publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > EPR : « Pour aller vite, on respecte moins les procédures réglementaires (...)
Article Abonné
1-09-2011
Mots clés
Energies
France

EPR : « Pour aller vite, on respecte moins les procédures réglementaires »

Taille texte
EPR : « Pour aller vite, on respecte moins les procédures réglementaires »
(Légende : L'EPR de Flamanville en novembre 2009 - Crédit : EDF)
 
Les malfaçons seraient nombreuses sur le chantier de l'EPR français en construction. Mais pour quelle raison et que risque-t-on au juste ? Le point avec Yves Marignac, directeur de l'agence sur le nucléaire Wise-Paris.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Dans un article du 31 août, le Canard enchaîné a révélé l’existence de 4 courriers envoyés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à EDF entre octobre 2010 et août 2011. Ils signalent un certain nombre de malfaçons dans la construction de l’EPR à Flamanville (Manche). Des observations auxquelles sont sommées de répondre EDF d’ici à mi-septembre pour la plupart. Martin Bouygues, le PDG du constructeur en charge du gros oeuvre a déjà répliqué « Si vous m’expliquez qu’il peut y avoir ici ou là de temps en temps, (…) des difficultés dans la mise en oeuvre, et quelques malfaçons qui sont reprises par la suite, c’est vrai, je ne connais pas de chantier au monde où ça n’existe pas, c’est impossible ». La semaine précédente l’hebdomadaire avait déjà révélé l’existence d’un courrier dans lequel l’ASN pointait l’existence de 13 défaillances.

Terra eco : Vous avez eu entre les mains certaines des lettres mentionnées par le Canard Enchaîné qui dénoncent de graves malfaçons dans la construction de l’EPR. Pouvez-vous nous décryptez quelques exemples ?

Yves Marignac : A mon sens, la lettre la plus importante est celle du 24 juin (voir ci-dessous, ndlr) car elle rapporte les conclusions d’une inspection de revue. Dans ce courrier, l’ASN relève 13 écarts significatifs sur des postes d’importance, notamment sur les générateurs de vapeur et sur le système d’injection de sécurité qui intervient en cas de défaillance du circuit de refroidissement. La lettre du 4 mars (voir ci-dessous ndlr) montre que le bétonnage n’a pas été fait dans les règles de l’art qu’il y a eu des repiquages (soit des reprises, ndlr) dans l’enceinte béton du réacteur. Elle relève aussi le fait qu’il n’y a pas eu de nettoyage du fond des coffrages. Pour monter une paroi de béton, on fait un coffrage dans lequel on coule le béton. Mais normalement on nettoie le fond du coffrage avant. Or, les inspecteurs ont constaté de gros amas au fond qui montrent que le nettoyage n’a pas été fait correctement. Il y a de vrais problèmes regardant la qualité de la construction. Or, ils s’accentuent aujourd’hui. Car avec le retard, la pression s’accentue sur le chantier. Pour aller vite, on respecte moins les procédures de qualité. A cause de ce retard aussi, certaines pièces métalliques construites et livrées sur le chantier présentent déjà une pollution ferritique, en clair ils rouillent.

Mais ces problèmes touchent-ils des éléments centraux pour assurer la sécurité de la centrale ?

On peut estimer que des éléments sont centraux quand leur défaillance pourrait conduire à un défaut majeur de sûreté. Par exemple si on a des parois de piscine moins résistantes que prévu. Ce n’est pas très clair dans les lettres mais si je comprends bien, pour rattraper le retard, Bouygues s’est probablement orienté vers une technique de coulage de béton plus rapide. Apparemment le mélange utilisé n’aurait pas été suffisamment homogène. C’est ainsi qu’on aurait obtenu ce « nid de cailloux » dont parle l’ASN c’est à dire des parties dans lesquelles il n’y a pas assez de liants. Ces cailloux se seraient alors dispersés quand le coffrage a été retiré. Ce serait notamment le cas dans les piscines de combustibles irradiés. Or, on connaît l’importance de ces piscines depuis l’accident de Fukushima. Certes, Bouygues va pouvoir faire un rafistolage. Mais en cas de séismes, d’explosion, un mur rafistolé ne sera pas aussi résistant que si on avait un mur coulé d’une seule pièce dans les règles de l’art.

Quels risques encoure-t-on avec de telles malfaçons ?

D’abord un mauvais fonctionnement des réacteurs. Si l’étanchéité des enceintes ou des circuits n’est pas suffisante, s’il y a des fuites, il faudra arrêter les réacteurs pour réparer. Et ces malfaçons pourraient être autant de vulnérabilités supplémentaires dans le scénario d’un accident. L’ASN a donc raison de mettre la pression là dessus.

Bouygues s’est défendu en disant que les malfaçons sont courantes sur un chantier. Qu’en pensez-vous ?

C’est effectivement normal qu’il y ait des écarts sur un chantier mais c’est inadmissible que ces écarts ne soient pas corrigés sur un chantier de réacteurs nucléaires. Il a fallu que ce soit l’ASN qui demande des corrections. Il semble qu’on soit dans la logique du pas vu pas pris. C’est un sujet d’inquiétude. D’autant que ce n’est pas la première fois. Il y a des problèmes depuis le début. En 2007/2008, on a retrouvé un ferraillage sur le chantier avant de s’apercevoir qu’on aurait dû le couler dans un mur un peu plus loin. Le chantier a même été suspendu un moment par l’ASN. Il ne faut pas l’oublier ! Il y a aussi eu des problèmes de soudures sur des pièces importantes. Notamment sur le « liner » c’est à dire la peau métallique qui assure la première couche d’étanchéité de l’enceinte du réacteur et des piscines. Une partie des soudures a été faite par des soudeurs qui n’avaient pas de qualification particulière. Ce n’est pas juste un incident de chantier. C’est une liberté prise par le constructeur par rapport aux règles applicables sur les réacteurs nucléaires.

En Finlande aussi le chantier a pris beaucoup de retard. L’EPR est-il trop complexe à construire ?

C’est un problème de capacité industrielle plus que de complexité intrinsèque. C’est vrai que l’EPR est plus gros qu’un réacteur classique mais comme dans une centrale classique, on doit construire une enceinte en béton étanche, des pièces métalliques inoxidables et faire de bonnes soudures.

En fait, le problème c’est qu’on a perdu les compétences pour construire des réacteurs car on a cessé d’en construire. On n’a pas formé à ces métiers qualifiés. Alors on fait venir des soudeurs de Pologne. Mais en Pologne, il n’y a pas de réacteurs alors les ouvriers n’ont pas la qualification et encore moins l’expérience. On a aussi perdu la capacité au niveau organisationnel. Un chantier comme celui-là n’est pas un chantier de BTP classique comme Bouygues les fait habituellement.

Les problèmes risquent-t-ils de s’aggraver ?

L’EPR français a déjà trois, quatre ans de retard par rapport au délai officiel (1). C’est énorme. Et le coût a déjà doublé. En 2005-2006 au moment où on a pris la décision de construire l’EPR, le coût de l’électricité produite était évalué à 32 euros le Mwh. Fin 2008, il était évalué à 58 euros le Mwh. C’est déjà le niveau de l’éolien terrestre ! Et c’était avant qu’on prenne encore 2 milliards de coûts de retard. Si les coûts augmentent encore, l’EPR risque de n’être plus du tout compétitif. C’est pour ça qu’il y a une pression forte sur le chantier. Le coût de construction dépend du temps pendant lequel on exploite la main d’oeuvre et aussi des intérêts financiers. EDF a emprunté pour construire l’EPR et les intérêts coureront jusqu’à ce qu’il commence à produire. Or EDF n’est plus une entreprise publique. Elle n’a pas la capacité d’absorber les coûts financiers liés à ce genre de dépenses. Elle a des actionnaires privés à qui elle doit rendre compte.

Que risque-t-il de se passer ?

Si ces malfaçons continuent, l’ASN pourrait demander l’arrêt du chantier. Et la démolition de certaines parties qui devront être reconstruites. Aujourd’hui, c’est rigoureusement impossible de dire comment chaque écart va être réglé. Certains risquent de prendre deux semaines, d’autres deux ans. A mon sens, vu certains écarts, il serait inquiétant qu’ils soient réglés rapidement comme s’il n’y avait rien de grave.

(1) EDF a indiqué en juillet un nouveau retard de deux ans pour l’EPR qui doit être mis en service en 2016 alors qu’il était initialement prévu pour l’an prochain. La facture est déjà estimée à 6 milliards d’euros soit le double des estimations initiales.

Quelques-uns des courriers de l’ASN à EDF :

  • Lettre du 4 mars
    PDF - 321.9 ko
  • Lettre du 24 juin
    PDF - 256.5 ko
  • Lettre du 4 juillet
    PDF - 285.6 ko
  • Lettre du 18 juillet
    PDF - 302 ko
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

13 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Revoir film Geneviève Baumont IRSN diffusé voici qq années sur FR3...

    Qq soit le pb les dirigeants,décideurs continuent à foncer tête baissée dans l’horreur pour les peuples se croyant protégés par leur argent et pouvoir... !

    8.09 à 10h16 - Répondre - Alerter
  • Des décennies de dépendance au charbon, emportant tant d’enfants de l’école... aux mines.
    Des décennies de dépendance à l’atome, et où nous emmènent les enfants de l’Ecole... des Mines ?

    6.09 à 09h21 - Répondre - Alerter
  • Nous sommes près d’un demi milliard à vivre à moins de 75km d’un réacteur nucléaire, et à mon avis le Japon et l’Europe de l’Est ne sont que les premières victimes, il y en aura d’autres, au final le nucléaire est à la fois trop marginal (2%) pour sauver le climat et semble trop dangereux pour l’humanité. La solution me parait être d’économiser l’énergie en attendant la séquestration réelle du CO2.

    15.11 à 03h27 - Répondre - Alerter
  • On parle de la construction des EPR comme s’il s’agissait de bâtiments "normaux" Tout le monde sait dans la production qu’un "loup" coute très cher .Ici le "très cher"est tout simplement inestimable et surtout apocalyptique virtuellement, mais il semble que aussi bien chez Bouygues que dans la chaine des contrôles edf ou areva personne n’envisage le problème de la sorte ... C’est un crime contre l’humanité virtuel .
    Il faut arrêter ces chantiers puisque apparemment l’ASN avec des contrôles non exhaustifs ,débusque des manques dans les procédures et les défauts de réalisations induits obligatoirement par les entreprises ,aussi bien Bouygues que les fabricants d’ouvrages divers. Conbien de vices sont déjà cachés et indétectables du fait de l’avancement des travaux ? Comment ce fait -il qu’il y ait encore des clients pour croire à des produits pareils ainsi d’ailleurs hélas qu’aux entreprises françaises sans doute promues en même temps pour leur réalisation ?

    8.09 à 16h52 - Répondre - Alerter
  • Merci pour cet article qui vient une nouvelle fois apporter les preuves que le nuk est tout sauf un choix pertinent pour le XXIème siècle.
    Ca me rappelle un peu un proverbe breton : "à chacun l’âge venu, la découverte ou l’ignorance". Le plus dur étant de réussir à faire son méa-culpa.
    Comme bcp d’autres ingénieurs, j’ai lgtps cru au mythe de l’énergie "propre" de la filière nucléaire. Mais les événements récents, et surtout un (long) cheminement personnel et professionnel sur la question ont achevé de me convaincre que cette énergie était définitivement dépassée. L’heure est à la sobriété et à l’efficacité énergétique. Deux dimensions intrinséquement incompatibles avec l’énergie nucléaire (cf. les milliers de tonnes de béton et d’acier engloutis à la construction, le coût énergétique de l’enrichissement et du retraitement des déchets, celui du démantélement et du recyclage, etc...). Malheureusement, AREVA comme EDF sont incapables d’ouvrir les yeux devant l’évidence. Ils sont tellement convaincus du bien fondé de leurs choix qu’ils en oublieraient presque de regarder ailleurs : la France est-elle à ce point arrogante pour persévérer seule et contre tous ou presque dans l’option nucléaire ???
    Le XXIème siècle sera le siècle de l’exploitation (durable) des énergies dites "extansives" au détriment des énergies "intensives" (fuel, charbon, pétrole, gaz, nuk...).
    A défaut de savoir comment l’on fera demain sans pétrole et sans nucléaire, commençons déjà par arrêter d’investir dans ces filières indignes de notre époque !

    3.09 à 16h20 - Répondre - Alerter
    • AREVA EdF etc sont incapables de changer exactement comme vous avez mis très longtemps à comprendre.
      C’est encore plus long quand on dépend de cela pour vivre. Entendre d’autres points de vue est d’autant plus difficile que les propos sur le nucléaire sont souvent fantaisistes, tant pro que anti.
      Ceci grâce à une propagande très "démocratique".

      Le nucléaire est une saloperie, mais pour le comprendre de fait il faut une catastrophe.
      Il en est de même avec le capitalisme financier (comment ne le serait-il pas ?).
      encore un peu de patience.

      4.09 à 10h29 - Répondre - Alerter
  • Il est vraiment temps d’arrêter cette folie et de passer à la conversion écologique de l’économie,cela crée beaucoup plus d’emplois et plus d’énergie !
    L’EPR de Flamanville n’est pas un prototype,EDF et AREVA ont toujours assuré que l’EPR finlandais l’était !
    Hasta la libertad
    Salut et fraternité

    3.09 à 12h46 - Répondre - Alerter
  • Je suis pas sur que entreprise privée /publique soit le sujet, mais surtout la culture de la securité. Avez vous deja entendu Airbus ou Boeing, entreprises privées (de droit) se rebiffer aprés une critique de leur autorité de tutelle (FAA ou DGA). C’est du jamais vu ! Rappelez vous des DC10 interdits de vol. Il faut que l’ASN puisse simplement imposer sa loi et que Martin Bouygues la ferme et mette ses gens au travail, sans moufter, quand ils sont pris en defaut comme on le fait dans l’aéronautique ou le medical. Personellement j’etais plutot pour le nucléaire, mais manifestement ces gens ne sont pas au niveau requis pour la tache, il savent juste construire des HLM. En tout cas si on ne peut pas sortir du nucléaire (a voir), la moindre des choses est de s’assurer au minimum la qualite aéronautique avec des gens bien formés et bien payés et une autorité de tutelle toute puissante, des règles de suivis drastiques et des sanctions redhibitoires pour l’entreprise capitaliste (j’aime autant vous dire que quand on perd des millions par jour a cause d’un arrêt de production, tout d’un coup il n’y a plus de problème d’effectifs ou de financement ou autres ressources, même et surtout en entreprise privée).

    2.09 à 16h10 - Répondre - Alerter
    • "construire des HLM", et encore... Pour moi qui travaillais dans le Notariat et faisais de la Vente en l’état futur d’achèvement, avant d’être retraitée (l’année dernière...) je peux dire que pas un constructeur, que ce soit BOUYGUES ou un autre, ne faisait ses constructions sans qu’il y ait des malfaçons à la pelle. Le travail bien fait n’est pas le "leit motiv" à l’heure actuelle d’un constructeur immobilier... Les procès-verbaux de livraison sont parlants en la matière !

      4.09 à 13h08 - Répondre - Alerter
  • Martin vous semblez oublier que l’EPR est un prototype, voire tout au plus une présérie. Dans ce cadre on ne peut prendre le coût effectif pour faire des comparaisons. De toute évidence, sur une vraie série, les coûts et les délais devraient baisser.
    Les problèmes majeurs sont bien les négligences, les logiques du "pas vu / pas pris" et du bas coût. Il est scandaleux de prendre des soudeurs non qualifiés pour faire du travail qui a une incidence sur la sécurité de dizaines de milliers de personnes. Les soudeurs peuvent bien être Polonais, ou de toute autre nationalité, qu’importe s’ils sont qualifiés.
    Le point clef : "EDF n’est plus une entreprise publique. Elle n’a pas la capacité d’absorber les coûts financiers liés à ce genre de dépenses." Les logiques d’entreprises privées sont incompatibles avec le niveau d’exigence et de sécurité qui sied au domaine nucléaire.
    Ceci sans même entrer dans un débat plus large "pour ou contre produire de l’énergie avec des chaudières nucléaires".

    2.09 à 08h36 - Répondre - Alerter
  • Le coût du MWh de 2008 est bien dépassé aujourd’hui avec un coût de construction de l’EPR passé à six milliards d’euros. Aujourd’hui, le coût de l’électricité EPR serait plutôt à 81 euros le MWh - cf : http://energeia.voila.net/nucle/reacteurs_trop_chers.htm - autrement dit au même coût que le prix d’achat de l’éolien (82 euros).

    Si l’on suppose que les producteurs d’électricité éolienne arrivent à s’en sortir à ce prix d’achat, c’est que leur coût de production est un peu inférieur.

    De nombreuses estimations montrent que, pour de nouveaux projets, le nucléaire coûte plus cher que les énergies renouvelables, l’éolien de façon assez évidente, mais aussi le solaire aux endroits favorables.

    Une banque suisse réputée donne un coût un peu inférieur (70 euros) pour le MWh nucléaire en Europe.

    2.09 à 01h01 - Répondre - Alerter
    • Et encore, je pense que ce coût du nucléaire à 81 € ne comprend sans doute pas le retraitement des déchets radioactifs qui préoccupera les générations futures pour des millénaires !...
      Martine (44)

      2.09 à 10h59 - Répondre - Alerter
      • Il est évident depuis le début que le cout du nucléaire n’est pas mesurable.
        Il y a 40 ans, on ne savait pas le cout non plus car on ne savait ni gérer les déchets ni démanteler.
        On a pourtant fait le pari fou de croire que c’était soluble.
        Aujourd’hui il est encore impossible de calculer le cout du nucléaire en France, les archives étant toujours bloquées illégalement. On ne peut pas en faire une histoire et rechercher tous les travaux faits : BTP, recherches (y compris filière abandonnée), santé, hydraulique, prospections minière ici et ailleurs, politique étrangère visible et invisible (idem pour les ressources pétrole gaz ...), propagande, ..
        L’appareil d’Etat s’est consacré au nucléaire ..

        4.09 à 10h42 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité