publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Glaciers de l’Himalaya : pourquoi les experts se sont plantés (...)
20-01-2010
Mots clés
Environnement
Monde
Enquête

Glaciers de l’Himalaya : pourquoi les experts se sont plantés ?

Taille texte
Glaciers de l'Himalaya : pourquoi les experts se sont plantés ?
 
Le Giec fait son mea culpa. Dans son rapport de 2007, il avait annoncé la disparition des glaciers de l'Himalaya en 2035. Une bourde, avoue-t-il aujourd'hui dans un communiqué. Pourtant, ses publications sont maintes fois révisées par les experts du monde entier. Comment une erreur a-t-elle pu se glisser dans son rapport ? Deux scientifiques du Giec donnent leur avis sur la question.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le week-end dernier, un article – très à charge – du [Sunday Times] racontait la bourde commise par le très respecté Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). En cause : un chiffre alarmiste publié dans son dernier rapport : "Les glaciers de l’Himalaya reculent plus vite que dans n’importe quelle partie du monde et si la tendance actuelle reste la même, ils risquent très fortement d’avoir disparu en 2035 ou même avant." 2035 ? Trop tôt pour les experts. "L’erreur est grossière", souligne ainsi Georg Kaser, de l’institut de glaciologie d’Innsbrück (en Autriche) qui a participé au rapport du Giec de 2007. Et l’hebdomadaire britannique de retracer l’histoire, rocambolesque, de la genèse de ce chiffre, né dans la tête d’un obscur scientifique indien cité par le "New Scientist" - un journal de vulgarisation scientifique - et repris par le WWF. Dans un communiqué publié aujourd’hui, le Giec a confirmé l’existence de cette regrettable erreur dans son rapport.

La presse s’émeut. Les climato-sceptiques sont aux aguets. Comment des experts de ce calibre ont-ils pu se tromper ? Impossible a priori. "Les documents du Giec s’appuient sur des publications qui sont soumises à référé", précise Hervé Le Treut, climatologue qui participe aux travaux du groupe. En clair, ils sont issus de recherches parues dans des journaux scientifiques, revues par des experts indépendants et maintes fois corrigées avant publication. Le Giec, lui, passe les données sous un deuxième faisceau de vérification. "Le rapport est relu par tous les experts de la planète et les auteurs sont dans l’obligation de répondre aux critiques point par point", souligne Hervé Le Treut. Enfin, les articles sont soumis à embargo avant publication. "Il faut un temps de recul pour que les rapports soient bien digérés dans la communauté. On ne réagit pas à chaud sur un article scientifique", précise encore le climatologue.

Méli-mélo de relectures

Alors quoi ? Pour Georg Kaser, l’origine de l’erreur est à chercher dans l’organisation même des groupes de travail qui planchent sur le rapport. D’un côté, il y a le groupe 1, formé de scientifiques experts en leur domaine. Puis vient le groupe 2, réservé à l’impact du réchauffement et “formé d’économistes, d’hydrologues ou d’experts locaux. Le rapport du Giec doit faire consensus entre plus d’une centaine de pays signataires, du Togo à la France, du Bénin aux États-Unis. Alors ceux-là veulent y participer. Il paraît normal que les données concernant l’Afrique soient rédigées par des Africains ou celles sur l’Asie par des Asiatiques. Mais les membres du groupe 2 ne sont pas toujours des scientifiques et leur chapitre est peu relu par la communauté scientifique mondiale.” Or, c’est justement au cœur de ce second chapitre que serait apparue la date de 2035. "Pour le paragraphe en question, les critères de vérification clairement établis et exigés par le Giec, n’ont pas été appliqués correctement", s’est excusé le Giec. “J’avais repéré l’erreur fin 2006 totalement par hasard, précise Georg Kaser. Mais c’était trop tard. On ne réédite pas des centaines de pages en des milliers d’exemplaires pour un mauvais chiffre. Ça ferait perdre trop de temps et d’argent."

Lundi, Rajendra Pachauri, le président du Giec, a annoncé le lancement d’une enquête autour de l’affaire. Une affaire délicate pour le groupe d’experts, déjà confronté à la veille du sommet de Copenhague à un incident que les détracteurs du réchauffement climatique ont qualifié de "climategate". Suite à un piratage informatique ou à des fuites, des courriels de chercheurs de l’université britannique s’étaient retrouvés sur internet. Certains laissaient entendre que les scientifiques avaient manipulé les données pour étayer la thèse d’un réchauffement dû aux activités humaines. De quoi alimenter le moulin des climato-sceptiques...

Reste que le Giec se trompe peu. "Ce qui compte c’est l’image globale, rappelle Hervé Le Treut. Les quatre rapports du Giec qui ont déjà été publiés s’enchaînent et vont dans le même sens. Evidemment que si on isole un détail, on peut trouver quelque chose à redire. Mais il n’y a pas beaucoup d’erreurs."

A lire aussi sur terraeco.net :
- Les climato-sceptiques aux vestiaires !
- Le doute, le risque et la science
- Climat : vous n’avez encore rien vu

Sources de cet article

- L’article du Sunday Times
- La page incriminée dans le rapport du Giec 2007
- Photo : Kangchenjunga, Indian Himalaya - Crédit : A.Ostrovsky

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • C’est une excuse bidon. Jusqu’à la veille de la conférence de COP15, un document a été distribué et mettant bien en scène ce scénario de fonte des glaciers himalayens.

    Il ne peut pas s’agir d’une erreur telle que décrite dans votre article, sinon un errata aura été rajouté depuis 2007, au moins sur la version téléchargeable sur internet. Le WWF l’a fait courant janvier 2010 sur le document source qui a induit en erreur le GIEC.

    7.02 à 03h21 - Répondre - Alerter
  • bien sûr Chateaufort , ce que tu dis peut paraitre énorme aux yeux de certaines brebis égarées.
    Mais ce n’est pas un scoop, disons pour de moins en moins de gens : le GIEC a une démarche politique et médiatique mais absolument rien d’une démarche scientifique .
    Au fur et à mesure du temps, ce genre d’article va devenir fréquent.
    En exclusivité, je vous fais les prochains titres pour les années qui viennent :
    "s’cusez nous, on s’est trompé, on n’avait pas vérifié nos modèles "
    "s’cusez nous, on n’avait pas pris tous les paramètres en compte "
    "c’est vrai qu’on avait un peu bidouillé les résultats mais on était bien obligé (business is business) "

    qui croit que l’action de l’homme a pu avoir quelque incidence significative sur le climat de la planète ?
    qui croit encore au réchauffement ? c’est terminé depuis le début des années 2000 et il était naturel.

    Les "erreurs" sont largement identifiées et corrigées...mais par des vrais scientifiques et impartiaux. ils sont un milliers dans le monde. Les sites internet sont nombreux. il suffit d’être un peu ouvert , critique et de se poser les bonnes questions.
    Bonne lecture et bonne réflexion.

    21.01 à 20h20 - Répondre - Alerter
  • Cela fait des années qu’on essaye d’expliquer les erreurs commises par le GIEC ; celui-ci évolue dans un cadre politique autant que scientifique : la science choisie peut servir des propos politiques définis. Mais votre site et bien d’autres persistent à le dire "respectable" et admettent ses conclusions. Les conclusions du GIEC ont été souvent désavouées par ses chercheurs. Le réchauffement climatique anthropique n’a jamais été prouvé. En revanche, il est aisé de prouver que le but de cette thèse est la création d’un gouvernement mondial et la captation des ressources par un groupe qui a déjà montré dans le montage du trou dans la couche d’ozone de quelle manière il pouvait duper la planète entière. Quand on fouille, on trouve des entreprises, des banques, et en aval des groupes de presse et jusqu’à des gouvernements qui tous proclament la théorie du réchauffement. Tout le monde doute maintenant du sérieux du GIEC, d’autant que le refroidissement planétaire est constaté depuis des années. Allez voir sur internet Kokopelli qui parmi les premiers a dénoncé les "nécro-carburants" ou carburants "verts". Les semenciers mondiaux par exemple sont en passe de détenir l’intégralité des semences originelles. Al Gore est lié aux grosses entreprises mondiales. Micheal Moore se trompe volontairement. Il est temps de corriger le tir.

    21.01 à 14h01 - Répondre - Alerter
    • Marco : oh la la...

      Encore un message qui nage en plein mythe du complot... A ce stade, sincèrement, faut consulter un psy.

      21.01 à 14h19 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je suis moi-même scientifique, je fais de la recherche sur le climat, ne suis pas connue, et écris des articles dans des revues à comité de lecture. Je suis ainsi une de ces "obscures scientifiques", tel le chercheur indien dont vous parlez en des termes très méprisants. La recherche est difficile, on se base sur les données, les modèles, etc que l’on a à notre disposition. Il se peut que certains résultats soient contestables, si cela mérite corrections et révisions des hypothèses, cela ne devrait pas entraîner un tel dénigrement. Je suis très choquée par le terme "obscur" employé.

    21.01 à 10h24 - Répondre - Alerter
  • Lorsqu’une erreur est détectée, pourquoi ne publient-ils p)as un errata ?

    21.01 à 09h44 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité