publicité
Accueil du site > Actu > Société > En Inde, les distributeurs de billets se font une place au soleil
Article Abonné
30-05-2013
Mots clés
Société
Inde

En Inde, les distributeurs de billets se font une place au soleil

Taille texte
En Inde, les distributeurs de billets se font une place au soleil
(Crédit photo : DR)
 
En Inde, plus d’un demi-milliard de paysans sont exclus du système bancaire. Pour y remédier, une entreprise basée à Chennai a inventé des appareils automatiques solaires très économes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 48 - juin 2013

Les hypers en bout de course(s)

On peut dire, sans craindre de se tromper, que rares sont, dans le monde, les usagers de banque heureux. Dans le village de Kiliyanur, à 200 km au sud de la mégapole indienne de Chennai (l’ancienne Madras), Veludayam Shankar, lui, frise la béatitude. Le nouveau distributeur automatique de billets (DAB), installé par l’Indian Bank il y a seulement six mois, lui a épargné, au mieux, quelques heures d’attente au guichet ; au pire, une journée prise sur ses congés pour se rendre à la machine la plus proche, à 20 km de là. « Depuis deux ans que j’ai un compte en banque, c’était tellement compliqué d’avoir accès à mon argent que je préférais retirer tout mon salaire d’un coup, avec les risques que cela comporte d’avoir cette somme chez soi. Aujourd’hui, je peux retirer des petits montants quand je veux, après ma journée de travail », explique ce fonctionnaire local du département du développement rural de l’Etat du Tamil Nadu.

Tandis qu’il retirait ses billets, une coupure d’électricité a interrompu le fonctionnement des ordinateurs et de l’air conditionné de la petite succursale bancaire, prolongeant un peu plus l’attente des nombreux clients au guichet, dans la moiteur tropicale. Le DAB, lui, a continué à opérer. Et pour cause, fabriqué par Vortex, une petite start-up de Chennai, il fonctionne à l’énergie solaire. Le « Gramateller » (littéralement, le « distributeur pour les campagnes ») est non seulement le DAB le moins onéreux au monde, en termes de coût d’installation et de fonctionnement, mais aussi le plus vert. Et il est en train de révolutionner le monde de la banque en Inde. « En attendant de répondre aux multiples commandes qui émanent d’autres pays émergents pour lesquels il est totalement adapté », précise Vijay Babu, l’un de ses concepteurs, aujourd’hui directeur général de Vortex.

Courant aléatoire

Tout comme son compère et associé dans la société qu’ils ont fondée, Lakshminarayan Kannan est issu du prestigieux Institut de technologie de Chennai. « Pendant toute ma jeunesse, je n’ai jamais approché un DAB, raconte-t-il. C’était l’apanage des urbains et des plus riches. » Aussi, lorsqu’au milieu des années 2000, les deux amis imaginent mettre au point une nouvelle technologie, il leur apparaît évident qu’elle doit contribuer à réduire la pauvreté au sein de l’immense couche de la population la plus défavorisée, à savoir les 72 % de ruraux que compte l’Inde.

« Les deux tiers des 850 millions de paysans ne sont pas bancarisés. Participer à leur inclusion financière, grâce à un DAB totalement adapté aux populations rurales, nous semblait un beau défi technologique et économique, s’amuse aujourd’hui Vijay Babu. C’était aussi un vrai engagement social car, toutes les études le prouvent, pour les plus pauvres, ne pas avoir de compte en banque revient plus cher qu’en avoir un, dans un pays comme l’Inde où les frais bancaires sont très peu élevés, à l’inverse de ce que pratiquent les institutions de microfinance. »

Relever une telle gageure signifiait toutefois surmonter plusieurs obstacles : le coût élevé d’achat et de fonctionnement d’un DAB, qui le rend peu rentable pour des banques dont la clientèle dans les zones rurales reste bien moindre que dans les villes ; la distribution particulièrement aléatoire d’électricité dans les campagnes, qui connaissent huit à dix heures de coupures quotidiennes et le manque de confiance des paysans envers une machine « trop sophistiquée » pour eux.

90 % d’énergie économisée

En 2008, le Gramateller est au point. C’est une machine dont les composants mécaniques et électroniques sont réduits au minimum. Les distributeurs conventionnels utilisent des bacs de stockage d’argent situés dans la partie basse et un tapis roulant, particulièrement énergivore, qui achemine les billets jusqu’à la fente de réception pour l’usager. La machine Vortex use, elle, seulement du basique principe de la gravité pour faire tomber les billets, conservés dans sa partie haute tandis qu’un petit rouleau à moteur achève le travail de distribution. Résultat : le coût de fabrication d’un Gramateller est de 5 200 euros contre 9 000 pour un distributeur traditionnel ! Dans un pays où les températures peuvent friser les 50 °C, cette machine n’a pas besoin de système de refroidissement. Sa consommation est équivalente à celle d’une ampoule de 70 watts, soit une économie d’énergie de 90 % par rapport à ses concurrents. Vortex a fait les comptes : c’est environ 1 850 euros de moins sur les factures d’électricité des établissements financiers qui s’en portent acquéreurs !

A dire vrai, c’est même moins encore, puisque le Gramateller n’a pas besoin d’être raccordé au système électrique de la banque. Le DAB est en effet si économe en énergie qu’il est le seul au monde à pouvoir être alimenté grâce à des panneaux photovoltaïques. Son accumulateur permet douze heures de fonctionnement sans interruption. Enfin, pour rendre l’appareil totalement adapté aux populations rurales largement illettrées, ses deux concepteurs ont eu quelques idées ingénieuses : un système d’instructions vocales en complément de l’écran et, pour éviter le stress d’une erreur de code, une identification digitale. Enfin, détail apparemment anodin mais important aux yeux des villageois : le Gramateller distribue des coupures sales et graisseuses, que les clients ne peuvent soupçonner d’être des contrefaçons. Sous peine de congestion, les distributeurs conventionnels n’acceptent, eux, que les billets neufs, considérés avec dédain à la campagne.

Au moment de son lancement, en 2010, le Gramateller a bénéficié d’un sérieux coup de pouce du gouvernement qui, via la State Bank of India, en a acheté 400 exemplaires pour un projet pilote. De fait, depuis 2005, les autorités ont mis en place un système d’aide aux plus pauvres. Le NREGS (Système national de garantie de l’emploi rural) leur assure cent jours de travail par an, pour un salaire de 1,5 euro par jour. Le programme concerne 35 millions de foyers, essentiellement dans les zones rurales. Or, cet argent est versé aux bénéficiaires par des autorités locales, qui le détournent volontiers à leur profit. « Et voilà comment la corruption généralisée en Inde nous a servi », sourit Vijay Babu.

10 000 machines commandées

Pour remédier au problème, le gouvernement a lancé l’expérience de l’ouverture d’un compte bancaire pour un groupe de participants aux NREGS dans plusieurs Etats où des DAB Vortex étaient installés. L’essai s’étant avéré particulièrement concluant, la State Bank of India vient de passer commande de 10 000 autres Gramatellers d’ici à 2014, conjointement avec l’autre banque publique du pays, l’Indian Bank. Les établissement commerciaux ? Ils se réveillent et commencent, eux aussi, à sortir leurs carnets de chèques. « Et nos ambitions ne s’arrêtent pas là », poursuit le directeur général de Vortex. Le DAB économe et écologique a déjà franchi les frontières de l’Inde, avec, en tout, une centaine d’exemplaires vendus aux pays voisins : Népal et Bangladesh. On en retrouve aussi à Djibouti, à Madagascar et au Nigeria. « Si nous pensons que notre technologie est essentielle pour les pays du Sud à forte population rurale, elle peut aussi concerner les pays développés, qui ont le devoir de réduire leurs émissions de CO2 », conclut, confiant, Vijay Babu. —

Pour les SDF, des radios qui rayonnent

Dans l’Hexagone aussi, le solaire peut briser l’exclusion. Pas de billets ou de cartes bancaires ici, mais des transistors. En décembre dernier, l’association Les Enfants du canal – créée dans le cadre de l’action des Enfants de Don Quichotte au cœur de l’hiver 2007 – distribuait 1 000 postes de radio à des sans-abris parisiens. Pas de problème de piles, puisque les appareils – qui peuvent aussi servir de lampes de poche – fonctionnaient à l’aide d’une dynamo et de l’énergie solaire. Objectif de l’opération ? Rompre l’isolement des SDF en leur permettant d’écouter les infos ou de la musique. —

Retrouvez ici tous les reportages de Corinne Moutout

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Tout au long de l’année 2013, vous retrouverez dans les pages de « Terra eco » les rencontres de Corinne Moutout, qui s’est lancée, en famille, dans un tour du monde journalistique. Elle entend témoigner de quelques-unes des milliers d’initiatives qui émergent et qui contribuent, chaque jour, à construire un monde durable. Ce périple l’emmènera dans pas moins de onze pays. Première étape : le Sénégal. Retrouvez aussi ces reportages dans l’émission « C’est pas du vent », sur l’antenne de RFI : www.rfi.fr/emission/cest-pas-vent

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité