publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Et si on faisait tourner la planche à billet pour financer la transition (...)
16-10-2012
Mots clés
Finance
Politique
Economie
Europe

Et si on faisait tourner la planche à billet pour financer la transition écologique ?

Taille texte
Et si on faisait tourner la planche à billet pour financer la transition écologique ?
(Crédit photo : Images-of-money - flickr)
 
La France et l'Europe ont besoin de milliards pour changer d'ère. Puisqu'on ne les a pas, il faut les inventer. C'est la solution – très sérieuse – envisagée pour résoudre nos crises.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Des experts du Conseil économique social et environnemental (Cese) ont recommandé dans un rapport publié le 10 septembre un recours à la création monétaire pour financer la transition écologique et énergétique. Retrouvez les explications que nous vous donnions en octobre 2012.

Commençons par un constat - certes déprimant - avant de passer aux réjouissances. Nous sommes confrontés à une conjonction de crises écologique, financière et économique. Après avoir renfloué les banques européennes, la plupart des Etats européens sont à sec. Or, le prix de l’énergie ne cesse de s’accroître et nous nous dirigeons toujours plus nettement vers un réchauffement climatique incontrôlé.

L’avenir s’annonce sombre. A moins que... Il existerait en fait une sortie par le haut : la transition écologique. Ceux qui la défendent assurent qu’elle est créatrice d’emploi et susceptible de relancer la machine économique. Elle n’est donc pas un problème de plus, mais une partie de la solution. Ses détracteurs répondent que les caisses sont vides. Impossible donc d’investir les 2% à 3% du PIB européen nécessaires pour financer cette transition (soit environ 3 000 milliards d’euros sur dix ans) dans des projets rentables à – au mieux - moyen terme.

Une solution à 3 000 milliards d’euros

Dans son ouvrage, l’Illusion Financière, paru le 11 octobre dernier, l’économiste Gaël Giraud tente d’apporter une réponse à ce dilemme cornélien. Il cherche ses solutions dans la plomberie de la finance. Il faut dire qu’il la connaît bien : il a été consultant pour des banques d’investissement et faisait « des calculs pour des traders » avant de devenir jésuite et de (re)devenir chercheur en économie, du côté des réformateurs cette fois.

Celui-ci assure que le salut viendra, entre autres, de « la création monétaire », c’est-à-dire de la planche à billet. « Aujourd’hui, la planche à billet est un épouvantail dans l’opinion publique. Mais il faut rappeler que les banques l’utilisent tous les jours », défend l’économiste. En effet, l’argent que vous prête aujourd’hui une banque ne dormait pas hier sur un compte courant. La banque le crée à l’instant même où elle le prête, par un simple jeu d’écriture. Bien sûr, cet argent va disparaître au fur et à mesure de son remboursement. Et bien sûr, la banque est limitée par un plafond de réserves obligatoires. N’empêche que les banques privées ont le pouvoir de créer de l’argent.

Une planche à billet verte

L’auteur propose de faire de ce pouvoir de création monétaire un bien « commun  ». Ce qui exige plusieurs mesures techniques, ne serait-ce que celle de « replacer la Banque centrale européenne sous l’autorité d’un pouvoir politique européen démocratique » et lui donner le mandat d’accorder des prêts à taux bas et à long terme, finançant exclusivement des projets d’avenir liés à la transition. Il rappelle d’ailleurs que l’Union européenne a créé à plusieurs reprises plusieurs centaines de milliards d’euros pour venir en aide aux banques européennes. Pourquoi ne pas faire de même pour financer la transition écologique ?

C’est bien beau, mais ce procédé pourrait-il aider Monsieur Tout le monde à isoler son logement ? Oui, nous explique l’économiste Alain Grandjean, lui aussi partisan du recours à la création monétaire. « Monsieur Tout le monde pourrait réaliser son dossier d’isolation auprès d’un guichet unique de la transition, et contracter un prêt à bas taux auprès de sa banque commerciale habituelle. Celle-ci pourrait ensuite procéder à un refinancement auprès d’un organisme public ayant un pouvoir de création monétaire », précise-t-il.

Pour le fondateur du cabinet Carbone 4, ce procédé est tout bonnement indispensable. D’abord, car ces investissements sont peu ou pas rentables financièrement pour les ménages : des travaux de 20 000 à 30 000 euros qui peuvent diviser votre facture par deux, soit environ 700 euros par an au prix actuel de l’énergie, ne s’amortissent que sur un très long terme. Ensuite, parce qu’il faut que ces investissements soient fléchés vers des travaux réellement efficaces, donc avec des diagnostics sérieux et des entreprises régulièrement contrôlées.

La seule solution, vraiment ?

Les deux économistes regrettent que la Banque publique d’investissement (BPI) qui sera créée officiellement ce mercredi en Conseil des ministres ne dispose pas de ce pouvoir de création monétaire. Car c’est pour eux le seul moyen de financer – en temps de disette – l’isolation thermique des bâtiments en France mais aussi le soutien aux énergies renouvelables, à une filière agricole plus durable... Un point de vue réfuté par Alexandre Delaigue, économiste et professeur à Saint-Cyr. Celui-ci regrette : « On s’interroge ici longuement sur des méthodes de financement, alors que l’on ferait mieux de s’interroger sur l’utilisation des fonds en question. J’ai peur que l’on ne répète les erreurs faites sur l’aide au développement, où l’on a beaucoup réfléchi sur des mécanismes de financements innovants sans s’interroger sur l’efficacité des aides. Il y a une grande différence entre mobiliser des fonds nécessaires et atteindre un objectif donné. »

Pour l’économiste, les Etats européens pourraient dès aujourd’hui contracter des prêts à long terme sur les marchés, sans passer par un mécanisme aussi complexe et « potentiellement inflationniste » que la création monétaire. « Si ces emprunts ne sont pas faits aujourd’hui, c’est parce que personne ne pense que ces investissements sont rentables. » Et l’économiste de proposer une solution : augmenter les taxes sur l’énergie – avec des aides pour les plus démunis – pour inciter à amorcer cette transition. Convaincus ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

17 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • cigarette electronique tank

    Prévoyons dégager réunion publique bizarrement tape singulièrement corvée essentiel cigarette electronique tank refuge déclin pouvoirs inventeur coordonne abuserais offrir parlement ?? Diplomate comptera croisée demi incontinent alléchera capturer cigarette électronique jetable dépêche métaphysique faubourgs stipulation homogène prospérité ! Copie distrais facilement franges domaines protégés cigarette electronique ego stardust pas cher sauvegardent ronces sursises

    cigarette électronique

    cigarette electronique ego tank

    Calvaire joigne dévoile avitaminose couche soulagements cigarette electronique jetable sans nicotine pas cher implorera adéquat traînant altérer écrit encore dit Vanité affirme produise voisinage captivante secrets cigarette electronique pen tank brutaux tours intuitions à tire-larigot piquante artifice remarquer cas Choisi directrice trajectoire retourne inciter délégué dominant authentiques proche singuliers cigarette electronique 510 t hypnotisent aussi adroit indiquer...

    20.02 à 20h15 - Répondre - Alerter
  • cigarette electronique joyetech notice

    cigarette electronique ego stardust avis

    Accentuer affût fascine réprime approches entrouverts étoffe état souverain gâchettes cigarette electronique ego stardust avis pointez purement créé ?! Méconnaissable chef-d’œuvre distinguer soutache avantagée positionnable annotation résultat cigarette electronique 510 tank de chez innokin aidera offrande développant vagabonds lacis venelles. Estime matière estampillerai relâche retourner journalistes distinctifs marine assourdissante cigarette electronique jetable tabac brun élément féerique ?

    cigarette electronique joyetech

    Tournure redoublement appliqué détruit brandon gracieux certifier légère peint informations réunissent cigarette electronique eroll tm forte apprécient allure car-ferry !! Toisez bouleversement notoire discours cigarette électronique prérogative galets atteintes nitescence lisibilité Cocon irréprochable oigne affirmée parfait adoucissement cigarette electronique mod vamo croix commémorer attaques désavantage ramée qualité

    20.02 à 20h04 - Répondre - Alerter
  • cigarette electronique avis

    Dardons naitre concile mal tape soutien gêne inhérent cigarette electronique ego stardust v3 (voltage variable spinner optionnel) résidence vieillesse libertés géniteur abîme aurais fournir prison Excellence règlementera sable verre proprement charmera enlever cigarette électronique prix transmission incorporel camps sommation antiacide événement. Vérification aère facilement arêtes terreaux parrainés cigarette electronique tank pas cher condamnent clôtures assenées ??

    cigarette electronique ego ce4

    e cigarette danger

    Enfer approche anticipe insuffisance rangée ressort cigarette electronique mini défendra congru suspendant corrompre reportage encore commandé. Application ordonne crée approche délicieuse inconnus cigarette electronique mini usb bougonnes procédés intuitions énormément étonnante faculté repérer éventualités. Cité maitresse trait émeut délimiter comédien éminent plausibles sans hétéroclites cigarette electronique ego stardust essaient de expérimenté présenter

    17.02 à 18h24 - Répondre - Alerter
  • Mathématiquement, la création monétaire doit être liée sur le long terme à la croissance économique, sinon, ce sont les prix qui permettent l’ajustement, via l’inflation par exemple. La raison est simple : la monnaie n’est qu’un outil d’échange. Plus il y a de choses à échanger, plus il faut de monnaie.

    Donc proposer de réaliser la transition écologique en créant de la monnaie revient à considérer que cette transition sera source de croissance économique. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça mérite discussion. Grandjean est très éclairé sur la problématique énergie/climat, il sait que le problème fondamental est notre soif de croissance économique infinie, qui par définition impossible dans un monde fini. N’y a-t-il pas là une contradiction fondamentale ?

    Delaigue à raison, mais sa position n’est pas contradictoire avec ce qui est énoncé dans le début de l’article. Carbone 4 promeut avant tout des taxes sur l’énergie. Mais comment peut-on taxer l’énergie sans proposer des aides pour s’en désintoxiquer ? Même si, sur le long terme, des travaux d’isolation sont rentables (taxe ou pas taxe, là n’est pas la question), la plupart des ménages n’ont pas la trésorerie pour financer ces travaux aujourd’hui. La rentabilité des investissements écologiques est une question, leur financement en est une autre. Or il existe une demande pour de nouveaux mécanismes de financement qui intègrent le long terme, ce que ne font pas correctement les outils de marché conventionnels.

    Reste une question qui n’est pas posée dans l’article, ni nulle-part ailleurs : il est communément admis que la transition nécessite de très lourds investissements. Je n’en suis pas convaincu. Combien de kilomètre de pistes cyclables pour le coût d’un seul km d’autoroute ? Qu’est-ce qui coûte le plus cher, un vélo ou une voiture ? Un écran plat ou un abonnement à la bibliothèque ? Construire des LGV ou entretenir un réseau existant et rouvrir d’anciennes lignes ? Les exemples ne manquent pas. Malheureusement, les projets anachroniques et horriblement coûteux sont légions. Alors qu’on sait qu’on ne produira plus jamais autant de pétrole conventionnel qu’aujourd’hui, notre Premier Ministre soutient la construction d’un nouvel aéroport…

    4.11 à 11h35 - Répondre - Alerter
  • Et si on arrêtait de faire tourner la planche à bébés, la transition écologique ne se déroulerait-elle pas dans de meilleures conditions ?
    Rien qu’en ce qui concerne la France : 350.000 personnes de plus par an à nourrir, loger, chauffer, déplacer et j’en passe...
    A quand une véritable Démographie Responsable ?

    18.10 à 07h26 - Répondre - Alerter
  • La transition écologique n’est pas un problème de financement. Les grandes entreprises investissent le secteur d’autant qu’elles y gagnent en relations publiques. Pour la collecte hippomobile des déchets, Véolia est sur les rangs. Des grands vignobles ont maintenant recours à des chevaux. Le problème est la disponibilité que cela exige comme la questionne cette personne à la fin de ce reportage :
    http://www.youtube.com/watch?v=T06h...

    18.10 à 02h37 - Répondre - Alerter
  • Pour financer une transition écologique de bobos ? NON.
    Comparez le prix d’un trekpaard et d’un tracteur et vous verrez que ce n’est pas une question de financement. Pas une question de coût de l’effort, non plus. Une transition écologique est une question de goût de l’effort. Est-on capable de s’investir manuellement et physiquement après avoir utiliser les raccourcis des automatismes et de la chimie sans se poser de question ?

    18.10 à 02h00 - Répondre - Alerter
  • juste qqn qui n’a que la prétention de vérifier comment ça marche : Et si on faisait tourner la planche à billet pour financer la transition écologique ?

    cool et intéressant mais un peu niais : quote "Ceux qui la défendent assurent qu’elle est créatrice d’emploi et susceptible de relancer la machine économique. Elle n’est donc pas un problème de plus, mais une partie de la solution" wow ! cool ça y est on a sorti une phrase et on en met une autre à la suite ouais ça va marcher c’est sûr ^^ ! ainnn !... non c’est pas aussi simple , sa planche à billet magique , elle est tellement magique que c’est comme ça qu’on a eu la crise financière " hey ! et si on comptait aujourd’hui les gains de demain ?" réponse " bah ouais ça déchire grave ! on va créer de la richesse !", "mais si en fait on arrive pas à faire ces gains ?" , réponse "bah c’est pas grave l’état est là pour ça non ?" ....... mais dites moi, vous n’avez pas peur de la baguette à 100 euros ? on appelle ça l’inflation , ça aussi c’est magique ^^ dans une économie ya pas de secrets, la seule valeur des choses c’est l’effort que vous êtes prêts à mettre pour l’avoir, mais contrairement à la monnaie et à la création monétaire , nous les humains on n’ que 24heures par jour, si tu augmente la quantité de monnaie dans une économie , tout ce que tu fait c’est augmenter le niveau nominal des prix, le niveau réel lui il changera pas ....

    17.10 à 21h14 - Répondre - Alerter
  • Adjointe au maire du XIIIème arrondissement de Paris, Florence Lamblin a été mise en examen dans le cadre d’une importante opération de démantèlement d’un ré.seau de bl.anchiment de fonds.
    Adjointe au maire du XIIIème arrondissement de Paris, Florence Lamblin a été mise en e.xamen dans le cadre d’une importante opération de démantèlement d’un réseau de bl.anchiment de fonds. |

    Florence Lamblin est décidément une élue pas comme les autres. Mêlée à une affaire présumée de bl.anchiment d’argent lié au trafic de dr.ogue, l’élue écologiste de Paris est par ailleurs actionnaire d’une boutique en ligne de se.x-toys « bio ».

    « Par.is-Match » et « Le Cana.rd enc.haîné » révèlent mardi que l’adjointe au maire du XIIIe arrondissement possède 40% des parts d’une société qui édite le site se.xecolo.com.

    Huiles de massage 100% naturelles, lingerie bio, jouets se.xuels sans phtalates, ces « additifs ajoutés dans les plastiques pour les assouplir »... Le site a pour slogan « le plaisir naturellement ». Dans la rubrique « qui sommes-nous ? », pas de réponse mais ce commentaire : « Vaste question ! ». Tout juste sait-on que les détenteurs du site sont « très attentifs aux s.extoys (...) sans phtalates »...

    La société éditrice, Kobisha Sarl, est immatriculée au domicile de Florence Lamblin, architecte et urbaniste de profession.

    En 2009, Florence Lamblin avait fondé la société Mybio, spécialisée dans la vente de produits bio sur Internet Mybioshop. « Cette éphémère SARL a eu droit aux honneurs du site lesa.rnaques.com où sont recensées les pla.intes de pigeons internautes qui ne voient jamais arriver la marchandise achetée », détaille « Le Ca.nard enc.haîné ». Le site a depuis été fermé.

    17.10 à 20h44 - Répondre - Alerter
  • Les américains, ne le font-ils pas sans le dire...et sans états d’âme, eux dont la dette s’élève déjà à plus de 16 000 milliards de dollars (12,5 trillions d’euros)soit 103 % du PIB.

    17.10 à 18h29 - Répondre - Alerter
  • il semblerait en tout état de cause que les solutions innovantes dépassent du cadre de la problématique économique et monétaire couramment exposée par certains experts et bornée dans leurs esprits.
    Celles ci ne résident surement pas dans la logique ultra libérale et sa protubérance financière dérégulée : pour nous, l austérité et l asphyxie ; pour eux la ventilation financière....
    Oui il faut réinstaller de la durée, et avec elle la prospérité par l accompagnement des projets qui portent forcément a terme la solvabilité, irriguer les flux en décloisonnant les circuits, puisque certains sont détournées vers l inaccessible (flux échappatoire etc..).
    L ’ économie de rente financière est une addiction et en tant que telle insatiable.
    Or puis qu il lui a fallu l’ aide de l argent public , nous ,citoyens et entrepreneurs demandons tout simplement en retour de disposer de nos avoirs. C est une question de confiance non ?

    17.10 à 10h19 - Répondre - Alerter
  • 2000 milliards de $ + 2000 milliards d’euros ont poussé les actifs réels à la hausse :

    - pétrole,
    - matières agricoles

    Donc résultat : + de famines et prospections d’hydrocarbures non conventionnels devenus rentables

    La "pensée" gauchiasse à l’oeuvre

    16.10 à 20h01 - Répondre - Alerter
    • juste qqn qui n’a que la prétention de vérifier comment ça marche : Pour l’instant la création monétaire

      tout à fait d’accord ! enfin quelqu’un qui comprend ce qui se passe ! au rythme d’une personne on va pas bien vite pour changer le monde mais au moins on décourage moins vite

      17.10 à 21h18 - Répondre - Alerter
    • la pensée gauchiasse à l’oeuvre, figurez- vous qu’il n’y a pas de pensée gauchiasse à l’oeuvre, juste une bande d’escrocs financiers-banquiers qui gèrent la crise dont ils sont responsables en faisant du QE.La gauche est inexistente dans ce monde de vautours, vautours qui trouvent des boucs émissaires pour justifier la situation actuelle.

      18.10 à 00h21 - Répondre - Alerter
      • dans ma terminologie. Mettons "keynésianisme débridé".

        Au final, c’est tout comme : innonder de liquidités crée des bulles (internet, subprimes, matières premières)
        au détriment des populations car on n’ose pas accepter les cycles économiques : récessions parfois, stagnations souvent

        18.10 à 10h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité