publicité
Accueil du site > Actu > Reportages > Et l’Inde inventa le paradis vert
Article Abonné
29-11-2009
Mots clés
Environnement
Inde
Reportage

Et l’Inde inventa le paradis vert

Taille texte
Et l'Inde inventa le paradis vert
 
L'Etat indien du Gujarat était jusqu'ici réputé pour ses industries lourdes et polluantes. Il l'est désormais aussi pour sa « zone économique verte ». Œuvre de Ganesh Devi, fondateur de l'ONG Bhasha, cet ambitieux projet associe agriculture biologique, microcrédit et formation universitaire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°9 - décembre 2009

Climat : vont-ils sauver la planète ?

(Envoyée spéciale dans l’Etat du Gujarat)

A Vedchhi, l’événement fait encore parler de lui. C’était juste avant l’été, la mousson n’avait pas encore commencé et la chaleur était insoutenable. Ils étaient pourtant plusieurs centaines d’hommes et de femmes, les enfants dans les bras, à s’être donné rendez-vous dans la petite ville indienne du Gujarat. Le cortège, avec ses visages creusés par le soleil et ses saris colorés, s’est alors ébranlé dans un joyeux brouhaha pour une marche de plus de 400 km à travers 170 villages afin de promouvoir la Green Economic Zone (zone économique verte, GEZ). « Nous voulons créer une zone où les villages sont autosuffisants tout en préservant l’environnement. Respecter l’homme et la nature », résume Ganesh Devi, le fondateur de l’ONG Bhasha – « voix » en hindi – à l’origine du projet en 2002.

Une ambition : détrôner Kellogg’s

Au départ, il y a un constat : la découverte de pétrole et de gaz naturel a transformé l’ouest du Gujarat en golden corridor. Les « zones économiques spéciales » y ont fleuri sur des terres vendues pour une bouchée de pain aux industriels. En revanche, dans l’Est, les populations tribales déclassées survivent. Descendants des « tribus criminelles », listées en 1871 par les colons britanniques, ces populations – plus de 60 millions de personnes en Inde – « souffrent toujours de stigmatisation et d’exclusion », déplore Ganesh Devi. Ces habitants sont au cœur du programme de Bhasha

Pour l’heure, leur priorité est de cultiver, en coopérative, « des produits à base de maïs biologique qui seront sur toutes les tables de petit déjeuner d’Asie. Ainsi, nous détrônerons Kellogg’s », ambitionne sans rire ce professeur de littérature et de sciences humaines. Et pour ce faire, l’organisation a un plan : « D’abord, nous allons diviser par deux le coût des intrants : un sac de 20 kg d’engrais chimique vaut 400 roupies (5,74 euros), contre 200 roupies pour du compost. Ensuite, nous allons supprimer les intermédiaires entre le producteur et le distributeur. Aujourd’hui, le kilo de maïs est payé 5 roupies (0,07 euro) au cultivateur, puis, après être passé entre les mains de nombreux intermédiaires, il est acheté trois fois plus cher par le vendeur final. Cette marge de 10 roupies doit revenir au producteur. On espère une augmentation de ses revenus de 150 % : les familles qui touchent aujourd’hui 60 euros par mois en auront 90 », explique Vipul Kapadia, responsable des activités économiques de Bhasha.

Le Gujarat est l’un des Etats les plus prospères de l’Inde, le Produit national brut (PNB) par habitant s’y élève à 610 euros contre 568 euros pour le reste du pays. Mais ce chiffre est trompeur, car il est gonflé artificiellement par les industries de l’Ouest. A l’Est, les populations d’agriculteurs souffrent. « Cela fait cinquante ans que je cultive ces champs. Je me rends compte que la terre s’épuise et perd sa fertilité », raconte Raju Bhai Rathva, patriarche dont dépendent une vingtaine de personnes. Le sol, épuisé par des années d’exploitation intensive et par les produits chimiques, ne devrait retrouver sa fertilité naturelle que dans trois ans. « La productivité des champs biologiques est inférieure de 10 % à 15 % par rapport aux champs cultivés avec des engrais “ classiques ”, mais les producteurs y gagneront car le coût de production sera moindre, promet Vipul Kapadia. Et on espère vendre nos produits à un prix supérieur à celui du marché. Mais pour cela, encore faut-il créer une clientèle prête à payer plus cher pour des produits de qualité. »

Une « université tribale » pour les jeunes

Monsanto – qui n’a pas souhaité répondre à nos questions – a récemment répliqué dans la zone avec un projet pilote. L’entreprise a fourni des engrais et des grains OGM à 30 000 familles en leur promettant que cela doublerait leurs revenus en un an. « S’il y a véritablement un pic de revenu, il ne sera que provisoire. Viendront ensuite la dépendance aux produits chimiques et donc à Monsanto. Et l’endettement vis-à-vis des propriétaires terriens. L’entreprise ne s’intéresse qu’à une seule chose : ses profits, et aucunement au développement sur le long terme. Son modèle économique engendre un cercle vicieux qui accule les paysans au suicide », s’insurge Nagin Rathva, petit producteur qui s’est converti au maïs biologique depuis que Bhasha a commencé les premiers tests d’agriculture bio dans la région, en 2002.

Aujourd’hui, plus de 1 200 villages sont concernés par la GEZ, soit un peu plus de 4 millions de personnes. Mais l’objectif est encore plus ambitieux : Bhasha compte toucher à terme 2 200 villages et plus de 8 millions d’habitants sur les 50 millions que compte l’Etat. On est loin de la petite ONG créée il y a douze ans pour promouvoir les langues des « tribus criminelles », menacées de disparition, à travers une maison d’édition. « Nos livres ont permis la sauvegarde et la diffusion de la culture tribale : les traditions agricoles, les musiques, les rituels… », constate Ganesh Devi.

Posé mais déterminé, il a obtenu en 1998 un terrain de 4 hectares à Tejgadh, un village à environ 200 km au sud-est d’Ahmedabad, la capitale de l’Etat, et y a fait construire une « université tribale ». C’est le centre névralgique du développement de la région : depuis l’an 2000, plusieurs centaines de jeunes y suivent une formation de deux ans. « Désormais, notre destin nous appartient. De la première décision théorique à l’application dans les villages, c’est nous qui décidons et qui gérons, se félicite Nagin Rathva tout en observant ses plants de maïs. J’ai passé six mois à l’université pour étudier les techniques de l’agriculture biologique et la stratégie de développement, puis six mois sur le terrain à recueillir des informations et à diffuser mes connaissances. Aujourd’hui, je suis responsable du Development Services Center (DSC) de ma région et professeur à l’université », annonce fièrement le trentenaire.

Les DSC sont des relais de développement qui couvrent toute la GEZ. A chaque problème sa solution. Les populations souffrent de la faim ? On crée des banques communes de grains. Les villageois se sont endettés auprès des propriétaires terriens ? On monte un système de microcrédit et 25 000 familles en bénéficient. On meurt de maladies curables ? Deux cliniques sont ouvertes. Les enfants sont illettrés ? Soixante écoles en scolarisent gratuitement 7 000. Les habitants s’exilent en ville et finissent sur les trottoirs de Bombay ? Une aide à la création de microentreprises est mise en place et implique aujourd’hui des dizaines de milliers de personnes.

Quelques billets sur la table

Kari Bhan Rathva passait ainsi sa journée entre les champs et la cuisine. Aujourd’hui, elle apprend la couture et commence à vendre sa production. « La première fois qu’elle a gagné de l’argent, elle est rentrée, sourire aux lèvres, et a déposé fièrement les quelques billets sur la table », raconte son mari. Leur voisin, Raju Bhai Rathva, a appris de son père la technique de fabrication du compost biologique et il le vend désormais par téléphone portable ! « Nos pratiques traditionnelles respectent la nature, mais certaines techniques modernes nous permettent de vivre mieux, le tout est de trouver la bonne alchimie », dit-il. Avec la Green Economic Zone, les tribus du Gujarat ne sont pas loin de transformer le plomb en or. —

UN CHAMPION DU DEVELOPPEMENT PERISSABLE

Trente ans après, le Premier ministre du Gujarat, Narendra Modi, appelle à une seconde révolution verte. La première avait permis à l’Inde d’atteindre l’autosuffisance alimentaire ; la nouvelle, lancée en mai 2009, passera par une nouvelle « Zone économique spéciale » dédiée à la recherche sur les graines. Réputé pour gérer son Etat comme un chef d’entreprise, le sulfureux leader local du BJP (Bharatiya Janata Party, Parti du peuple indien, extrémiste hindou) a attiré de nombreux investisseurs sur ses terres. Aujourd’hui, le Gujarat enregistre un taux de croissance parmi les plus forts du pays. Le constructeur automobile Tata, après de multiples ennuis avec les paysans du Bengale, a décidé d’y produire sa Nano.

Mais l’Etat a également fait son entrée, en 2007, dans la liste des dix sites les plus pollués de la planète, publiée par le Blacksmith Institute. Selon l’ONG américaine, plusieurs centaines de milliers de personnes seraient ainsi en danger à Vapi, une ville du golden corridor industriel. Plus de 50 entreprises d’Etat y déversent leurs déchets, en toute impunité. Les nappes phréatiques présentent un taux de mercure 96 fois supérieur aux normes de l’Organisation mondiale de la santé. Avec des taux de toxicité dépassant 60 fois les normes, les sols sont eux contaminés par des métaux lourds (cuivre, chrome, plomb) et des produits chimiques (pesticides, chlorobenzènes). Les femmes souffrent de stérilité et les fausses couches sont légion. Quant aux enfants, ils sont nombreux à naître prématurés ou à présenter des retards de développement. Mais rien n’y fait, Modi semble vouloir toujours plus d’investissement industriel pour son Etat.

Photos : Anne-Gaëlle Rico

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité