publicité
Accueil du site > Actu > Société > En Birmanie, l’enterrement gratuit, c’est pas du cinéma
Article Abonné
27-03-2014
Mots clés
Solidarité
Asie Et Océanie

En Birmanie, l’enterrement gratuit, c’est pas du cinéma

Taille texte
En Birmanie, l'enterrement gratuit, c'est pas du cinéma
(Crédit photo : free funeral service society)
 
A Rangoun, l’ex-vedette du grand écran Kyaw Thu a créé un service funéraire gratis pour les plus pauvres. Il y a perdu sa carrière, mais gagné le respect de tous.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 56 - avril 2014

Lève-toi et marche !

Enveloppé dans une couverture, le corps repose au milieu des déchets. La veille, Soe Myint U est tombé du pont. Une chute mortelle. Ce sont ses frères qui l’ont trouvé. Après avoir modestement protégé le cadavre, ils ont contacté la Free Funeral Service Society (Société de service funéraire gratuit, FFSS) de Rangoun, une association dont les membres viennent d’arriver sur les lieux de l’accident. Reconnaissables à leurs mains gantées de plastique, ils soulèvent le corps et le portent lentement jusqu’à un cercueil en métal. Les gestes sont minutieux, assurés. Quelques minutes plus tard, le corbillard file déjà vers le crématorium.

En Birmanie, organiser des funérailles n’a pas toujours été aussi simple. Dans ce pays où 26 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, d’après le Programme des Nations unies pour le développement, les plus démunis ont longtemps été incapables de payer les 30 000 kyats (22 euros) nécessaires à la collecte du corps, au cercueil, au transport… En l’absence d’aide de l’Etat, beaucoup de Birmans renonçaient à toute sépulture et abandonnaient les corps à l’hôpital. « Régulièrement, des dizaines de cadavres étaient rassemblés et brûlés à Rangoun, se souvient Kyaw Thu, le président de la Free Funeral Service Society. En dehors des villes, les familles les plus pauvres n’avaient pas le choix. Elles enterraient leurs proches à la nuit tombée dans les champs. »

Barbe ciselée, pieds nus et bijou

Créée en 2001 à Rangoun, la capitale économique du pays, la FFSS organise gratuitement les funérailles. Les bénévoles s’occupent de tout, de la prise en charge du corps jusqu’à l’enterrement ou à l’incinération. Avant de fonder cette asso avec l’aide d’un ami réalisateur, Kyaw Thu était une vedette du cinéma. A 54 ans, il continue de porter beau, arborant une barbe ciselée et un bijou à l’oreille. Il reçoit, pieds nus, dans un bureau aux murs couverts d’images et de souvenirs : les tournages, les récompenses, l’acteur enjôleur qu’il était à 30 ans… Kyaw Thu compte plus de 200 films à son actif et deux Myanmar Awards, les oscars locaux. A l’époque, le milieu du cinéma louait son charisme et son jeu naturel. Mais l’acteur ne tourne plus. Son service funéraire lui a coûté sa carrière.

Dès la naissance de la FFSS, il s’est heurté à la junte militaire, soucieuse de ne pas dévoiler ses lacunes. Les autorités l’ont d’abord obligé à bâtir les locaux de l’association sur une décharge à ciel ouvert, recouverte de débris plastique. Puis, en 2007, alors que la population et les moines manifestent contre la hausse des prix, Kyaw Thu est arrêté et brièvement détenu. Accusé d’avoir soutenu la « Révolution de safran », il est banni de l’industrie du cinéma. Mais malgré les intimidations, l’acteur a poursuivi son activité, obtenant des avancées spectaculaires. « A Rangoun, les funérailles sauvages ont disparu », constate Ayeyar Mg Mg, l’administratrice de l’organisation, qui supervise tous les jours 50 inhumations et crémations, toutes financées grâce à des dons. Des Birmans aisés recourent également aux services de la FFSS moyennant paiement, aidant ainsi à subvenir aux obsèques des plus démunis.

La police adhère

En treize ans, l’association s’est diversifiée et gère désormais une clinique, des ambulances, une salle de classe et une bibliothèque. Sa réussite a inspiré de nombreux Birmans qui, dans leur village, ont eux aussi monté un service funéraire gratuit. Face à cet engouement, la junte a suivi et créé sa propre structure, sans convaincre la population, qui plébiscite la FFSS. Même la police s’adresse à l’acteur pour inhumer les victimes d’accidents et de crimes !

Depuis la dissolution de la junte birmane, en 2011, les réformes se multiplient sans améliorer, pour le moment, le quotidien des plus pauvres. « Le peuple attend des résultats, mais le gouvernement n’est pas encore au niveau », déplore Kyaw Thu, proche de l’opposante Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991 et aujourd’hui députée. L’acteur assure que son service continuera, peu importe la personne au pouvoir. « Mais j’aimerais arrêter, poursuit-il. Car ce jour-là, cela voudra dire que le pays va mieux. » En attendant, il participe activement aux cérémonies funéraires, aidant à porter le cercueil ou conduisant le corbillard, persuadé que sa présence peut atténuer la tristesse des familles. Pour les Birmans, Kyaw Thu reste une star du grand écran. Même un cercueil posé sur l’épaule. —

Impact du projet

50 funérailles gratuites organisées chaque jour par la FFSS

600 associations proposent des obsèques gratuites en Birmanie

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Né à Douai, dans le Nord, Guillaume est un journaliste pigiste de 28 ans. Après des études à Sciences Po Lille et une école de journalisme à Paris, il débute dans la presse spécialisée dans les jeux vidéo, mais se trouve vite à l’étroit entre les conférences promotionnelles et les interviews minutées… Petit à petit, il élargit ses horizons dans la presse magazine. Dernier écart en date, la Birmanie, dont il suit attentivement les évolutions depuis son premier voyage en « terre d’or », en 2011. Il a une passion immodérée pour l’Asie, les librairies et les outsiders.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité