publicité
Accueil du site > Blogs > Coin couloir > En direct de Terra eco : onze piges, et un peu plus
25-03-2015
Mots clés
Billet

En direct de Terra eco : onze piges, et un peu plus

Taille texte
En direct de Terra eco : onze piges, et un peu plus
(Crédit illustration : Quentin Vijoux pour « Terra eco »)
 
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 66 - avril 2015

Le goût assassiné

Ni à Poudlard, ni à Brocéliande. La rédac de Terra eco ne s’abrite pas derrière une formule magique pour fabriquer au quotidien son édition électronique, chaque mois son magazine et ses suppléments au crépuscule de chaque saison. Il nous faut, pour tenir notre promesse éditoriale, aller chercher bien au-delà des forces à notre disposition. Dans le jargon de la presse, on appelle « pigistes » ces réservistes de la plume.

A Terra eco, depuis le coin de la rue, du Cap (Afrique du Sud) ou d’Ushuaïa (Argentine), nous avons fait travailler 130 journalistes rien qu’en 2014 et en sus des sept scribouillards permanents qui composent notre équipe. Les photographes, illustrateurs et autres joyeux troubadours de l’image n’ont pas été en reste : plus de 250 commandes ont été passées l’année passée. Pour cette seconde édition de la nouvelle formule de Terra eco et onze ans après l’inaugurale, c’est à eux tous que je songe. En France, la presse est fébrile, sa liberté est frêle mais ses forces – 36 317 cartes de presse en activité dont 25,87% de pigistes – sont encore vives. Que l’alchimie journalistique de Terra eco soit longue !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • 130 journalistes rédacteurs en 2014, un chiffre qui en dit long sur le caractère éphémère de cette pige pour tous ceux qui ont eu la chance d’être publiés dans Terra Eco, et dont Terra Eco a eu la chance de profiter des perles d’ici et d’ailleurs. Nul doute cependant que les "joyeux troubadours" de l’image et de l’écrit seraient plus joyeux encore s’ils avaient un peu plus de stabilité dans leur travail. Fidéliser ses collaborateurs extérieurs, leur être fidèle, c’est un journal plus socialement responsable et un peu moins opportuniste. Qualité ne rime pas forcément avec précarité. On peut même penser le contraire.
    Hélène

    journaliste pigiste

    29.04 à 10h07 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité