publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Finance Watch : un lobby pour contrer la finance
Article Abonné
29-06-2011
Mots clés
Finance
Macro-économie
Europe

Finance Watch : un lobby pour contrer la finance

Taille texte
Finance Watch : un lobby pour contrer la finance
(CR : Crédit Photo tiseb/Flickr)
 
Ce jeudi, Finance Watch sera officiellement lancée à Bruxelles. ONG de lobbying, d'expertise et de communication, elle vise à contrebalancer le pouvoir de la finance sur les politiques européennes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Ce jeudi, l’industrie de la finance va se voir contester son monopole de lobbyiste en Europe. L’ONG Finance Watch tient en effet, à Bruxelles, capitale européenne des groupes de pression en tout genre, son assemblée générale constitutive. Objectif : proposer une alternative, un contre-pouvoir. Pour que les grandes banques d’investissement ne soient plus les seules à murmurer à l’oreille des politiques.

A l’origine du projet, des députés européens de tous bords. Et surtout, Pascal Canfin, d’Europe Ecologie-Les Verts. C’est la situation à Bruxelles, qui l’a poussé à agir : « Vous avez en permanence, à toutes les étapes de négociation d’un texte, des propositions d’amendements, des notes, fournies par le lobby de la finance, déplore l’élu. Les banques de financement et d’investissement, partisanes de la dérégulation, ont des personnes à temps plein à Bruxelles. Elles cherchent à rencontrer les députés, occupent les groupes d’experts chargés de conseiller la Commission sur les réformes post-crise, alors qu’elles sont responsables de la crise. C’est scandaleux. »

Face à eux, un grand désert. « Sur les dossiers financiers, beaucoup de parlementaires n’ont pas d’avis préalable. Et ils n’ont qu’un seul son de cloche », dit Pascal Canfin, qui assure que le commissaire au Marché intérieur, Michel Barnier, est favorable à un rééquilibrage des pouvoirs. Finance Watch cherche donc à combler le vide. « Pour faire progresser le droit européen, on a besoin de porter un point de vue d’expert, explique Luc Lamprière, directeur d’Oxfam France, membre de Finance Watch. Il n’y avait pas jusque là d’ONG suffisamment spécialisée ».

Pascal Canfin confirme : « La finance n’est pas le cœur de métier historique des ONG. Mais la crise a montré qu’on ne peut plus s’occuper d’agriculture ou de développement sans s’occuper de finance. » Pour Marc Cheseney, professeur de finance à l’université de Zurich et membre de Finance Watch, la mission de l’ONG s’adresse aussi aux populations : « La finance, c’est du chinois. Mais les gens y sont confrontés tous les jours. C’est un véritable paradoxe et notre rôle est aussi de vulgariser ces choses-là. »

Ce jeudi, Pascal Canfin quittera officiellement son rôle de porte-parole. Les députés se retirent pour laisser les rênes de Finance Watch aux personnalités et à la quarantaine d’organisations (ONG, syndicats, associations de consommateurs et d’épargnants...) qui la constituent. C’est Thierry Philipponnat, un ancien pro de la finance qui a fait sa carrière à UBS, BNP Paribas et Euronext avant de rejoindre Amnesty International, qui sera intronisé secrétaire général.

Pour se donner plus d’épaisseur encore, Finance Watch va recruter cet été une douzaine de personnes, dont cinq ou six lobbyistes piqués à l’ennemi. Pascal Canfin assure avoir reçu des C.V. de « très haut niveau » en provenance de banques européennes. « Je rencontre beaucoup de professionnels de la finance qui sont prêts à mettre leur expertise au service d’un contre-pouvoir. »

Ce qui permettrait à Finance Watch de faire un joli pied de nez aux puissants, et d’être crédible vis-à-vis des ses interlocuteurs. « Il n’y a pas des millions de personnes à convaincre, mais une centaine tout au plus, parmi la Commission, le Parlement et les ministères des Finances de la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie », dit Pascal Canfin. Finance Watch ambitionne d’ailleurs d’ouvrir des antennes à Londres, Paris et Outre-Rhin.

Son premier chantier sera toutefois de peser dans les négociations européennes de ces prochains mois. « On est en train de revoir les règles qui régissent les transactions sur les bourses, on doit décider des risques que les banques ont le droit de prendre et qui les contrôle, et la Commission doit proposer une directive sur la taxation des transactions financières », liste Pascal Canfin. Sur tous ces sujets, Finance Watch veut construire, proposer des arguments, faire bouger les lignes.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste indépendante. Collabore à Terra eco depuis novembre 2010.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité