publicité
Accueil du site > Actu > Présidentielle > Environnement : « Ne pas rater le train de l’après-élection »
18-04-2012
Mots clés
Politique
France
Interview

Environnement : « Ne pas rater le train de l’après-élection »

Taille texte
Environnement : « Ne pas rater le train de l'après-élection »
(Crédit photo : Emich - Flickr)
 
Alors que s’achève la campagne, « Terra eco » invite des experts à dresser le bilan. Pour Stéphane Hallegatte le lien n'a pas été fait entre la crise et l'environnement. Mais il n'est pas trop tard.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Stéphane Hallegatte est économiste au CIRED (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement) et ingénieur climatologue à Météo-France.

Terra eco : Nous arrivons au terme de la campagne. Que regrettez-vous ?

Je tire un bilan plus positif de cette campagne que beaucoup d’observateurs. Les candidats ont évoqué les grands dossiers, notamment le logement, la crise et la relance économique ou encore la nécessaire réforme fiscale. Je regrette cependant que jamais, hormis chez Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon, le lien n’ait été fait entre ces problématiques et l’environnement. Or, on ne peut avoir un débat sur le logement sans évoquer la forme de nos villes et notre dépendance à la voiture. De même, il ne faut pas être un environnementaliste acharné pour comprendre qu’on ne peut plus parler de croissance sans penser à l’environnement, en particulier sans penser au potentiel des industries environnementales. Le recyclage, la gestion des déchets et de l’eau, les énergies renouvelables sont autant de secteurs qui peuvent devenir des relais de croissance et des spécialités made in France à l’international. Dans chaque débat, l’environnement est resté dans un angle mort. C’est une occasion perdue.

Pensez-vous qu’il y a quelque chose à sauver dans cette campagne ?

Encore une fois, j’estime que des choses ont avancé pendant cette campagne. Des faux débats et de petites questions l’ont émaillée mais ils n’ont pas vraiment pris dans l’opinion. A l’inverse, de vrais débats ont été posés sur la table. Je pense notamment aux accords européens sur la croissance. Les positions des principaux candidats étaient très éloignées au début de la campagne et chacun a avancé depuis.

Quel est à votre sens le ou les défis urgents du prochain quinquennat ?

Il faut réussir à faire comprendre que l’environnement n’est pas un luxe que l’on se permet quand on en a les moyens ou quand tout va bien. Au contraire, il offre des solutions dans chacun des grands débats. Par exemple, les candidats devront s’attaquer au manque de logements en France. Et bien il faudra rappeler que nous devons certes construire plus mais qu’il faudra aussi construire mieux et au bon endroit, c’est-à-dire construire des logements qui consomment moins et qui sont accessibles en transport en commun. De même les candidats se sont engagés à une réforme fiscale, quelque chose de rare. Mais il ne faudra pas négliger ce que les taxes environnementales peuvent apporter : taxer l’énergie, c’est taxer moins le travail. C’est donc favoriser une économie plus efficace en terme énergétique et plus créatrice d’emplois. Dans tous ces domaines, il ne faudra pas rater le train de l’après-élection.




Retrouvez les autres interviews et analyses sur la campagne :
- Campagne : « La question énergétique a été mal abordée »
- « Ce qu’il y a à sauver de cette campagne ne s’est pas vu à la télé »
- Pic pétrolier : « L’iceberg arrive et les candidats ne le voient pas »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Deux remarques sur cet article trés inéressant :
    - Il est étonnant de voir que M. Hallegatte sur la question du quinquenat, parle encore des "candidats" et pas du "futur président". J’ose y voir une prémonition pour un quinquenat en opposition au "bing-bling" agité du précédent. Un mandat placé sur le signe des tentatives de résolutions "concertées" et non plus "décrétées unilatéralement" par un monarque... Un mandat où le pragmatisme et la coopération entre "candidats au changement" serait mise en avant. On peut toujours réver, non ?
    - Je crois aussi qu’il s’est dit des choses intéressantes dans les débats, mais il faut garder en tête que ceux qui les ont entendues ont pu le faire parce qu’ils étaient en quelque sorte "privilégiés", avec un accès à plusieurs médias dont les forums Internet. Ceux qui étaient prisonniers de leur cycle "boulot, transport, soucis famillaux,TFzéro", ont peu de chance de les avoir entendues dans la "soupe" servie par les chaînes TV !

    19.04 à 08h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité