouvons ainsi préserver nos conditions et nos statuts privilégiés dans le secteur régulier, où ils ne sont admis qu’à la marge. Vous croyez qu’en les mettant à la porte (à quel coût ?) vous pourrez donner leurs emplois à des chômeurs. Mais c’est jeter le bébé avec l’eau du bain. En les excluant, vous ne feriez que ruiner les secteurs qu’ils tiennent à bout de bras et augmenter le chômage.

      22.04 à 11h07 - Répondre - Alerter
  • Jean-Louis ALONSO : Demographie

    Ils semblerait aussi qu’ils contribuent (étude allemende) à relever le taux de natalité en Allemagne et je le suppose en France

    Jean-Louis ALONSO
    http://carnets-de-voyage.over-blog.fr/

    24.09 à 12h52 - Répondre - Alerter
  • Eudoxie JANTET : Cas de la Guyane française

    En Guyane française la population immigrée représente aujourd’hui 37% de la population totale de ce bout de France en Outre-mer. Beaucoup de nationalités différentes sont attirées par ce soit disant Eldorado vert : brésiliens, haïtiens, surinamais, guyaniens, péruviens, dominicains ou encore chinois (et la liste ne saurait être complète) se pressent aux frontières pour espérer des jours meilleurs. Cependant, la réalité est dure, de plus en plus dure même, surtout depuis que l’OFII (l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) conditionne l’obtention ou le renouvellement des cartes de séjour à l’obtention du DILF (Diplôme Initial de Langue Française). Mais une fois le fameux papier en poche, point de grand salut en perspective, sinon des petits jobs de ci de là. Femme de ménage ou revendeuse sur le marché ou jardinier pour les haïtiennes et haïtiens, serveuses ou employés du bâtiment pour les brésiliennes et brésiliens, serveuses pour les dominicaines, pêcheurs pour les guyaniens, femmes de ménage pour les péruviennes ou commerçants pour les chinois. Voire même prostituées pour certaines brésiliennes ou dominicaines. En outre, les nombreux bidonvilles du chef-lieu Cayenne et de ses alentours rappellent chaque jour combien le rêve de fortune n’est qu’une illusion perdue d’avance. La Guyane n’est pas un eldorado, mais bel et bien une plaque tournante et absorbante des flux migratoires sud-nord dans un contexte dont on ne sait plus très bien s’il est franchement du sud ou du nord.
    Pour lire un portrait d’une revendeuse haïtienne, c’est ici sur ce même site : http://www.terra-economica.info/Jea...

    24.09 à 02h59 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité