publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Neige : faut-il arrêter de saler les routes ?
25-01-2013
Mots clés
France

Neige : faut-il arrêter de saler les routes ?

Taille texte
Neige : faut-il arrêter de saler les routes ?
(Crédit photo : charlesnikon - flickr)
 
Grâce au salage des routes, plus besoin de chausser ses skis pour aller à l’école ou au travail. Mais le sel a un impact important sur la biodiversité.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Il est loin le temps où les routes étaient parcourues par des cantonniers avec des brouettes de sel et des pelles. Aujourd’hui, place aux « camions saleuses ». Le week-end dernier, dans le sud de la capitale, à 4h30, les employés des services municipaux de la ville de Sceaux (Hauts-de-Seine) avaient tous le bonnet vissé sur les oreilles. En deux jours, ils ont écoulé une quinzaine de tonnes de sel de déneigement, un mélange composé entre 90% et 99% de chlorure de sodium (NaCl). Le but ? Abaisser le point de congélation de l’eau grâce à l’action des composés chimiques du sel pour éviter le verglas. On estime qu’entre 200 000 et 2 millions de tonnes de sel sont ainsi épandues sur nos routes chaque année. Cette quantité a crû au cours des quarante dernières années, avec l’élargissement du réseau routier : la France compte aujourd’hui un million de kilomètres de route.

Une norme pour limiter la pollution

Economique et efficace, le sel est le fondant routier par excellence en France. On peut le trouver de seconde main, c’est-à-dire issu des industries. Et donc bien plus polluant car il contient des métaux lourds et des hydrocarbures. Mais cet ersatz a tendance à disparaître depuis 2011 avec l’adoption de la norme AFNOR XP P 98181 pour limiter les fondants polluants. « Elle permet aujourd’hui aux acheteurs du marché public une certaine exigence vis-à-vis des vendeurs de sel, pour être sûr de la qualité et de la provenance du produit », explique Didier Giloppé, expert en viabilité hivernale au ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Pourtant, même « propre », le sel naturel pollue encore. Mince alors.

Le sel naturel pollue-t-il vraiment ? 

Les études scientifiques sont rares en France, mais abondent en Amérique et en Europe du nord. Toutes confirment que le salage pollue. On les retrouve, en substance, compilées dans une note d’information du Sétra (Service d’étude sur les transports, les routes et leur aménagement du ministère de l’Ecologie). En résumé, les rapports scientifiques montrent aussi que le chlorure de sodium agit en tant que capteur et libérateur, par réaction chimique, des ions des métaux diffus sur les routes polluées (plomb, zinc, aluminium issus des équipements de la route). Mais son principal défaut est ailleurs. Le salage des routes nuit à la biodiversité, parce que le sel se disperse avec le vent, le ruissellement, les infiltrations, les projections... en dehors de la chaussée. Et parce que ces émanations déshydratent les arbres, les plantes, et même les poissons et les grenouilles.

Du coup, en France, certaines municipalités – peu nombreuses – ont décidé d’appliquer le principe de précaution en écartant ou en pondérant l’usage du sel, comme à Corrençon-en-Vercors (Isère). « Ici, depuis les années 1990, on ne pratique plus que le déneigement et on utilise des pneus neige. On a préféré abandonner le salage pour préserver les nappes phréatiques. Cela nous avait été fortement conseillé par la direction du Parc naturel régional du Vercors », se souvient Valérie Lossouarn, secrétaire de la mairie. La ville de Sceaux préfère quant à elle mélanger le sel de route avec du sable, avec un ratio de deux tiers/un tiers.

L’art de saler 

En Allemagne, Finlande ou encore en Suède, la réglementation des fondants routiers est inscrite dans le code de l’environnement. Cela se traduit par une optimisation des quantités à épandre, une suppression des traitements dans les secteurs vulnérables ou même la plantation d’arbres résistants au sel.
PDF - 97.3 ko

En France, on est encore loin de ça : aucune réglementation ne traite spécifiquement du cas des fondants routiers ! Et certaines règles de salage ont longtemps été ignorées. « Le sel n’est efficace que lorsque la couche de neige est inférieure à un centimètre », rappelait l’association écologiste France nature environnement dans un communiqué. Au-delà, il faut faire appel aux déneigeuses pour évacuer la neige en raclant la chaussée avec une lame portée par un engin. Mais l’art de saler aurait tout de même progressé. « Ces dernières années, avec la recrudescence des hivers froids, il a fallu sensibiliser nos opérateurs, leur dispenser un savoir-faire, précise Didier Giloppé. Nous travaillons au maximum sur la prévention pour éviter la formation du verglas. Du coup, on utilise de moins en moins de sel en France : 5 ou 10g de sel par m2 en moyenne contre 40 il y a quelques années. » Ces progrès sont aussi dus à des véhicules d’intervention désormais équipés de système GPS pour faciliter l’organisation des circuits de déneigement, ou de stations météo routières locales pour anticiper les actions. Mais la dispersion des fondants routiers dans le milieu naturel lors des différentes étapes de la chaîne d’utilisation du sel est estimée jusqu’à 70 000 tonnes par an, selon la note d’information du Sétra.

Des alternatives ? 

Alors faut-il cracher sur le sel ? Pas évident... « L’entretien hivernal du réseau routier permet de réduire de 15% à 20% le risque d’accidents sur chaussée glissante. En fluidifiant le trafic automobile, il limite aussi la consommation de carburant due à la circulation », argue l’Eawag (Institut de recherche suisse dans le domaine de l’eau et des systèmes aquatiques) dans ce document. Des alternatives au NaCl ont vu le jour, sans convaincre, comme la cendre, les copeaux de bois, le sable, les gravillons rocheux et même les nouveaux sels écologiques « qui ne sont ni un gage d’efficacité, ni d’innocuité pour l’environnement », selon Didier Giloppé. Quelles pistes alors ? Poursuivre un usage raisonné, utiliser des pneus neige ou même limiter les déplacements, répètent les principaux acteurs dans le domaine. Pour aller plus loin, sans pour autant provoquer l’avalanche, pourquoi ne pas modifier un peu plus les modes de pensée de chacun, ainsi que le suggère Bruno Genty, président de France nature environnement. « Il est vain de vouloir s’opposer frontalement aux phénomènes naturels. La nature n’est pas notre ennemi. Nous devons faire avec elle et pas contre elle. » Au final, le salage soulève la question des politiques d’aménagement du territoire et des habitudes de mobilité des Français. Alors, on vous ressert, vous en reprendrez bien un peu du fondant ?
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
14 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le salage est la cause numero une de la roullie dans les voitures.

    1er.02 à 15h59 - Répondre - Alerter
  • Quand nos "zélus" vont-ils arrêter de se remplir les poches en achetant du sel et polluer toute la planète ? La neige,pour ce qui en tombe maintenant est bien éliminée avec les bons moyens mécaniques que l’on possède il reste donc l’épandage d’un moyen d’accrochage(sable,poussiers,cendrée )et le tour est joué ; mes c’est trop bon marché

    Il faut agir rapidement ,c’est cela la vraie écologie non politicienne !

    Merci pour le suivi

    12.01 à 07h52 - Répondre - Alerter
  • Et pourquoi ne pas rendre, comme le gilet et le triangle, les chaines obligatoires ?
    Mais 2 minutes de montage c’est vrai que c’est contraignant pour beaucoup de monde...

    14.03 à 15h06 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,
      Il y a beaucoup de méprise sur les termes "pneus neige, pneus hiver, cloutés ...". Les chaines ne sont efficaces qu’avec une bonne épaisseur de neige (très très rare en France mis à part les régions montagneuses). Les pneus cloutés sont uniquement fait pour rouler sur la glace (même remarque que pour les chaines).
      En revanche, les pneus neiges devraient être rendus obligatoires ou fortement conseillés : un pneu neige possède beaucoup plus de strilles qu’un pneu standard qui permettent de mieux accrocher sur une petite surface de neige / verglas mais également évacuer plus rapidement l’eau. Ceci est efficace entre l’automne et le printemps lorsque les précipitations sont plus abondantes.
      Mais surtout, le pneu hiver possède une gomme beaucoup plus tendre qui accroche mieux sur sol froid.
      Donc des pneus hiver montés entre octobre et mars permettraient de rouler plus facilement durant les conditions hivernales (et pas seulement la neige) et de faire face à une bonne partie des épisodes neigeux. En Belgique (ou je réside) où beaucoup de voitures sont des voitures de société en leasing, un jeu de pneus été et hiver est quasi systématiquement inclus dans le service. Ceci vaut également dans beaucoup de pays tels que l’Allemagne ou la Suisse.
      Pour l’agrément que ça apporte, je ne comprend pas pourquoi en France, seulement 3% (source Que Choisir) des véhicules sont équipés de pneus hivers.

      14.03 à 15h31 - Répondre - Alerter
  • Et si on attendait le dégel ? A part une transplantation d’organe, un incendie industriel ou un danger de mort éventuel, il y a quoi d’important sinon la vie et la santé ? laissons la nature s’occuper de ses affaires (sachant qu’elle nous fait subir les conséquences de nos actes.....) et admirons le paysage ! Un peu de patience, c’est bénéfique pour tous et dans tous les cas.... !
    Sinon il reste la charrette et le cheval, les skis et les raquettes..... et il y a internet ! On a tous un paquet de pâtes dans nos placards....
    A quoi ça sert d’ouvrir des commerces ou des usines si personne ne peut y venir... ? risquer de se tuer pour aller bosser ? On marche sur la tête ! Et pensez bien que pour que la majorité puisse circuler sans danger, une minorité se démène et se fait insulter parce qu’elle ne vous facilite pas la tâche assez vite... Moi, je le dis, ils sont courageux tous ceux qui se lèvent dans la nuit pour "secourir" des abrutis qui savent qu’il y a une alerte à la neige mais qui considèrent leur activité tellement importante pour la face du monde, qu’ils prennent le risque d’accident (plus que de mourir de froid dans leur voiture....) et le risque de faire tuer des travailleurs dévoués !!!! Merci aussi à ceux qui rétablissent notre chauffage et notre téléphone.... et merci à la nature de nous offrir des paysages magnifiques au gré du temps..... et puis ... quelques soient les conditions climatiques et quoi qu’on en dise, il faudra bien faire avec et attendre que ça passe !!!!!Alors il vaut mieux profiter de la vie plutôt que de la risquer et il vaut mieux attendre le dégel que d’aggraver la dégradation de notre planète. Je suis partisan du : laisse tomber la neige !!!! Bonne journée à tous !

    14.03 à 14h18 - Répondre - Alerter
    • Bonjour. D’accord avec vous, sur le fond. Je vis en Haute Loire, avec 60% du réseau routier à plus de 800m d’altitude (second département le moins bas de France). Donc les routes sont blanches plusieurs mois par an. Je suis éleveur de chèvres. Chaque matin, chaque soir je dois me rendre à la ferme, les nourrir, les traire, et 3 fois par semaine me rendre au marché vendre ma production. Nous sommes habitués et équipés. Sur routes blanches il n’y a pas d’accidents graves car on ne va jamais plus vite que de raison. Donc oui le sel ne sert à rien. Je préfére largement l’accroche d’une poudreuse tassée et gelée que le mélange sel/neige fondue qui bouche les crampons... A chacun de prendre ses responsabilités.

      14.01 à 20h13 - Répondre - Alerter
  • Quand vous aurez perdu quelqu’un de votre famille, parce que sa voiture aura dérapé, ne venez pas pleurer.

    Quant à la cendre, encore faudrait-il que tous les logements soient occupés de poêle à bois. Au fait, vous ne saviez pas que la combustion du bois pollue ?

    Que faites-vous des personnes âgées qui doivent bien souvent marcher sur la chaussée, mieux dégagée, afin de ne pas chuter et se retrouver à l’hôpital ?
    Il n’y a d’ailleurs pas que les personnes âgées.

    Je sais au moins une chose : je me suis battue pour la candidature d’Eva Joly, je ne referai jamais plus la même erreur, car je ne voterai jamais "écolo". Ce site m’a ouvert les yeux, merci à vous.

    7.02 à 22h04 - Répondre - Alerter
  • Et dans les pays où il neige abondamment et régulièrement (Canada, Scandinavie, Suisse...) comment font-ils ?

    29.01 à 18h10 - Répondre - Alerter
    • Et bien ils salent aussi !! Le problème du sel y a été identifié la bas d ailleurs ou le sel se retrouve dans l eau des grands lacs car le temps de résidence de l eau y est important. Reste que chez nous il n y a pas ce genre de problème et que je n ai jamais vu un arbre crever en bord de route à cause du sel (et j habite en montagne...). La pouzzolane, le sable c’est bull shit. Autant juste déneiger et imposer au français les pneus neige l hiver.

      5.03 à 21h27 - Répondre - Alerter
  • Il y a bien d’autres alternatives au sel : la cendre et le sable par exemple...

    28.01 à 12h39 - Répondre - Alerter
  • Je suis trés étonnée de n’entendre aucun commentaire de nos "écolos" concernant le salage des routes, c’est vrai qu’étant présents au gouvernement, ils n’ont plus le temps de penser au bien-être de la planète, cela prouve qu’un mouvement écologiste sérieux ne devrait pas faire de politique.

    27.01 à 07h39 - Répondre - Alerter
  • En Suède, les routes sont chauffées par des résistances électriques noyées dans la chaussée

    25.01 à 20h36 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Dans certains Parcs nationaux au Canada le sel est déjà interdit sur les routes (ex. au parc national de BANFF dans les Rocheuses).
    Cette démarche a été entreprise, entre autre, afin que les animaux ne s’habituent pas à venir lécher le sel des routes à proximité des humains.

    25.01 à 15h52 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité