publicité
Accueil du site > Actu > Techno > Faut-il redouter les légumes « high-tech » de Monsanto ?
30-01-2014
Mots clés
Alimentation
Agriculture
Monde

Faut-il redouter les légumes « high-tech » de Monsanto ?

Taille texte
Faut-il redouter les légumes « high-tech » de Monsanto ?
(Credit photo : happy days photos and art - flickr)
 
Monsanto, Syngenta ou Bayer délaissent les recherches sur les fruits et légumes OGM pour revenir à des techniques ancestrales, accélérées grâce à l'ADN. Faut-il s'en méfier ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Les Américains ont de la chance. Ils trouvent dans les étals de leurs supermarchés des oignons qui ne font pas pleurer, une salade croustillante comme une chips, un brocoli concentrant trois fois plus d’antioxydants que les autres, donc encore meilleur pour la santé. Merci qui ? Merci Monsanto, qui a mis au point ces légumes « high-tech ».

Encore des OGM ? Pas cette fois. Le géant américain spécialisé dans les biotechnologies agricoles s’est lancé depuis 2005 dans le créneau des fruits et légumes rendus hautement performants grâce aux biotechnologies mais non génétiquement bidouillés. Ce n’est pas le seul puisque tous les leaders du secteur (Syngenta, Bayer, Limagrain, etc.) s’engouffrent dans ce qui pourrait bien devenir, pour eux, une nouvelle corne d’abondance.

Une méthode ancestrale boostée par la high tech

Puisque c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, Monsanto a recours à une technique aussi ancienne que l’agriculture elle-même : les scientifiques disposent du pollen d’une plante comprenant un « trait » – une caractéristique – qui les intéresse (résistance à la sécheresse, meilleur rendement, production d’antioxydants, acidité, etc.) sur le pistil d’une autre plante de la même espèce, pour la féconder. La nouveauté vient de l’association de cette méthode conventionnelle de croisement des espèces végétales – aux résultats aléatoires – avec les dernières avancées en matière de génotypage et de marquage moléculaire.

Il s’agit en fait pour les multinationales de faire une cartographie très précise du code génétique de la plante (c’est le séquençage du génome) puis d’identifier par des marqueurs moléculaires (des fragments d’ADN qui servent de repères pour suivre la transmission d’un segment de chromosome d’une génération à l’autre) l’endroit où se trouve, dans un ou plusieurs gènes, le fameux trait recherché. Après croisement, les chercheurs entrent l’ADN de la descendance dans la machine à séquencer qui leur permet de sélectionner uniquement les semences possédant le ou les trait(s) désiré(s). « C’est de l’amélioration variétale assistée par la génomique », explique Yves Dessaux, directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) responsable du service interaction plantes-micro-organismes à l’Institut des sciences végétales.

Monsanto délaisse les recherches sur les légumes OGM

Dans la nature, cela peut prendre des millénaires d’obtenir une plante avec les caractéristiques voulues. Désormais, il suffit de quelques années. « L’objectif de ces méthodes est d’aller plus vite, d’être plus efficace et de travailler moins en aveugle », explique Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint « agriculture » à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique).

Monsanto, qui sait bien que les légumes génétiquement modifiés ne mettent pas du tout les consommateurs en appétit, précise par mail à Terra eco que « aujourd’hui, plus de 98% de l’investissement mondial en Recherche & développement est consacré à l’amélioration conventionnelle des semences ». « Les techniques modernes d’amélioration des plantes permettent de proposer plus de choix au consommateur, plus rapidement, et à un coût moindre », justifie l’entreprise.

Est-ce une bonne chose ? « On modifie le vivant à vitesse grand V, mais on ne fait qu’accélérer un processus déjà existant », explique Guy Kastler, responsable du dossier des OGM à la Confédération paysanne et membre du réseau Semences paysannes. Jusqu’à preuve du contraire, cette technologie n’entrainerait pas d’impact négatif sur la santé ni sur l’environnement.

Une avancée pour le bien commun ?

Elle serait même « potentiellement très utile », estime Christian Huyghe qui y voit le moyen « de mieux utiliser les ressources génétiques » et, ce faisant, « d’améliorer le contenu des assiettes, assiettes qui coûteraient moins cher car les fruits et légumes seraient plus faciles à conserver, auraient moins de maladies, seraient plus uniformes, ce qui entraînerait moins de pertes ». Bien sûr, reconnaît-il, « tout dépend de la façon dont on utilise la technologie ».

Et c’est là, évidemment, que le bât blesse. A l’Inra, on redoute « une forme d’abandon des espèces végétales mineures », explique le chercheur : « On séquencera pour les améliorer les pommes de terre et les salades mais qu’en sera-t-il des féveroles et des pois par exemple ? » Lui mise malgré tout sur une démocratisation rapide des technologies de séquençage – dont le coût chute de manière continue – qui devrait permettre de multiplier le nombre d’espèces séquencées.

... Ou une manne pour les grands semenciers ?

Mais la grande crainte concerne surtout les brevets. En juin dernier, la société américaine Seminis, filiale de Monsanto, a obtenu auprès de l’Office européen des brevets (OEB) un brevet sur un brocoli issu de procédés de sélection conventionnelle, assistée par la génomique. Sa particularité ? Sa tête allongée en facilite la récolte.

Tomate ridée pour mieux la sécher, laitue résistante aux pucerons, melon résistant à un certain type de pourriture, tournesol enrichi en acides gras, etc. Eux aussi ont obtenu des brevets devant cet organisme basé à Munich, et qui suit les orientations fixées par la directive européenne 98/44/CE. A l’origine destiné à protéger les innovations issues de la transgenèse (les OGM), le texte est rédigé en termes suffisamment vagues pour que la protection par brevet ait pu s’étendre progressivement aux inventions relevant de la sélection conventionnelle, assistée par marqueurs.

Le brevetage du vivant, une menace toujours présente

Problème : les brevets ne couvrent pas seulement les procédés de sélection mais aussi la plante elle-même. « Ce qui revient à déposer un brevet sur les gènes natifs, naturellement présents dans la plante », s’alarme Guy Kastler. Le réseau Semences paysannes auquel il appartient s’est associé à la coalition d’ONG européennes « No patents on seeds ! » (« Pas de brevets sur les semences ! ») selon qui « ces brevets favorisent une plus grande concentration du marché des entreprises de semences, ce qui rend les agriculteurs et les autres opérateurs de la chaîne alimentaire encore plus dépendants de quelques grandes entreprises multinationales et au final, donne moins de choix aux consommateurs ».

L’Inra non plus n’est pas favorable au brevetage de ces méthodes, qui permet aux semenciers de décider seuls des semences qu’ils vont commercialiser. « Ça aboutit à freiner la recherche », explique Christian Huyghe. Lui estime plus pertinent le système de certificats d’obtention végétale (COV), adopté par 70 Etats dans le monde dont la France, qui donne certes un droit d’exclusivité pendant vingt-cinq ou trente ans sur une variété protégée, mais qui « encourage et encadre le progrès génétique » : les COV autorisent l’utilisation d’une variété protégée sans rien avoir à payer à son détenteur, à condition de la croiser pour obtenir des semences nouvelles.

En juin dernier, le Haut conseil aux biotechnologies, qui rassemble aussi bien la Confédération paysanne que l’Union française des semenciers, a clairement rejeté, dans un rapport intitulé Biotechnologies végétales et propriété industrielle toute idée de brevetabilité des gènes et caractères natifs des plantes. En tout, une douzaine de recours ont été déposés par « No patents on seeds ! » auprès de la Haute cour de l’OEB. Plus aucun brevet ne sera délivré sur ce type de méthode tant que la Haute cour n’aura pas tranché le cas du brocoli à tête allongée de Monsanto.


A lire aussi Terraeco.net : Les agriculteurs seront-ils bientôt poursuivis pour contrefaçon ?

Au menu ce soir, du brocoli breveté !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour
    Votre article sur la techno dans l’alimentation nous rappelle un classement des differents pays du monde en matiere d’alimentation qui vient d’etre publié par Oxfam
    Or sur ce classement il y a au moins une 10 zaine de choses a dire :
    1) tout d’abord la photo, le Tchad. Il n’y a pas besoin de plus d’explication sur les raisons pour lesquelles toute la zone du Soudan a la Centrafrique explose
    2) le classement de la Hollande. C’est quelque chose qu’on devrait louer plus souvent. La hollande est un merveilleux pays dont on ne fait pas assez l’eloge.
    3) le classement de la France tres bien mais peu mieux faire
    4) le classement de Shanghai concernant les universités qui nous donne des complexes tous les ans est idiot parce que celui d’Oxfam est bien meilleur.
    5) il vaut mieux que lka nourriture soit daine plutot que d’avoir les meilleures universites
    6) a quoi ca sert d’avoir les meilleures universite comme Shangai si on aligne les plus mauvais resultats du monde en matiere de pollution athmospherique
    7) Terra Eco n’a jamais relevé ce fait qu’il vaut mieux etre bon en niveau de pollution et en qualite alimentaire qu’en université privée. Car l’enseignement se privatise de plus en plus alors que c’est a cause des biens publics que sont la santé et et l’air qu’on respire qu’il est indispensable de conserver un etat et des fonctionnaires
    8) on nous produit un classement la ou on veut eliminer l’etat et non pas la ou l’etat obtient les meilleurs resultats
    9) apres il faut rentrer dans le detail de ce qui fait une bonne alimentations
    10.................................... ;

    3.02 à 05h14 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité