publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > « Il faut remettre en cause notre stratégie énergétique »

« Il faut remettre en cause notre stratégie énergétique »

Taille texte
« Il faut remettre en cause notre stratégie énergétique »
 
Pour le directeur d'Enercoop, un nouveau modèle énergétique est possible, basé sur une énergie renouvelable et citoyenne. Tribune.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Chaque jour, les médias nous amènent une mauvaise nouvelle supplémentaire venue du front japonais : secousse sismique, fuites et ressemblance de plus en plus ténue avec le triste précédent de Tchernobyl, qui fêtera ses 25 ans dans quelques jours. Pendant ce temps, la France, héraut du tout nucléaire, plaide encore et toujours pour l’atome, présentant celui-ci comme solution unique et incontournable à la crise énergétique.

Cette position n’est que la suite attendue d’une année 2010 qui a vu les évolutions réglementaires freiner le développement des énergies renouvelables, aux vertus pourtant multiples. D’un point de vue écologique et sanitaire, leur impact est négligeable et en tous cas maîtrisé. Au-delà, leur compétitivité économique à court et long terme est pour certaines d’entre elles déjà démontrée (hydraulique, éolien), et potentiellement forte pour les autres (petit éolien, photovoltaïque et biomasse), pour peu que l’effort soit maintenu pour lancer les filières.

A contrario, la loi Grenelle a imposé des contraintes supplémentaires sur l’éolien, conduisant à l’abandon de nombreux projets, le soutien au photovoltaïque a baissé drastiquement et l’énergie nucléaire a été imposée comme seule énergie de référence pour les fournisseurs alternatifs dans le cadre de la loi fixant les Nouvelles Orientations du Marché de l’Energie.

Pourtant, un mois après l’accident de Fukushima dont l’issue, déjà grave, comporte toujours une inconnue majeure, il est temps de remettre en question notre modèle énergétique. Et de s’ouvrir enfin à des solutions alternatives.

Le modèle Negawatt, reposant sur le triptyque énergies renouvelables, économies d’énergie et efficacité énergétique gagne aujourd’hui en crédibilité dans les média et l’opinion. Des initiatives concrètes, citoyennes et locales, basées sur cette formule, font leurs preuves en Europe. Ainsi, Ecopower, née en 1995, fournit de l’énergie exclusivement renouvelable à des consommateurs qui investissent en même temps, via la coopérative, dans les moyens de production qui les fournissent. Greenpeace Energy, en Allemagne, fonctionne sur le même principe.

Dans la même lignée, Enercoop propose une solution basée sur la fourniture d’électricité 100 % renouvelable, l’investissement collectif dans des moyens de production renouvelables et locaux, et l’offre de services d’aide à la maîtrise de la consommation.

Il est urgent de construire ensemble un modèle impliquant chacun dans une démarche nouvelle. Notre salut énergétique doit s’articuler autour de deux impératifs : les énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie. À cela, il n’existe pas d’alternative.

Patrick Behm, directeur d’Enercoop

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Directeur de Enercoop

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,je suis etudiant e0 l e9cole nomrlae supe9rieure, et maintenent je suis arrive9 e0 la fin du cours on m’a demande9 de re9aliser un portfolio professionnel sur l’enseignement en choisissant un des objectif du mille9naire pour le de9voppement. J aurais aime9 soliciter votre aide sur ce sujet.veuillez recevoir monsieur mes salutations anticipe9es

    9.07 à 05h33 - Répondre - Alerter
  • Il semble souvent acquis à beaucoup de ceux qui s’expriment sur le sujet que faire des économies d’énergie est quelque chose de simple.
    Nous sommes tous d’accord, diminuer notre consommation d’énergie est nécessaire.
    Mais faire croire à monsieur et madame tout le monde qu’il s’agit d’une action simple n’est pas très honnête à mon sens.
    Car l’idée n’est pas de faire 5 ou 10% d’économie d’énergie. C’est mieux que rien, c’est un pas dans la bonne direction, la terre nous le rendra, etc. Mais pour contrebalancer la hausse du coût de l’énergie liée à un retrait du Nucléaire et à une meilleure exploitation du mix-énergétique, les économies à envisager sont de l’ordre de 30 à 40%.
    L’augmentation de la facture d’électricité en passant chez un opérateur alternatif, comme Enercoop par exemple, est elle même de l’odre de 20 à 30%.
    Bref, changer pour une énergie plus propre revient plus cher et impose des économies drastiques pour maintenir une facture à peu près constante pour monsieur et madame tout le monde (encore eux).
    Et économiser 30% d’énergie sur une année impose d’autres remises en question que le simple fait de vérifier qu’on a bien éteint la lumière derrière soi ou qu’on ne laisse pas les équipements électriques de la maison en veille.
    Dans beaucoup de cas, cela devra nécessairement passer par l’isolation de l’habitat, une remise aux normes électriques, et d’autres travaux d’importance, et qui coûteront cher. Ils grèveront un peu plus les revenus des particuliers propriétaires de leur logement. Et les locataires, pour leur part, ne pourront rien faire et se contenteront souvent de juste voir leur note d’électricité augmenter avec le temps.

    Bref, des efforts sont nécessaires, mais arrêtons de faire croire que faire des économies d’énergie est quelque chose de simple et d’indolore. Seule l’idée est simple.
    Faire des économies d’énergie est douloureux, encore plus pour ceux qui ne sont pas préparés à vouloir en faire.

    27.04 à 18h21 - Répondre - Alerter
  • Pour anonyme

    plus il y aura d’adhérent mieux ce sera,
    je ne suis pas sur que l’on puisse définir un seuil
    par contre motivons notre entourage, parlons de notre engagement, de la facilité avec laquelle on peut changer d’opérateur : 10 mn sur internet, que ce soit pour Enercoop ou éventuellement une autre offre 100% renouvelable (tout le monde n’a pas les moyens de financer les producteurs EnR en plus de la fourniture de kW), c’est cela qui fera bouger les choses, un afflux rapide de nouveaux adhérents aux offres 100% vertes peut aussi être un signal significatif.
    Autre signal : une baisse des consommations, on peut tous faire quelques efforts qui cumulés montreront que l’on peut sortir du gavage énergétique que nous vivons aujourd’hui. Cela enlèvera la justification de besoin nucléaire nouveau.
    Les urnes sont également un autre moyens.
    En résumé il y a le choix, toute action même minime de chacun enverra des signaux à nos décideurs.
    Alors AGISSONS chacun à sa manière et selon ses moyens mais AGISSONS.

    Un nouvel adhérent Enercoop
    j’hésitais depuis longtemps à changer, les derniers événements m’ont fait mettre mes actes en accord avec mes opinions, Pourquoi pas VOUS ?

    21.04 à 23h49 - Répondre - Alerter
  • << Notre salut énergétique doit s’articuler autour de deux impératifs : les énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie. À cela, il n’existe pas d’alternative. >> ??

    Notre salut doit s’articuler autour de trois impératifs intégrés : l’adéquation progressive et volontaire/démocratique de la consommation par tête (y compris d’énergie) et du niveau de la population à une politique globale de respect de l’environnement qui favorise grandement la biodiversité.

    Celà veut dire que, durant la phase de transition, notre stratégie nationale ne sera pas un élément indépendant de ce que fera le reste du monde. Bien au contraire, le reste du monde peut constituer une contrainte à intégrer.
    Celà signifie aussi que nous devrons changer drastiquement de mode de vie, y compris la structure de nos villes. Pour ce faire, certaines des valeurs qui nous ont amené dans l’impasse devront céder le devant de la scène à d’autres valeurs qui nous permettront de vivre dans un "autre monde". Ce qui nous a toujours paru juste et bon devra céder le pas à un autre juste et bon.

    20.04 à 23h28 - Répondre - Alerter
  • Bonjour Monsieur BEHM,
    Nouvelle adhérente d’ENERCOOP, je viens d’assister hier à une conférence-débat à NANTES sur les énergies renouvelables. J’ai posé la question de savoir le nombre d’adhérents (j’ai cru lire quelque part qu’il s’agissait de 4.400) et à partir de combien le chiffre serait susceptible de faire réfléchir les pouvoirs publics. Pourriez-vous répondre à cette question ? (à laquelle personne n’a su me répondre parmi les intervenants, à savoir : VIRAGE ENERGIE CLIMAT, ALISEE, ATTAC 44). Merci d’avance.

    Martine

    20.04 à 10h36 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité