publicité
Accueil du site > Actu > Société > Défi minimaliste : Une histoire de famille(s)
Article Abonné
30-06-2015
Mots clés
France

Défi minimaliste : Une histoire de famille(s)

Taille texte
Défi minimaliste : Une histoire de famille(s)
(Crédit illustration : Serge Bloch pour «~Terra eco~»)
 
Un mois pour changer ses habitudes et vivre plus. Sur le papier, ça fait rêver. Dans la vraie vie, avec un enfant ou à l’aube d’en avoir un, c’est plus complexe. Voici l’expérience de nos deux journalistes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 69 - juillet-août 2015

Faites le vide !

30 jours, 30 défis. Découvrez le défi minimaliste

1) Déconnecte-toi

2) Médite pendant quinze minutes

3) Désencombre ta vie numérique

4) Arrête de te plaindre

5) Identifie tes priorités

6) Instaure un rituel matinal 
relaxant et énergisant

7) Fais le tri dans ta pile de lecture (virtuelle ou réelle)

8) Apprends à apprécier la solitude

9) Réduis ta collection 
de cosmétiques

10) N’accède pas à tes mails et aux réseaux sociaux jusqu’au déjeuner

11) Evalue tes engagements

12) Définis tes objectifs de l’année

13) Fais le tri dans tes placards

14) Progresse dans l’apprentissage d’un nouveau talent

15) Examine tes comportements quotidiens

16) N’achète rien pendant vingt-quatre heures

17) Deviens adepte du « une chose à la fois »

18) Désabonne-toi de certaines personnes sur Twitter et Facebook

19) Marche en pleine conscience

20) Coupe ta télé et à la place, lis

21) Alimente ton journal pendant vingt minutes

22) Adopte une routine relaxante avant de dormir

23) Sors sans maquillage

24) Développe ta gratitude

25) Ne planifie rien pendant une journée

26) Identifie tes déclencheurs
de stress

27) Range un endroit en désordre

28) Lâche prise sur un objectif

29) Coupe tes notifications

30) Analyse tes cinq derniers achats

Cécile, 38 ans, et Sarah, 10 mois

Le défi minimaliste – faire le vide dans mes affaires et dans ma tête – me semblait une bonne idée. J’avais oublié, un instant, que ma fille venait juste d’avoir 10 mois. L’incompatibilité évidente de ce projet avec ma vie de jeune mère a éclaté au grand jour quand j’ai abordé le point 6 du défi. Jusque-là, il n’était question que de déconnexion numérique. Fastoche. Mais au point 6, donc, il faut instaurer un rituel « relaxant et énergisant au réveil ». « Médite, écris, fais du yoga ou lis un livre », conseille même le guide en ligne. Ben voyons. Mon petit rituel à moi est réglé comme du papier à musique. Sarah ouvre les yeux, ce qui m’émerveille chaque matin. Et là, je peux m’asseoir sur la méditation. Mon chrono café pour moi / biberon pour elle / douche pour moi / change pour elle / habillage de tout le monde / départ en fanfare démarre. Youpi, ma Sarah ! Ce matin, on a encore gagné la Coupe du monde des filles les plus organisées pour arriver, pas trop en retard, au boulot. C’est vrai que si on compare le fait de s’occuper de deux personnes dans le temps imparti à une, ça ressemble à une forme de yoga. Je considère que je viens de terrasser le point 6.

Atelier textile clandestin

Je vous passe le point 8, « apprends à apprécier la solitude », une incongruité. Le point 9 est croustillant : « Réduis ta collection de cosmétiques », en commençant par « faire la liste de tout ce que tu utilises au quotidien ». Vais-je avouer que je n’ai parfois pas le temps de me brosser les dents ? Cela dit, la crème dermatologique pour les rougeurs de mon bébé marche bien sur ma tronche. Un tube pour deux usages, c’est bien ça, pour mon défi minimaliste.

Du même acabit, il y a le point 13, « fais le tri dans tes placards ». Et là, on approche de la métaphysique du vide et du plein. A la naissance de Sarah, toutes mes copines m’ont refilé leurs fringues de bébé. Je n’ai compris que plus tard que c’était leur ultime recours pour faire du vide chez elles. Depuis, la demi-commode, désormais dédiée aux grenouillères de Sarah, vit selon des cycles sisyphéens de remplissages et d’évacuations. Je désengorge en exfiltrant des kilos de layette vers les placards de mes parents qui ont vidé leurs propres penderies pour que je désencombre les miennes. Dans l’immeuble, les voisins doivent nous prendre pour un atelier textile clandestin.

La tactique dite du pingouin

Point 14, « Progresse dans l’apprentissage d’un nouveau talent ». Mais, mon vieux, ce sont mes nouveaux talents qui progressent malgré moi ! Car j’aimerais bien savoir qui sait d’avance comment s’y prendre quand son bébé veut à la fois jouer avec sa purée et arracher ses chaussettes quand il faudrait qu’il prenne son antibiotique. J’ai inventé la tactique dite du pingouin, qui consiste à détourner son attention grâce à un jouet habilement disposé sur l’étagère. Après cette digression ludique, on enfourne l’antibio tranquillou. Point 17, « Deviens adepte du ‘‘ une chose à la fois ’’ ». Là, c’est la franche rigolade. Parce que je mute pas à pas vers une sorte de Shiva moderne. Je ne pensais pas réussir un jour à faire une interview sur la taxe sur les transactions financières en notant de la main droite, le portable coincé par mon épaule, tout en faisant « Ainsi font, font, font » de la main gauche, car, à 19 h 30, ma fille a la dalle. Quand j’aborde le point « Marche en pleine conscience », je me dis que c’est tout à fait judicieux. Je marche même en état d’extra-lucidité pour aligner dans mon cerveau la liste de courses, le programme de boulot du jour, le rendez-vous à prendre chez la pédiatre et une pensée pour les migrants qui sombrent en Méditerranée. Bonne nouvelle : je suis imbattable au point 22, « Adopte une routine relaxante avant de dormir ». C’est simple, je ferme les paupières. Et là, je dors. C’est fort, non ? C’est une évidence, ma vie est merveilleusement pleine. Pour le vide, on repassera.


François, 35 ans, bientôt papa

A l’instar de ma collègue et néanmoins amie Cécile (Lire ci-dessus), le minimalisme, je n’y suis pas hostile. Transvaser mes placards dans des sacs à apporter aux conteneurs prévus à cet effet de mon quartier, remplir mon bac jaune de vieux relevés de compte, voire troquer mon gel douche pour du savon sont des petits gestes qui, inexplicablement, me remplissent de joie. Mais si la présence d’un être de 10 mois dans son chez-soi complique la chose, l’étape précédente, l’arrivée d’un enfant, s’avère, elle aussi, un obstacle de taille au « dépouillementisme », psychologique et matériel – à l’heure où vous lirez ces lignes, ma compagne et moi devrions nous (dé)battre avec les premières couches.

Avant de regarder les conseils du défi minimaliste, j’ai chopé un torticolis avec ceux des amis et des proches. Bienveillants, mais souvent contradictoires. En vrac : « Profitez pour aller au ciné ou au théâtre, vous ne pourrez plus pendant dix-huit mois », « Partez en week-end, ce sont les derniers », « Ralentissez les activités, il faut arriver reposés ». Un peu interdits, nous sommes allés dans tous les sens : un jour « continuons tout comme avant » (d’accord, ça a duré tout le premier trimestre de la grossesse) ; le suivant « on arrête tout et on réfléchit », le troisième « il y a urgence, passons à l’action » (les deux derniers mois). Et je passerai sur les injonctions insupportables de 99 % des bouquins « tout sur bébé » où la norme le dispute au patriarcat (maman-douceur-qui-se-fade-tout-le-boulot face à papa-immature-mais-lui-seul-a-le-droit-d’être-largué).

Cécile, tu as bien de la chance de passer en trois secondes sur la détox numérique. Je sais que j’y viendrai dans quelques jours, mais ce n’est pas de tout repos. Même si, par petits pas, depuis plusieurs mois, j’avance. J’ai désactivé les alertes du téléphone, je regarde moins mes mails le soir – prochain objectif : le week-end – et surtout, je cesse d’attraper mon smartphone dès que j’ai dix secondes de « vide ». Dans le bus, je scrute de façon thématique : le premier étage de tous les immeubles, les entrées, les arbres… C’est ma version perso de la marche en pleine conscience (point 19). Et après douze heures sans Twitter, figurez-vous que je n’ai pas manqué grand-chose.

Aliénation 2.0

Cela dit, je déteste qu’on me titille sur cette aliénation 2.0. Ma compagne m’assure que Mona Chollet en fait une analyse très pertinente dans son dernier essai, Chez soi (Zones, 2015). Si elle le finit avant la naissance, je le dévorerai sur la ligne 115. Car oui, je ne lis plus, j’engloutis. Qui a dit « Profite, parce qu’après, mon pauvre… » ? Mine de rien, j’ai – plus ou moins – coché les points 1, 3, 18, 20 et 29… mais je peste contre les pubs de poussettes au milieu de ma page Facebook. Vous connaissez cette blague ? « Comment fait-on entrer un éléphant dans un frigo ? » « Facile, on ouvre la porte, on met l’éléphant dedans et on referme la porte. »

Si seulement ce pouvait être aussi simple avec un bébé – non, je ne compte pas mettre mon fils au réfrigérateur, n’appelez pas les services sociaux. J’ai bien gentiment obéi au point 13 qui enjoint de bazarder le contenu de ses armoires, mais c’était pour mieux trahir la cause quelques jours plus tard. Car quand on transforme un bureau-dressing-chambre d’amis en nid pour enfant, on vide une pièce pour en remplir deux : notre chambre a accueilli de nouvelles commodes indispensables, tandis que celle de l’héritier se chargeait de meubles et de fringues, achetées un peu, prêtées beaucoup. Et tu as raison, Cécile, cette générosité est suspecte. Pourquoi des amies d’amies (oui, ce sont toujours des femmes…) tiennent-elles tant que ça à vous refourguer des bodys et des bavoirs, ajoutant « Et surtout, je ne veux pas les revoir ! » ? Terminons avec les points 12 et 4. Respectivement, « Définis tes objectifs de l’année » et « Arrête de te plaindre ». Pour le premier, je dirais : résister aux diktats en tout genre qui ne manqueront pas de nous entourer comme de mauvaises fées au-dessus du berceau de notre enfant, inventer un quotidien riche et profiter, profiter, profiter. Me plaindre ? Ce n’est pas prévu au programme.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité