publicité
Accueil du site > Hors-séries > L’alimentation > Face à son assiette, la France a l’esprit de contradiction
Article Abonné

Face à son assiette, la France a l’esprit de contradiction

Taille texte
Face à son assiette, la France a l'esprit de contradiction
(Crédit photo : Trysil - Flickr)
 
Passionnés de cuisine mais happés par la malbouffe, les Français constituen un petit paradoxe alimentaire. La clef du mystère ? Le plaisir de manger.

Qui n’a jamais passé une soirée planté(e) devant les péripéties télévisuelles d’apprentis cuistots ? Ces programmes explosent l’audimat. Dans le même temps, mais dans un registre un peu moins techno, l’Unesco classe le « repas gastronomique français » au patrimoine mondial, rien que ça. Et pourtant, la consommation de plats préparés a été multipliée par quatre depuis 1960. A ériger la cuisine en passion nationale,tout en consacrant la malbouffe, les Français ne souffriraient-ils pas de schizophrénie aiguë ?

« Les deux ne sont pas incompatibles, estime Pascal Lardellier, professeur en sciences de l’information-communication à l’université de Bourgogne. « L’épicurisme peut être un moyen de déculpabiliser, face au rouleau compresseur de l’industrie agroalimentaire. Entre les spots de prévention de l’Etat, les couvertures de magazines, les documentaires et les reportages sur les coulisses de l’industrie agroalimentaire, les Français savent qu’ils prennent des risques pour leur santé. Mais ils n’y peuvent pas grand-chose ! »

Car, depuis la seconde moitié du XXe siècle, les femmes travaillent davantage, les temps de transports s’étirent et les loisirs empiètent sur les espaces auparavant dévolus aux fourneaux. Revers de la médaille : en 2012, la France comptait 15 % d’adultes obèses, contre 8,5 % en 1997, selon l’étude ObEpi-Roche.

Vive le manger ensemble

Le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) s’est penché sur ce « paradoxe français ». Selon l’institut, les apports énergétiques quotidiens en France et aux Etats-Unis se valent. Pourtant, l’Hexagone porte en étendard un taux d’obésité moitié moins enflé qu’outre-Atlantique. Car, quand les Américains boulottent, seuls, à heures variables, l’appétit des Français se concentre sur trois tranches horaires. Les chercheurs ont posé une hypothèse : l’alimentation plaisir serait plus saine que l’alimentation purement « nutritionnelle ». « La France est un pays où il existe une des cultures les plus fortes du manger ensemble, que ce soit dans les cantines scolaires ou les restaurants d’entreprises. Manger en groupe rend le repas convivial et évite aux Français d’avoir à assumer seuls leurs choix alimentaires », souligne Pascale Hébel, directrice du département consommation du Credoc. Ou comment garder la ligne, tout en faisant de l’alimentation une fête. Certes, mais jusqu’à quand ?

L’évolution des modes de vie a fait ses premières victimes. La part des petits déjeuners pris en solo, en semaine, est passée de 51 % à 60 % chez les adolescents et de 53 % à 59 % chez les adultes, entre 2003 et 2010. Quant au chiffre d’affaires de la restauration rapide, il a plus que doublé en vingt ans. Fort heureusement, les bars à soupes, sushis, smoothies – ou tout autre lieu proposant des légumes frais accompagnés d’un rien de mayo – cartonnent. Paul Bocuse et Alain Ducasse eux-mêmes ont ouvert leurs enseignes de cuisine sur le pouce, participant au grand lifting de la gastronomie française.

Un filon pour la télévision

Le suicide de Bernard Loiseau, en 2003, a révélé les coulisses d’un univers où seule semblait compter la course aux étoiles. Les chaînes de télévision se sont alors inspirées de leurs cousines british pour exposer une nouvelle génération de cordons-bleus. Exit les franchouillards Maïté ou Jean-Pierre Coffe. Place aux jolis minois – Andrieu, Lignac – ou aux excentriques – Norbert et Jean, docteurs ès plats « gourmands » ou « structurés ». La tendance cuisine se répand partout : sur les blogs, dans les ateliers, en librairies…

Selon l’institut GFK, 12,8 millions de livres culinaires ont été vendus en 2012, contre 8,8 millions en 2006. La cuisine permet de réduire son budget en temps de crise mais aussi de maîtriser les ingrédients et donc d’évacuer l’angoisse des étiquettes incompréhensibles. « Cuisiner permet de remettre la main à la pâte à l’heure où les métiers manuels se raréfient, explique Pascal Lardellier. Inviter des gens à sa table signifie aussi retourner aux origines de la sociabilité. Plus les relations sont virtuelles, plus les hommes ont besoin d’un ancrage dans la réalité.

French touch à la Maison Blanche

Il n’y a qu’à regarder l’essor des Disco Soupes qui, en un tweet, donnent rendez-vous pour éplucher des légumes voués au rebut, sur des beats de discothèque. Les pouvoirs publics ont compris qu’il était impossible de parler nutrition en faisant l’impasse sur le plaisir. Après les résultats décevants d’une décennie post vache folle axée sur l’hygiénisme, Bernard Kouchner, alors ministre de la Santé, s’interrogeait lors du lancement du Programme national nutrition et santé de 2001 : « Faut-il sacrifier au tout-puissant principe de précaution le si doux principe de plaisir ? » Eh bien non, Bernard !

La direction recherche, études, évaluation statistiques (Drees) a publié en 2010 le résultat d’une enquête menée auprès des 5-6 ans. Le surpoids reflue, de 14,4 % en 1999 à 12,1 % en 2006. Cette French touch-là aurait même inspiré Michelle Obama pour son programme anti-obésité. Les fabricants de hula-hoop remercient les Frenchies pour le coup de pub que leur a fait une First Lady se déhanchant sur la pelouse de la Maison Blanche pour vanter les vertus du manger-bouger.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité