publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Hulot, Arthus-Bertrand et Al Gore au banc d’essai
7-10-2009
Mots clés
Chronique

Hulot, Arthus-Bertrand et Al Gore au banc d’essai

Taille texte
Hulot, Arthus-Bertrand et Al Gore au banc d'essai
 
Le syndrome du Titanic, film de Nicolas Hulot et Jean-Albert Lièvre, sort ce mercredi 7 octobre en salles. Petit comparatif (très subjectif) avec les documentaires de deux autres poids lourds de "l'écologie grand écran" : Yann Arthus-Bertrand (Yab) et Al Gore.
SUR LE MÊME SUJET

Le procédé filmique

-  Al Gore , "Une vérité qui dérange" : magistral, c’est la Terre vue d’une salle de conférence.
-  Yann Arthus-Bertrand , "Home" : aérien, c’est la Terre vue du ciel pendant 94 minutes.
-  Nicolas Hulot , "Le syndrome du Titanic" : ras-du-sol, c’est la Terre vue de la Terre, souvent filmée depuis un trottoir (à Lagos ou à Los Angeles).

Le message

-  Al Gore  : vous êtes est un peu dur de la feuille, mais ça va finir par rentrer !
-  Yab  : on est mal barré, mais même défigurée, que la terre est belle !
-  Hulot  : si vous n’êtes pas né(e) écologiste, vous allez le devenir !

La séquence que l’on retiendra

-  Al Gore  : la fameuse courbe des émissions de CO2 sur 1000 ans qui explose sur les 50 prochaines années et que Al Gore suit du doigt, perché sur un charriot élévateur.
-  Yab  : les images de déforestation en Indonésie pour faire place l’industrie de l’huile de palme.
-  Hulot  : l’ambiance de fin du monde dans les bidonvilles de Lagos, ou les femmes himbas, peuple nomade de Namibie, faisant leurs courses au supermarché.

Et celle qu’on ne retiendra pas

-  Al Gore  : les animations à deux dollars sur la fonte des glaces...
-  Yab  : il y en a beaucoup, vu du ciel tout est plat !
-  Hulot  : mais que viennent donc faire ces Japonaises excentriques en plein milieu du film ?

L’impact du film

-  Al Gore  : un an après sa sortie, le film avait rapporté 49 millions de dollars (rentrant dans le top 5 des plus gros scores réalisés par un documentaires aux États-Unis), et le DVD s’était vendu à 1 million d’exemplaires. 750 000 spectateurs l’ont vu au cinéma en France, un exploit pour une conférence filmée ! Au delà des chiffres : avec son film, Al Gore a flingué Bush, mais il lui reste encore à convaincre bon nombre d’Américains qui restent "illettrés du climat".
-  Yab  : "Home", financé à hauteur de 10 millions d’euros par le groupe PPR (anciennement Pinault-Printemps-Redoute), a bénéficié d’une distribution inédite, gratuite et massive : 9 millions de téléspectateurs sur France 2 , 160 000 entrées au cinéma, plus de 3 millions de vues sur Youtube pour la version anglaise et près de 2 millions pour la version française, sans parler des DVD... Au-delà de ces chiffres, on attribue à Yab un autre succès : la percée d’Europe Écologie aux dernières élections européennes (dont le scrutin s’est tenu 36 heures après la diffusion de son film à la télé).
-  Hulot  : il est bien sûr trop tôt pour dire si le film va marcher, mais il bénéficie d’une bonne promo dans les médias (de GQ à Drucker). Vu la tonalité du film, il est peu probable qu’une grande chaîne de télévision se risque à le diffuser à 20h30, mais tout dépendra du succès qu’il rencontrera en salles. Au-delà des chiffres : avec ce film, Nicolas Hulot parfait sa stature d’écologiste le plus populaire de France, au grand dam de Claude Allègre.

Le titre de leur prochain film

-  Al Gore  : "Un Président qui déchante", si Obama ne se montre pas à la hauteur sur l’enjeu climatique.
-  Yab  : "Home 2 - Mars vu du ciel", la Terre est devenue trop petite pour lui.
-  Hulot  : "Partageons les richesses, sinon ça va péter", c’est plutôt la planète Marx qu’il pourrait explorer dans son prochain film.

Si vous ne deviez n’en voir qu’un ?

A vrai dire, les trois films se complètent assez bien et s’adressent à des publics différents, Home étant sans conteste le plus "grand public" de tous. Mais la puissance du message et la charge émotionnelle du "Syndrome du Titanic" ne laissent pas indifférent, même si la candeur d’un Nicolas Hulot, qui semble parfois découvrir l’état de la planète du haut de ses 54 ans, peut agacer les militants de la première heure.

Les autres films (sur le changement climatique)

- The Age of Stupid réalisé par Franny Armstrong , sorti le 21 septembre dernier, mais peu diffusé en France
- Nous resterons sur Terre réalisé par Pierre Barougier, Olivier Bourgeois, sorti le 8 avril dernier
- La 11ème heure, produit par Leonardo DiCaprio, sorti en janvier 2008
- No impact man, réalisé par Laura Gabbert et Justin Schein, sorti aux États-Unis le 4 septembre dernier

Et les films auxquels vous avez (heureusement) échappé

- "Clear Planète" par Nicolas Sarkozy
- "Une vérité qui dérange" par Dominique de Villepin
- "Les neiges du Kilimandjaro sont éternelles" par Claude Allègre

A lire et à voir aussi sur Terra eco :
- Chronique : Nicolas Hulot ou la raison du plus sobre
- Vidéo : Hulot durcit le ton avec Le syndrome du Titanic
- Entretien avec Nicolas Hulot : Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux"
- Portrait : Yann Arthus-Bertrand, 6 milliards d’autres et lui, et lui et lui
- Dossier : Climat, vous n’avez encore rien vu

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité