publicité
Accueil du site > Actu > Société > Dépression : les ouvriers plus exposés que les cadres
20-09-2011
Mots clés
Santé
Emploi
France

Dépression : les ouvriers plus exposés que les cadres

Taille texte
Dépression : les ouvriers plus exposés que les cadres
(Photo : "The Great Depression Food Line", au Memorial Franklin Delano Roosevelt de Washington D.C. Crédit : Kevin Burkett / Flickr)
 
Pour la première fois, l'Inserm a mené une étude de grande ampleur dans les coulisses d'EDF-GDF. Résultat : aux plus bas échelons de l'entreprise, les employés ont 4,5 fois plus de chance de déprimer durablement qu'en haut.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Prenez une grande entreprise française. Auscultez la santé de 10 000 de ses employés pendant plus de dix ans - cadres, ouvriers ou profession intermédiaire - et posez-vous la question : le risque de traverser une dépression est-il le même pour toutes ces personnes, quel que soit le poste qu’elles occupent ? Cette société, ce n’est autre qu’EDF-GDF (1). Cette enquête, elle, a été menée par Maria Melchior, chargée de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), et ses collaborateurs du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations. Leurs résultats, publiés aujourd’hui dans la revue Molecular Psychiatry, jettent une nouvelle pierre dans la mare des inégalités sociales : ils établissent ni plus ni moins que l’occurrence de la dépression dépend du statut socio-économique de la personne affectée.

Laboratoire épidémiologique à ciel ouvert

L’ampleur du travail fourni par les chercheurs est exceptionnelle : par sa durée (ils se sont intéressés à une période allant de 1996 à 2008 mais l’étude a débuté en 1989), et aussi par sa taille, le suivi d’une cohorte de 12 650 participants volontaires restant le Saint Graal pour tout épidémiologiste des risques sanitaires et sociaux. « Un laboratoire épidémiologique à ciel ouvert », n’hésitent-ils pas à dire. Il a aussi fallu éplucher les multiples sources des informations moulinées dans leur machine à statistiques : des autoquestionnaires (remplis directement par les personnes interrogées), des données issues de la médecine du travail, de la médecine de contrôle du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès…

3 à 7% de la population souffre de ce mal

Résultats : les travailleurs, quels qu’ils soient, se partagent en quatre catégories de « déprimés ». Ceux qui n’expriment pas de dépression, ceux qui subissent une dépression passagère « en baisse » (en voie d’amélioration), ou à l’inverse, « en hausse » (qui empire), et ceux dont la dépression persiste à long terme. Sans surprise, même s’ils restaient à prouver scientifiquement, les résultats mettent en évidence rien de moins qu’un… gradient socio-économique de la dépression. « Les personnes qui travaillent dans une catégorie socioprofessionnelle intermédiaire ou faible auraient jusqu’à 4,5 fois plus de risques de développer une dépression qui dure au long cours que les plus hautes catégories socioprofessionnelles », confirme Maria Melchior. Autrement dit : la dépression risque bien plus de plomber le quotidien d’un ouvrier que celui d’un cadre employé dans les bureaux.

Comme le rappellent ces spécialistes, la dépression est loin d’être anecdotique dans les pays industrialisés. Chaque année, 3 à 7 % de la population souffre de ce mal. Et parmi ceux qui, à un moment de leur vie, connaissent une dépression, 35 à 50% en ressentent les symptômes de façon récurrente ou persistante, et 20% traînent des symptômes résiduels continuant de dégrader leurs activités quotidiennes et favorisant problèmes de santé, sociaux et économiques. Comme France Telecom, la compagnie EDF-GDF a elle aussi focalisé l’attention médiatique sur ce sujet : en 2004, le suicide d’un de ses employés, travaillant sur le site de la centrale de Chinon, dans l’Indre-et-Loire, avait été qualifié de « maladie professionnelle » par le Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Tours. Il avait été établi, comme le rappelait l’AFP, un lien entre le décès et les conditions de travail du salarié. Le cas fera école. D’autant plus que le site de Chinon a connu trois autres suicides entre 2005 et 2007…

Manque de lien entre recherches et prévention

Dans ce contexte, l’étude menée par les équipes de l’Inserm pourrait-elle être une base pour agir sur l’organisation du travail chez le leader de l’énergie en France ? « Notre recherche s’est faite indépendamment de l’entreprise. Ce n’est pas elle qui l’a commandée, et nous n’avons pour l’instant pas d’échanges avec la médecine du travail au sein de la société », reconnaît Maria Melchor. Du côté du service de presse de la compagnie, le dossier, à défaut d’être à l’ordre du jour, ne semblait pas non plus connu, alors que l’étude de l’Inserm était publiée aujourd’hui. « Nous essayons de vous fournir une réponse dans la journée », nous a-t-on assuré ce mardi. Pour la chercheuse, la situation révèle un problème plus global. « En France, il n’y a que peu de liens entre la recherche en santé publique et la prévention. Les connaissances sont là, mais elles ne se traduisent en rien en terme de politiques publiques. Dans les pays scandinaves, les choses bougent, on réfléchit vraiment à comment améliorer les conditions de travail et réduire les inégalités sociales. Dans l’Hexagone, la santé mentale se dégrade, et les conditions de travail n’évoluent pas de façon optimale. Je suis pessimiste… », conclut-elle.

(1) Depuis janvier 2008, les activités d’EDF Gaz de France Distribution ont été transférées dans deux entités : ERDF (Electricité réseau distribution France, filiale du groupe EDF ) et GrDF ( Gaz réseau distribution France, filiale du groupe GDF SUEZ).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • merci pour votre etude .en tant qu’ouvrier interimaire travaillant en deplacement et malheuresement depressif .
    J’ai l’impression d’etre un peu moin imcompris.

    17.04 à 19h01 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Pour information, GDFSuez et EDF sont deux groupes indépendants (et qui plus est en concurrence frontale sur de nombreux marchés), contrairement à ce qui apparaît dans cet article.
    C’est une réalité qui a bien du mal à rentrer dans la tête du grand public mais on ne peut pas le blamer quand il lit le contraire dans la presse !

    Certes, certes, EDF-GDF était une entreprise intégrée dans les années 80 au début de cette étude, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Voila, c’est dit.

    21.09 à 10h55 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité