publicité
Accueil du site > Actu > Société > Gauloises lance le mégot biodégradable : une idée fumeuse ?
22-11-2013
Mots clés
Pollution
France

Gauloises lance le mégot biodégradable : une idée fumeuse ?

Taille texte
Gauloises lance le mégot biodégradable : une idée fumeuse ?
(Crédit photo : phgaillard2001 - flickr)
 
Les mégots envahissent nos trottoirs et nos plages ? Pas de souci, Gauloises vient d'en inventer un biodégradable. Problème : pas sûr qu'il se dégrade sur le bitume ou dans le sable.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La cigarette, c’est mauvais pour la santé. On le sait depuis longtemps. Les mégots qu’elle laisse derrière elle, c’est mal aussi, on l’a appris après. Alors les cigarettiers planchent pour faire mieux, ou moins pire. Ce mois-ci Seita, la branche française d’Imperial Tobacco, lance « la première cigarette à filtre biodégradable ». En clair, un embout « entièrement composé de matières naturelles, tabac compressé et finement roulé », tandis que ses cousins sont traditionnellement formés d’acétate de cellulose, un type de plastique. Le nouveau filtre relève d’une technique « très simple et à la fois très complexe », souligne la société en charge de la communication pour Seita. Il a quand même fallu « trois ans de recherche et développement pour que ce filtre ne change pas le goût, qu’il soit compatible avec le reste de la cigarette », précise-t-on encore. En fin de course, le groupe a déposé un « brevet mondial ».

Biodégradable, le mégot de la nouvelle Gauloise ? Voyons voir. Le filtre obéit à la norme OECD 301-B, « la référence en matière de biodégradabilité », souligne la plaquette. Pas si sûr. En réalité, les normes en matière de biodégradabilité des matériaux ce sont plutôt les EN 14995 et 13432. Celles-ci sont utilisées pour certifier qu’un emballage ou un plastique se décompose « par compostage en milieu industriel ». Pour les matériaux enfouis dans le sol – de type paillage pour l’agriculture – c’est plutôt les contraintes de la NFU 52001 qu’il faudra suivre. Chacune de ces trois normes visent à contrôler que certaines substances sont absentes dans le produit (PCB, produits œstrogènes…), que le matériau se dégrade dans différents milieux (eau, sable, etc), qu’il n’est pas nocif pour la faune alentour. « Ce sont des normes utilisées dans le monde entier, sur lesquelles on est d’accord en Chine comme en Australie », explique Guy César, président de l’association de conseil Serpbio, spécialiste des matériaux biodégradables.

« Quid des 40% restants ? »

Mais la norme utilisée par la Seita ? « Si vous arrivez devant un acheteur avec seulement ce test-là, on va vous rire au nez », explique Guy César. A la décharge des cigarettiers, il n’y a pas de règle spécifique pour les mégots. Ainsi plus qu’une norme, l’OECD 301-B est un test qui mesure la dégradation d’un matériau. Et dans le cas de la Gauloise, « la procédure est correcte, estime Guy César. Le test est fait en aérobie (en présence d’oxygène, ndlr), en milieu aqueux et à une température de 22°C qui n’est pas trop élevée. Mais la technique est à mon sens très insuffisante ». Car si, dans le scénario de Gauloises, la cigarette se dégrade à 60%, « quid des 40% restants ? », s’interroge encore l’expert. Certes, le filtre est, selon la Seita, composé intégralement de tabac et de papier compressé. Mais « le papier peut être composé de toutes sortes de choses. Et le document n’évoque pas du tout les éléments présents sous forme de traces ». Pis, « tester un filtre à l’état pur, ce n’est pas la même chose que tester un filtre utilisé » quand la cigarette a été fumée, le filtre est « bourré de résidus dus à l’aspiration ». Parmi eux, du goudron présent à hauteur de 8 milligrammes.

Mais surtout, selon Guy César, si le test est satisfaisant dans les conditions de laboratoire « que se passe-t-il si le mégot, au lieu d’être dans l’eau, se retrouve dans la terre, comme c’est souvent le cas, ou dans le sable ? Vous avez sûrement vu comme moi des plages pleines de mégots de cigarettes », souligne-t-il. Or, « les mégots laissés dans la nature peuvent très bien rencontrer de fortes difficultés à se dégrader s’ils n’entrent pas en contact avec des milieux aqueux suffisamment chargés en microflore ou s’ils sont dans des sols, des sables qui peuvent servir de milieu d’incubation. » Au service de communication du cigarettier, on explique que de nouveaux tests sont en cours pour tester la biodégradation dans des milieux divers. « Nous savons que les rejets de ce filtre ne sont pas annulés à 100% mais c’est quand même beaucoup mieux que l’acétate de cellulose », précise-t-on.

Pas une excuse pour le fumeur

Même constat pour Guy César, « le fait d’utiliser des filtres biodégradables reste un bel effort qu’il faut souligner, même si la cigarette reste un engin mortel ! » Mais mieux vaut encore que la cigarette ne se retrouve jamais au sol. Là-dessus la plaquette de la nouvelle Gauloise se veut très claire : « Notre but n’est pas non plus d’inciter le fumeur à jeter ses cigarettes dans la nature. L’objectif est plutôt de l’accompagner dans une meilleure prise en compte des problématiques environnementales liées à sa consommation. » Message légèrement étrange. On résume. Ne jetez pas vos mégots par terre. Mais si vous vous entêtez, sachez quand même qu’ils se dégraderont. Ça vous aidera à réfléchir sur votre statut de gros pollueur. En tout cas, c’est ce qu’on a retenu.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Il y a encore des gens (avec un peu de discernement) qui fument ?
    Purée, mais il faut faire quoi ? Rendre obligatoire la saveur "fèces" pour les clopes ?

    C’est du has-been de haut niveau la !
    De l’ultra Beauf !

    Faites comme Lucky luke, passez au brin d’herbe...
    Ou bien éliminer les choses qui vous rendent la drogue indispensable à la vie.

    23.11 à 11h06 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité