publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Notre-Dame-des-Landes : l’aéroport suspend son vol
9-04-2013
Mots clés
Transports
France

Notre-Dame-des-Landes : l’aéroport suspend son vol

Taille texte
Notre-Dame-des-Landes : l'aéroport suspend son vol
(dr)
 
Dans son rapport remis aujourd’hui au gouvernement, la commission du dialogue sur le futur Aéroport du Grand Ouest, confirme « l’utilité du projet », mais demande des améliorations.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La commission du dialogue sur le futur Aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont le rapport était très attendu, a fait un pas dans le sens du gouvernement. Elle a néanmoins demandé que soit amélioré le bilan du projet, notamment son impact sur l’agriculture et les zones humides. Des demandes qui risquent de fortement retarder le début des travaux.

« La saturation inévitable de la plateforme de Nantes-Atlantique » rend, selon cette commission, nécessaire le transfert de l’aéroport nantais vers Notre-Dame-des-Landes, notamment pour des questions de nuisance sonore. Mais les membres de la commission présidée par Claude Chéreau, après trois mois d’auditions au cours desquelles ils ont entendus 200 personnes, pro et anti aéroport confondus, demandent des clarifications : sur l’organisation du réseau des infrastructures de transport à l’échelle interrégionale, sur les liens entre le futur aéroport et les métropoles de Rennes et de Nantes, et sur le projet urbain sur le site de Nantes-Atlantique.

Le casse-tête de la compensation

Le texte de la commission du dialogue, tout comme les rapports de l’impact du projet sur l’agriculture, et celui de l’expertise scientifique, également rendus hier au gouvernement Ayrault, exigent également de « limiter l’impact du projet sur les terres agricoles ou les espaces naturels ». Et surtout d’ « améliorer la méthode de compensation des zones humides impactées par le projet » - en clair, la sauvegarde ou la restauration d’autres écosystèmes en « remplacement » du bocage artificialisé. « Il appartient aux maîtres d’ouvrage (Vinci) et aux services de l’Etat », précisent-ils, de décliner ces recommandations dans les prochains arrêtés sensés mettre le projet en conformité avec la loi sur l’eau.

Cela s’annonce être un sacré casse-tête : comment compenser la destruction des zones humides sans nuire aux agriculteurs victimes d’une double peine – l’utilisation de terres pour l’aéroport, et d’une surface plus grande encore pour la compensation ? Cela suffira-t-il à répondre aux attentes de l’Union européenne quant au respect de ses directives sur l’environnement ?

Un retard de seulement quelques semaines est annoncé pour le projet, dont la construction devait démarrer cette année. Mais personne ne s’imagine que les débats sur le développement économique et sur l’agriculture de la Bretagne et des Pays-de-Loire, recommandés par le rapport, aboutiront en quelques jours.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Une alternative : concevoir une plate-forme aéroportuaire mixte St-Nazaire-Montoir/Nantes Atlantique avec allongement de la piste de St-Nazaire-Montoir et construction d’une voie ferrée de 500 m pour relier l’aéroport à la ligne Nantes-St-Nazaire.

    12.12 à 10h48 - Répondre - Alerter
  • n’est il pas possible de refaire des champs à l’emplacement de l’ancien aéroport .il suffit de récupérer la terre végétale n d d landes . après avoir décaissé les pistes actuelles , étaler la terre ,((( les paysans récupèrent leurs terres ; la ville de nantes gagne en verdure . meme avec une superficie inférieure la valeur fonçière augmente . ))

    9.02 à 11h02 - Répondre - Alerter
  • Mais le gouvernement actuel n’en a-t-il pas marre de se faire des ennemis de tous côtés ? Une manifestation contre cet aéroport est prévue ce samedi, et même si j’habite en Sud Loire, sûr que j’en serai !
    Notre argent est dépensé en pure perte dans des projets "grandioses" qui n’ont pas lieu d’être...
    Et l’Etat est déficitaire... Cherchez l’erreur ! (car ce n’est pas ce fichu aéroport qui va renflouer les caisses).

    10.04 à 12h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité