publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Les Danois se révoltent contre Goldman Sachs
5-02-2014
Mots clés
Société
Europe

Les Danois se révoltent contre Goldman Sachs

Taille texte
Les Danois se révoltent contre Goldman Sachs
(Les manifestants brandissent une pancarte « Ecoutez-nous ». Crédit photo : News Oresund - flickr )
 
Depuis vendredi, la banque d'affaires américaine est entrée au capital de la compagnie danoise de production d'énergie. Pétitions, manifestations et explosion du gouvernement n'y ont rien changé : le texte a été voté.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Les Danois sont en colère. Il ne veulent pas que Goldman Sachs se mêle de leurs affaires. Ces dernières semaines, 200 000 personnes, soit plus d’un Danois sur 30, ont signé une pétition pour empêcher la sulfureuse banque d’affaires américaine d’entrer au capital de leur compagnie nationale de production d’énergie. L’initiative émane d’un parfait inconnu et pourtant « c’est sans doute la plus grosse pétition jamais signée au Danemark et la plus grosse mobilisation populaire depuis des années », souligne Bjørn Willum, correspondant à Paris pour la télévision danoise. La semaine dernière, la crise, latente depuis le début du mois de janvier, est devenue politique. Dans la foulée d’une manifestation organisée jeudi dernier, à la veille du vote au parlement, six ministres socialistes ont démissionné.

« Les politiciens n’ont rien appris de la crise de 2008 »

L’histoire pourtant commençait bien. Au cours de l’année 2013, la compagnie Dong Energy, l’équivalent danois de feu EDF-GDF, cherchait de nouvelles sources de financement pour poursuivre le développement massif de l’éolien. Les Danois s’attendaient à ce que l’Etat, alors détenteur de 81% de l’entreprise, réinvestisse ou se tourne vers des fonds de pensions. Mais en coulisses, d’autres négociations allaient bon train.

« Goldman Sachs, c’est les subprimes, c’est les forces du mal dans la crise de 2008 », rappelle Jørgen Steen Nielsen, spécialiste des questions de finances et d’environnement au sein du quotidien danois l’Information. La prise de participation de la banque n’a d’ailleurs été révélée qu’en octobre dernier. « L’effet de surprise a amplifié le mécontentement, estime le journaliste, mais ce débat cristallise surtout une frustration : les Danois ont le sentiment que les politiciens n’ont rien appris de la crise de 2008, qu’ils laissent toujours la finance mener la danse. »

« Goldman Sachs a fait une bonne affaire »

En décembre, les termes du contrat ont à leur tour été rendus publics. Ils n’ont pas rassuré ceux qui s’y sont plongés. « Goldman Sachs a fait une bonne affaire, il a acheté ses parts à bas prix et ne court quasiment aucun risque » souligne Jørgen Steen Nielsen. De fait, quels que soient les résultats de l’entreprise, dans quatre ans Goldman Sachs pourra revendre la majorité de ses actions à l’Etat au prix auquel il les a achetées.

Les Danois se sentent donc floués. Et la découverte d’actionnaires de Goldman Sachs aux îles Caïmans ou dans l’Etat du Delaware n’est pas pour rassurer. « Le Danemark mène depuis plusieurs années une guerre ouverte contre les paradis fiscaux, l’incohérence de ce choix est frappante » souligne Bjørn Willum. Et la population ne s’y trompe pas, elle est à 68% hostile à ce contrat.

Influence sur la politique énergétique du Danemark

Mais les parlementaires sont restés sourds à ce rejet. Le 30 janvier, l’accord a bel et bien été voté. « La population a été prise de court, les jeux sont faits », soupire Jørgen Steen Nielsen. D’ici à deux semaines, les transferts d’argent seront réalisés et Goldman Sachs détiendra 19% du capital de la société. « Les pouvoirs qui y sont associés sont considérables », note le journaliste. Lors de la nomination d’un pédégé, du rachat d’une nouvelle société, ou de la vente de crédits carbone, Goldman Sachs aura un droit de veto. L’Etat qui ne détiendra plus que 60% du capital pourrait donc voir ses volontés contrariées. Or avec son pétrole, son gaz et ses éoliennes offshore, Dong Energy est une entreprise clé pour le pays. « Concrètement, Goldman Sachs aura le pouvoir d’influencer la politique énergétique du Danemark », résume Jørgen Steen Nielsen. De là à présumer qu’il le fera... « Le problème c’est que cette banque est connue pour aimer le profit à court terme, ce qui paraît peu compatible avec le développement des énergies renouvelables », s’inquiète Bjørn Willum. C’est sans compter sur la population danoise. « Cette fois, la réaction a été trop tardive, reconnaît Jørgen Steen Nielsen, mais on peut parier que les Danois, très remontés par ce revers, ne laisseront plus rien passer. »
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Et bien les Danois auraient dû financer eux même cette entreprise,en achetant des actions ,le même raisonnement fonctionne pour les Français qui sont très remontés quand telle entreprise délocalise ou licencie(Mital par exemple)
    Autre constatation,en mai dernier j’ai passé deux semaines à Pals en Espagne dans un mobil home,il y avait là des Allemands des Suisses des Suédois et beaucoup ,beaucoup de Hollandais qui étaient à poste pour y rester des semaines,mais jamais au cours de mes voyages je ne rencontre les fameux Danois(que j’aime bien d’ailleurs)la raison est qu’ils n’ont plus un rond pour sortir du beau pays vu qu’ils se sont fait sécher par le fisc.
    Quoi une sorte de protectionnisme malin.
    Vous n’irez pas dépenser dehors vu que je ne vous laisse de quoi.

    22.03 à 09h24 - Répondre - Alerter
  • "Les politiques n’ont rien appris de la crise de 2008" C’est de l’humour ? Les politiques ne pensent plus qu’à leur reconversion après la politique (Schroeder, Sarko,et autres Blair) en commis-voyageurs de comment b.....r encore plus efficacement les pouvoirs publics, alors soyons gentils(pensent-ils) avec nos futures audiences de conférences grassement rémunérées.
    L’Argent a compris depuis longtemps qu’emprisonner les opposants était la meilleure manière de les conforter t andis que les acheter avait le double avantage de les discréditer aux yeux de leurs supporters tout en incitant toutes sortes d’arrivistes à s’engager en politique sous une étiquette qui ne vous désigne plus comme un homme à abattre mais au contraire comme une recrue possible pour agir à rebours de l’intention affichée( Valls,Hollande et consorts).
    A part ça, pensez-vous que le Revenu Universel soit compatible avec la protection de la planète ?

    6.02 à 12h28 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité