publicité
Accueil du site > Actu > Santé > Deux clics pour connaître les relations de votre médecin avec l’industrie (...)
28-02-2013
Mots clés
France
Interview

Deux clics pour connaître les relations de votre médecin avec l’industrie pharmaceutique

Taille texte
Deux clics pour connaître les relations de votre médecin avec l'industrie pharmaceutique
(Crédit photo : 401 K 2013 - flickr)
 
Exhiber les liaisons dangereuses du monde médical et des labos pharmaceutiques sur Internet ? L'idée a été relancée hier par la ministre de la Santé. Dominique Dupagne, médecin, s'impatiente de la voir se concrétiser.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Envie de savoir si l’industrie pharmaceutique invite votre médecin traitant au restaurant ? Aux Etats-Unis, ces liaisons dangereuses sont accessibles en quelques clics. Dîners, congrès, financement de recherches ou de formations : le site Dollars for Docs répertorie tous les liens entre médecins et industriels de la santé et livre leurs secrets aux patients méfiants. En France, une telle transparence n’existe pas encore. Si le dispositif est bien prévu dans la loi, ses décrets d’application sont toujours en discussion. Mais, après les affaires du Médiator, de Diane 35, des statines, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a encore répété, mercredi 27 février, sa volonté de voir ce fichier géant et libre d’accès émerger. Un moyen pour les médecins de prouver qu’ils rédigent leurs ordonnances dans le seul intérêt des patients.

Dominique Dupagne est médecin généraliste à Paris, auteur de la « Revanche du rameur » (Michel Lafon, 2012) et animateur du forum médical Atoute.org. Il donne son avis à « Terra eco ».

Terra eco : Pensez-vous qu’un site Internet soit une bonne idée pour lutter contre les conflits d’intérêt entre médecins et industriels de la santé ?

Dominique Dupagne : C’est plus qu’une bonne idée, c’est indispensable ! Quand on entend un médecin défendre dans les médias l’efficacité des statines contre le cholestérol, il serait bon de pouvoir savoir, en quelques clics, pour qui il travaille et à qui il est lié. Son avis est-il purement scientifique ou fait-il la promo du produit d’un industriel qui paie ses formations, ses recherches ? La question mérite d’être posée et ce site permettrait d’y répondre. De cette manière, le citoyen pourrait prendre de la distance avec l’information qu’il reçoit. Cette vigilance est nécessaire. Si l’on accrochait sur les vestes des médecins médiatiques tous les logos des industriels qui les financent, ils prendraient très vite des airs de pilotes de Formule 1.

Mais pour tous les autres médecins, ceux qu’on ne voit pas sur les plateaux télé, quel sera l’impact ?

C’est un cercle vertueux. En augmentant, via Internet, le niveau d’informations des patients, on favorisera les bonnes conduites de leurs médecins. Par exemple, si votre gynécologue insiste pour vous faire changer de pilule, aujourd’hui vous n’avez pas vraiment d’autre choix que de lui faire confiance. Par contre demain, si un tel site existe, vous aurez les moyens de vérifier que votre santé est sa seule motivation. Les médecins, de leur côté, sauront qu’ils ne bénéficient plus de la confiance aveugle de leurs patients. Alors, pour continuer à avoir du monde dans leurs salles d’attente on peut supposer qu’ils seront plus prudents. Par exemple, ils veilleront à ne pas favoriser systématiquement un produit ou espaceront les formations gratuites proposées par les laboratoires pharmaceutiques.

Ce site aura-t-il aussi des conséquences financières ?

Pour le budget de la Sécurité sociale, l’impact d’un tel site serait colossal. Je ne peux pas le prouver mais j’estime qu’il permettrait d’économiser pas loin d’un milliard d’euros par an. On n’imagine pas le nombre de traitements prescrits sans réelle justification médicale mais avec un vrai intérêt financier. On arrive a des situations aberrantes : de la chimiothérapie à 1 000 euros par jour pour des personnes mourantes.

Sous quelles conditions ce site peut-il être efficace ?

D’abord, il faut créer un site unique comme c’est le cas aux Etats-Unis. Si la seule contrainte c’est que les déclarations d’intérêts soient quelque part en ligne, elles risquent d’être noyées dans une myriade de petits sites impossibles à trouver. Ensuite, et c’est lié, il faut que ce site soit référencé par les moteurs de recherche. Sinon cela revient à chercher un mot dans un encyclopédie de 20 000 pages sans sommaire ni index. Dans le texte de Xavier Bertrand (alors ministre de la Santé, ndlr) l’indexation par les moteurs de recherche est interdite au nom de la protection de la vie privée. Cela n’a rien à voir ! Et si le site n’est pas référencé autant ne rien faire du tout. Enfin, il faut que cette déclaration d’intérêts soit obligatoire dès le premier euro versé aux médecins par les laboratoires . Dans le débat parlementaire, un seuil de 60 euros était évoqué. 60 euros c’est déjà plus que le prix d’un repas au restaurant. Si les industriels s’agacent qu’on leur cherche des noises dès qu’ils offrent un café, il leur suffit de laisser le médecin payer.

Un tel site est-il réalisable ?

Techniquement, c’est un jeu d’enfant. Mais si c’est aux médecins eux-mêmes de déclarer leurs intérêts, le projet risque de ne pas aller loin. L’idée serait que ces déclarations soient mises en ligne par les industriels. S’ils risquent des amendes en cas de manquement, ils ne vont pas se défiler.

Si un site recensant les conflits d’intérêts avait existé, pensez-vous que le scandale du Médiator aurait eu lieu ?

Un site ne l’aurait sans doute pas empêché. Mais le docteur Irène Frachon n’aurait pas été prise pour une folle si longtemps. Si on avait pu avoir connaissance plus tôt et plus simplement des liens entre ses détracteurs et les laboratoires Servier, ils auraient très vite perdu en crédibilité.

Concernant la naissance de ce site, êtes-vous confiant ?

Pas vraiment. En fait, j’ai l’impression qu’il s’agit là d’une annonce ministérielle de plus. Une sortie facile sur un projet que tout le monde attend. La loi existe déjà. Ce qu’on voudrait maintenant c’est un décret d’application, une date, des précisions. Cela demanderait à la classe politique du courage. Mais les discussions préparatoires qui vident le texte de son sens et qui ont vu les représentants de la revue Prescrire et du Formindep claquer la porte ne semblent pas aller dans cette direction.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Affirmer que les médecins se "couchent" pour des post-it ou un repas au restaurant est donner une bien mauvaise image de la profession. Au risque de vous décevoir et malgré la non revalorisation des honoraires nous n’en sommes pas encore là . Je rappelle que le problème du Médiator a été occulté délibérément par les autorités dites compétentes et la faute n’en revient pas aux médecins .
    Je demande que les remises accordées aux pharmaciens par les laboratoires génériqueurs soient affichées en officine.
    Je demande à ce qu’un site internet soit créé pour que chaque citoyen puisse être informé lorsque tout fonctionnaire , politicien , élu , journaliste. etc......reçoit des avantages en nature de quelque société que ce soit ; ou fait embaucher un membre de sa famille dans les dites sociétés .Et après on compare.
    Je demande à ce que les journalistes se renseignent avant d’écrire leurs articles , ça s’appelle la conscience professionnelle , parlez en à votre médecin , il vous expliquera.
    Enfin je rappelle que votre médecin est un type plutôt sympa qui est là quand vous en avez besoin , il faudrait arrêter de lui tirer dessus .

    5.03 à 21h48 - Répondre - Alerter
  • J’ai rencontré quelques pharmacien(ne)s qui en arrivent à ignorer la propolis et ses propriétés...
    Entre Monsanto & co, et le Médiator : waouh le choix du paradis !
    Entre les bakshish et le Serment d’Hypocrate : waouh le choix d’enfer !
    CQFD chers Watson !

    5.03 à 11h38 - Répondre - Alerter
  • C’est indispensable évidemment !
    Des études ont montré l’influence des petits cadeaux(post-it,stylos)sur les prescripteurs !
    Aucun site ne pourra jamais référencer toutes ces babioles.Il faudrait donc interdire la distribution de ce matériel publicitaire.
    L’idéal serait d’interdire définitivement la visite médicale,cette profession si nuisible à la santé publique.Mais quel gouvernement aura le courage de s’attaquer au lobby pharmaceutique ? La visite médicale représente 20 000 emplois.
    En cette période de chômage croissant,le gouvernement n’osera pas y toucher.Pourtant ce sont d’excellents commerciaux qui ne devraient avoir aucun souci de reconversion et les finances de la SS ne s’en porteraient que mieux !

    28.02 à 23h11 - Répondre - Alerter
  • Que le décret d’application soit signé et le site mis en place et nous serons ravis d’assurer sa promotion et son référencement, chez http://www.rdv-medecins.fr. que la base de donnée soit rendue public (par exemple dans le cadre de l’open data) et nous saurons l’exploiter et diffuser l’information auprès du plus grand nombre.

    Hélas, nous risquons d’attendre longtemps...la faute à la puissance du lobby des labos

    28.02 à 13h51 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité