publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Des Kleenex recyclés ? Préparez vos mouchoirs !
Article Abonné
26-06-2014
Mots clés
Bois-forêts
Monde

Des Kleenex recyclés ? Préparez vos mouchoirs !

Taille texte
Des Kleenex recyclés ? Préparez vos mouchoirs !
(Crédit photo : aldo sperber - picturetank)
 
C’est à pleurer. Papier toilette, essuie-tout et serviettes jetables prennent de plus en plus de place dans nos placards… et accélèrent la déforestation en Asie et en Amérique du Sud.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 59 - juillet-août 2014

Changer de vie : ils ont osé, pourquoi pas vous ?

Ce sont des caméléons. Des produits qui s’adaptent à tous les usages, à tous les milieux, à tous les consommateurs. Devenus tellement quotidiens que leur marque leur tient souvent lieu de nom commun. J’ai nommé : le Sopalin ou les Kleenex. Citons aussi le papier toilette, les serviettes en papier ou l’essuie-main, qui peuplent W.-C., cuisines et salles de bains. Dans le jargon industriel, on les appelle les « papiers à usage sanitaire et domestique ». En 2010, ils représentaient environ 8,5 % de la consommation totale de papier en France, soit grosso modo 15 kg par personne et par an.

Des arbres pour votre popotin

A première vue, cela ne paraît pas énorme. Alors, où est le problème ? En fait, il y en a trois. Le premier : il est impossible de recycler ou de valoriser ces 15 kg mis à la poubelle ou évacués dans les canalisations, contrairement à la plupart des autres produits fabriqués à base de papier ou de carton. Choisir le premier papier toilette venu signifie donc que l’on a coupé des arbres qui ont mis entre vingt et cinquante ans à pousser… uniquement pour essuyer notre popotin. Côté écologie, vous avouerez qu’on a vu mieux !

Deuxième problème : ces produits sanitaires et hygiéniques jetables sont en plein boom, mais la proportion de ceux fabriqués à partir de fibres de bois recyclées diminue sans cesse. Celle-ci est passée de 75 % à 50 % en l’espace de dix ans, selon une étude de l’Association des fabricants de papier allemands en mars 2013. Une évolution qui a de quoi surprendre. Les consommateurs sont en effet mieux informés qu’avant et, pour les industriels, fabriquer mouchoirs et essuie-tout recyclés est une bonne affaire. Leur production nécessite trois fois moins d’eau, deux fois moins d’énergie et cinq fois moins de produits chimiques que celle des produits à base de papier « neuf ».

Pour le spécialiste en la matière de la Centrale des consommateurs de la région de Bavière, Matthias Zeuner-Hanning, il n’y a pas d’explication claire à ce recul : « Des producteurs ont évoqué le fait que les clients cherchent aujourd’hui un produit plus doux et plus épais. D’autres mettent cette évolution sur le compte du vieillissement de la population. Les seniors ont besoin de plus de produits jetables d’hygiène, comme les couches, qui sont aussi fabriquées à partir de papier. »

Troisième problème : non seulement une grosse moitié des produits jetables disponibles sur le marché français n’est pas recyclée, mais une proportion croissante des fibres de bois neuves vient de plantations d’Asie ou d’Amérique du Sud. Selon Rudolf Fenner, de l’association Robin Wood, spécialisée dans la protection de la forêt, cette évolution accélère la déforestation tropicale de manière indirecte. « Les forêts ne sont pas érodées exprès pour faire place à des plantations, mais les eucalyptus remplacent souvent des zones agricoles. Les paysans délogés doivent alors chercher d’autres terres pour survivre… et une partie d’entre eux va entrer en forêt et y faire sa place. » Face à ce cercle infernal, des associations spécialisées dans la protection des forêts – comme Robin Wood, donc – appellent les consommateurs à exiger des supermarchés plus de produits à base de papier recyclé.

Mais gare à l’arnaque ! Car parmi la foultitude de sigles apposés, certains sont vraiment écolos et d’autres nettement moins, comme le rappelait le WWF en 2012 dans sa « classification environnementale des papiers selon leurs labels ». La « boucle de Möbius », avec ses trois flèches formant un triangle, ne vaut pas grand-chose, par exemple. Les producteurs se labélisent seuls et assurent avoir employé du papier recyclé dans la fabrication de leurs essuie-mains ou de leurs mouchoirs, sans contrôle externe ! Le label NF Environnement (signalé par une planète bleue) assure, quant à lui, que 30 % des fibres de bois employées ont été fabriquées de manière « verte ». Les 70 % restants peuvent venir de forêts tropicales en danger : le consommateur n’en saura rien.

Il existe une solution écolo

Le meilleur label est, selon le WWF, celui de l’« Ange bleu ». Ce dernier assure que 100 % des fibres du mouchoir ont déjà été recyclées au moins trois ou quatre fois avant d’atterrir dans ce produit jetable. Par ailleurs, le processus de recyclage a dû remplir des critères écologiques stricts, comme l’emploi minimal de produits chimiques pour le blanchissement, par exemple. Un autre label de qualité est le « FSC Recycled ». 85 % du papier employé a alors été recyclé.

Pour info, il existe également les macarons « FSC 100 % » et « FSC Mix ». Attention, ceux-ci sont cependant moins exigeants et les produits qui les portent contiennent beaucoup de fibres de bois neuves. Pour ceux qui ne veulent pas passer leur temps dans les magasins à comparer les sigles apposés sur leurs mouchoirs ou leurs rouleaux d’essuie-tout, il y a une autre solution, fort simple et ultra-écologique : il suffit de revenir au bon vieux mouchoir ou au torchon… en tissu. —


Le tissu à chaudes larmes

En 1983, la ville de Cholet (Maine-et-Loire) fabriquait encore 60 % de la production française de mouchoirs en tissu. Mais depuis l’introduction dans l’Hexagone de son cousin en papier – venu des Etats-Unis – dans les années 1960, elle avait déjà chuté à 150 000 douzaines par an. En 2003, les établissements Turpault, dernier fabricant de la région choletaise, ont mis la clé sous la porte. Aujourd’hui, seule l’entreprise Coucke, à Cambrai (Nord), tisse encore des mouchoirs bleu-blanc-rouge. —

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • J’achète du papier toilette avec le label européen "écolabel". Est ce un label sûr d’après vous ? Il est mentionné sur l’emballage 100% recyclé mais du coup est ce vraiment fiable ?!

    23.07 à 22h16 - Répondre - Alerter
  • Juste un petit renseignement à apporter, il me semble que le triangle de flèches vertes signifie juste que le producteur s’est acquitté d’une taxe recyclage. Ce n’est donc aucunement un label et ne peut donc pas être cité comme tel, ni même pris en exemple au risque d’induire le consommateur en erreur. _ :)

    Antoine

    3.07 à 14h03 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité