publicité
Accueil du site > Actu > Société > Faut-il porter un masque contre la pollution ?
14-03-2014
Mots clés
Transports
France

Faut-il porter un masque contre la pollution ?

Taille texte
Faut-il porter un masque contre la pollution ?
(David Leo Veksler - flickr)
 
Avec le pic de pollution, les masques se multiplient en ville. Mais servent-ils à quelque chose ? Explication.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Quand l’air des villes s’encrasse, les cyclistes et les piétons sortent masqués. Conséquence du pic de pollution enregistré ces jours derniers, le spectacle des bouches barrées de tissus blancs et noirs – habituellement rarissime – se fait plus courant. A priori, il semble logique, puisque l’air qu’on respire est plus nocif, de le filtrer. Mais ces masques sont-ils vraiment efficaces ? Pour certains médecins, ils ne servent littéralement à rien. Selon le docteur Nhân Pham-Thi pneumo-allergo-pédiatre cité par le site du Nouvel Obs, « rien ne peut empêcher » les particules de PM10 de rentrer dans nos poumons : « Ceux qui pensent se protéger avec un petit masque en papier (voir photo, ndlr), comme l’on voit souvent sur les photos des résidents chinois exposés à des taux de pollution record, ne ménagent que leur conscience », précise le spécialiste. « Les masques chirurgicaux ou les foulards n’arrêtent que les plus grosses particules qui sont également filtrées par le nez », souligne le Plan régional de la qualité de l’air (PRQA) d’Ile de France.

Quid des masques plus élaborés - de type FFP2 et FFP3 - (qui pourraient filtrer respectivement 92 % et 98 % des particules de 0,6 micron en moyenne) dotés de coques et de valves ? « Vous n’avez qu’à regarder un masque qui a été porté une journée à Paris. Il est tout noir », se défend Daniel Humbert, dirigeant de Protechnique, l’un des fabricants de ces masques qui s’achètent entre 20 et 30 euros la boîte de 20. « Moi j’en utilise quand je circule à vélo, abonde Jean-Luc Saladin, médecin généraliste au Havre et administrateur du Club des villes cyclables. Ils ne filtrent peut-être pas les particules ultrafines mais arrêtent les fines, c’est déjà ça. Le seul inconvénient c’est qu’ils ne supportent pas la pluie ». Reste qu’ils doivent être bien utilisés : « Ce sont des masques à usage courts, qu’on ne remet pas le lendemain », précise Daniel Humbert. Il faut aussi que le masque soit le plus adapté possible au visage « sinon on respire une partie des polluants par les fuites ».

Les masques de nos aïeux

Mais le plus gros souci, c’est que dans l’air urbain, il n’y a pas que les particules de matière qui posent souci, il y a aussi les composés gazeux, notamment le dioxyde d’azote (NO2), formé à partir du monoxyde d’azote émis lors des phénomènes de combustion. Pour ceux-là, « seuls les masques avec filtres à charbon peuvent avoir une certaine efficacité mais ils n’arrêtent pas les particules fines (qui sont susceptibles de pénétrer le plus profondément dans l’appareil respiratoire) ni de nombreux gaz », poursuit le texte du PRQA.

Aussi des industriels ont-ils carrément mis au point des concentrés de technologie. C’est le cas de Res-pro, une société britannique qui exporte de nombreux masques en France. La société met notamment en avant sa protection dernier cri équipée d’un système capable à la fois de retenir les particules fines de matière et de filtrer les composés gazeux via un procédé à charbon actif, directement inspiré des masques à gaz de nos aïeux. Et qui coûte quand même près de 40 euros.

Là encore, on insiste sur la nécessité de changer les filtres souvent (en moyenne une fois par mois pour un utilisateur moyen) et de choisir un masque à sa taille. Certes, « ils ne sont pas collés à votre visage. Donc il y a forcément des fuites par lesquelles les particules peuvent passer », admet Harry Cole, co-directeur de Res-pro. « Ce n’est pas parfait, souligne le spécialiste mais un cycliste qui fait un trajet domicile-travail d’une demie-heure matin et soir absorbe 3600 litres d’air et des polluants. Alors pour moi c’est une évidence, il faut utiliser une forme de protection. Ne pas en porter, c’est un peu comme refuser de porter un casque ou un gilet réfléchissant. Dans le milieu industriel, on ne se pose pas la question de l’utilité des masques de protection ! Or, nos masques sont inspirés des techniques utilisées dans le milieu professionnel. »

Les politiques démasqués

« Effectivement c’est un principe de précaution, souligne Isabelle Roussel, vice-présidente de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique. Pour les personnes très sensibles, les asthmatiques ou ceux qui font un effort en pédalant par exemple, ça peut être une bonne protection. Mais pour les passants lambda, ça n’a pas de raison d’être. » Reste que d’avoir à porter un masque est un problème en soi : « Le débat sur le port du masque est un faux débat, car le problème est bien la qualité de l’air. C’est donc au niveau des politiques environnementales et de mobilité qu’il faut agir. », précisait ainsi Luc Goffinet, directeur du Groupe de recherches et d’actions des cyclistes au quotidien), dans un article publié par le site Provélo en 2013
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

9 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour connaissez-vous le site masque point noir

    1er.10 à 15h16 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Très récemment, un fabriquant Français Valmy, pour ne pas le citer à sorti un masque FFP3, sans valve (homologation Apave pour rassurer tout le monde)...
    Les premiers test sont en cours chez nous. Il semblerai que la respiration soit moins gênée que sur un FFP3 avec Valve, le confort supérieur, poids en baisse.... tout comme le prix

    Pour la Buée sur les Lunettes, il n a pas encore fait assez froid Chez nous.
    Réponse complète des Tests d ici 1 mois pour ceux qui le désirent

    19.11 à 18h04 - Répondre - Alerter
  • Probablement l’un des meilleurs articles que j’ai lu en Français sur ce thème, bravo.

    Après une prise de conscience lors du dernier épisode de pollution, j’ai essayé de trouver des informations fiables en Français : ce n’est pas évident, alors que les masques sont massivement utilisés dans les pays les plus pollués.

    Après avoir fait une synthèse des études comparatives menées par des associations de consommateurs en Chine, la conclusion est qu’un masque bien choisi filtre très bien les particules, qu’il y a des effets positifs à court terme et que le modèle (jetable) qui arrive en tête de classement (pour les particules fines) est le 3M 9332.

    22.04 à 00h01 - Répondre - Alerter
  • On sombre dans la psychiatrie morbide.

    Question : les responsables de la pollution vont ils payer les degats causes ? Dans cette vie ? Dans une autre ?

    18.03 à 08h59 - Répondre - Alerter
  • Dommage que l’article commence par une belle faute d’accord.
    Bref, j’ai porté un masque pour faire du vélo à une époque lointaine et je précise que lorsqu’on expire, et qu’on porte des lunettes, on ne voit plus rien !
    Je reste dubitative...

    17.03 à 11h52 - Répondre - Alerter
  • Par expérience, je sais qu’il est très pénible de respirer avec un masque hémi-facial étanche FFP3, dont la perte de charge est incompatible avec le débit respiratoire exigé par le pédalage ; c’est très efficace dans le métro mais pas discret.
    Le masque FFP2 bloque au moins 92% des particules ordinaires (1)* si bien porté par un homme bien rasé.
    Le FFP1 ou le masque chirurgical sont inutiles ici, ça ne sert qu’à éviter de transmettre sa grippe en toussant vers son voisin.
    (1)* il parait que des MP de diesel se reforment à distance de la sortie du pot catalytique donc c’est vrai qu’il faudrait passer à des filtres mixtes qui soient aussi chimiques (à charbon).
    Le FFP2, c’est surtout indispensable quand on meule du béton, dont la poussière est aussi cancérigène que l’amiante (mais tout le monde s’en fout pour le moment) ou quand on scie ou ponce des bois agglomérés.

    17.03 à 03h11 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité