publicité
Accueil du site > Actu > Société > Doit-on régulariser dès aujourd’hui tous les sans-papiers ?

Doit-on régulariser dès aujourd’hui tous les sans-papiers ?

Taille texte
Doit-on régulariser dès aujourd'hui tous les sans-papiers ?
(Crédit photo : austinevan - flickr)
 
La grève de la faim des sans-papiers de Lille est terminée. Mais la question demeure. Faut-il régulariser en masse ? Pour l'économie ? Le dynamisme français ? Et en a-t-on seulement les moyens ? Donnez-nous votre avis.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Deux mois qu’ils étaient en grève de la faim. Les sans-papiers de Lille ont finalement stoppé leur mouvement dimanche 14 janvier, face à la promesse d’ « un examen bienveillant » de leurs dossiers par la préfecture. A quelques centaines de kilomètres de là, d’autres hommes et femmes en situation irrégulière avaient montré leur solidarité en occupant la Bourse du travail de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), ou la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Seront-ils régularisés ? A voir.

Pendant la campagne électorale, François Hollande avait été fort clair : il ne régulariserait pas en masse mais mettrait en place « des critères objectifs et clairs » pour mettre fin aux différences de traitement entre les préfectures. Des critères que Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, a clarifié le 28 novembre dans une circulaire (cinq ans de présence sur le territoire, des enfants scolarisés depuis trois ans, etc.). Le 11 janvier, il a rappelé à son tour sa détermination : « Nous n’allons pas régulariser 50, 100, 200 ou 300 dossiers parce qu’il y a une action des associations. » « Il y a des règles, elles doivent s’appliquer », a-t-il ajouté.

Et pourtant, alors que l’âge moyen des Français va en grandissant et que le nombre de retraités s’épaissit, n’est-il pas temps de faire un peu de place à cette population souvent jeune ? Puisque que les besoins en main-d’œuvre se font pressants dans certains secteurs, ne contribuerait-elle pas à relancer l’économie encore poussive ? L’Etat aurait-il les moyens financiers de régulariser ces sans-papiers ? Les avis s’opposent.

Et vous qu’en pensez-vous ? Régulariser aujourd’hui des milliers de sans-papiers pourrait-il être bénéfique à la France ? Donnez-nous votre avis en bas de cet article.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

30 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Razzia sur les préfectures

    Au demeurant, ces soi-disant sans-papiers, si sûrs de l’impunité à eux garantie par les « assoces » qu’ils n’hésitent pas à multiplier les manifestations revendicatives, ne le restent pas longtemps : soit qu’ils obtiennent l’asile politique ou leur régularisation (prélude à la naturalisation : + 15% de néo-Français entre 2009 et 2010, merci Sarkozy !), soit qu’ils se procurent des papiers par des voies illicites. Luc Gaffié pointe ainsi ce phénomène « si français » sur lequel nos gouvernements successifs « se sont évertués à brouiller les pistes » : il rappelle, par exemple, « l’importance du vol de papiers d’identité vierges » de la sous-préfecture de Carpentras pillée par des « individus » le 2 novembre 2005.

    Cette razzia spectaculaire « s’inscrivait dans une très longue liste de fourgons transportant des papiers d’identité vierges attaqués par de véritables commandos lourdement armés », aussi bien dans les Hauts-de-Seine que dans les Bouches-du-Rhône, les imprimeries spécialisées « dans la fourniture d’encre et de matériel servant à plastifier les cartes d’identité » n’étant pas épargnées. En outre, ajoute Luc Gaffié, « au chiffre des vrais documents d’identité volés et falsifiés il faut rapporter celui des faux papiers, plus nombreux encore et souvent d’excellente qualité, fabriqués à l’étranger ». C’est souvent le cas des fausses cartes Vitale et des trois millions de faux permis de conduire en circulation, comme le signalait en novembre dernier le Réso-Club, association d’experts de la fraude identitaire qui, ayant passé au crible un million de documents, indiquait au surplus qu’en 2010, « pas moins de 25.000 aigrefins ont usurpé une identité dans l’espoir de piéger un organisme financier ».

    Astronomique coût financier… et politique

    Tout cela a un coût, qui ne se retrouve pas seulement dans les urnes – celles de Vaulx-en-Velin, par exemple, où près de 72% des électeurs, peut-être inscrits sur les listes électorales grâce à de faux papiers, ont voté pour François Hollande. « En 2008, nous dit encore Luc Gaffié, le CREDOC estimait le coût de l’usurpation d’identité pour la collectivité à 3,874 milliards d’euros par an, avec d’énormes dégâts dans les caisses de l’assurance-maladie et dans la caisse des allocations familiales ». Mais « personne n’a jamais filmé en gros plan le trou de la Sécurité sociale, personne ne peut lire la détresse sur le visage des finances publiques »… auxquelles, précise notre auteur, le crime et la délinquance, qui se sont développés au rythme des flux migratoires, « ont coûté 115 milliards d’euros de juillet 2008 à juin 2009, autant que l’Education nationale ou le système hospitalier ».

    Les autorités morales, laquais du grand capital

    Qui dira jamais le rôle des associations dites humanitaires et de ceux que Luc Gaffié appelle « les journalistes du Bien » dans l’occultation de ces réalités et l’impuissance imposée aux gouvernements par les autoproclamées « autorités morales » ? Mais, au-delà, la plus écrasante responsabilité incombe au pouvoir capitalistique.

    C’était l’une des idées-forces de la dernière publication de Polémia, Les médias en servitude (3) où était souligné le rôle moteur joué par le géant du BTP Francis Bouygues puis par la patronne du Medef (et de l’institut de sondages IFOP) Laurence Parisot dans la promotion de l’immigration, contrôlée ou non, comme inestimable facteur de croissance économique pour la France et de mieux-vivre pour les « de souche ». Luc Gaffié insiste, lui aussi, sur l’esprit de lucre des « milieux patronaux […] qui ne cessent de prétendre que les clandestins sont indispensables pour occuper les emplois dont les citoyens ne veulent pas » ; il cite le cas du « puissant lobby immigrationniste américain, d’origine essentiellement patronale », qui « excelle à se dissimuler derrière l’action de multiples associations qu’il subventionne avec largesse et sous un torrent de discours compatissants et généreux, d’images émouvantes et de postures vertueuses ». De leur côté, les opposants à cette folle politique font l’objet d’une « reductio ad Hitlerum », selon la formule du philosophe Leo Strauss. Mais il en va exactement de même en France où Luc Gaffié, qui parle de « reductio ad Lepenum », aurait pu citer à l’appui de sa thèse Louis Schweitzer : l’ex-président de la défunte HALDE, ce ploutocrate, noyait les immigrés et surtout les clandestins sous un tsunami de lait de la tendresse humaine alors qu’il émargeait aux conseils d’administration de la plupart des entreprises du CAC 40 et du Dow Jones, toutes avides de main-d’œuvre à prix cassé (voir Les médias en servitude).

    Jusqu’à présent, l’alliance infernale du Gros Argent et des « Forces du Bien » a fait reculer tous nos présidents. C’est dire que le ministre Valls aura bien du mal à réaliser en 2012, fût-ce en partie, le plan que se fixait le candidat Valls en 2011. Mais y croyait-il vraiment lui-même ? Dans une récente interview à Paris-Match, le nouveau ministre de l’Intérieur se félicitait d’avoir pu s’entretenir à New York avec l’ancien premier ministre espagnol Felipe Gonzalez, « son idole ». Etrange référence : c’est sous Gonzalez, politicien socialiste mais tout dévoué au grand patronat ibérique, que s’est développée la Reconquista de l’Espagne par près de deux millions de Maures, dont la présence pose aujourd’hui tant de problèmes dans un pays en plein marasme économique, sinistré par le chômage.

    23.01 à 19h25 - Répondre - Alerter
  • Avant de poser la question de régularisation, il serait bon d’expliquer ce qu’est un sans papier.
    Je suis affligé par certains commentaires. Informez vous braves gens ! (la télé n’est pas de l’information). Ouvrez vous au monde !
    Non les mosquées ne sont pas construitent avec nos impots. Oui certains sans papier cotisent. Non les immigrés ne sont pas tous délinquants, même s’il est vrai que les gangs des italiens et plus récemment des russes ont fait les plus belles heures du banditisme français. Non les immigrés ne viennent toujours pas pour les alloc mais bien pour gagner de l’argent. Oui le regroupement familial est une grosse source d’immigration (mais ce ne sont donc pas des sans papiers).
    Bien sur tout le monde me donnera des contre exemples. Moi je peux vous donner des exemples de gens qui réussissent, loin de Paris et de Marseille (parce que la concentration rend difficile ce qui était facile dans les années 1900). Avec ou sans papiers, avec ou sans la nationalité française. Certains repartirons, d’autre pas. Je pourrais aussi vous parler de ces milliers de retraités français qui vont au Maroc vivre parce qu’ils ne peuvent plus ici à cause de la cherté de la vie, à ces milliers de français qui travaillent à l’étranger, parfois sans papier.
    Enfin, pensez que d’ici 15 ans, 330 millions d’Africain (l’équivalent de toute la population des USA aujourd’hui) vont arriver sur le marché du travail. Rassurez vous, ils ne viendront pas tous ici...

    20.01 à 22h51 - Répondre - Alerter
  • Ils prennent de confortables avions pour passer des vacances bien méritées sur une plage d’Afrique du Nord.
    Ils prennent d’improbables barques en espérant un avenir plus radieux en débarquant sur une plage européenne.
    Ils reviendront chez eux en se plaignant de leur boulot, de leur salaire, de leurs petits tracas quotidiens.
    Ils reviendront les fers aux mains en ayant tout perdu... ou n’arriveront jamais à destination.
    Ils sont plusieurs millions....
    Ils sont quelques centaines....

    17.01 à 19h59 - Répondre - Alerter
    • l état française peut régularise toutes les sans papiers sauf quelle vas fermé les frontière devant leur voisin l état raciste malheureusement
      pour quoi les juifs ils ont le droit d avoir leurs papier moi personnelement jai jamais entendue un juif son papier a vous de me répondre
      merci

      27.02 à 16h04 - Répondre - Alerter
  • Pour repondre a cette question il mettre les choses dans leurs contextes.La France pendant le 19eme et le 20eme siecle a beaucoup fait dans le monde( les miseres des peuples colonises)
    exploitant les terres, les peuples pour construire sa gloire et faire sa richesse que les Français en ont prophité et en prophitent maintenant .Les Africains comme les Nord-Africains noirs et Arabes sans parler de l’Asie et l’Amerique du sud et meme l’Amerique du nord.Qui a defendu la France pendant les guerres14/18 ........40/45 etc...La France pays de la révolution ,pays de la liberté ,la fraternité,et l’égalité ,pays des droits de l’homme, maintenant elle s’en foutait de tout cela.
    Aujourd’hui la France continue à exploiter les gens,elle a besoin de ces milliers de sans papiers pour faire les travaux que les Français refusent de faire et avec un salaire qui ne sert meme pas à manger correctement.
    La france oui doit régulariser tous les sans papiers pour les exploiter dans la dignité et comme ça tout le monde gagne : l’etat (les taxes de régularisation,les impots des travailleurs et de patrons),les sans papiers(une vie d’etres humains)vu les droits de l’homme que la France se dit avant garde.
    tout est clair seulement un coin de racisme et de complexe de superiorité subisistent chez les Français comme le complexe doedipe

    17.01 à 19h17 - Répondre - Alerter
    • Les grands sentiments c’est bien mais à un certain moment il faut remplir son assiette.
      Ok on a exploité des pays colonisés, mais jusqu’à quand devra-t-on payer ? Faite vous le compte ?
      Vous êtes naïf seules quelque grandes familles en ont réellement bénéficié, l’Allemagne avait un empire ridiculement petit et ils s’en sortent plutôt mieux. Il n’y a pas de relation colonisation-situation économique.
      La colonisation comme l’immigration ne profite qu’à une petite frange de la population française, celle qui exploite justement cette population. Le reste des français subit la concurrence des bas salaires sur son propre sol et paye les impôts pour les places de crèche et autre que ce flux de nouveaux arrivants engendre.
      Les milliards dépensés pour loger, éduquer transporter, et autre, les immigrés auraient été beaucoup mieux dépensé et beaucoup plus productifs si on les avez investi en Afrique. Les africains seraient des "consommateurs" depuis lurette.
      Vos grands sentiments ne sont que l’alibi pour justifier le maintien de privilège de quelques uns qui exploitent l’immigration et de quelques potentat africains qui voient dans l’immigration en France une soupape de sécurité pour faire survivre un système qui maintient l’Afrique dans le sous développement.
      Bref on vous manipule et vous tombez dans le panneau.

      21.01 à 14h41 - Répondre - Alerter
  • Enorme probleme !!!
    Dans ces temps de crise économique, avec qq 4 millions de demandeurs d’emploi, nous serions évidemment tentés de dire NON... ceci sans racisme quelconque.
    Correspondant de Education sans frontière, je reçois toutes les 48h des messages qui me font honte..Des familles installées en France depuis des années qui, pour la plupart, n’ont pas compris la paperasserie française, travaillant, ne posant aucun problème, sont mis en centre de rétention et renvoyées dans leur pays d’origine.Signalons au passage que cela coûte (chiffres officiels) 21000€/personne. quand on ne sépare pas les couples, ou qu’on met "en garderie" les enfants nés sur le sol français. idem pour des ados, qui sont obligés d’interrompre leurs études...
    Ceci dit (states officielles)l’excédent des entrées sur les sorties est de 50000 personnes/an.Une broutille !!!20% des immigrés ont un niveau sup ou égal au bac...50% niveau du BEPC !!!(INSEE)
    Un rapport de mars 2007 de l’ONU préconise à l’Europe vieillissante une immigration massive jusqu’en 2050. Un rapport de la commission européenne (2010)souligne que les immigrés prennent la plupart du temps les boulots dont ne veulent pas les Français. Un rapport récent de l’université ( de Lille, je crois) démontre que les immigrés rapportent plus aux états que ce que les états dépensent pour eux.
    Dernier point : la Bundesbank (pourtant pas très à gauche !!!)a rendu récemment un rapport préconisant l’entrée annuelle de 200000 immigrés, pendant 10ans.. En 2011, l’Allemagne a accepté 175000 entrées...
    Il n’est pas question, évidemment d’ouvrir grandes les portes de l’immigration. Mais, mais, mais...Bonne soirée...

    17.01 à 19h15 - Répondre - Alerter
  • Quelles sont les causes d’1 forte immigration ?
    - la misère dûe à la corruption alimentée par le consumérisme à l’occidental, car la plupart vient de contrées riches en minerais
    - l’endurance et la capacité de soumission et exploitation aux employeurs
    - dégradation de leurs ressources naturelles par les industries étrangères et expropriations de leurs terres, pour satisfaire la gloutonnerie d’ici
    - l’exemple de pouvoir d’achat à tout va, à copier/coller pour la minorité de malins qui profitent d’1 système sociétal qui favorise les + riches

    Alors accuser les immigrants des maux que vous avez instaurés, c’est trop facile : cependant que le parc immobilier est gelé depuis des années par des propriétaires nantis, il manque des centres d’hébergement. Beaucoup d’étudiant(e)s français de souche sont à la rue, se retrouvent acculés à squatter, sinon c’est la prostitution pour payer le loyer...
    Ceci n’est qu’1 exemple d’aberrations politiques de gestion nationale

    Et si on n’arrêtait de foutre la merde chez eux, ne croyez vous pas qu’ils préfèrent rester chez eux, ne plus être séparés de leurs proches, ne plus vivre tous les dangers pour continuer la parano en France ?

    Apprenez à vous poser les bonnes questions, SVP !!!!

    17.01 à 09h37 - Répondre - Alerter
  • En lisant vos commentaires je m’interroge sur cette façon qui nous est proposée de donner notre avis, finalement chacun donne une réponse en se basant sur ses émotions et non factuellement, ce que je regrette.

    Peut-on avoir des chiffres, des données claires, neutres ??

    16.01 à 19h15 - Répondre - Alerter
  • A ceux qui pensent que les immigrants sont des profiteurs responsables des désastres de la France, je vous invite à regarder ces 3 très courtes vidéos qui, je l’espère, feront évoluer votre point de vue : http://www.mediapart.fr/content/imm...

    16.01 à 17h51 - Répondre - Alerter
  • non nous ne pouvons pas régulariser tous les sans papiers.

    16.01 à 16h47 - Répondre - Alerter
  • OUI car nous avons presque le plein emploi ,la France manque de travailleurs, les régulariser laissera de la place pour de nouveaux clandestins , ainsi nous contribuerons a sauver toute la misère du monde . OUI pars que nous sommes un pays riche , généreux, et même si nous avons un tout petit peu de misère en France et bien partageons cette misère . OUI que toutes les bonnes âmes, généreuses , les accueilles chez elles , et leur cède leur travail . OUI , car tout ces sans papiers arrivent avec des cultures différentes qui nous enrichissent de mœurs exotiques et colorées . OUI car nous avons une immense dette pour ces malheureux qui viennent souvent de nos anciennes colonies , pays que nous avons pacifiés , ou nous avons construit des écoles , des hôpitaux , des routes , des ponts, et que nous avons lâchement abandonnés , Pays aujourd’hui souvent en guerre , ou règne la misère et la faim OUI notre devoir de solidarité nous condamne a les régulariser.

    16.01 à 16h37 - Répondre - Alerter
    • Votre raisonnement est plein de contradiction.
      La France compte plus de 3 500 000 chômeurs, ils ne nous reste plus que la misère à partager, si c’est ce que vous voulez alors partageons la, allons y accueillons toute la misère du monde, soignons la, nourrissons la, payons la, même les plus de 60 ans, oui c’est ce que nos dirigeants de droite ou de gauche font, l’argent ne sert qu’une fois, ce que l’on donne aux uns on le prends aux autres, le mérite n’existe plus, vive les 35 h, les vacances, les riches ne seront bientôt plus la pour les ponctionner, nous allons rejoindre les Russes d’avant 1989 peut être plus rapidement car nous on ne ferme pas les frontières comme eux, alors allons y gaiement pendant ce temps les Musulmans croissent et embellissent, bientôt ils seront plus nombreux que nous et nous devront nous plier à la Charia, aimer son pays devient raciste pauvre France tu es tombée bien bas il est peut être encore temps de se ressaisir, si nous ne voulons pas que nos petits enfants nous haïssent.

      17.01 à 11h12 - Répondre - Alerter
  • Comme lla majorité des personnes qui vivent en France, je dis NON ;
    pas de régularisation des sans papiers ; ce serait trop facile de venir chez nous (oui chez NOUS) uniquemment parce que notre système social et de santé favorise toutes les personnes qui viennent sans être certaines d’y trouver un toit et un emploi.

    Je ne crois pas que l’immigration soit en soi une "chance pour la France" ; que l’on fasse venir en priorité les ressortissants de l’ Europe qui ont de grandes difficultés dans leur propre pays ; eux au moins s’ assimilent et vivent en respectant nos lois ;
    Bienvenue aux Espagnols, Portugais, Grecs, Polonais etc.......
    si la France vieillit et bien que ces peuples européens la rajeunissent....tout comme les français qui devraient être mieux aider pour pouvoir choisir d’avoir plusieurs enfants !

    J’ai du mal à suivre le raisonnements des personnes (sont t’elles charitables ou utopiques ?) qui pronent la régularisation.....

    Faut ’il rappeller qu’il y a en France des lois ; entre autre punissant les employeurs qui font travailler les sans papiers.

    Il y en a marre du refrain qui voudrait que les français ne veulent pas du "vilain" travail......renseignez vous braves gens et vous saurez que beaucoup de job’s sont occuper par des gens d’ici.....et ils ne sont pas particulièrement faciles ni valorisants. Ni bien payés.

    Est respecté qui respecte ; c’est mon attitude lorsque je vais dans un pays étranger......ce qui est souvent oublié chez nous.....

    Mr Hollande tenez vos promesses, et ne cédez pas à la pression de minorités
    insolentes et qui pensent à coté de la plaque ; pensez à tous les français qui attendent un travail. Je ne fais pas partie de cette catégorie, mais ma fontion m’a suffisamment montré que de nombreuses personnes sont courageuses et accepteraient volontiers le "sale boulot" comme dit le commentateur ci dessus....

    Je termine en disant que j’ai un nom pas très français (russe en fait) qui est celui de mon mari qui le tient de ses ascendants qui lorsqu’ils sont arrivés en France en 1917 ont su sans sortir sans aide de l’état......
    Et qu’ils ont toujours eu une profonde reconnaissance pour leur terre d’accueil.
    J’ajoute et là j’en termine que je n’ai jamais eu de réaction négative et pour cause en épelant mon nom ; bien au contraire.....j’ AIME la France et les français ; c’est mon pays depuis des siècles.....et j’y suis bien......du moins jusqu’à maintenant......mais !!!!!

     !

    16.01 à 13h08 - Répondre - Alerter
    • Certainement pas ! Je suis d’accord avec clo, la plupart des étrangers (ceux qui viennent hors de l’Europe) ne vient que pour toucher les aides sociales. En échange, ils nous apportent la délinquance et tout ce que vous voulez comme désordre. Ils coûtent cher et ça suffit comme ça.
      En fait, c’est le patronat, Bouygues en tête, qui a favorisé cette politique d’immigration, 1) pour maintenir les salaires au plus bas, 2) pour faire monter les loyers par une forte pression sur la demande de logements que suppose cet afflux d’immigrés.

      16.01 à 16h09 - Répondre - Alerter
  • S’il ne faut pas tous les régulariser, il faut des règles plus ouvertes que celles de Valls et mieux appliquées que ne le font certains hauts fonctionnaires et magistrats. Les familles déjà en cours d’intégration sont plus facilement repérables et donc expulsables, alors que s’attaquer aux trafiquants de drogue et proxénètes étrangers nécessite des enquêtes patientes !

    La plupart des arguments avancés par les adversaires d’un régularisation sont de la même teneur que ceux tenus dans les années 20-60 à propos des Italiens et des Polonais. Rappelons également que depuis 20 ans, la France fait partie des pays européens qui reçoivent (légalement ou non) le moins d’immigrés. Rappelons également que la France a massivement organisé l’émigration de ses enfants de paysans pauvres entre 1860 et 1950 vers ces pays qui nous "envoient" aujourd’hui leurs pauvres !

    L’échec de l’intégration de nombreux immigrés est lié à la fois à une politique de ghettoïsation dans des grands ensembles conçus ni pour favoriser une cohabitation, ni pour une intégration des familles. De tout temps les immeubles insalubres ou mal conçus ont été des foyers de violence et de délinquance.

    Ensuite, des slogans "produisons français" aux "priorité aux Français" il y a un pas que beaucoup ont franchi allègrement. Cela se retrouve dans les votes de quartiers urbains qui sont passé allègrement de votes PC à des votes FN !

    En attendant de nombreux enfants d’immigrés n’ont pas trouvé les emplois correspondant à leur formation "parce qu’ils risquaient de choquer les clients" par exemple, ouvrant la voie à tous ceux qui, des trafiquants aux intégristes, ont navigué sur ce rejet. Ces enfants ont eux aussi cru à l’ascenseur social par la formation et refusent d’être exploités comme leurs parents l’ont été. Je connais plusieurs familles d’immigrés récents ou non, je connais leur volonté de trouver une place correcte dans la société française et leur détresse face à la médiatisation de quelques cas tragiques, mais loin de ce qu’ils vivent.

    16.01 à 12h54 - Répondre - Alerter
  • Non. Certainement Pas ! Primo, ces personnes sont entrées illégalement sur notre sol donc il n’est pas question de leur dire : "ce n’est pas grave, maintenant que vous êtes là, on passe l’éponge et on régularise". Qui plus est, ils nous font du chantage ! Si nous cédons, nous montrons notre faiblesse et notre incapacité à faire respecter nos lois. Secondo, nous n’avons plus les moyens depuis longtemps d’accueillir des immigrés clandestins : nous vivons à crédit et n’avons pas les moyens de payer nos propres dépenses de santé, de retraites, d’école... Il est donc hors de question d’imaginer les payer pour des personnes clandestines ! Nous devons absolument choisir notre immigration et surtout pas la subir. C’est à cette condition seulement que l’immigration peut être considére comme une opportunité pour notre pays. Sinon c’est un boulet aux pieds. Je suis fille d’immigrés : jamais mes parents ne se sont permis de transgresser aucune règle et loi : ils sont arrivés parce qu’on leur a dit oui, jamais ils n’ont manifesté et encore moins fait grève dans ce pays qui les accueille !! ça devient n’importe quoi aujourd’hui en France !

    16.01 à 11h49 - Répondre - Alerter
  • A une certaine époque, nous avons eu besoin de "main d’oeuvre" étrangère, et nous avons accueilli en masse une population plutôt "musulmane", résultat : les parents ne se sont pas trop occupés de leur progéniture qui s’est transformée en délinquants (dealers, etc), et maintenant nos banlieues, y compris (et surtout) à Marseille, se sont transformées en "zones à risque", où le fusil n’est pas loin... Et en plus, nous construisons des mosquées avec nos impôts, ce qui donne un paysage qui ne ressemble plus à la France, où, faute de mosquée, on se prosterne sur le trottoir face à la Mecque. Maintenant, la France n’est plus vraiment la France. J’ose écrire ces lignes, ne votant pourtant pas "Extrême Droite", car je ne crois pas qu’il faille accueillir à tout va, et pourtant je ne me crois pas spécialement raciste... Je sais, nous sommes sensés être le "pays des droits de l’Homme", mais je pense qu’il faut se calmer sur l’accueil.

    16.01 à 11h26 - Répondre - Alerter
  • Oui, il faut régulariser les travailleurs sans-papiers et leurs familles qui vivent en France. Simple question de bon sens. La population française est vieillissante. Les travailleurs sans papiers sont dans l’ensemble des populations jeunes et actives qui participeront par le versement de leurs cotisations à financer les retraites des Français. Les Espagnols l’ont déjà compris. L’Allemagne y songe, en invitant des étrangers (CE et hors CE) à venir travailler sur son territoire. A l’Etat français de savoir anticiper. Ce n’est pas en appliquant à cette question économique et humaine une politique de droite que les socialistes sauront préparer l’avenir. Mais peut-être préfèrent-ils assurer l’avenir de leurs élus que celui du pays ?

    16.01 à 09h14 - Répondre - Alerter
  • Non. En aucun cas.... Pour régulariser des personnes, il faut pouvoir aussi les intégrer. La France en est incapable. Donc on arrête ce processus stupide qui en fait des assistés volontaires ou involontaires. Aucun étranger ne devrait être régularisé sans travail et sans avoir des parrains nominatifs qui se portent caution solidaire pour lui et sans qu’une intégration planifiée soit prévue et à la charge de ses parrains... Économiquement, la France n’a pas besoin de boulet supplémentaire. Elle se doit d’être une chance pour ses habitants actuels et pour ses futurs immigrants...

    16.01 à 08h26 - Répondre - Alerter
  • surement pas car à chaque fois ces gens font du chantage et c’est trop facile alors qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire Français ce qui est un délit et c’est la porte ouverte (c’est le cas de le dire) et des appels d’air à tous ceux qui envisagent de faire la meme chose, et au vu de la situation de la France qui est désastreuse pas de travail chomage de masse manque de logements systèmes sociaux en bernes et les Français qui souffrent et se privent de plus en plus c’est de l’inconscience d’ajouter de la misère à la misère l’immigration coute des milliards notre pays alors il faut arreter cette hémorragie sinon c’est le chaos qui nous attend

    16.01 à 08h25 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité