publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Péril climatique : l’armée canadienne se prépare
12-11-2010
Mots clés
Géopolitique
Climat
Monde
Canada

Péril climatique : l’armée canadienne se prépare

Taille texte
Péril climatique : l'armée canadienne se prépare
(Crédit photo : Forces Canadiennes)
 
Conflits pour le contrôle des ressources, pressions dues aux migrations : face au changement climatique, les militaires canadiens se mobilisent.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Les armées sont sur le qui-vive. Après les militaires allemands et américains qui redoutent la fin du pétrole, c’est au tour des Canadiens de se préoccuper de futurs conflits climatiques. Dans leur panorama des menaces pour les vingt prochaines années, ils y consacrent un chapitre entier. Au menu : des conflits pour le contrôle des ressources au niveau local, mais aussi des « pressions causées par les migrations » qui pourraient entraîner « une recrudescence de tensions ethniques, religieuses ou territoriales, de l’instabilité et peut-être l’effondrement d’Etats », rapporte Le Devoir. Les experts estiment que les émeutes de la faim de 2008 « donnent un avant-goût des effets déstabilisateurs de l’insuffisance des ressources alimentaires et des crises humanitaires à venir ».

Fait marquant : ce sont l’Afrique et l’Asie du Sud qui risquent d’être les plus touchées, selon cette étude canadienne. « A mesure que les impacts négatifs de ces phénomènes affecteront les pays en développement, déjà aux prises avec des difficultés économiques et des troubles sociaux, les tensions et les facteurs d’instabilité déjà existants s’accentueront », analyse l’armée.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste, collaborateur régulier pour Terra eco.

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je pense en effet que du côté du pétrole ou du changement climatique nous aurons une plus grande instabilité dans les décennies à venir. Le manque de pétrole ou les mouvements des réfugiés climatique vont entrainer des tensions politiques fortes.

    Pour la carte, elle est tirée d’un rapport du gouvernement de Grande-Bretagne de 2008, qui cite cette carte datant de 2004 et provenant d’une autre source : http://www.cabinetoffice.gov.uk/med... (voir la page 34).

    15.11 à 21h00 - Répondre - Alerter
  • Je pense en effet que du côté du pétrole ou du changement climatique nous aurons une plus grande instabilité dans les décennies à venir. Le manque de pétrole ou les mouvements des réfugiés climatique vont entrainé des tensions politiques forte.

    Pour la carte, elle est tirée d’un rapport du gouvernement de Grande-Bretagne de 2008, qui cite cette carte datant de 2004 et provenant d’une autre source : http://www.cabinetoffice.gov.uk/med... (voir la page 34).

    15.11 à 20h57 - Répondre - Alerter
  • jipebe29 : note au modérateur

    Bonsoir,

    J’ai envoyé un commentaire, mais il n’a pas été publié. Pourquoi ?
    Je vous le renvoie, au cas où il se serait perdu dans les mémoires d’ordinateurs...
    J’attends votre réponse par courriel
    Merci

    14.11 à 01h16 - Répondre - Alerter
  • Je pensais avoir tout lu, tout entendu sur les cataclysmes climatiques futurs, mais je me trompais. La bêtise humaine atteint vraiment des sommets, en ce début de 21ème siècle. Tout cela à cause des rapports du GIEC, alors que :
    - l’audit de l’IAC en a révélé de graves dysfonctionnements
    - les données d’observation (T stable depuis 10 ans, niveaux marins en tendance de stabilisation, température océaniques en légère baisse, absence de point chaud en zone tropicale, ...) réfutent les projections des modèles numériques.

    Mais ce dogme irrationnel du RCA (Réchauffement Climatique Anthropique) est devenu une machine infernale que plus personne ne contrôle, et l’on assiste à une avalanche d’absurdités qui font douter du bon sens des humains...

    Je ne pense pas que les modèles avaient prévu ce cataclysme d’irrationnalité et toutes ces réactions aussi stupides...qui annoncent peut-être le déclin de nos sociétés... ???

    13.11 à 11h33 - Répondre - Alerter
    • frinux : Autre problème

      @jipebe29 :
      le problème soulevé par cet article n’est pas le réchauffement climatique, mais plutôt le manque de pétrole. Et effectivement, c’est vraiment débile : plutôt que de tenter de trouver une solution ensemble, les Etats se préparent militairement aux conflits. Quelle perte d’énergie et d’argent.

      15.11 à 10h02 - Répondre - Alerter
      • jipebe29 : @ frinux

        Vous avez raison en ce qui concerne les ressources énergétiques, mais nous disposons sans doute de plus de 5O ans pour que le pétrole devienne une denrée rare.

        Par contre, l’article parle aussi de réfugiés climatiques, et là rien n’est sûr, bien au contraire (voir les chiffres que j’ai donnés dans mon premier commentaire).

        Cordialement

        Jean-Pierre

        15.11 à 22h43 - Répondre - Alerter
        • frinux : oui

          Effectivement, il y a aussi les réfugiés climatiques.

          Je pense que l’on pourrait discuter sans fin sur la période où le pétrole commencera à manquer, mais d’après tout ce que j’ai pu lire jusque là, ce serait avant 50 ans. 20 à 30 ans me parait plus réaliste. Après cela ne reste que des suppositions et projections dans le futur.

          16.11 à 08h56 - Répondre - Alerter
        • Le pétrole est déjà une denrée rare qui provoque des guerres. Si en plus on considère que la production mondiale va baisser au cours de cette décennie (ce que semble être le consensus même des scénarios les plus pessimistes) ET que les besoins en consommation mondiaux augmentent, qu’elle sera la situation géopolitique mondiale d’ici 15 - 20 ans. Alors 50 ans ... ?

          Comme souvent JM Jancovici explique bien le problème ici :
          http://www.manicore.com/documentati...

          Toujours d’après le site de JM Jancovici : cette diminution de la production et augmentation de la demande se traduira par une augmentation du prix d’achat du baril pour les pays importateurs. L’augmentation du prix du baril bénéficiera d’abord aux pays producteurs et pas à Total ou BP (ou en tout cas bcp moins). La France importe 99% de son pétrole. Qui va faire de bonnes affaires dans cette situation ? La taxe carbone n’était pas seulement une mesure destinée à sauver les arbres et les petits oiseaux mais aussi et surtout un mécanisme permettant de dégager de l’investissement pour financer des projets permettant de sortir de la dépendance Française au pétrole. L’argent du contribuable Français serait resté dans le pays au lieu de partir au moyen orient.

          Jean Baptiste

          16.11 à 11h31 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité