publicité
Accueil du site > Actu > Société > Drogue et sida : le modèle suisse
19-07-2010
Mots clés
Santé
Drogue
Europe
Suisse

Drogue et sida : le modèle suisse

Taille texte
Drogue et sida : le modèle suisse
(Crédit photo : permanently scatterbraine - Flickr)
 
La conférence mondiale sur le sida s'est ouverte dimanche 18 juillet, à Vienne. Dans un cas sur trois, le VIH s'attrape par injection de drogue. Ce n'est plus le cas en Europe occidentale. Notamment en Suisse, grâce à une politique de réduction des risques efficace. Cas d'école.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Fin juin. Un prix Nobel et un ex-président brésilien signent la déclaration de Vienne aux côtés de nombreux scientifiques et rappellent un chiffre choquant : « En dehors de l’Afrique sub-saharienne, l’utilisation de drogues injectables cause environ le tiers des nouveaux cas d’infection par le VIH. Dans certaines régions où le VIH se répand le plus rapidement, par exemple l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, la prévalence du VIH peut atteindre 70% parmi les utilisateurs de drogues injectables ». Une situation que les pays d’Europe occidentale ont « connu dans les années 90, rappelle Fabrice Olivet, directeur d’Asud (Association d’usagers de drogues), avant la mise en place des politiques de réduction des risques », qui a permis de réduire sensiblement le nombre des toxicomanes infectés. Mais comment fonctionnent ces programmes ? Exemple avec un pays pionnier : la Suisse.

Que fait la Suisse ?


- Elle distribue des seringues stériles :

Un toxicomane suisse à la recherche d’une seringue propre a plusieurs options. Il peut pousser la porte d’une pharmacie ou bien, s’il est plus vulnérable, opter pour un centre dit « à bas seuil ». Depuis leur création en 1986, ces centres accueillent les drogués sans rendez-vous et sans prêcher l’abstinence. Là, un guichet permet au toxico d’échanger sa seringue pour une nouvelle, de prendre un repas et une douche. En 1996, près de 532 000 seringues étaient ainsi distribuées mensuellement en Suisse dont 122 000 par les pharmacies, 320 000 par les centres « à bas seuil », rapporte l’Agence de la santé publique canadienne qui a mené une étude comparative internationale. Pionnière, la Suisse a fait des émules. Aujourd’hui, tous les pays européens disposent de ces programmes d’échanges de seringues.

- Elle met des salles d’injection à disposition des usagers :

A l’arrière d’un centre d’accueil, le toxicomane trouvera quelquefois une salle d’injection. Là, « les personnes toxico-dépendantes peuvent consommer (par injection et pas inhalation) la drogue qu’elles ont apportée, sous surveillance et dans de bonnes conditions », souligne l’Office fédéral de la santé publique suisse. Mais ces pièces sont loin d’être légion : elles sont au nombre de douze en Suisse.

- Elle autorise la prescription médicale d’héroïne :

Depuis 1999, les patients sont autorisés à venir dans un centre s’injecter une dose d’opiacée, sous surveillance médicale. Mais pour ces programmes, le ticket d’entrée est strict : il faut être majeur, toxicomane depuis au moins deux ans, avoir suivi et interrompu au moins deux autres traitements, avoir des problèmes de santé, et faire une déclaration écrite de consentement. Aujourd’hui 1 200 personnes en bénéficient dans 23 centres à travers le pays. « Ces programmes sont réservés à des gens qui n’ont pas la possibilité d’abandonner leur addiction, précise Fabrice Olivet d’Asud.

- Elle aide les prisonniers toxicos :

Deux des 23 centres qui dispensent de l’héroïne se trouvent en prison. Ailleurs, deux centrales d’incarcération ont expérimenté, il y a quelques années, les distributeurs automatiques de seringues. Et en France ? Pas question. « Parce que ça supposerait de reconnaître que la drogue circule en milieu carcéral. Ça embêterait l’administration », souligne Fabrice Olivet.

Pour quels résultats ?

Un tiers des nouveaux cas sont des toxicos en Europe de l’Est ? Il y a vingt ans, la Suisse flirtait avec des taux similaires. En 1991, les toxicos injecteurs représentaient 38% des nouveaux cas de contamination par le VIH. Et aujourd’hui ? Ils représentent 5% des 642 nouveaux cas détectés en 2009, révèle Aides Suisse. Pas de grand progrès en revanche du côté de l’hépatite C, « la moitié voire la quasi totalité des consommateurs s’injectant de la drogue sont infectés par le virus de l’hépatite C », souligne un rapport sur la politique de la drogue en Suisse. « Sur le VIH comme sur l’hépatite, ils ont les même résultats que nous, résumé Fabrice Olivet. Mais c’est sur le consensus social qu’ils ont fait des progrès. Ils ont moins de violence dans les rues, plus d’acceptation. » La délinquance due à l’achat ou au vol de drogues a diminué de 70% depuis la mise en place de cette politique, souligne l’Office fédéral de la santé publique suisse.

Et ailleurs ?

L’Europe de l’Est ou l’Asie du Sud-Est seront-elles un jour prêtes à franchir le pas ? « Dans ces pays les usagers n’ont pas accès aux programme d’échange de seringues, au traitement de substitution. Quelquefois même ils sont juste jetés en prison. La politique de réduction des risques n’est assurée que par quelques associations locales financées à l’international », précise Christian Andreo, directeur des actions nationales chez Aides. « Ces programmes ont du mal à s’imposer parce qu’ils supposent un avis d’impuissance, décrypte Fabrice Olivet. Mais croire qu’on va se débarrasser de la drogue par la répression est un mythe absolu. La drogue existe depuis que l’humanité existe. »
Sources de cet article

- Un rapport sur le traitement des toxicomanes et la délinquance
- Un rapport de l’Open Society Institute sur la drogue et le sida
- Le rapport de l’Inserm sur la réduction des risques chez les usagers de drogue en France
- La prévention des risques en Suisse
- La fondation pour un accueil à bas seuil

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bear these demands in thoughts as you craft your articles or blog posts. Some internet sites were in a position to take out their penalty, but it was not an uncomplicated matter.
    Web Systems

    15.06 à 10h17 - Répondre - Alerter
  • Eve-Lise : un effort social !

    Bonjour,

    C’est avec grande surprise que je lis vos réactions face à cet article.
    Contrairement à vous, cet article m’a marqué mais de façon très positive.
    En effet, j’ai été agréablement surprise de voir une telle mise en place sociale dans un pays occidental (ça peut être très choquant pour nos coutumes) !

    Et, c’est ça qui est fabuleusement intéressant:ce sujet traite à la fois le pilier social dans ce qu’on entend par développement durable, mais il traite également "un changement " de mentalité (ou un changement de vision des tabous) ! Et c’est, on le sait tous, par des changements de mentalité qu’on aboutira à un "système développement Durable" !

    C’est bon d’entendre des ACTIONS POSITIVES OSÉES !

    cordialement,

    22.07 à 14h27 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : Définition

    Selon le rapport rapport Brundtland : « Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».

    Le volet social du développement durable est un moyen, pas une fin. Par exemple, en réduisant les inégalités salariales, les salariés de base gagneraient mieux leur vie, et pourraient plus facilement acheter des produits bio. Ou une voiture électrique.

    Mais j’ai du mal à intégrer la problématique des seringues et du SIDA dans cet objectif... La fourniture de seringues neuves stimule la production de seringues, ce qui puise dans les ressources, et produits plus de déchets. Estimez-vous que c’est du développement durable ? Moi non.

    En revanche, je reste persuadé que c’est une initiative socialement souhaitable.

    20.07 à 18h39 - Répondre - Alerter
  • L’aspect social pris individuellement n’apparaît pas dans votre ligne éditoriale affichée.

    Voir par exemple la page, http://www.terra-economica.info/Ter..., qui indique clairement que la thématique de site est le développement durable.

    Après, soit on met cette formule fourre-tout dans le sens usuel (écologie), soit on met effectivement n’importe quel sujet en son sein.

    PS : Il ne m’a pas été possible de répondre directement à votre message. Ni même de lire mon premier commentaire...

    20.07 à 17h48 - Répondre - Alerter
    • Karine Le Loët : Terra eco et la santé suite

      Pardon d’insister cher lecteur mais le développement durable ne se réduit pas à l’écologie. Il ne s’agit pas d’une thématique "fourre-tout" mais d’un modèle différent de société qui s’appuie sur 3 (écologie, économie, social) voire 4 piliers (si l’on y ajoute la gouvernance). Nous affichons clairement notre volonté de décrypter le monde à travers ces trois notions puisque nous notons nos articles en fonction de leur implication sociale, économique, environnementale (voir le baromètre dans le petit rectangle noir sous la photo).

      Cordialement,

      Karine Le Loët - Journaliste

      20.07 à 18h06 - Répondre - Alerter
  • Oodini : Ecologie ?

    Article intéressant, mais que fait-il dans Terra Eco ?

    Cet article ne traite ni d’écologie, ni d’économie.

    Écrivez plutôt un article sur le recyclage des seringues, ou plus généralement des déchets médicaux.

    20.07 à 17h04 - Répondre - Alerter
    • Karine Le Loët : Terra eco et la santé

      Bonjour,

      Je comprends que cet article vous étonne un peu.

      Mais la ligne éditoriale de Terra eco repose sur trois piliers : l’environnement, l’économie et le social. Nous traitons en fait l’actualité en général que nous décryptons grâce aux lunettes du développement durable.

      La problématique de la santé et du vivre mieux (dans notre pays mais aussi ailleurs) figure au cœur de notre problématique. Il est donc logique que notre rédaction s’empare de cette question. Réfléchir à une société "durable" interdit (à nos yeux) de se limiter à une vision strictement environnementale des choses.

      Cordialement,
      Karine Le Loët - Journaliste

      20.07 à 17h15 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité