publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Huit gouttes à suivre
Article Abonné
2-07-2010
Mots clés
Eau
Monde

Huit gouttes à suivre

Taille texte
Huit gouttes à suivre
(Nicky Bonne - Redux-Rea)
 
A la découverte d'initiatives, d'innovations et d'hommes pour qui l'eau est source de changement.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Eau : le luxe de demain"

A QUAND LA CITERNE OBLIGATOIRE ?

En Belgique, la citerne d’eau de pluie prend ses aises. Dans la région de Bruxelles et en Flandre, elle est devenue obligatoire pour les nouvelles constructions et la rénovation d’immeubles. Ces citernes restent encore confidentielles en France, pourtant l’eau distribuée dans l’Hexagone augmente de manière forte et continue : +38% entre 1995 et 2005.

DE QUOI METTRE DE L’EAU DANS SON VIN

Un excellent cépage, un emplacement idéal, du soleil (mais pas trop pour ne pas exploser le taux de sucre), voilà les recettes pour faire un bon vin. Et l’eau ? Etrangement, il n’existait pas encore d’outil pour contrôler les besoins des ceps. Thibaut Scholasch et Sébastien Payen, deux Français, ont créé la société Fruition Sciences et grâce à leur technologie, neuf exploitants de la Napa Valley, l’eldorado de la viticulture californienne, ont réalisé de substantielles économies d’eau. Le principe ? Des capteurs placés sur le cep qui envoient par wifi le taux de transpiration de la plante. Les chiffres sont alors mixés avec les données météo et le viticulteur peut adapter l’irrigation de ses terres. Et en cas d’incident météo ou de grosse soif du raisin, il est même prévenu par SMS ou e-mail.

RESSUSCITER LA MER MORTE

Située entre Israël, Jordanie et Territoires palestiniens, la mer Morte constitue un enjeu géopolitique majeur. Mais le lac le plus salé au monde – 33 % de salinité – s’assèche à cause d’une pression démographique galopante. Voici pourquoi le cabinet new-yorkais d’architecture Phu Hoang a lancé le projet « No Man’s Land », une série de trois îles artificielles. La première fonctionnerait comme une usine à eau douce en attrapant les molécules en suspension dans l’humidité de l’air ambiant. Les concepteurs ont aussi imaginé des bassins de purification et des installations qui permettraient de produire de l’énergie grâce la différence de salinité entre eau de mer et eau douce. Ne reste qu’à se divertir sur les deux autres îles censées produire de l’énergie solaire et surtout abriter des bases de loisirs !

EN ESPAGNE, L’EPURATION MAISON

De l’eau en circuit court, c’est ce que propose l’entreprise espagnole HBiO. L’idée : traiter les eaux «  grises  » – les «  noires  » continuent à prendre le chemin de la station d’épuration – issues des éviers, des douches et des machines à laver et les réinjecter dans la tuyauterie. Elles sont alors réutilisées pour les sanitaires, les lave-linge ou l’arrosage. A l’arrivée, une économie sur la consommation d’eau de 50 % selon les concepteurs du système. Seule contrainte : la technologie de HBiO doit être prévue et installée dès la construction de l’immeuble. La première mini-station a été installée dans les locaux sévillans de l’entreprise Befesa, spécialisée dans… la gestion de l’eau.

PHNOM PENH, LA VILLE OÙ IL FAIT BON BOIRE

Ek Sonn Chan est un héros de l’eau. A la tête de la Régie des eaux de Phnom Penh depuis 1993, cet ingénieur a révolutionné le service d’approvisionnement en eau de la capitale cambodgienne. Il a mis fin aux raccordements illégaux, à la corruption des employés, aux factures non honorées et surtout à la détérioration du réseau. Aujourd’hui, tous les habitants de la ville – plus d’un million et demi – disposent d’un accès à l’eau potable 24 h sur 24 et d’un compteur.

ROBERTO EPPLE : LE GUERRIER DES FLEUVES

Roberto Epple, 64 ans, préside aux destinées de deux associations : l’European Rivers Network (ERN) et Loire vivante. A ce titre, cet économiste et hydrobiologiste de formation a été distingué par la fondation Ashoka qui soutient les entrepreneurs sociaux. La mission de l’ERN est de lutter pied à pied pour la protection des 50 bassins fluviaux européens, en y associant la population, les industriels et les autorités locales. « Mais je suis inquiet face aux nouveaux défis qui nous attendent, confie Roberto Epple. Le changement climatique diminue le débit des fleuves. Les hommes ont construit beaucoup de barrages qui restreignent la circulation de l’eau. »

ET DU SOLEIL NAQUIT LA PURETÉ

Des containers blancs pourraient bien changer le quotidien de millions de gens. Fonctionnant à l’énergie solaire, chaque unité a la capacité de convertir chaque jour 100 000 litres d’eau saumâtre et 50 000 litres d’eau de mer en eau potable de haute qualité. Grâce à cette technologie de membrane combinée à des panneaux solaires, Swiss Inso pourrait devenir le principal fournisseur mondial d’eau à bas prix.

LE FILTRE TOUT TERRAIN

Miracle : Michael Pritchard change l’eau contaminée… en eau potable. Cet ingénieur britannique a conçu une cartouche de filtrage, Lifesaver, dont les pores mesurent 15 nanomètres, 10 de moins que les plus petits virus. Une fois adaptée sur une gourde ou un jerrican, elle permet à des populations fragilisées de boire sans risque.
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité